1 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
1 fédérale a pris corps. À la veille du Congrès de Montreux (27 août 1947) c’était encore une utopie. Aujourd’hui toute la presse
2 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
2ce qui forme le sujet de ce recueil fut marquée à Montreux, un an après les Rencontres internationales, par le congrès de l’Unio
3er. [p. 85] Clichés mortels Après le congrès de Montreux, plusieurs personnes me dirent en souriant assez gentiment : « Vous a
3 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
4 [p. 97] III Le Congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée naissait, chez les Fédéralistes, d’en
5initiatives indépendantes, et de leur rencontre à Montreux, que devait naître le Congrès de La Haye. [p. 98] Dès le mois de déc
6’est pas ailleurs que dans nos mains. Je disais à Montreux, en septembre dernier, lors du Congrès de l’Union européenne des Fédé
7ouve déjà formulées dans le rapport du Congrès de Montreux — [p. 133] furent acceptées à l’unanimité. Quant à l’action de la ten
8déraliste. Les grandes institutions que proposait Montreux ont été adoptées en principe à La Haye : la Cour suprême, chargée de
9lupart des principes généraux posés au Congrès de Montreux ont été repris, presque littéralement, dans les résolutions de La Hay
4 1948, Suite neuchâteloise. VI
10Lausanne, de Coppet, des coteaux de Cologny ou de Montreux, furent éclatants et parfois scandaleux. Mais la « petite histoire »
5 1948, Suite neuchâteloise. VII
11éjeuners suisses sur un balcon d’hôtel à Vevey, à Montreux, patries du roman russe. Et le bleu de l’air matinal, l’argent transp
6 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
12éjeuners suisses sur un balcon d’hôtel à Vevey, à Montreux, patries du roman russe. Et le bleu de l’air matinal, l’argent transp
7 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
13t d’invention à la hauteur du siècle. Je disais à Montreux en septembre dernier, lors du congrès de l’Union européenne des fédér
8 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
14 et pouvait convoquer pour le mois d’août 1947, à Montreux, son premier congrès. Qu’étions-nous à l’époque, il y a un an et demi
15ui de la part des gouvernements. C’est ainsi qu’à Montreux nous sommes partis — nous sommes partis pour faire l’Europe, tout sim
16vement vers l’Europe unie, à partir du congrès de Montreux jusqu’à ceux de La Haye, de Rome et, tout récemment, de Bruxelles. Pa
17s constante et la plus aisément discernable. De Montreux à Bruxelles Le congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée nai
18cernable. De Montreux à Bruxelles Le congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée naissait parmi nous d’en élargir l’act
19initiatives indépendantes, et de leur rencontre à Montreux, que devait sortir le Congrès de La Haye. Dès l’automne 1947, un Comi
20 réunissait à Rome son deuxième congrès annuel. À Montreux, nous avions tenu nos séances dans une modeste salle d’hôtel. À Rome,
9 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
21 avons pris sur elle six ans d’avance (Congrès de Montreux, 1947). Normalement, nous devons donc gagner, sur ce plan là. [p. 3
10 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
22ais aucune suite concrète. Une année plus tard, à Montreux, les fédéralistes se rassemblent, répondant à l’appel de groupes de r
23ope. Rien, ou presque rien dans la presse. Ainsi, Montreux ne devint pas un « fait ». En mai 1948 s’ouvre à La Haye le premier C
11 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
24animes) et les économistes de la LECE menèrent de Montreux à La [p. 39] Haye, puis de Westminster à Strasbourg, enfin dans les c
12 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
25listes issus de la Résistance, dès les congrès de Montreux et de La Haye, elle avait pour premier objectif d’empêcher que la Fra
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
26 dès lors dans tous nos pays, et qui vont tenir à Montreux, en septembre 1947, leur premier grand congrès européen après la guer
14 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
27er (1960-1961) bf C’est dans le vieux palace de Montreux, seconde patrie du roman russe, que j’ai rencontré Retinger, en septe
28, et créait une Union parlementaire européenne. À Montreux, en septembre 1947, l’UEF convoqua son premier grand congrès. Nombre
29rdre. Retinger avait bien joué. Il sentait depuis Montreux que j’étais « engagé », non seulement par ma conférence à ce congrès,
15 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
30 et ligues fédéralistes. Leurs chefs rassemblés à Montreux à l’automne 1947 44 décident de convoquer pour le printemps suivant,
16 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
31t mille membres. Elle tient son premier congrès à Montreux, en septembre 1947, date que l’on peut considérer comme le point de d
32uropéenne. En effet, c’est au cours du congrès de Montreux que germe l’idée de réunir des états généraux de l’Europe. Cette idée
33té. Les petits déjeuners sur un balcon d’hôtel, à Montreux, devant les Alpes translucides. Et ces wagons spacieux aux larges bai
17 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
34de de pièces désertes à Paris, une petite villa à Montreux, enfin « des appartements avec, puis sans jardin » — vint s’installer
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
35100 000 membres. Elle tient son premier congrès à Montreux, en septembre 1947, date que l’on peut considérer comme le point de d
36uropéenne. En effet, c’est au cours du congrès de Montreux que germe l’idée de réunir des États généraux de l’Europe. Cette idée
37 mal connue — qui va de Hertenstein au congrès de Montreux, du congrès de Montreux à celui de La Haye, puis au Conseil de l’Euro
38Hertenstein au congrès de Montreux, du congrès de Montreux à celui de La Haye, puis au Conseil de l’Europe à Strasbourg, d’où l’
39té. Les petits déjeuners sur un balcon d’hôtel, à Montreux, devant les Alpes translucides. Et ces wagons spacieux aux larges bai
19 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
40ns. La période des congrès s’ouvre en août 1947 à Montreux et se termine en décembre 1949 à Lausanne. Son histoire n’est pas enc
41sûr qu’il n’y aura pas de miracle. Le congrès de Montreux Je venais de rentrer en Europe après six ans aux USA, et je m’install
42e était à Genève et qui allait tenir un congrès à Montreux. Au nom de notre ancienne camaraderie de combat dans le mouvement per
43ral de l’UEF, et il vient me relancer au sujet de Montreux. À mes objections réitérées, il répond « Je vous demande simplement d
44 pratique… » Mais le lendemain matin je quittais Montreux pour retrouver à Sion des amis venus de Paris. Je n’étais pas encore
45fiche de la Gazette de Lausanne me tire l’œil : à Montreux, importantes déclarations sur l’Europe. Je me dis que j’ai eu tort de
46éman tandis que le train serpente de Villeneuve à Montreux, palmiers, tennis, saules pleureurs dans l’eau sombre… Été ce matin à
47mence à se dégager après vingt ans, le congrès de Montreux me paraît tenir une place décisive et axiale : c’est là que s’opéra l
48ne convergence mémorable À vrai dire, en quittant Montreux dans l’euphorie d’une promesse de camaraderie retrouvée et d’une gran
49 des fédéralistes, qui convoquerait le Congrès de Montreux, après deux réunions constitutives à Luxembourg (octobre 1946) et Ams
504 . Et plusieurs de leurs chefs se retrouvaient à Montreux, Italiens et Allemands, Français, Bénéluxiens. Enfin, derrière la pen
51ante personnaliste-résistante était représentée à Montreux par des hommes comme Robert Aron et Alexandre Marc (qui avaient été,
52ment, que son gendre Duncan Sandys représentait à Montreux. À tout cela venait s’ajouter une quatrième composante : il y avait e
53on économique, au nom de laquelle il était venu à Montreux. Je devais découvrir tout cela, par bribes, au cours de ce congrès et
54ossibilités d’action à développer d’urgence. De Montreux à La Haye : une option dramatique C’est en effet pendant les suspensi
55mouvements européens non fédéralistes, présents à Montreux, pensaient de leur côté à convoquer une grande conférence de notables
56t. Brugmans rappelle d’abord l’idée qui a germé à Montreux de « convoquer l’Europe » au terme d’une vaste campagne populaire, af
57e. (Les autres s’appelaient « unionistes »…) De Montreux à La Haye : qui formulera le sens ? L’UEF attendait des États générau
58ger dès avant La Haye. L’équipe des dirigeants de Montreux, accusée d’avoir trop cédé « aux Anglais », fut injustement désavouée
20 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
59 parler à un congrès de fédéralistes européens, à Montreux, où j’ai prononcé un discours inaugural : j’étais engagé. Puis j’ai a
21 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
60e parler à un congrès de fédéralistes européens à Montreux où j’ai prononcé un discours inaugural : j’étais engagé. Puis j’ai ac
22 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
61des congrès qui lancèrent le mouvement européen — Montreux, La [p. 56] Haye, Lausanne, Westminster et Bruxelles — que l’Europe s
23 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
62 et pouvait convoquer pour le mois d’août 1947, à Montreux, son premier Congrès. Qu’étions-nous à l’époque, il y a un an et demi
63ui de la part des gouvernements. C’est ainsi qu’à Montreux nous sommes partis — nous sommes partis pour faire l’Europe, tout sim
64vement vers l’Europe unie, à partir du Congrès de Montreux jusqu’à ceux de La Haye, de Rome et, tout récemment, de Bruxelles. Pa
65s constante et la plus aisément discernable. De Montreux à Bruxelles Le Congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée nai
66cernable. De Montreux à Bruxelles Le Congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée naissait parmi nous d’en élargir l’act
67initiatives indépendantes, et de leur rencontre à Montreux, que devait sortir le Congrès de La Haye. Dès l’automne 1947, un Comi
68 réunissait à Rome son deuxième Congrès annuel. À Montreux, nous [p. 7] avions tenu nos séances dans une modeste salle d’hôtel.
24 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
69ais aucune suite concrète. Une année plus tard, à Montreux, les fédéralistes se rassemblent, répondant à l’appel de groupes de r
70ope. Rien, ou presque rien dans la presse. Ainsi, Montreux ne devint pas un « fait ». En mai 1948 s’ouvre à La Haye le premier C
25 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
71et ligues fédéralistes. Leurs chefs, rassemblés à Montreux à l’automne 1947, décident de convoquer pour le printemps suivant des
26 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
72it dès 1940 et le redis au Congrès fédéraliste de Montreux en 1947 : Il n’y a, dans le monde du vingtième siècle, que deux camp
27 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
73reçu le conseil de faire comme si… Il y eut ainsi Montreux 1947, La Haye 1948, Westminster et Lausanne 1949, Bruxelles et Rome 1
28 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
74pour demain ? Lors des grands congrès européens — Montreux, La Haye, Bruxelles, Westminster et Lausanne, au cours des manifestat
29 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
750 et devais le réitérer au Congrès fédéraliste de Montreux en 1947 : « Il n’y a, dans le monde du xxe siècle, que deuxcamps, de
30 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
76problème politique numéro un, sujet du congrès de Montreux, sera l’union fédérale de nos peuples. À Genève, au début de septembr
77l en ira tout autrement du congrès fédéraliste de Montreux, un an plus tard. Où vont se retrouver, après six ans de guerre et de
78nelli, Henri Brugmans, Eugen Kogon. Du congrès de Montreux va naître le Congrès de l’Europe qui se tient au début de mai 1948 à