1 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
1x mettre en scène un héros suisse, le bienheureux Nicolas de Flue, qui eut une vie extraordinaire. D’abord soldat valeureux, il fut ens
2 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
2 [p. 263] Nicolas de Flue et la Réforme (1939) b Pour la très grande majorité des Suisses d’a
3ujourd’hui, surtout dans les cantons protestants, Nicolas de Flue est une figure quasi mythique, édifiante, et un peu pâlie. C’est avan
4que j’avançais dans mon travail, que la figure de Nicolas de Flue pouvait revêtir pour les Suisses d’aujourd’hui, et pour les protestan
5e pouvait pas tromper les âmes. Et la vie même de Nicolas de Flue nous en donne une preuve édifiante. Dès son enfance, nous le voyons s
6ais ce reproche n’atteindrait-il pas davantage un Nicolas de Flue, jeûnant plus que de raison dès son enfance, et au-delà de toute « di
7 en Suisse allemande du xiiie au xve siècle, et Nicolas de Flue ne saurait s’expliquer — dans la mesure où l’on peut l’expliquer — si
8ndit sans nulle difficulté avec le calvinisme.) Nicolas de Flue et les réformés La contre-épreuve de ces diverses hypothèses m’a été
9uvrir aujourd’hui, malgré certain accaparement de Nicolas de Flue par l’Église romaine, la signification qu’il eut, en fait, pour les p
10d’Œcolampade, unanimes à revendiquer l’exemple de Nicolas de Flue à l’appui de [p. 275] leur œuvre de réforme de l’Église. Et ce n’est
11entendu, n’ont aucunement la prétention d’annexer Nicolas de Flue à je ne sais quel « parti de la Réforme » ! Elles ne visent qu’à fair
3 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
12 [p. 8] Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939) b Tout ce que le Suis
13b Tout ce que le Suisse romand moyen connaît de Nicolas de Flue, c’est que ce pieux ermite vint à la Diète de Stans pour apaiser les
14tive Rappelons d’abord quelques faits importants. Nicolas de Flue ne devint ermite qu’après avoir atteint sa cinquantième année. Né au
15qui fut joué à Bâle en 1550. Ce premier drame sur Nicolas de Flue est l’œuvre d’un protestant, l’Alsacien Valentin Boltz. Il ne comptai
16xemple, l’Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze. Nicolas de Flue, me dira-t-on, n’est pas un « sujet protestant » ? Eh quoi ! Abraham
17t-elle l’écouter ? Puisse du moins le souvenir de Nicolas de Flue nous faire comprendre que le paix n’est jamais le résultat de nos cal
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
18 siècle. À ce moment, malgré tous les efforts de Nicolas de Flue, la puissance matérielle et la grandeur territoriale viendront tenter
19qui voulait tout mener. L’intervention fameuse de Nicolas de Flue n’est si importante, pour nous autres, que parce qu’elle fut une effi
5 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
20re pour y assister à une répétition de mon drame, Nicolas de Flue, mis en musique par Arthur Honegger, la radio brusquement interrompit
6 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
21temps-là ? Cercle vicieux. L’oratorio tiré de mon Nicolas de Flue ne peut être joué avant avril ou mai. Et l’on m’écrit de Suisse pour
22 printemps léger. ⁂ New York, 8 mai 1941, nuit Nicolas de Flue à Carnegie-Hall, la plus grande salle de concerts de la ville. Triomp
7 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
23ient il y a trois mois, et des répétitions de mon Nicolas de Flue, qu’ils n’ont toutefois pas vu représenté. Encore l’escale de Montevi
8 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
24ques individualités monumentales s’en détachent : Nicolas de Flue, le cardinal Mathieu Schiner, Zwingli. Ces figures symbolisent les tr
25 sur sa terre qu’il cultive avec ses dix enfants, Nicolas de Flue apparaît tout d’abord comme le type idéal du paysan libre de la Suiss
26 liens fédéraux se voient confirmés et resserrés. Nicolas de Flue (canonisé en 1947) représente la plus authentique tradition suisse :
27rangères. Il aimait à citer les avertissements de Nicolas de Flue, et ce fut lui qui fit passer dans la réalité l’idéal politique de l’
28 ou timidité de conception. Les avertissements de Nicolas de Flue contre l’impérialisme repris par Zwingli au début du xvie siècle, et
9 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
29comptait beaucoup de disciples chez les Suisses : Nicolas de Flue, qui venait de mourir, [p. 144] avait résumé dans sa personne toutes
30it avec l’étranger. Les conceptions politiques de Nicolas de Flue et de Zwingli ont ainsi triomphé, au terme de plusieurs siècles de lu
10 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
31otamment). Pour les mélomanes, il est le poète de Nicolas de Flue, dont Honegger tira un oratorio. Pour tous enfin, il est, depuis la s
11 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
32ateaux latéraux. Mon choix se porta sur la vie de Nicolas de Flue, héros et mystique du xve siècle qui s’était retiré dans un ermitage
33inspirée à Claudel par des fresques de Holbein, « Nicolas de Flue » est le seul sujet vraiment suisse [p. 222] dans son œuvre. On y tro
34ique au xvie siècle, avec des Jeux de Tell ou de Nicolas de Flue, culmine dans la Fête des Vignerons, célébrée à Vevey depuis 1706. Ce
35comptait beaucoup de disciples chez les Suisses : Nicolas de Flue, qui venait de mourir, avait résumé dans sa personne toutes les vertu
12 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
36 Tauler et de Suso, et laudateur de leur disciple Nicolas de Flue — ils passent très vite dans l’opposition avec Thomas Münzer et les A
13 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
37 la « World’s Fair » de New York un oratorio sur Nicolas de Flue , dont j’avais écrit le texte un an auparavant, mis en musique par Ar