1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
1s germaniques. J’ai trouvé Swedenborg et [p. 143] Paracelse dans l’armoire sculptée du père Reinecke. (Il y a Goethe, Schiller, L
2es songeries souabes. Mettons un peu cela au net. Paracelse s’occupait d’extraire l’ens des corps, tandis que Swedenborg se compl
3nc que ce paradoxal mélange de chair et d’âme ? — Paracelse et Swedenborg s’accorderaient, je le crois, pour répondre. L’homme es
4es de ma salade d’un autre œil, depuis que je lis Paracelse, méditant avec appétit sur ce qui va contribuer à bâtir mon microcosm
5sourire, et qui est si réconfortante. juin 1929 Paracelse et Swedenborg : Goethe m’y ramène, dont je lis qu’il les prisait fort
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
6 ne me permet rien que d’extrême ». Jacob Boehme, Paracelse, Swedenborg, lectures de son adolescence, figurent bel et bien dans s
3 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
7s calvinistes imbus des théories cosmologiques de Paracelse ; ce sont encore en plein xviie siècle, les Sonnets Spirituels d’un
4 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
8 [p. 445] Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935) r Paracelse ne fut pas un ma
9acelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935) r Paracelse ne fut pas un mage, ou plutôt si l’on veut qu’il l’ait été, au sens o
10, impatient, ouvrit la tombe deux jours trop tôt. Paracelse y gisait, métamorphosé en bel adolescent, le crâne seul n’avait pas t
11repoussé. Un peu d’air pénétra dans le cerveau et Paracelse dut mourir avant d’avoir ressuscité ». Rajeunir son corps et son âme
12bon [p. 446] prophète, mais il n’a rien compris à Paracelse. Théophraste Paracelse Bombaste de Hohenheim, qui était né en Suisse-
13e école seront comblés. Gundolf décrit l’œuvre de Paracelse comme un drame de l’expression, une tragédie de la terminologie, une
14ante pour l’expression des choses jamais dites ». Paracelse a vu plus de choses qu’il ne pouvait en exprimer. Son destin fut l’in
15 le contraindre à l’invention de métaphores. Mais Paracelse justement se méfie de ce mode — de cette mode — d’expression, qui lui
16mps à mettre un nom abstrait sur chaque symptôme, Paracelse ne veut nommer les maladies que par le nom de leur remède. « Il ne fa
17re, un reflet. So oben wie unten. L’astrologie de Paracelse n’est pas une superstition de devin, c’est une science de la guérison
18t par la vaccination, et même de la psychanalyse. Paracelse s’était formé de l’homme une conception spirituelle et organique (thé
19e [p. 448] tout imprégné de l’esprit vitaliste de Paracelse, brève synthèse des idées les plus neuves, qui sont aussi les plus an
20dit Goethe. Il faudrait dire aussi, à la suite de Paracelse : l’homme ne saura jamais assez à quel point il est « cosmomorphe ».
21 à quel point il est « cosmomorphe ». Le retour à Paracelse auquel nous assistons est un des signes marquants de ce temps-ci. Le
5 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
22k et Weigel, et surtout Boehme le gnostique. Pour Paracelse, on s’étonnera sans doute de le voir figurer dans un choix de « mysti
6 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
23role. Les grands docteurs chrétiens l’ont su ; et Paracelse ; et les poètes du xvie siècle ; puis Goethe et certains romantiques
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
24ir bien nettement entre sa vocation et l’opinion. Paracelse avait cette devise impérialiste : Alterius non sit qui suus esse pote
8 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
25 Allemands ? Un roman historique en 3 volumes sur Paracelse, coûtant 25 marks, soit près de 200 fr., atteint au bout de deux ans
9 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
26olbein, Calvin et d’Aubigné, et le fameux docteur Paracelse, entraînant sa suite turbulente de disciples d’auberge en auberge. C’
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
27olbein, Calvin et d’Aubigné, et le fameux docteur Paracelse, entraînant sa suite turbulente de disciples d’auberge en auberge. C’
11 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
28 ne me permet rien que d’extrême. » Jacob Boehme, Paracelse, Swedenborg, lectures de son adolescence, figurent bel et bien dans s
12 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
29bies avant et après sa vingtième année, celles de Paracelse, de Jacob Boehme, de Swedenborg. On sait qu’avec Mlle de Klettenberg
13 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
30surtout, concourent à ridiculiser. Un fragment de Paracelse lu par hasard à cette époque, vint heureusement me donner la clé d’un
31t l’ombre intérieure. » Une étude plus poussée de Paracelse devait bientôt m’apprendre, avec bien d’autres choses curieuses et pr
32hysiologisme de ce siècle. La Liquor Vitae, selon Paracelse, c’est en effet le principe d’activité vitale répandu dans tous nos o
14 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
33icité et de sa vérification méfiante. Les noms de Paracelse et de C. G. Jung illustrent cette disposition : ces deux « voyants »
15 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
34, du couvent au laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzell, aux prix No
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
35icité et de sa vérification méfiante. Les noms de Paracelse et de C. G. Jung illustrent cette disposition : ces deux « voyants »,
36rits voués au service de l’humain et de la cité : Paracelse le novateur d’une médecine de l’homme total, Pestalozzi l’éducateur,
17 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
37es et d’une écologie européenne avant la lettre : Paracelse. Théorie générale des sociétés humaines, dont le Contrat Social n’est
38e ou romaine, germanique ou latine, — européenne. Paracelse quitta très tôt son canton natal de Schwyz, Euler vécut dans les Alle
39é fondée en 1460 attire Érasme, Thomas Platter et Paracelse, Holbein et les peintres de l’école rhénane, et les grands éditeurs h
40et organisé. 111 Les sciences physiques : de Paracelse à l’indice Nobel J’ai marqué, à diverses reprises, la constance de ce
41istoire des sciences en Suisse, nous avons trouvé Paracelse 112 , fondateur d’une médecine à la fois expérimentale et intuitive,
42sse orientale, notamment le canton d’Appenzell où Paracelse avait séjourné et pratiqué son art, est restée la terre d’élection de
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
43, du couvent au laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzell, aux Prix No
19 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
44 que soit leur contenu. Et le reste à l’avenant…) Paracelse avait cette devise plus orgueilleuse qu’impérialiste : « Que rien ne