1 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
1herait de soi, ceux qui envient le brain trust de Roosevelt, oublient que la mission d’un peuple n’est pas une affaire de calcul.
2 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
2 personnelles encore possibles. Ils louchent vers Roosevelt ou vers Mussolini, plutôt que vers un passé trop suspect à leur ortho
3 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
3herait de soi, ceux qui envient le brain trust de Roosevelt, oublient que la mission d’un peuple n’est pas une affaire de calcul.
4 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
4squ’elle oppose à la violence et au bellicisme de Roosevelt le sens du droit et le pacifisme des dictateurs. Ce n’était donc pas
5 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
5mme il arrive souvent dans les luttes politiques. Roosevelt représente le New Deal, c’est-à-dire un ensemble assez peu homogène d
6ition des deux candidats n’est guère plus claire. Roosevelt a pris position contre l’idéal totalitaire, et ses partisans accusent
7des totalitaires. Mais Willkie réplique que c’est Roosevelt qui, en prétendant demeurer au pouvoir pour un « third term » — une t
8ctatorial. Peut-on dire, pour simplifier, qu’avec Roosevelt l’entrée en guerre des États-Unis serait un peu plus probable qu’avec
9uit jours, les experts presque unanimes donnaient Roosevelt gagnant par 2 à 1. Aujourd’hui, les chances de Willkie paraissent aug
10 parlent de 48 % des voix à Willkie contre 50 % à Roosevelt, le résidu allant aux candidats socialiste et communiste. Que s’est-i
11tre semaine deux articles en regard : l’un contre Roosevelt, par son ancien secrétaire, l’autre contre Willkie, par un de ses ami
12scule : la promotion trop rapide d’un des fils de Roosevelt au grade de capitaine aviateur. Cet acte de favoritisme a été exploit
13vec une sobre éloquence : « Je désire Willkie (ou Roosevelt) comme Président. » Tout cela paraît, dans l’ensemble, gentil, un peu
14n tant que nation. Ils auront cessé de parier. Si Roosevelt l’emporte, les événements suivront leur cours actuel, et le programme
15C’est l’opposition d’un aristocrate socialisant — Roosevelt — et d’un autoritaire plébéien, s’accusant réciproquement de tendance
6 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
16a ces mots courant sur les murailles du Times : « Roosevelt entraîne New York City par 270 000 voix de majorité. » Je n’oublierai
17e milliardaire me déclarait pathétiquement : « Si Roosevelt gagne, je remplis mes caves de conserves. Car ce sera, je vous le dis
18semble, et qui n’avait pas cessé de démontrer que Roosevelt signifiait ruine, division, guerre et inflation, toute cette presse p
19aujourd’hui sans exagération que la réélection de Roosevelt a été l’une des trois « Kraftprobe » de la démocratie au xxe siècle.
20es avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis de la sorte au service de la nation, pour une période et pour u
7 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
21ntérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection prés
8 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
22hain. Mr T… fut jadis candidat républicain contre Roosevelt pour l’élection au poste de gouverneur de cet État. Il est tanné comm
9 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
23dell Hull, le ministre des Affaires étrangères de Roosevelt, avait prévue. Et c’est elle qu’il avait tenté de prévenir, non sans
10 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
24 le dramaturge et l’un des conseillers intimes de Roosevelt. Mais une minute plus tard, un pas rapide dans l’escalier : c’est ell
11 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
25, nous perdrons le meilleur maire de New York. Et Roosevelt n’est pas remplacé… Et toutes les utopies prévues par l’avant-guerre
12 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
266 novembre Première victoire de la démocratie. — Roosevelt est réélu, le peuple en joie. La dame de Tuxedo en sera pour ses cons
27dansantes et tremblotantes ces lettres jaunes : « Roosevelt emporte l’État de New York par 247 810 voix de majorité. » C’était l’
28voix de salutiste hallucinée… Cette réélection de Roosevelt sera sans doute aux yeux de l’histoire la première victoire sur Hitle
13 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
29rtation de films, de vedettes et de brochures sur Roosevelt et la démocratie. C’est assez pour que les nationalistes parlent d’un
14 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
30ble anniversaire : dix ans d’Hitler et dix ans de Roosevelt. Relevé le parallèle dans mes broadcasts. En dix ans de pouvoir, Hitl
31 de l’Allemagne le pays le plus détesté du monde, Roosevelt a fait de l’Amérique l’espoir puissant des libertés du monde. L’un qu
32es atteint le chiffre de huit mille par mois, que Roosevelt exigeait l’an dernier, — et il fut aussitôt traité de pitre par Goebb
15 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
33hain. M. T… fut jadis candidat républicain contre Roosevelt pour l’élection au poste de gouverneur de cet État. Il est tanné comm
34ire de New York. Tammany reviendra au pouvoir. Et Roosevelt n’est pas remplacé… Et toutes les utopies prévues par l’avant-guerre
16 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
35tenir dans l’esprit… Vous rappelez-vous ? C’était Roosevelt qui les avait énoncées le premier au début de 1942 dans son discours
17 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
36ire de New York. Tammany reviendra au pouvoir. Et Roosevelt n’est pas remplacé… Et toutes les utopies prévues par l’avant-guerre
18 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
37ont la brutalité de langage, la haine posthume de Roosevelt, l’isolationnisme impénitent, le racisme et le préjugé antieuropéen.
19 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
38roduction américaine et l’idéal démocratique d’un Roosevelt. L’Amérique atteignant ses limites se voit donc subitement confrontée
20 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
39dell Hull, le ministre des Affaires étrangères de Roosevelt, avait prévue. Et c’est elle qu’il avait tenté de prévenir, non sans
40a ces mots courant sur les murailles du Times : « Roosevelt entraîne New York City par 270 000 voix de majorité. » Je n’oublierai
41e milliardaire me déclarait pathétiquement : « Si Roosevelt gagne, je remplis mes caves de boîtes de conserves, car ce sera, je v
42c ensemble, et qui n’avait cessé de démontrer que Roosevelt signifiait ruine, division, guerre et inflation, toute cette presse p
43aujourd’hui sans exagération que la réélection de Roosevelt a été l’une des trois épreuves de force de la démocratie du xxe sièc
44es avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis de la sorte au service de la nation, pour une période et pour u
45célère ce processus. À chaque mesure décrétée par Roosevelt, nous voyons le centre fédéral gagner sur les tendances communautaire
46roduction américaine et l’idéal démocratique d’un Roosevelt. L’Amérique atteignant ses limites se voit donc subitement confrontée
21 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
47ont la brutalité de langage, la haine posthume de Roosevelt, l’isolationnisme impénitent, le racisme et le préjugé anti-européen.
48 le dramaturge et l’un des conseillers intimes de Roosevelt. Mais une minute plus tard, un pas rapide dans l’escalier : c’est ell
49ntérieure » à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection prés
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
50une grande action morale bien que ni Churchill ni Roosevelt n’aient jamais pu produire son texte : elle n’existait que dans leur