1 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
1ponsables depuis des siècles, depuis les temps du Saint-Empire : notre mission vis-à-vis de l’Europe. Nous sommes chargés de la défe
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
2nant l’un et l’autre, il y a l’idée et l’idéal du Saint-Empire, c’est-à-dire de l’Europe unie, dont il faut protéger le cœur. [p. 1
3 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
3e passage du Gothard fût gardé libre pour tout le Saint-Empire. Ainsi donc, dès le début, ce premier noyau de la Suisse a reçu un st
4 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
4de la lutte entre les Guelfes et les Gibelins. Le Saint-Empire romain de nation germanique se voyait au surplus menacé par le mouvem
5mé la Confédération depuis les temps lointains du Saint-Empire. Il semblait que l’histoire de ce petit pays allait trouver son accom
6stige d’une Europe jadis unie sous la couronne du Saint-Empire ; seul germe aussi d’une Europe à venir où les races et les langues n
5 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
7diant la période carolingienne ou la formation du Saint-Empire, par exemple, c’est qu’il est Hollandais de culture polyglotte. Voilà
6 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
8ke, [p. 27] c’est-à-dire du mythe de l’Empire, du Saint-Empire romain de nation germanique, que toute la tradition nationaliste fran
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
9aume » et qui refuse tout autant la suprématie du Saint-Empire que celle du Souverain Pontife. Philippe le Bel, contre l’Empereur et
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
10rialisme économique au moment où sombre l’idée du Saint-Empire continental. Elles déplacent les foyers créateurs de notre civilisati
11ience d’une Europe rassemblée sous la couronne du Saint-Empire paraît plus près que jamais de se traduire en une grandiose réalité.
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
12s, dans lequel il prend la défense des Princes du Saint-Empire et de leur autonomie. Il rappelle qu’au Moyen Âge la double autorité
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
13 le schisme byzantin, l’Islam, le démembrement du Saint-Empire, l’apparition des églises nationales, la Révolution, et finalement « 
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
14t de combler le vide laissé par le grand mythe du Saint-Empire, en proclamant le mythe des « États-Unis d’Europe », substitut démocr
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
15 se rappeler que l’empire romain se transforma en Saint-Empire romain. Ce que Virgile proposait à ses contemporains, c’était le plus
16nes gardent un réflexe d’hostilité à l’endroit du Saint-Empire. Serait-ce, pour les unes, parce qu’il était « romain », pour les aut
17germanique » ? C’est plutôt que la notion même de Saint-Empire n’est plus comprise. (Elle ne l’a d’ailleurs jamais été en France ni
13 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
18oqués par la conquête napoléonienne. À l’idéal du Saint-Empire et de la Sainte-Alliance des rois de Metternich, il substitue l’idée
14 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
19e secret. Formée du xive au xvie siècle dans le Saint-Empire et par lui, ayant reçu ses premières libertés pour assurer la grand-g
20 du Gothard au nom de la communauté européenne du Saint-Empire, de même la Confédération suisse se voit dotée d’un statut spécial, d
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
21 l’essor des monastères, l’empire carolingien, le Saint-Empire, l’art roman et les cathédrales, les croisades, les grandes écoles th
22ces deux souverainetés, dont héritent les rois du Saint-Empire, donne naissance à une bigarrure indescriptible de fiefs enchevêtrés,
23es Alpes. Tout cela, fondu dans le grand corps du Saint-Empire romain de nation germanique. À la faveur de la faiblesse de ce lien t
24se réfère. ⁂ [p. 32] Le cadre de l’action est le Saint-Empire. Le lieu, une région très réduite, au sommet de cet arc des Alpes qui
25col qui relie d’un seul trait les deux moitiés du Saint-Empire, des plaines lombardes à la Rhénanie et à la Souabe. Partout ailleurs
26route la plus courte joignant les deux moitiés du Saint-Empire. Voilà pourquoi Henri, fils et vicaire de Frédéric II, accorde à la v
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
27té (dès 1499) leurs obligations légales envers le Saint-Empire — pourtant premier garant de leurs libertés — les Confédérés se voien
17 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
28demeures des Courten, seigneurs locaux, comtes du Saint-Empire et généraux en France, en Espagne, en Sardaigne ; à Schwyz, où toutes
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
29 ainsi que le fédéralisme, issu des traditions du Saint-Empire et des communes médiévales, puis de la pratique empirique de régimes
19 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
30milable par ses catégories de pensée, l’esprit du Saint-Empire médiéval, ou le romantisme allemand. Des revues telles que la Neue Sc
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
31e secret. Formée du xive au xvie siècle dans le Saint-Empire et par lui, ayant reçu ses premières libertés pour assurer la grand-g
32 du Gothard au nom de la communauté européenne du Saint-Empire, de même la Confédération se voit dotée d’un statut spécial, d’une so
21 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
33 et enfin, en Europe, empire de Charlemagne, puis Saint-Empire. Il faudrait montrer que les premiers États nationaux n’apparaissent
22 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
34ousines et ses tantes reines ou impératrices : du Saint-Empire, de l’Angleterre, de la Bourgogne. L’une de ses sœurs épouse le roi P
23 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
35on — se définit alors expressément par rapport au Saint-Empire romain de nation germanique et contre lui, comme une partie s’oppose
36de dimensions moyennes triomphe sur les ruines du Saint-Empire, dont la population, du seul fait de la guerre de Trente Ans, tombe d
37et de Bohême », dernier porteur de la couronne du Saint-Empire, dernier symbole d’une communauté européenne en désuétude. Sur la fon
24 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
38s Alpes, du Rhin ou des Flandres en appelaient au Saint-Empire contre les Princes. Cependant, dans d’autres contrées, comme le Mezzo
39ourgogne de 888 à 1032, avant son rattachement au Saint-Empire. Je ne puis que constater toutes ces coïncidences. Elles détiennent l
25 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
40es nationaux déchirant la tunique sans couture du Saint-Empire. Cinq ans plus tôt, en 1303, Philippe le Bel a fait gifler le Pape, à
26 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
41nes alpestres, la moitié nord et la moitié sud du Saint-Empire romain de nation germanique. Dans les pactes que concluent en 1291 le
42ui vont du fédéralisme empirique pratiqué dans le Saint-Empire au totalitarisme obtus imposé par Napoléon ; le moteur de cette invol
27 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
43Italie, ce qui va devenir sous ses descendants le Saint-Empire romain de nation germanique. La lutte entre partisans du pape latin o