1 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
1« communes » forestières, (Waldstätten) d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald. Ce Pacte n’est à aucun degré, malgré ce qu’aimaient à
2es de la vallée d’Uri, la commune de la vallée de Schwyz et la commune de ceux de la vallée inférieure d’Unterwald, considéran
3r ses domaines dans la direction du Gothard. Uri, Schwyz et Unterwald, les « communes forestières » qui occupaient les approch
4iale (1231) tandis que son fils Henri accordait à Schwyz, un peu plus tard, l’immédiateté impériale. Ces communautés, organisé
5s. Ceux-ci [p. 26] mettaient les hommes libres de Schwyz et d’Uri au courant de ce qui se passait de l’autre côté des Alpes, e
6e primitive. Les trois groupes de communes d’Uri, Schwyz et Unterwald s’aperçurent d’abord de la nécessité d’englober dans leu
7s aucun gage. Seule l’alliance de Berne avec Uri, Schwyz et Unterwald fait mention d’une solde, assavoir d’un sou par jour à c
2 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
8ommune. Les trois communautés alpestres d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald s’engagèrent à n’accepter aucun juge qui n’habiterait
3 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
9un pacte conclu entre les trois vallées d’Uri, de Schwyz et de Nidwald aux environs de 1300. Ce choix révèle quelque chose d’e
10ourd’hui des Quatre-Cantons (Vierwaldstättersee). Schwyz, c’est au nord du lac, dans un cirque bien évasé de pâturages dominés
11de la couronne européenne. En 1240, la commune de Schwyz, menacée par l’extension des Habsbourg, obtient de Frédéric lui-même
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
12es serfs. La première domine en Uri, la seconde à Schwyz, qui compte à cette époque deux tiers de libres, tandis que ces derni
13 l’Unterwald n’en a pas, et que les franchises de Schwyz resteront longtemps contestables. Cependant, ces communautés ont à co
14avoués impériaux du couvent d’Einsiedeln, près de Schwyz, et de la vallée d’Urseren, située au cœur du Gothard. Des baillis ou
15nze jours plus tard, les trois communes d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald renouvellent à tout événement le traité d’assistance m
5 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
16es de la vallée d’Uri, la commune de la vallée de Schwyz et la commune de ceux de la vallée inférieure d’Unterwald, considéran
17st à cause du Gothard, nous l’avons vu, qu’Uri et Schwyz avaient reçu de l’Empire des franchises analogues à celles des villes
18e à Morgarten 13 . Plus tard encore, les armes de Schwyz deviendront également le signe de ralliement de tous les guerriers de
19le voir aujourd’hui, bien exposé, aux Archives de Schwyz, où les touristes essaient en vain de déchiffrer ses dix-sept longues
20ent dessinées. (Deux sceaux subsistent ; celui de Schwyz, détaché de son ruban, a disparu.) On ne sait si les négociateurs des
21s aucun gage. Seule l’alliance de Berne avec Uri, Schwyz et Unterwald fait mention d’une solde, à savoir d’un sou par jour à c
22n conflit avec l’un de ses petits voisins tel que Schwyz, aussitôt tous les autres s’unissent contre Zurich, qui devient de ce
23onti et les Sforza les ont construites, mais Uri, Schwyz et Unterwald y ont logé pendant trois siècles leurs baillis, et rien
6 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
24de Rodolphe Ier — lève une armée et marche contre Schwyz, le 15 novembre 1315. Une colonne de deux mille chevaliers cuirassés,
25n, au sud du lac, à la frontière du territoire de Schwyz, et s’y engage sans méfiance. Tout d’un coup, sa tête et son arrière-
7 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
26on les cantons et les villes. Dans les Grisons, à Schwyz ou en Valais, dès le xive siècle, quelques familles dominent les val
27 généraux en France, en Espagne, en Sardaigne ; à Schwyz, où toutes les grandes maisons à toits de fermes ornés de pignons bar
28mais non des grandes fortunes. C’est qu’à Zoug, à Schwyz, en Uri, on est propriétaire paysan, tandis qu’à Bâle on est bourgeoi
8 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
29ns de la vallée d’Uri, la commune de la vallée de Schwyz et la commune de ceux de la vallée inférieure d’Unterwald ». D’autres
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
30ne. Paracelse quitta très tôt son canton natal de Schwyz, Euler vécut dans les Allemagnes et à la cour de Russie, Jean de Müll
31nna seul une idée fugitive. Certes, l’écrivain de Schwyz, de Bâle ou de Glaris, quand il publie, doit écrire [p. 226] une lang
10 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
32roniques plus anciennes, attribuent aux hommes de Schwyz et d’Uri une origine nordique, suédoise et frisonne. Le nom même de S
33ne nordique, suédoise et frisonne. Le nom même de Schwyz (qui a donné Suisse) dériverait de celui des Suédois qu’une famine au
11 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
34ne. Paracelse quitta très tôt son canton natal de Schwyz, Euler vécut dans les Allemagnes et à la cour de Russie, Jean de Müll
12 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
35es forestières » (Waldstätten en allemand) d’Uri, Schwyz et Nidwald, qui commandent les abords du col du Gothard, reçoivent au