1 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
1sophie avec grand P, la doctrine officielle de la Sorbonne, cette pensée fabriquée [p. 481] par des bourgeois, pour des bourgeoi
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
2« dialectiques », à peine dignes d’une bourgeoise Sorbonne, devra-t-on faire appel pour nous persuader que la religion de la mat
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
3 technologique. Et l’opinion publique, imitant la Sorbonne, refuse le droit de cité aux créations coupables de contredire l’hist
4r de celui des professeurs radicaux qui firent la Sorbonne d’avant-guerre, et qui étaient ce qu’on peut imaginer de plus abstrai
4 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
5ciologie. Mes collègues, de Strasbourg, Rouen, la Sorbonne, etc. étaient charmants. La vie intellectuelle était donc fort active
5 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
6eil des conférences prononcées l’hiver dernier en Sorbonne sous les auspices de l’Unesco. À la page 100 de ce recueil, M. Aragon
6 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
7férence sur l’Aventure de l’Europe prononcée à la Sorbonne le 22 avril 1948. Elle reflète la lutte entre les tendances « unionis
7 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
8axime est le respect du vrai. Or un professeur en Sorbonne vient déclarer sarcastiquement que « la petite Europe qu’on nous fabr
8 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
9is commissions sont dirigées par le recteur de la Sorbonne, Jean Sarrailh, l’ancien ministre anglais de l’Éducation Kenneth Lind
9 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
10tait publiquement d’aliéné dans une conférence en Sorbonne, L’Humanité donnait ma caricature en SS, j’avais « publié tous mes li
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
11nds ministres de Louis XVI. En 1750, prieur de la Sorbonne, et tout jeune homme il prononce en latin un « Premier discours, sur
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
1293] Douze ans plus tard, dans une conférence à la Sorbonne sur le thème « Qu’est-ce qu’une nation ? » 247 , Renan approfondit so
12 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
13itte Cracovie pour faire des études de lettres en Sorbonne. Il arrive à Paris en 1906. Il n’a que dix-huit ans, mais il sait déj
14Joseph Conrad.) En 1908, à vingt ans, il passe en Sorbonne une thèse de doctorat sur Le Conte fantastique dans le romantisme fra
13 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
15 après avoir ligué contre vous les historiens, la Sorbonne et Jean-Paul Sartre, ont été confirmées avec éclat par de récents tra
14 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
16’auront pu varier les dimensions des salles de la Sorbonne, où déjà les étudiants s’écrasent une heure avant les grands cours.)
15 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
17rès bien Jacques Beaujeu-Garnier, professeur à la Sorbonne. Je voudrais aussi qu’on m’enseigne les faits géographiques qui défin
16 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
18’auront pu varier les dimensions des salles de la Sorbonne, p. ex. où déjà les étudiants s’écrasent une heure avant les grands c
17 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
19nes de notre culture commune, Padoue, Bologne, la Sorbonne, Oxford, Coïmbre ou Cracovie. Or s’il est vrai que la vitalité de not
18 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
20Renan s’était écrié dans un discours célèbre à la Sorbonne : « Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commen
19 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
21nant (c’étaient les dimensions d’un studium de la Sorbonne au xiiie siècle) puis une fédération de ces petites unités en départ
20 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
22nant (c’étaient les dimensions d’un studium de la Sorbonne au xiiie siècle), puis une fédération de ces petites unités en dépar
21 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
23Renan s’était écrié dans un discours célèbre à la Sorbonne : Les nations ne sont pas quelque chose d’éternel. Elles ont commenc
22 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
24utres, les fascistes, les derniers communistes de Sorbonne, bref la vieille garde de tous les partis. Quant aux jeunes… Pour si
23 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
25nant (c’étaient les dimensions d’un studium de la Sorbonne au xiiie siècle) puis une fédération de ces petites unités en départ
24 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
26e, on ne parlait qu’en latin. C’est ainsi qu’à la Sorbonne, vers 1270 — comme me le faisait observer un jour Étienne Gilson — pa
25 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
27sens municipal, mais aussi au sens académique. La Sorbonne était, dans Paris, une libre commune relevant de la Papauté, non du r
26 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
28u frivoles, ou pour des exercices de mandarins en Sorbonne et au Collège de France, nous avons vu dans le succès qu’elles eurent
27 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
29es miennes par Malraux, deux mois plus tard, à la Sorbonne sous les auspices de l’UNESCO). Mais à part les cinq « engagés », qui
30nt européen français, Jean Bayet, professeur à la Sorbonne, membre de l’Institut, Marc Boegner, pasteur, président de la Fédérat
28 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
31gérées, n’ont rien de national au sens actuel. La Sorbonne, qui sera le collège le plus célèbre de l’Université de Paris, compte
32ue. Telle fut l’Université de Paris et ensuite la Sorbonne ; telles sont, en Italie, les Universités de Pavie, de Pise et de Pad
33 à l’époque près de 180 000 étudiants. L’ancienne Sorbonne a été divisée en treize instituts distincts, qualifiés tout à fait ab
29 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
34re nationes, chacune dirigée par un recteur. À la Sorbonne, un siècle plus tard, on trouve également quatre nationes, dotées cha