1 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
1es, des philosophes terriblement concrets : Suso, Tauler, Franck et Weigel, et surtout Boehme le gnostique. Pour Paracelse, on
2 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
2hes terriblement concrets : Maître Eckhart, Suso, Tauler, Franck et Weigel, et surtout Boehme le gnostique. Pour Paracelse, on
3nt Luther à Maître Eckhart, et surtout à son cher Tauler, dont il cite constamment les sermons. M. Chuzeville serait sans dout
3 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
4 d’Assise, une Catherine de Sienne, un Gerson, un Tauler, pour ne citer que des catholiques célèbres et indiscutables, avaient
5ations avec les doctrines mystiques de Suso et de Tauler, et par eux, de Maître Eckhart. On sait que Luther, de son côté, fut
4 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
6et aux pieds de Maître Eckhart, où il rencontrait Tauler : tous les deux condamnés par l’Église, tous les deux défendus par Su
5 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
7une des origines en Allemagne — Luther lecteur de Tauler et de Suso, et laudateur de leur disciple Nicolas de Flue — ils passe