1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1Mais voici dans son costume d’aviateur, retour de Vienne, un sculpteur qui saura s’imposer. Léon Perrin a compris tout le part
2 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
2 [p. 105] Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928) l À Pierre Jeanneret et à son étoile ne
3Jeanneret et à son étoile nervalienne. Je vins à Vienne pour fuir l’Amérique. Mais les Viennois avaient fui dans les opérette
4ts. Mais un tour de tourniquet anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l’idée qu’on s’en fait. Le Ring, trop lar
5 aujourd’hui le lien qui unissait dans mon esprit Vienne et Hoffmann : c’était le souvenir de Gérard de Nerval. Mais je pense
6 n’a guère changé, dis-je, songeant aux Amours de Vienne. — Certes, répondit Gérard, malgré les apparences, cette vie sentimen
7s qui correspondent encore à l’image classique de Vienne. Sentimentalisme capricieux d’ailleurs, dépourvu d’ironie, mais non p
8evenaient légères comme des ballons. La rumeur de Vienne baignait nos corps fatigués jusqu’à l’insensibilité et l’Illusion éte
3 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
9 Panorama de Budapest (23 mai 1929) b Passer de Vienne à Budapest, c’est, en six heures d’express, changer totalement d’atmo
10 ne fera que confirmer cette première impression. Vienne : assis sur les banquettes rembourrées de profondes loges, les client
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
11ment avec une bonne ou une mauvaise conscience. À Vienne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En I
12 clefs de tes valises… (Cela encore : m’arrêter à Vienne à cause des serrures… Peut-être y passer une nuit — rôder à la recher
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
13 [p. 33] Un soir à Vienne avec Gérard À Pierre Jeanneret et à son étoile nervalienne. Je vins
14Jeanneret et à son étoile nervalienne. Je vins à Vienne pour fuir l’Amérique. Mais les Viennois avaient fui dans les opérette
15iants. Mais un tour de tambour anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l’idée qu’on s’en fait. [p. 34] Le Ring,
16 aujourd’hui le lien qui unissait dans mon esprit Vienne et Hoffmann : c’était le souvenir de Gérard de Nerval. Mais je pense
17 n’a guère changé, dis-je, songeant aux Amours de Vienne. Certes, répondit Gérard, malgré les apparences, cette vie sentimenta
18s qui correspondent encore à l’image classique de Vienne. Sentimentalisme capricieux d’ailleurs, dépourvu d’ironie mais non pa
19evenaient légères comme des ballons. La rumeur de Vienne baignait nos corps fatigués jusqu’à l’insensibilité et l’illusion éte
20 de titres dépourvus de sens. Je dormais debout. (Vienne, 1928) p. 41 6. Quelque chose comme « pâtisserie-crème fouettée 
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
21 propose. La joie du jour, hélas, la plus forte… (Vienne, 1928)
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
22ment avec une bonne ou une mauvaise conscience. À Vienne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En I
23 clefs de tes valises… (Cela encore : m’arrêter à Vienne à cause des serrures. Peut-être y passer une nuit — rôder à la recher
8 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
24t de Dieu n’est plus un pauvre pantin du hasard ! Vienne l’échec, il en rend grâces à Dieu. À cause de l’échec ? Non point ; m
9 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
25ant tirer à coups de canon contre les ouvriers de Vienne avec l’appui du parti clérical, — l’histoire des politiques chrétienn
10 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
26 départ, que l’état de fait créé par le traité de Vienne est aussi mal interprété par ses garants que par ses soi-disant bénéf
11 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
27ait une préfiguration des logiciens de l’école de Vienne. Et la discussion sur le temps, au cours du « Thé loufoque » où il es
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
28elation de sa courte et décevante visite à Freud (Vienne, 1921), puis dans le Manifeste du Surréalisme, 1924, et Les Vases com
13 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
29a vie protestante. Ayant fait de solides études à Vienne et en Allemagne, il a enseigné dans une ville universitaire où il réd
14 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
30« Le Führer a passé la nuit au Hradschin. » Après Vienne, avec Prague, c’est une Europe qui vient de mourir. Europe du sentime
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
31 départ, que l’état de fait créé par le traité de Vienne est aussi mal interprété par ses garants que par ses soi-disant bénéf
16 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
32Europe. Rester neutres au nom d’un traité signé à Vienne il y a plus de cent ans, soit ! Mais il ne faudrait pas retenir de ce
17 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
33 dans les bras du Reich en 1935. Nous avons vu la Vienne sozialdemokrat se transformer dans l’espace de vingt-quatre heures en
34ormer dans l’espace de vingt-quatre heures en une Vienne délirante de passion hitlérienne. Nous avons vu quelques-uns de nos a
18 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
35né par une tuberculose du larynx dont il mourut à Vienne en 1924. Kafka n’a publié de son vivant qu’un petit nombre de récits.
19 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
36« Le Führer a passé la nuit au Hradschin. » Après Vienne, avec Prague, c’est une Europe qui vient de mourir. Europe du sentime
20 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
37t. Et dans une seule bouffée, toutes ces nuits de Vienne, élégantes passions égarées, musique aux jardins jusqu’à l’aube… Un q
21 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
38ls il appliquera les théories de la logistique de Vienne, à moins qu’il ne préfère les aborder en sociologue postmarxiste ou e
22 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
39uerre mondiale, le mouvement paneuropéen, lancé à Vienne en 1923 par le comte Coudenhove-Kalergi. Ce pionnier réussit à convai
23 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
40aspect positif. On sait en effet que le Traité de Vienne dit en tous termes que « la neutralité et l’inviolabilité de la Suiss
24 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
41d’angoisse de Nicopolis, de Mohacs et du siège de Vienne par les Turcs ; mieux encore, à ces temps du xiiiᵉ siècle, où la maré
25 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
42tés de Westphalie en 1648, traités de Paris et de Vienne en 1815, déclaration de Londres en 1920, lors de l’entrée de la Suiss
26 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
43 souvenir de Nicopolis, de Mohacs, et du siège de Vienne par les Turcs ? C’est à quoi nous en sommes, et c’est pire. Car une a
27 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
44 souvenir de Nicopolis, de Mohacs, et du siège de Vienne par les Turcs ? C’est à quoi nous en sommes, et c’est pire. Car une a
28 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
45La neutralité suisse date de 1815. Les traités de Vienne et de Paris la reconnaissent, « dans les vrais intérêts de l’Europe e
29 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
46i propose Paris, Salvador de Madariaga lui oppose Vienne. M. Pflimlin défend Strasbourg. Le Luxembourg dit Luxembourg, dans l’
30 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pool européen d’éditeurs (février 1958)
47id), Plon (Paris), Ullstein (Berlin, Francfort et Vienne), Weidenfeld & Nicolson (Londres). Elle discuta les termes d’un c
31 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
48coco qu’il possède au milieu d’un beau parc, dans Vienne. Souvent, même dans les années où Ulrich avait cherché sa voie seul
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
49coco qu’il possède au milieu d’un beau parc, dans Vienne. Souvent, même dans les années où Ulrich avait cherché sa voie seul
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
50t plus sans les Turcs. Ceux-ci ont certes assiégé Vienne en 1552, au grand effroi de la chrétienté. Mais don Juan d’Autriche a
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
51mes du Nord-Est ; Nuremberg pour les Allemagnes ; Vienne pour l’Europe de l’Est ; Bologne pour les pays italiens ; Constance p
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
52e [p. 175] Metternich et secrétaire du Congrès de Vienne, avait été dès sa jeunesse un disciple de Kant, dont il partagea au d
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
53is et Londres, entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et paraîtrait absurde aujourd’hui
54même, à cent lieues des deux capitales, Berlin et Vienne, dont les souverains sont les seuls obstacles… … Au besoin, si le cas
55s ; que le Turc occupait la Hongrie et assiégeait Vienne ; et pourtant ces dangers sont maintenant loin de nous… L’Empire Otto
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
56’a fallu que trois heures pour venir de Londres à Vienne, mais l’allure du progrès, à l’Assemblée de Strasbourg et dans les in
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
57rent adoptés par un vaste Congrès qui se réunit à Vienne en 1927. Les effigies de Sully, Comenius, l’Abbé de Saint-Pierre, Kan
39 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
58à Bruxelles, à Paris et à Rome, à Strasbourg et à Vienne, dans les restaurants qu’il préférait parce qu’on l’y saluait du titr
59itée, et une poignée de députés la représentent à Vienne, mais sans influence notable ; enfin, dans la partie prussienne, les
60le de lui donner un sauf-conduit pour se rendre à Vienne est le général Hoffmann, commandant la région de Lemberg. II ajoute q
61donne alors le permis nécessaire pour se rendre à Vienne, où le ministère de la Guerre lui accordera un visa de sortie. Le per
62d’une fierté puérile » note Retinger. Il arrive à Vienne au matin d’un voyage épuisant qui lui a pris trois jours au lieu des
63 paix séparée avec l’Autriche. Le gouvernement de Vienne a créé une Légion polonaise, commandée par Pilsudski. Dans ses conver
40 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
64 pris pour thème de son congrès annuel de 1959, à Vienne, la formation européenne des assistants techniques et l’accueil aux é
41 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
65 à long terme. Les prochains stages auront lieu à Vienne, à Oxford, à Paris, au Danemark et en Italie. p. 1 bm. « Campagn
42 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
66ntre de gravité n’est plus l’Argovie proche, mais Vienne. S’il leur prenait envie de mêler un peu les intérêts de l’Empire et
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
67éfinissent et la sanctionnent sont les traités de Vienne et de Paris, au lendemain de la chute de Napoléon. Et ce n’est guère
68e Rochemont, représentant la Suisse au Congrès de Vienne, n’eut de cesse qu’il n’eût obtenu pour son pays la reconnaissance of
69° La neutralité suisse, garantie par le traité de Vienne, était invoquée par les Puissances pour contester à la Confédération
70rations fondamentales. Les traités de Paris et de Vienne l’avaient défini par rapport à l’Europe. Mais la création de la Socié
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
71lemagnes et à la cour de Russie, Jean de Müller à Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à
72e vers les régions germaniques, Hanovre, la Saxe, Vienne, Bayreuth. C’est alors auprès des maîtres allemands que les premiers
73pas le cousin provincial de celui de Berlin ou de Vienne. L’école suisse de Bodmer et sa prédominance pendant une bonne partie
74on et de méditation. Tantôt diplomate — attaché à Vienne dans sa jeunesse et chef de mission à Paris dans son âge mûr —, négoc
45 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
75nt fait la Renaissance, ou de villes comme Paris, Vienne, Milan ou Goettingue, considérées en tant que centres d’art et de rec
46 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
76lemagnes et à la cour de Russie, Jean de Müller à Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à
47 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
77e vers les régions germaniques, Hanovre, la Saxe, Vienne, Bayreuth. C’est alors auprès des maîtres allemands que les premiers
48 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
78uerre mondiale, le mouvement paneuropéen, lancé à Vienne en 1923 par le comte Coudenhove-Kalergi. Ce pionnier réussit à convai
49 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
79e vers les régions germaniques, Hanovre, la Saxe, Vienne, puis Bayreuth. C’est auprès des maîtres allemands que les premiers c
50 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
80ions annuelles d’Aix-en-Provence, de Florence, de Vienne, de [p. 152] Berlin, de Copenhague, de Gand. Au-delà, isolés mais heu
81prit et tous échanges humains. Lors du Congrès de Vienne, en 1815, les hommes d’État de la Sainte-Alliance annoncèrent l’ouver
82été organisées par une grande ville comme Berlin, Vienne ou Zurich, capable de puiser dans les ressources dont elle dispose po
51 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
83ours, les Flandres, le Groupe des Six, l’École de Vienne ; — de littérature : la Pléiade, les Elisabéthains, l’École suisse de
84 philosophie : des Eléates jusqu’aux logiciens de Vienne puis d’Oxford et aux structuralistes de Paris. Trois auteurs seront n
52 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
85 connue de Beethoven, composée pour le Congrès de Vienne, s’intitulait pourtant l’Europe est née ! Montesquieu, et Leibniz ava
86e vers les régions germaniques, Hanovre, la Saxe, Vienne, Bayreuth. C’est alors auprès des maîtres allemands que les premiers
53 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
87n plus faire l’Europe dans le style du Congrès de Vienne, concert d’hégémonies frustrées qui n’osent pas dire leur nom et se r
54 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
88rois jours plus tard, Otto Molden me téléphone de Vienne. Mon absence, en tant que seul orateur français est simplement imposs
89fédéral, le Chancelier, le Cardinal-archevêque de Vienne, trois ministres et douze ambassadeurs, plus six cents professeurs un
55 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
90e au cœur de nos capitales, comme Paris, Londres, Vienne ? Les transports d’énergie sont très chers, de la Bretagne ou de l’Al
56 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
91avec enthousiasme ces vers de Laurent Tailhade : Vienne ton jour, déesse aux yeux si beaux Par un matin vermeil de Salamine,
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
92fois près de Paris, de Genève, de Bruxelles ou de Vienne, jusqu’à vingt nationalités différentes.) Mais si les attributs class
58 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
93s le faux, tout est possible », dit la Logique de Vienne… Ces vices et ces vertus, à l’échelle de l’Europe, ne permettent plus
59 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
94r de l’Agence internationale de l’énergie, ONU, à Vienne), de même le désarmement sera le principal renfort apporté à notre dé
60 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
95counter à Londres, Tempo Présente à Rome, Forum à Vienne, Merkur à Stuttgart et Der Monat à Berlin. Plusieurs ne survivront pa
61 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
96s que j’avais connu dès 1928, alors qu’étudiant à Vienne je corrigeais les traductions françaises de sa revue Paneuropa. J’ai