1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean-Louis Vaudoyer, Premières Amours (août 1927)
1iscences, des évocations intérieures, — et dans l’abandon de leurs méandres, peu à peu, se précisent les circonstances d’une av
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
2re qui perce le cœur sur les glaces du passé. Cet abandon aux fuyantes chansons, et des violons déchirants dans sa tête… Mais l
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
3l’enfer bourgeois, n’a trouvé d’autre salut que l’abandon à quelques obsessions sexuelles. Qui viendra rendre le sens de l’amou
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4vider ton verre, — il n’y a pure ivresse que de l’abandon — car voici qu’à son tour il s’égare au bras d’une erreur inconnue, t
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
5rémissant, c’est sa noblesse. Les faiblesses, les abandons, les déchéances de l’homme, nous les connaissons de [p. 729] reste et
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
6vider ton verre, — il n’y a pure ivresse que de l’abandon — car voici qu’à son tour il s’égare au bras d’une erreur inconnue, t
7 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
7’elle récusait à la fois la charité, le risque, l’abandon et la divine légèreté, c’est-à-dire, qu’elle récusait la grâce autant
8incapacité à faire par nous-mêmes le bien, dans l’abandon aux mains de Dieu, — aux violentes mains de Dieu. Un cantique nouve
8 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
9grâce et bonté pure », du salut par la foi, par l’abandon aux mains du Dieu Vivant. En face de philosophes qui se moquent des h
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
10st qu’ils reviennent tous deux de loin, d’un long abandon à l’erreur. Goethe n’a pas connu de tels déchirements. Et c’est lui q
10 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
11 moi tel que j’étais, ni rien que j’aie, mais cet abandon un instant, cette mort cachée dans la vie, cette insensible et peu cr
11 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
12journées : il n’est pas notre vie. Il n’est qu’un abandon aux lois de la poussière. ⁂ Ceci peut définir l’Antiquité : la paniqu
13 la chante un lyrique incroyant, n’est rien que l’abandon égoïste, et parfois voluptueux, d’un moi qui renonce à créer, qui ren
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
14lus certain que le « bolchevisme de salon », d’un abandon, voire d’un mépris de la culture et de l’esprit qui marque à son insu
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
15 ce siècle lui-même, n’est-il pas le produit d’un abandon de la mesure chrétienne en tant qu’instituée et sacrée ? Notre cultur
14 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
16 ma faiblesse peut-être), c’est que des siècles d’abandon charmant, derrière nous, aboutissent à une catastrophe dont pourraien
17xiste. Cette pensée, prolétarisée en fait par ses abandons, se flatte d’être un jour reconnue en droit par ses répondants politi
15 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
18 est ce qui appelle une décision, dont dispense l’abandon à l’habitude. C’est déjà là une forme d’évasion. Il y a aussi un conf
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19. Mais c’est tout juste si elles ont compensé les abandons ou les départs. (Les protestants qui sont souvent l’élément le plus a
20 refuge dans l’esprit pur — ne joue qu’entre deux abandons, entre deux fuites : devant soi-même ou devant le monde Il serait tem
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
21née. Tout ce qu’il y a de clarté, d’éclat doux, d’abandon à la force sereine de l’air, tout cela dit par les trois syllabes de
18 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
22née. Tout ce qu’il y a de clarté, d’éclat doux, d’abandon à la force sereine de l’air, tout cela dit par les trois syllabes de
19 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
23. Mais c’est tout juste si elles ont compensé les abandons ou les départs. (Les protestants qui sont souvent l’élément le plus a
20 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
24lle du réformisme, donc, du laisser-aller et de l’abandon, — et, finalement, de l’appel à la dictature. L’autorité nouvelle pre
21 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
25alisation de l’union libre, de l’avortement, de l’abandon des enfants, bref de tout ce qu’on croyait contraire aux préjugés réa
26êmement onéreux), contre l’avortement et contre l’abandon des enfants nés hors du mariage. La rigueur subite de ces lois, le ch
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
27foule, et refuse de nommer pour nous permettre un abandon ardent à ce que nous n’osions pas revendiquer. La résistance même qu’
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
28utres. Que signifie : Aimez vos ennemis ? C’est l’abandon de l’égoïsme, du moi de désir et d’angoisse, c’est une mort [p. 71] d
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
29sang. C’est le type même du départ mystique, de l’abandon à l’aventure surnaturelle. C’est la quête de l’âme pécheresse, c’est-
30pages où revient la même plainte de l’âme sur « l’abandon divin, tourment suprême ». Sur « ce vide profond… cruelle disette des
31e cette union résultent « la confiance, la foi, l’abandon, le service ». Il s’agit donc plutôt, me semble-t-il, d’une communion
32ntre adversaire : savoir l’union essentielle et l’abandon des œuvres. On est toujours à l’Orient de quelqu’un ! C’est ainsi que
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
33signation des sens. Et déjà l’on pressent que cet abandon au « mal du siècle » (sécularisation de la passion) ne peut conduire
34retrouver. Il n’est pas au terme d’un mouvement d’abandon à l’instinct énervé et au ressentiment de la chair. Il n’est pas cach
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
35e préfère le risque de mort, et la mort même, à l’abandon de sa passion. « La liberté ou la mort », hurlaient les Jacobins à l’
36on admette — et c’est possible — que son éloquent abandon aux puissances nocturnes du mythe n’ait été un dernier moyen de le dé
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
37alisation de l’union libre, de l’avortement, de l’abandon des enfants, bref de tout ce qu’on croyait contraire aux préjugés réa
38up plus onéreux), contre l’avortement et contre l’abandon des enfants nés hors mariage. La rigueur subite de ces lois, le choc
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
39ifie simplement que nous refusons d’envisager son abandon, et que nous le refuserons aussi longtemps que possible. Par exemple 
29 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
40urope est en train de payer le prix d’un siècle d’abandon à l’optimisme du Progrès. Pendant un [p. 195] siècle, elle fit la sou
30 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
41érémiades sur le déclin de l’esprit critique et l’abandon des grands principes. « C’est inconcevable ! » opineront-ils, les bra
31 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
42ur ceux que nous aimons. Entre ce don de soi et l’abandon, Satan ménage plus d’une pente insensible. Il sait que l’amour est le
43s cherchons la passion pour elle-même et comme un abandon. Les passions ne deviennent vraiment fortes que chez ceux qui d’abord
32 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
44st qu’ils reviennent tous deux de loin, d’un long abandon à l’erreur. Goethe n’a pas connu de tels déchirements. C’est lui qui
45te discipline libératrice comporte pour Rimbaud l’abandon de la poésie, alors qu’elle propose à Goethe, comme un exercice de ch
33 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
46e de nursery exige plus qu’un instant de foi et d’abandon… Cet an de grâce rationné 1945 se termine en pleine équivoque : est-c
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
47orme cadran. Voici le carrosse de Washington, à l’abandon. La peinture craquelée tombe par morceaux, les coussins de velours ro
35 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
48e de nursery exige plus qu’un instant de foi et d’abandon… Cet an de grâce rationnée 1945 se termine en pleine équivoque : est-
36 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
49orme cadran. Voici le carrosse de Washington, à l’abandon. La peinture craquelée tombe par morceaux, les coussins de velours ro
37 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
50orme cadran. Voici le carrosse de Washington, à l’abandon. La peinture craquelée tombe par morceaux, les [p. 283] coussins de v
38 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
51’identification, par la conquête chez l’un, par l’abandon chez l’autre. Que cette hypnose soit en quelque mesure — celle de l’e
39 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
52n, ni au salut que lui vaudrait un instant de pur abandon — payé de sa mort, il est vrai, pour quelle indescriptible renaissanc
53 le mythe de Tantale dans un monde où l’instant d’abandon ne signifie plus la mort mais la vie et l’héritage de la vie éternell
54aume : il demande un instant de foi. Un instant d’abandon de soi-même, et d’amour désintéressé. Toute autre tentative pour méri
40 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
55combattre, mais au contraire un besoin obsédant d’abandon à quelque délire et de dissolution incontrôlée. Ces dispositions, bie
41 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
56aux dépens de leur souveraineté. Il naîtrait de l’abandon même, par les nations, de leurs prérogatives de droit divin. Qu’on ne
57r mondial indépendant de ces gouvernants, né de l’abandon partiel des souverainetés nationales, et armé de la bombe atomique, s
42 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
58-dire de sauver son autonomie réelle au prix de l’abandon d’une souveraineté qui, dans le fait, n’existe plus, celui-là ferait
43 1948, Suite neuchâteloise. VII
59 va dire les grands mots impossibles, dans un fol abandon, et ce sera vrai. Comme tout est facile et violent quand les portes d
44 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
60 va dire les grands mots impossibles, dans un fol abandon, et ce sera vrai. Comme tout est facile et violent quand les portes d
45 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
61es souverainetés.) Mais au lieu de discuter sur l’abandon des privilèges féodaux des États, l’Assemblée, fort sagement, s’est t
46 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
62 souverainetés [p. 27] illusoires — comment faire abandon de ce qu’on n’a plus ? — mais de renoncer, une fois pour toutes, à in
47 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
63on qu’on me pose de tous côtés : Êtes-vous pour l’abandon de notre neutralité ? je ne puis donc répondre oui ou non. Le problèm
48 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
64er à des souverainetés illusoires — comment faire abandon de ce qu’on n’a plus ? — mais de renoncer, une fois pour toutes, à in
49 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
65 pour ne pas faire l’Europe, et nous y sommes : l’abandon des efforts d’union est tacitement admis par les Européens. L’Europe
50 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
66 sein. 5. Une telle Fédération ne suppose pas « l’abandon de nos souverainetés », mais au contraire l’institution d’une souvera
51 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
67litants de l’Europe unie depuis l’été dernier : l’abandon du projet de CED et les accords de Londres. Londres a réalisé dans l’
52 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
68sionnés et des mystiques), il est impérialisme et abandon du moi (avec la même sincérité, dans le même geste) ; il est intensit
69l’étreinte des corps ouvre la Voie mystique, et l’abandon total à la passion est décrit comme une conversion : Alors la vraie
53 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
70, ne peuvent conduire qu’à la condamnation et à l’abandon de toute espèce d’effort technique. Devant cette même Nature désormai
54 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
71 ses efforts pour se sauver lui-même, sauvé par l’abandon à Celui qui le juge ; pécheur selon la Loi et sauvé par la Foi. Ainsi
55 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
72 la fuite vers le salut individuel, et celui de l’abandon au sacré collectif — maladie « grecque » et maladie « romaine » de la
56 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
73ionnés et des mystiques) ; il est impérialisme et abandon du moi (avec la même sincérité, dans le même geste) ; il est intensit
74l’étreinte des corps ouvre la Voie mystique, et l’abandon total à la passion est décrit comme une conversion : Alors la vraie
57 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
75 plus d’autre choix que de m’en dire l’agent. Cet abandon de l’être entier à la Maya, sans plus rêver la délivrance du Nirvana,
58 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
76, ne peuvent conduire qu’à la condamnation et à l’abandon de toute espèce d’effort technique. [p. 192] Devant cette même Natur
59 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
77, sinon la plus exacte, en Occident 94 . Enfin, l’abandon volontaire ou forcé des colonies européennes en Asie vient de supprim
60 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
78 seul coup toutes les forces encore hésitantes, l’abandon de l’alliance atlantique… Tels sont, sans doute, les faits récents, e
61 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
79 plus d’autre choix que de m’en dire l’agent. Cet abandon de l’être entier à la Maya, sans plus rêver la délivrance du Nirvana,
62 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
80ou l’impuissance, la solitude ou l’obsession de l’abandon, l’angoisse ou la vulgarité d’esprit et d’âme — ces deux cas sont les
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
81le théâtre de tant de splendeur, et je n’ai vu qu’abandon et que solitude. … Et à ces mots, mon esprit suivant le cours des vic
82Qui sait, me dis-je, si tel ne sera pas un jour l’abandon de nos propres contrées ? Qui sait si sur les rives de la Seine, de l
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
83ent capables de nous dominer nous-mêmes, pleins d’abandon, très reconnaissants, très patients, très accueillants. Avec tout cel
65 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
84ou l’impuissance, la solitude ou l’obsession de l’abandon, l’angoisse ou la vulgarité d’esprit et d’âme — ces deux cas sont les
66 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
85modèle de la « Ligue helvétique », d’autre part l’abandon par la France et la Grande-Bretagne de toutes leurs coûteuses « dépen
67 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
86risquait fort d’impliquer, on vient de le voir, l’abandon de l’union politique, qui est supranationale [p. 61] ou n’est rien. L
68 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
87sirent à l’extérieur par une neutralité de fait : abandon progressif des alliances séparées. L’épreuve majeure fut celle de la
69 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
88on immédiate sous prétexte qu’elle impliquerait l’abandon préalable, volontaire, déclaré, et au surplus contraire à la Constitu
89 mains d’un chef d’État, c’est celui de refuser l’abandon d’une fiction : la souveraineté absolue de son pays. En revanche, l’i
70 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
90n à des mesures positives, ou bien à consentir un abandon (parfois opportun). Ainsi, elle permet aux États de procéder à leur d
71 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
91anières. En dehors de ces interdictions et de ces abandons, le pouvoir des États s’avère désormais extrêmement limité. Si l’État
72 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
92le théâtre de tant de splendeur, et je n’ai vu qu’abandon et que solitude… Qui sait si sur les rivages de la Seine, de la Tamis
73 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
93ivent-ils engager la bataille sur le thème de « l’abandon des souverainetés » ? Je ne le pense pas, pour deux raisons. La premi
74 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
94ue les peuples ignorent ce que signifieraient les abandons de souveraineté qu’implique l’union européenne ? Je réponds que les p
75 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
95le théâtre de tant de splendeur, et je n’ai vu qu’abandon et que solitude… Qui sait si sur les rivages de la Seine, de la Tamis
76 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
96es économiques-écologiques-civiques, au prix de l’abandon de leurs sacro-saintes souverainetés nationales, on ne voit pas comme
77 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
97e la vérité. Survient la nuit du 4 août 1789 et l’abandon des « privilèges » non seulement de la noblesse, qui avait démérité,
98, n’aura signifié pareille somme d’imperceptibles abandons individuels. Or, cette somme insensée de pouvoirs dont le citoyen s’e
78 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
99appartient au monarque, à qui le peuple en a fait abandon, une fois pour toutes, et sans conditions. La souveraineté est défini
79 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
100’au principe de la crise communautaire, il y a eu abandon des fins de la personne au profit d’un programme collectif, celui que
80 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
101nt beaucoup plus faciles à obtenir que les grands abandons de souverainetés étatiques qui resteront peut-être sans lendemain, un
81 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
102onservateurs des produits alimentaires, etc. 5. L’abandon des surgénérateurs au profit des sources d’énergie solaire, éolienne,
82 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
103emplacé par celui de « Facultés », qui implique l’abandon de toute intention d’interdisciplinarité, de convergence des arts lib
83 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
104, n’aura signifié pareille somme d’imperceptibles abandons individuels. Or, cette somme insensée de pouvoirs dont le citoyen s’e
84 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
105er à des souverainetés illusoires — comment faire abandon de ce qu’on n’a plus ? — mais de renoncer, une fois pour toutes, à in