1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1e dans sa « puissance de choix », dans le génie d’abstraction qui a produit la géométrie grecque. D’autres attribuent cette supério
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
2 Et certes ce n’étaient pas des êtres, mais leurs abstractions que nous haïssions. Notre haine de certaine morale ne venait-elle pas
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
3r lequel on nous préparait — c’était un système d’abstractions primaires, c’était le rêve raisonnablement organisé des esprits moyen
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
4que, il lui faudra se réfugier dans la sphère des abstractions les plus exsangues. Je pense quant à moi qu’un idéalisme de cette esp
5 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
5trait, c’est-à-dire comme un système intéressant, abstraction faite de ses moyens d’actualisation. L’humanisme d’un homme de 1932 [
6 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
6le cherche à compenser par un praticisme tardif l’abstraction toujours plus irréelle de sa pensée et de ses rêves. Elle pense trop
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
7stin des ismes, qui sont — en fin de compte — des abstractions. Et, je le répète, pour que ces ismes aient, à nos yeux, un destin, i
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
8stin des ismes, qui sont — en fin de compte — des abstractions. Et je le répète, pour que ces ismes aient, à nos yeux, un destin, il
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
9sponsabilité de son acte. « Car une foule est une abstraction, qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a, dans la règle, deux
10 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
10re national centralisé, géométrique, conçu dans l’abstraction et imposé par la violence. Pour soutenir un tel dessein, il s’agit d’
11 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
11igner de notre liberté. Dans le plan d’ombre et d’abstractions, parfois violentes, où se poursuit ce vieux débat, aucun espoir de so
12 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
12 acte, mais comme un état. C’est faire simplement abstraction de la responsabilité réciproque. Il en résulte que le je et que le tu
13 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
13de le trouver, qui en fait purement et simplement abstraction, et qui s’abstrait [p. 21] ainsi lui-même de la vie profonde du peupl
14 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
14écis, au parler vif et sachant écouter, rompu aux abstractions et sachant voir, toujours prêt à l’accueil le plus ardent mais aussi
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
15umainement la grande attente messianique. Point d’abstractions : c’est que le culte qu’il faut rendre au Dieu vivant est une obéissa
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
16e laïque, et qui n’est trop souvent qu’une impure abstraction. Cette Histoire [p. 167] qui prétend déduire les uns des autres des s
17s et la science des faits du marxiste restent des abstractions inactuelles, et le cliquetis de leurs luttes ne doit plus effrayer qu
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
18 devient « la matière », tout n’est que schème et abstraction. Hors de cet acte, règne l’absence. Et cette absence est infinie. Car
19s avons à regagner notre humanité véritable sur l’abstraction et le mensonge des mots, partout où ils nous ont tentés, et ne cessen
20 héritage d’un libéralisme dégradé, d’un esprit d’abstraction doublé de mensonge concret, dont les écrivains d’aujourd’hui abusent
21elle devrait être un acte. C’est faire simplement abstraction de la tension, de la responsabilité réciproque. Il en résulte que le
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
22 que ce n’est pas aussi la racine de cet esprit d’abstraction égoïste dont nous souffrons tous ? Enfin, n’est-il point trop facile
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
23e compréhension amicale et directe. Je vois cette abstraction : le Public, s’évanouir et renaître, incarnée à chaque fois dans une
24s, comme tels, en aucun temps. Ce ne sont pas des abstractions qui achètent nos livres. [p. 205] Ce qu’il s’agit de retrouver, c’es
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
25e compréhension amicale et directe. Je vois cette abstraction : le Public, s’évanouir et renaître, incarnée à chaque fois dans une
26ns comme tels, en aucun temps. Ce ne sont pas des abstractions qui achètent nos livres. Ce qu’il s’agit de retrouver, c’est le conta
21 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
27 que ce n’est pas aussi la racine de cet esprit d’abstraction égoïste dont nous souffrons tous ? Pourquoi les hommes vivent-ils sur
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
28e notre mythe. Pour qui se place, par un effort d’abstraction, à l’extérieur du phénomène commun au romancier et au lecteur, pour q
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
29éatrice s’élèvera davantage dans une hiérarchie d’abstractions mystiques, figurant d’abord la philosophie, puis la Science, puis la
24 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
30 se confondre avec lui au point qu’on croie cette abstraction plus vraie que la figure mythique. Le tour est subtil et requiert un
25 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
31 ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de mains, mais chaque homme [p. 143] isolé a, dans la règ
32x grands événements qui opposent les Nations, ces abstractions personnifiées, et les Révolutions, incarnées par leurs Chefs. Tout ce
26 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
33 ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a, dans la règle, deux
34x grands événements qui opposent les Nations, ces abstractions personnifiées ; et les Révolutions incarnées par leurs chefs. Tout ce
27 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
35te demeure un pur possible, un modèle d’acte, une abstraction, c’est-à-dire quelque chose que nous pouvons concevoir sans pour auta
36sponsabilité de son acte. « Car une foule est une abstraction, qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a, dans la règle, deux
28 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
37— ou la paix — n’est à nos yeux qu’une fumée, une abstraction, c’est-à-dire, soyons francs, le comble de l’ennui, si ce n’est pas u
29 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
38e vérités élémentaires qui ne sont autres que des abstractions opérées sur nos formes de langage. Je voudrais dire cela plus simplem
30 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
39s vont me dire. On me dira que je me perds dans l’abstraction, et que j’idéalise les motifs terre à terre qui militent en faveur d’
40rez la guerre par surcroît, vous serez sauvés des abstractions… Mais si des résistances se manifestent, croyez-m’en, elles [p. 107]
41, c’est parce qu’elle a compensé par l’esprit, en abstractions et en spéculations, suivies de créations aventureuses, les réalités t
31 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
42t nommé Coexistence ira porter dans le vide cette abstraction fuyante, concrétisée en forme de ballon de football. S’il revient sur
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
43tre la pensée, poussé jusqu’au dernier degré de l’abstraction et de l’audace logique, semble en voie de rejoindre en perspective l’
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
44s la botte de gouvernants qui fassent entièrement abstraction des notions de droit, de prospérité, de travail et d’industrie toujou
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
45n ne le trouvera jamais au terme d’un processus d’abstraction, ni en retranchant — ou en ajoutant — quelque chose au concept [p. 33
35 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
46 des sondages d’opinion et du suffrage universel. Abstraction faite des noms, des intentions cachées, des motifs présumés et des si
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
47e « mystère » gothico-romantique fait place à des abstractions symboliques en pleine lumière. La musique : Arthur Honegger Des séq
37 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
48 réalisme, impressionnisme, cubisme, surréalisme, abstraction, etc. — et les correspondances de ces styles et mouvements dans tous
38 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
49re, qui se rencontrent dans une seule personne… » Abstraction faite de la foi que l’on accorde ou non à la substance de ces énoncés
39 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
50 réalisme, impressionnisme, cubisme, surréalisme, abstraction, etc. — et les correspondances de ces styles et mouvements dans tous
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
51re, qui se rencontrent dans une seule personne… » Abstraction faite de la foi que l’on accorde ou non à la substance de ces énoncés
41 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
52ure, qui se rencontrent dans une seule personne… Abstraction faite de la foi que l’on accorde ou non à la substance de ces énoncés
42 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
53 Si ce n’est pas la personne, alors quoi ? Quelle abstraction politicienne ? Ceux qui prétendent que l’homme n’est qu’une illusion,
43 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Quand même il serait seul… (Sur un texte de George Orwell) (automne 1975)
54abord un péché mortel, et deviendra plus tard une abstraction dépourvue de sens. L’individu autonome [p. 52] est sur le point d’êt
44 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
55hnologie, et selon les exigences du Progrès — ces abstractions divinisées et compulsives. Si l’on s’en tient au seul domaine technol
45 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
56les réalités humaines et naturelles, cet esprit d’abstraction, ce mépris du civisme, donnent champ libre aux géomètres de l’État. D
46 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
57lle est incapable de penser au-delà de ces vastes abstractions : le revenu national, le taux de croissance, la production par tête,
47 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
58ien que vous pensez que j’en ai fait une espèce d’abstraction. Mais ce sont là ses voies et ses déguisements. Il ne laisse pas d’em