1 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
1d’intelligent, je le mesure aussi à l’émotion qui accueillit l’étude de Maury sur Jacques Rivière : combien reconnurent dans le to
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
2 au couchant, dans ce corridor de lumière où elle accueille le ciel — et derrière, elle devient plus secrète. Vers l’est, des col
3 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
3est avec un légitime orgueil que notre petit pays accueillera cette consécration bien méritée du talent d’un de ses enfants… » Car
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4 rêve, le peuple, qui n’a pas vu ces dessous mais accueille le résultat avec la naïveté qu’il faut, approuve et dit : « C’est bie
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5vite la plus persuasive : nous sommes prêts à les accueillir. p. 131 j. « Louis Aragon, le beau prétexte », Revue de Belles-
6 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
6iberté d’un désir à sa naissance L’étoile qui l’accueille au sommet ravi d’un silence c’est le miroir d’une absence mais le sig
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Kikou Yamata, Saisons suisses (mars 1930)
7 1930) be Peut-être faut-il venir du Japon pour accueillir du premier regard, dans un matin plein de mouettes — « Un beau bruit
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
8e du conférencier en témoignent une fois de plus. Accueilli avec quelque perplexité par le public de la première conférence, siff
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
9 mes regards sur ses vêtements misérables et je l’accueillis dans mes bras. Elle rêvait, ses mains étaient très douces, et lorsque
10alyse. Comment répondre à leur hostilité, comment accueillir avec un cœur viril et bon le spectacle de ces corps amaigris, énervés
10 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
11 Il fallait voir comment ces Messieurs de la Cour accueillaient certaines tirades sur le fameux principe de la liberté de conscience.
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12 wir erlösen ». Les grandes entités symboliques l’accueillent dans leur harmonie : c’est la « grande Magie » que Faust enfin rejoin
12 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
13n voudrait quelque chose de positif… » Nous avons accueilli cette question de la façon dont nous voudrions que toutes les questio
14toutes les questions que nous poserons ici soient accueillies : avec un sérieux et un respect si peu feints qu’ils n’excluent nulle
13 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
15 humaines, qu’on se trouve aujourd’hui justifié d’accueillir leurs « au loup ! » avec un scepticisme réaliste. L’intelligentsia ci
14 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
16 Voilà le mot lâché. Je connais la réaction qui l’accueille. Hé quoi ! dit-on, en face de tous ces monstres menaçants, vous n’ave
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
17 Voilà le mot lâché. Je connais la réaction qui l’accueille. Hé quoi ! dit-on, en face de tous ces monstres menaçants, vous n’ave
16 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
18ours un roman : L’Archer tirant contre le soleil. Accueilli à sa sortie de prison par une foule en fête, il entraîne une centaine
17 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
19é de la Personne. Je connais bien la réaction qui accueille d’ordinaire nos déclarations personnalistes. « Hé ! quoi, nous dit-on
18 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
20 restera le foyer des chercheurs, toujours prêt à accueillir les savants et leurs découvertes, à ajouter des maillons à la chaîne
19 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
21ivre » mieux que la plupart des jeunes gens qu’il accueille si généreusement, chaque semaine, en son logis. Il se tourna vers moi
22notre témoignage. » Un silence pesant et solennel accueillit cette brève lecture. Nicodème paraissait perdu dans son rêve. Ses lèv
20 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
23is des écrits les moins « orthodoxes » qu’ils ont accueillis cette année. La belle étude de Karl Löwith sur Hegel, Marx et Kierkeg
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
24e : aussi la grande majorité du corps professoral accueille-t-elle les injonctions du Parti avec une passivité qui est la forme d’o
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
25r été en face. Sans compter qu’on n’aime pas être accueilli par la réprobation sournoise d’une épicière. Ennui de traverser le vi
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
26blication d’un communiqué de ce genre ne soit pas accueillie par une traînée de rigolade irrépressible dans toutes les couches de
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
27r été en face. Sans compter qu’on n’aime pas être accueilli par la réprobation sournoise d’une épicière.   20 novembre Le bureau
25 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
28 de battements sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passerelle qui mène à la tribune. Pendant si
29e cette petite phrase par laquelle l’un de vous m’accueillit. ⁂ Il est facile d’avoir raison, de loin, contre un peuple qu’on ne v
26 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
30nez-vous de la « jeune fille éblouissante » qui l’accueille par ces paroles : « Je suis toi-même ! » Ainsi de la fidélité du myth
31a technique). Reste à savoir si le christianisme, accueilli par les Indes ou la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la ré
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
32t. L’obscurité du mythe nous met donc en mesure d’accueillir son contenu déguisé et d’en jouir par l’imagination, sans en prendre
33 ait choisi cette destinée, qu’il l’ait voulue et accueillie par un obscur et souverain assentiment, tout le trahit dans son actio
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
34alter la révolte du sang barbare. Il était prêt à accueillir, sous le couvert de formes catholiques, toutes les reviviscences des
35demeuré au Ciel, hors de la manifestation) et qui accueille l’hommage de son âme par un salut et un baiser. L’enfer étant la pris
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
36» Mais finalement, c’est la passion totale qu’ils accueilleront comme la révélation dernière, dans la mort. Ainsi de leur attitude en
37de et le condamne sans appel : le nirvana ne peut accueillir le samsara (qui est la vie diverse, infiniment mouvante). Au contrair
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
38 de ce message, il fallait le nier pour pouvoir l’accueillir, il fallait à tout prix le travestir, l’interpréter d’une manière tol
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
39nez-vous de la « jeune fille éblouissante » qui l’accueille par ces paroles : « Je suis toi-même ! » Ainsi de la fidélité du myth
40a technique). Reste à savoir si le christianisme, accueilli par les Indes ou la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la ré
32 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
41r un idéal entraînant. Enfin, nous sommes prêts à accueillir tous les isolés, tous ceux que la « politique » déçoit, mais que le s
33 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
42 se sentira plus perdu chez les braves gens, mais accueilli dans une maison de Dieu. Ce que je voudrais dire encore sur ce sujet
34 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
43il de la destinée, quand nous pouvions encore les accueillir avec une amoureuse astuce… Ceci dit, le Diable a deux chances de se g
44 comme des dieux, c’est le Diable encore qui nous accueille au sommet de notre ascension. Comme le montre l’histoire de la Tour d
45produit dans l’ordre naturel chaque fois que l’on accueille ou que l’on rejette un être, dans le temps d’un premier regard. Voici
35 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
46r erlösen. 5 Les grandes entités symboliques l’accueillent dans leur harmonie : c’est la « Grande Magie » que Faust enfin rejoin
36 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
47illeurs amis. (On entend : les Français qui l’ont accueilli comme émigré.) Mais lui, l’émigré, l’excité, le belliciste, et pire :
37 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
48nse pour nous quatre. Et le lendemain nous étions accueillis dans cette Quinta toute hérissée de grilles et de cactus quand on arr
38 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
49l’école de l’estancia. Ces jeunes filles nous ont accueillis avec une aimable réserve, un maté et des disques de jazz. L’une est u
39 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
50ire humiliée, qu’un grand nombre d’Américains ont accueilli la nouvelle de la Bombe. — Nous avons perdu la face, s’écriaient-ils,
40 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
51ur tout autre pays que je connaisse, l’avantage d’accueillir les critiques avec mieux que de la tolérance : avec une volonté souri
41 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
52ns, en bois blanc, entourés de gazon, et qui vous accueillent par une allée de grandes dalles propres, sont en règle générale beauc
53avec la France surtout. [p. 153] 4. Comment ils accueillent un étranger Le grand bourgeois de Paris et ses fils, lorsqu’ils renco
54ur tout autre pays que je connaisse, l’avantage d’accueillir les critiques avec mieux que de la tolérance : avec une volonté souri
42 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
55 qu’en paroles. Durant la dernière guerre, elle a accueilli sur son petit territoire des centaines de milliers de réfugiés, de so
56ipation de la Suisse aux entreprises même qu’elle accueille, pose un problème bien différent. Dès le xvie siècle en fait, et dès
43 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
57 actuelle, très sensible aux tribuns littéraires, accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents hommes d’État. Il fallait
44 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
58 actuelle, très sensible aux tribuns littéraires, accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents hommes d’État. Il fallait
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
59entrer en France, et quoique nous y fussions bien accueillis, je désirai voir tout le reste. Je passai donc en Italie puis en Alle
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
60tre air ; on se trouvera donc bien en tout pays d’accueillir les pensées étrangères ; car dans ce genre, l’hospitalité fait la for
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
61gard aux frontières territoriales, une Église qui accueille dans son sein toutes les âmes altérées de ciel et qui s’offre à deven
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
62’Alcinoüs, le roi lui-même et sa fille Nausicaa l’accueillent en hôte d’honneur, sans savoir qui il est : ils ont senti qu’ils avai
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
63e ne peut rien où celui à qui elle s’adresse ne l’accueille pas ; qu’on songe à la légende du deuxième larron sur la croix. Or, e
50 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
64docteur ès-lettres de l’Europe ». À Paris, tout l’accueille, et d’abord ses cousins, Cyprien et Misia Godebski (cette dernière de
51 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
65ent meilleures que les nôtres. Le Tiers Monde les accueille sans méfiance de principe. Il ne dit pas de leurs dons, comme il le d
52 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
66complexes ignorés, mais d’autant plus actifs… » N’accueillons pas sans reconnaissance l’homme capable de nous dire savamment, certe
53 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
67président de l’AEFM que je me félicite de pouvoir accueillir dans nos publications le compte rendu du colloque réuni à Aix au mois
54 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
68x du reste de l’Europe. Notre entrée à l’OECE fut accueillie avec méfiance par la presse moyenne de la Suisse allemande : elle rel
69t réaliste, les clichés de l’helvétisme populaire accueilleraient le touriste à l’entrée de chaque salle : Guillaume Tell, père de la p
55 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
70x du reste de l’Europe. Notre entrée à l’OECE fut accueillie avec méfiance par la presse moyenne de la Suisse allemande : elle rel
71t réaliste, les clichés de l’helvétisme populaire accueilleraient le touriste à l’entrée de chaque salle : Guillaume Tell, père de la p
56 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
72 courants, dans un milieu qui les attend, qui les accueille. Serait-ce à cause de la nature de son sol et de son terroir ? Non, c
57 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
73mme amusé dans un château près de Strasbourg où l’accueillent gentiment Mélanie et Pauline — comtesse de Pourtalès et princesse Met
58 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
74ion se trouve avoir pour vocation, précisément, d’accueillir ce qui est neuf et de fonder sur du neuf les modèles et structures de
59 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
75logans s’usent très vite, et la jeunesse actuelle accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents bavardages. Il fallait do
60 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
76anière qui n’est qu’à lui de mettre en œuvre et d’accueillir la musique d’hier et d’aujourd’hui, bien commun et œuvre commune de l
61 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
77 l’Albigeois, du Carcassès, du Comté de Foix, qui accueillaient et protégeaient les troubadours étaient, à la veille de la Croisade,
78 quotidiennement dans les châteaux cathares « qui accueillaient et protégeaient les troubadours » (E. T., pp. 228-229) 236 . Bien mie
62 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
79FM est la première institution européenne qui ait accueilli l’Europe entière, de la Pologne au Portugal, de l’Écosse à la Bohême,
63 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
80 de battements sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passerelle qui mène à la tribune. Pendant si
64 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
81, les voyageurs, toujours en Quête, nous y serons accueillis pour un soir avec notre question — « Aurais-je ici mon lieu ? Pour qu
65 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
82onsultatif. Mais elle a réussi le tour de force d’accueillir dans ses assises, à côté des représentants des gouvernements, des dél
66 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
83tre air ; on se trouvera donc bien en tout pays d’accueillir les pensées étrangères ; car dans ce genre, l’hospitalité fait la for
67 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
84s. Cette absence est due au refus de l’alliance d’accueillir en son sein des communistes, alors que les écologistes ouest-allemand