1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
1 qu’on vient de jucher sur la flèche de l’édifice administratif. Et c’est ce qui s’appelle une belle carrière. Mais ces brillants mét
2 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
2 de régions, qui deviendront les circonscriptions administratives et politiques essentielles du pays, en même temps que des centres éco
3moyens. Le plan Doumergue est purement politique, administratif si l’on veut. Au point de vue économique, il se réduit à la défense d
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
4ouvoir, le droit de vote et l’accès aux fonctions administratives municipales restèrent réservés à ceux « dont les ongles n’étaient pas
4 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
5moins vrai que ce n’est pas au niveau de cet État administratif que l’autorité pourra valablement s’exercer. Nous avons déjà insisté
6vec un fonctionnement satisfaisant des organismes administratifs. En effet, toutes les fois que l’autorité sur laquelle repose, en fin
7nt des libertés personnelles contre les tyrannies administratives. Son fonctionnement sera donc, en certains points, analogue à celui
8mple, la nomination dans les comités de direction administrative de membres chargés d’y assurer l’influence du dynamisme révolutionnai
9urveiller le fonctionnement de tel ou tel secteur administratif… Encore une fois, il ne s’agit pas ici de décrire en détail le foncti
10révoit un État qui [p. 49] soit, dans son domaine administratif, un État fort. Puis, et surtout, nous poserons à ceux qui font cette
11ns la tension entre communes autonomes et organes administratifs centralisés. Or, l’existence concomitante du Conseil suprême et de l’
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
12pables d’imagination, détestant les complications administratives mais aimant les complexités concrètes, choisis pour leur sens fédéral
6 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
13tion partisane. Il doit être soulagé d’un travail administratif qui ne laisse plus aux chefs de départements le temps de gouverner. L
7 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
14 vois bien que nos Églises constituent des unités administratives, qu’elles réunissent régulièrement des auditoires assez nombreux, qu’
8 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
15ement des États-Unis d’Amérique. Dans la jungle administrative… Le président a plus de pouvoir qu’un roi, dit-on. Mais ce n’est pas
16és. Peu ou point d’esprit de corps, de traditions administratives, et d’institutions « vénérables », formalistes et inefficaces. Ensuit
9 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
17unauté vivante, que le gigantisme de nos machines administratives, le règne de l’argent, le nomadisme industriel, et les déportations e
10 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
18és. Peu ou point d’esprit de corps, de traditions administratives, et d’institutions « vénérables », formalistes et inefficaces. Ensuit
11 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
19 multitude de groupes et d’organismes politiques, administratifs, culturels, linguistiques, religieux, qui n’ont pas les mêmes frontiè
12 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
20alités culturelles, linguistiques, économiques et administratives, qui n’ont aucune raison de se recouvrir en fait, cette diversité nat
13 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
21alités culturelles, linguistiques, économiques et administratives, qui n’ont aucune raison de se recouvrir en fait, cette diversité nat
14 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
22, mais en vertu du seul poids de leurs mécanismes administratifs. [p. 4] Toute notre vigilance doit s’exercer, dès maintenant, contre
15 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
23 ne tenait aucun compte de nos récentes divisions administratives et douanières. Le champ d’action optimum d’une œuvre de coopération c
16 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
24limités que par la loi, jamais par les supérieurs administratifs. La commune tranche en première instance, et le canton n’intervient q
25gistrats qui en fait partie dirige un département administratif, et joue donc le rôle d’un ministre. Cependant, les décisions importa
26mbres du Conseil, lesquelles sont essentiellement administratives et exécutives. Le Conseil fédéral « présente des projets de lois ou d
17 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
27 ne tenait aucun compte de nos récentes divisions administratives et douanières. Le champ d’action optimum d’une œuvre de coopération c
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. A. Introduction
28autonomie en l’intégrant dans un corps collectif, administratif ou mythique ? Des diverses réponses effectivement données à ces quest
19 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
29ommuns pour tous les étudiants. Le même personnel administratif pourrait également servir à tous les instituts, et certains moniteurs
30 rencontre qu’ils cherchent, ainsi que l’appareil administratif et la documentation nécessaires pour des sessions d’études. Conclus
31s cours généraux d’une part, et de leurs services administratifs d’autre part ; 3° organisation par le staff permanent de ce Centre d’
32 valables quand il s’agit de choisir une capitale administrative ou le siège d’un futur Pouvoir fédéral européen, ne devraient pas int
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
33lus fortes que le terme d’Europe : tantôt moitiés administratives de l’Empire (Arcadius et Honorius), tantôt moitiés théologiques de l’
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
34f est l’opposé de la hiérarchie ou centralisation administrative et gouvernementale par laquelle se distinguent, ex æquo, les démocrat
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
35rmes de l’empire. Il en adopte même les divisions administratives (Civitas au ve siècle désigne la ville épiscopale). Il prend tout ce
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
36 de délimitation territoriale, de pure compétence administrative. Seule une Union fédérale permettra la sauvegarde des institutions dé
37que, social, culturel, scientifique, juridique et administratif, ainsi que par la sauvegarde et le développement des droits de l’homm
24 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
38olloques Les sessions générales de l’Unesco, plus administratives que culturelles, habituent des hommes de culture de toutes les région
25 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
39’économie, de n’avoir pu qu’effleurer les aspects administratifs, politiques et civiques du problème des métropoles. Fort heureusement
26 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
40mises en place, entreprennent les centralisations administratives indispensables. Mais elles rencontrent chemin faisant certains obstac
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
41 culturels et sociaux, économiques et politiques, administratifs et fiscaux, voire judiciaires. Bref, la Suisse est l’exemple unique e
42limités que par la loi, jamais par les supérieurs administratifs. La commune décide en première instance, et le [p. 112] canton n’inte
43ens inattendu d’une simplification des structures administratives et d’une diminution bien remarquable du nombre des charges et des mag
44gistrats qui en fait partie dirige un département administratif, et joue donc le rôle d’un ministre. Cependant, les décisions importa
45tions du Conseil, lesquelles sont essentiellement administratives et exécutives. Le Conseil fédéral « présente des projets de lois ou d
28 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
46 de retrouver une autonomie à la fois économique, administrative et culturelle. Un phénomène du même ordre s’observe en Italie, où l’o
29 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
47leur location dans une même ville, leurs services administratifs et leur dépendance financière d’un même État. À part cela, elles n’on
30 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
48cinq ou dix ans ?) en une fédération d’autonomies administratives, parlementaires, exécutives et budgétaires composée de l’Écosse, de l
49en de bureaux où se concentrent tous les pouvoirs administratifs, civils et militaires, fiscaux et policiers, mais aussi ecclésiastiqu
50bérée de la tyrannie des frontières politiques et administratives imposées aux réalités ethniques et économiques, les régions vont très
51u de l’autonomie [p. 52] de décision d’un échelon administratif. Préférons, dans le monde régional, cette liberté modeste mais bien r
31 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
52tion d’une mystique — la Nation — par un appareil administratif et policier — l’État. Un État plus ou moins nationalisé ou une Nation
53 Sieyès sous prétexte de simplifier les contrôles administratifs, Mirabeau répondait déjà par cette grande phrase : Le but de la socié
32 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
54 doute plus de chances de favoriser l’inquisition administrative que d’accroître les libertés civiques. Elle ne serait à aucun titre u
33 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
55. Il adopterait une politique sévère de déflation administrative et de guerre au papier. Les bureaux du Centre proprement dit (à Genèv
34 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
56oumise à un contrôle excessif de la part d’unités administratives supérieures. De son côté, la Déclaration sur l’Aménagement de l’Envi
35 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
57nomiques et historiques, ethniques, juridiques et administratives, puis l’étude de leurs interactions, enfin le calcul de leurs résulta
36 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
58honorifique, par courtoisie ou par simple routine administrative survivant aux conditions de fait, comme il arrive, car vous serez Amé
37 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
59oléonien, et qui n’ont guère d’autre existence qu’administrative dans les faits, et scolaire dans les esprits. Les États-nations en ta
38 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
60tion d’une mystique — la Nation — par un appareil administratif et policier — l’État. Un État plus ou moins nationalisé ou une nation
61Sieyès, sous prétexte de simplifier les contrôles administratifs, Mirabeau répondait déjà par cette grande phrase : « Le but de la soc
39 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
62 une patrie. L’État est un agencement d’activités administratives et politiques, une construction artificielle par définition, rarement
63yen de revendiquer [p. 135] l’annexion à son État administratif, au nom de son propre sentiment patriotique, de peuples qui ont l’hon
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
64fièvre sa mutation en une fédération d’autonomies administratives, parlementaires, exécutives et budgétaires, composée de l’Écosse, du
65bérée de la tyrannie des frontières politiques et administratives imposées aux réalités ethniques et économiques, les régions vont très
66areil, ou de l’autonomie de décision d’un échelon administratif. Préférons, dans le monde régional, cette liberté modeste mais réelle
67 doute plus de chances de favoriser l’inquisition administrative que d’accroître les libertés civiques. Elle ne serait à aucun titre u
41 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
68tion d’une mystique — la Nation — par un appareil administratif et policier — l’État. Un État plus ou moins nationalisé ou une Nation
69sous prétexte de simplifier les contrôles [p. 32] administratifs, Mirabeau répondait déjà par cette grande phrase : Le but de la socié
42 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
70s frontières « naturelles » ou par des frontières administratives fixées en d’autres temps et circonstances selon des critères non écon
71 stato-nationales. C’est la division politique ou administrative des régions ethniques et socio-économiques qui crée la plupart des pr
72st accidentel, sans plus d’utilité démontrable qu’administrative, et très nuisible à tout autre égard. Les frontières sont encore capa
73 la souveraineté de l’État est limitée aux tâches administratives, les frontières sont ouvertes et insensibles, comme entre les cantons
74ères, résultant de la non-coïncidence des limites administratives, des réalités ethniques et des dynamismes économiques, n’est que la t
75s ou ethniques ne coïncident pas avec les régions administratives, qui sont inadéquates pour définir les régions économiques, et moins
43 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
76ise que « les aires d’application géographique et administrative [p. 88] des fonctions étant essentiellement malléables », l’interven
44 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Nouveau départ (printemps 1974)
77hilosophie de la culture, d’économie, ou de droit administratif, traités dans les cours et séminaires de l’Institut, ou faisant l’obj
78EE et comportant des travaux d’histoire, de droit administratif, de sociologie, d’économie, d’écologie, etc., par Sabine de Coulon, C
45 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
79’hui très généralement adopté — c’est la mainmise administrative, militaire et fiscale d’un appareil étatique centralisé sur un groupe
80déral ou Exécutif — avec ses délégués des régions administratives (correspondant aux cantons) et des régions fonctionnelles, correspond
46 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
81 elle mourra de faim. Les problèmes financiers et administratifs de nos grandes villes sont déjà pratiquement insolubles, et faisaient
47 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
82considère « que l’emploi du français comme langue administrative de l’Ancien Régime est une conséquence du despotisme, et que l’esprit
83physiques. Industrie, technique et centralisation administrative exigent une discipline sans cesse accrue du citoyen. Napoléon l’avait
84e ses prérogatives. La croissance de son appareil administratif et de son budget le font devenir tout à fait étranger à l’existence q
48 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
85on étatique, de torture policière, d’inquisitions administratives signées illisible, et de mensonge élevé au rang d’art politique par e
49 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
86leur vie. Les contraindre à obéir à des autorités administratives dont le poids leur apparaît aussi lourd que les motivations incompréh
87 séniles, et conservée par l’inertie des routines administratives en l’absence de résistances civiques. Et cela durera tant que l’homme
88si les conditions de fonctionnement de l’appareil administratif priment bientôt sur les besoins de la société, l’instrumental est pri
50 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
89cipalement à parachever l’œuvre de centralisation administrative poursuivie pendant des siècles par les rois mais longtemps retardée p
90 doute plus de chances de favoriser l’inquisition administrative que d’accroître les libertés et les prises de responsabilités civique
91’une simple modification de [p. 321] la structure administrative de notre société occidentale va résoudre la crise (universelle) que v
51 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
92ision politique (gouvernement) et des compétences administratives (État) s’opère dorénavant selon cette formule simple : — déterminer d
52 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
93oquera une centralisation physique, financière et administrative des ressources énergétiques qui les rendra d’autant plus vulnérables
53 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
94s ou « raisons d’État », de l’appareil politique, administratif ou militaire qui a réussi à faire main basse sur une nation. Les dict
95nce : au lieu de tout dicter à partir d’un centre administratif sourd aux directives politiques quelles qu’elles soient et de si haut
96ce, annonce un développement prochain des entités administratives transfrontalières : elle a donc valeur historique. Déjà la Regio basi
54 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
97-ce que l’État-nation ? La mainmise d’un appareil administratif sur un territoire et sa population, l’encadrement géométrique et le q
55 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
98oir au profit de qui travaille l’État. […] L’État administratif centralisateur s’affirme donc contre l’État diffus : barons, lords, g
99xe siècle Industrie, technique et centralisation administrative exigent une discipline sans cesse accrue du citoyen. Napoléon l’avait
56 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
100commune — ces besoins mêmes que la centralisation administrative et décisionnelle de la plupart de nos États européens empêche de pren