1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1ion au réel durement consentie, voilà ce que nous admirons dans le Chant funèbre. Ce mot de grandeur revient souvent lorsqu’on p
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
2acle des athlètes. Et c’est elle avant tout que j’admire dans ces Bestiaires, presque malgré leur sujet trop pittoresque. « Ho
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
3rudence mais aussi de lucidité. Séduit par Gide ; admirant Maurras sans l’aimer ; saluant en Valéry une réussite unique mais pre
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4épourvue de puissance. Une fois de plus l’on peut admirer la salutaire leçon de style donnée par le cubisme aux artistes qui on
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
5 corde raide. Je suis sûr qu’il ne tombera pas. J’admire sans émoi. ⁂ Certes, les qualités scéniques de cette pièce sont grand
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
6à par exemple, où nous ne pouvons nous empêcher d’admirer l’utilisation artistique ingénieuse et précise de certaines théories
7nt là critiques de style. D’ores et déjà, il faut admirer dans les films de René Clair un sens du miracle assez bouleversant. E
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
8 incompréhensible ! » — avec une indignation où j’admire une pointe d’ironie vraiment supérieure. Car rien ne pouvait mieux ex
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
9s de personnes oisives et raffinées, réunies pour admirer mutuellement leur culture », dit Ford. Et tout est dit ! Le simplisme
10. Mauvais loisirs. Ford lui a donné une auto pour admirer la nature entre 17 et 19 heures : vraiment, il ne lui manque plus rie
9 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
11le rendrait digne à mes yeux, de considération. J’admire autant le talent de celui qui mène 60 parties d’échecs simultanément,
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
12sociale ». Et je les traite de mauvais plaisants. Admirez mon extrême modération. Ceci fait, constatez avec moi que la famille
11 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
13 arrêtez-vous à ses côtés devant cet étalage pour admirer un coussin aux curieux dessins noirs et blancs : il représente l’anci
12 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
14 ; et l’on continua d’apprendre rosa : la rose, d’admirer le Parthénon et le courage de Mucius Scevola. On croyait au progrès,
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
15vons qu’au prix de tout ce qu’à Debrecen je viens admirer. On aime les Hongrois comme on aime l’enfance : or le rêve de l’enfan
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
16de la qualité, qui est ce qu’avant tout l’on doit admirer chez M. Du Bos. Et dans l’allure des phrases, le rythme même de sa pe
15 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
17eausire et la Grammaire — mon envie, ma passion d’admirer, je cherche en vain l’homme qui brisant « les grilles de la raison »
18absent d’ici, et je reprends ma liberté. Beausire admire Léonard d’avoir « tracé peut-être pour toujours les limites de l’huma
16 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
19teurs ? Goethe en tout temps ; Rodolphe Toepffer (admiré par Goethe) ou Jérôme Cardan (xvie siècle) à certains moments.   Par
17 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
20vons qu’au prix de tout ce qu’à Debrecen je viens admirer. On aime les Hongrois comme on aime l’enfance : or le rêve de l’enfan
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
21peut-être, pour cette bourgeoisie dont je viens d’admirer les trésors patinés dans la haute demeure familiale des Goethe. Aujou
19 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
22r faire une part au moyen âge (qui les excite) et admirer en même temps le restaurateur du cicéronianisme dans tout ce que l’of
23e citation, oublie d’avoir raison, et nous laisse admirer cette prose de la Renaissance où palpite, sous une sérénité qui est p
20 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
24ue les chrétiens l’aient bien oublié, pour qu’ils admirent avec nostalgie l’enthousiasme soulevé par la construction socialiste.
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
25scandale sans épiloguer, là où il faut, mépriser, admirer. D’une manière générale, elle admire plutôt les « caractères » que le
26, mépriser, admirer. D’une manière générale, elle admire plutôt les « caractères » que les députés ou les littérateurs. Elle a
22 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
27 la satisfaction pauvrette d’une âme flattée de s’admirer dans l’infini d’un paysage. « Un paysage est un état d’âme », disait
23 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
28s, me paraît particulièrement improbable. Tout en admirant à chaque page l’ingéniosité et la science de M. Goguel, on se sent pa
24 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
29raît platement certaine. Pourtant, comment ne pas admirer la merveilleuse convergence d’une notion trop désintéressée de l’espr
30on sans un hochement de tête sur la plèbe qui les admire. Et comment cette pauvre plèbe n’aurait-elle pas d’admiration pour la
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
31ns tous les discours politiques, à tout propos. J’admire votre « Œuvre du secours d’hiver » 32 mais [p. 39] je remarque que t
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
32es des popes. En somme, ce qu’ils croient pouvoir admirer dans la Russie nouvelle, c’est une santé énorme, une « joie au travai
33ue nos astuces, mais il n’est pas non plus de les admirer ; il n’est pas de dire non à tout, ni oui à tout ; c’est un devoir de
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
34 ces masses n’auraient pas toujours la capacité d’admirer, mais pour la volonté, affirmée par l’État, de fonder une culture nou
28 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
35oire aux sornettes des popes. En somme, ce qu’ils admirent dans la Russie nouvelle, c’est une santé énorme, une joie au travail
36ue nos astuces, mais il n’est pas non plus de les admirer ; il n’est pas de dire non à tout, ni oui à tout ; c’est un devoir de
29 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
37ur le Dieu-homme. Mais ceci dit, et maintenu, — j’admire qu’un incroyant ait su donner à notre position personnaliste sa plus
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
38ail ce qu’ils font, et je puis le comprendre et l’admirer. Ils ont ainsi sur moi une sorte de supériorité concrète dont je ne s
39d, au lieu d’aider l’homme, je cherche à me faire admirer de lui. » Cette remarque de Kierkegaard me frappe aujourd’hui comme
40ets ou d’un jeune veau, ou d’un enfant hurlant et admiré, d’arrêts et de détours imprévus — car les chauffeurs acceptent volon
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
41 ce public nous posent des exigences dont il faut admirer qu’elles soient aussi exactement contradictoires. Or, de ces deux ant
42pand en confidences exagérées ; il s’excite, il s’admire dans sa révolte ou son malheur. Mais celui qu’on peut voir, celui qui
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
43deurs partout, toutes raisons de haïr et aucune d’admirer. Au sortir de la gare Montparnasse, ces bouffées de chaleur insupport
33 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
44d, au lieu d’aider l’homme, je cherche à me faire admirer de lui. Cette remarque de Kierkegaard me frappe aujourd’hui comme si
45ets ou d’un jeune veau, ou d’un enfant hurlant et admiré, d’arrêts et de détours imprévus — car les chauffeurs acceptent volon
34 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
46 [p. 225] modernes, séparer le fond de la forme ; admirer l’une quand nous condamnons l’autre, et vice-versa.) Mais une fois re
35 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
47ènes mineures des grands romans de Lagerlöf. On y admire, appliquées au réel, toutes les vertus subtiles, tout le « métier » d
36 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
48pand en confidences exagérées ; il s’excite, il s’admire dans sa révolte ou son malheur. Mais celui qu’on peut voir, celui qui
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
49e. Quoi de plus comique et de plus irritant que d’admirer les fascismes étrangers alors qu’ils sont les formes politiques les p
50 il est clair que leur force est là, et qu’en les admirant, en les enviant, nous sommes précisément en train de perdre ce qu’ils
38 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
51ail ce qu’ils font, et je puis le comprendre et l’admirer. Ils ont ainsi sur moi une sorte de supériorité concrète dont je ne s
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
52ns tous les discours politiques, à tout propos. J’admire votre « Secours d’hiver », mais je remarque que toutes les banderoles
53peut-être, pour cette bourgeoisie dont je viens d’admirer les trésors patinés, dans la haute demeure familiale de Goethe 14 . »
54il est prudent de douter. Dites-vous encore que j’admire le Führer ? Laissez-moi plutôt admirer la convergence providentielle
55ncore que j’admire le Führer ? Laissez-moi plutôt admirer la convergence providentielle de sa puissance et de vos désirs secret
56 vous qui exportez vos capitaux, l’homme que vous admirez vous ferait décapiter : voici le texte de la loi, je n’invente pas. E
57e considérer le moins du monde comme opposants. J’admire cette faculté humaine d’accepter le fait accompli, fût-il le plus art
40 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
58 telle ou telle mesure prise par le régime pour l’admirer isolément, ou pour essayer de l’imiter. C’est une belle ironie sur le
59spèce de sens ! Croit-on que l’ordre social qu’on admire en Allemagne puisse être obtenu à bas prix, par des méthodes plus ou
41 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
60ois, il a dû se sentir atteint. Et comment ne pas admirer le courage de cette Française 4 qui, du fond de son Romorantin, se d
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
61ine. (Selon certains auteurs, c’est aussi qu’elle admire la beauté du jeune homme, à ce moment.) Tristan et la princesse vogue
62s demeine ! Comment ne s’arrêterait-on point pour admirer la plus poignante définition qu’un poète ait jamais donnée de la pass
63aison comme un excès morbide. On ne pourra donc l’admirer qu’en tant qu’on l’aura libérée de toute espèce de lien visible avec
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
64René désola plusieurs générations. C’est que pour admirer la nature simple, pour accepter certaines mélancolies, et même pour s
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
654] Quoi de plus comique et de plus irritant que d’admirer les fascismes étrangers alors qu’ils sont les formes politiques les p
66 il est clair que leur force est là, et qu’en les admirant, en les enviant, nous sommes précisément en train de perdre ce qu’ils
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
67 Exemple : ceux qui, chez nous, font profession d’admirer la méthode d’un dictateur qui a pu écrire : « L’État, c’est l’âme de
68 entre ce qu’ils détestent en Suisse et ce qu’ils admirent au dehors…) 9. Notre naïveté. — Elle éclate dans certaines mesures « 
46 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
69pouvoir conserver des privilèges hérités, tout en admirant et soutenant des Chefs brutaux qui les bernaient pour mieux les détro
47 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
70ment dernier. » Réponse dont je ne sais s’il faut admirer davantage la sévérité ou la dévastante modération. Mais ce « petit mo
48 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
71-être, pour cette bourgeoisie 15 dont je viens d’admirer les trésors patinés dans la haute demeure familiale des Goethe. Aujou
49 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
72sque ou personnage. Un écrivain français, dont on admire le style, déclarait l’autre jour que le Palais de Versailles manque d
50 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
73ien, nous modernes, séparer le fond de la forme ; admirer l’une quand nous condamnons l’autre, et vice-versa.) Mais une fois re
51 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
74 où la simplicité touche à l’affectation, il faut admirer dans ces textes une volonté de sagesse à peu près unique aujourd’hui.
52 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
75nes officielles de sa confession et en même temps admirer Wagner, Whitman, ou Renoir, sans seulement se demander si cela était
53 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
76s libre fantaisie, mais énergique : je ne cesse d’admirer chez Manuel la plupart des vertus qui nous manquent. Böcklin manque d
54 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
77te nouvelle de traiter le monde où nous vivons. J’admire que la plus grande explosion de l’Histoire n’ait pas été provoquée to
55 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
78nous baptisions la Fleurette. Nous n’avons jamais admiré Mussolini, comme l’ont fait les bourgeois d’Europe : ce n’était pas u
56 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
79ert cet autel « au dieu inconnu », que saint Paul admirait à Athènes, mais j’ai tout lieu de croire qu’il existe à New York. Ser
57 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
80 pas se déplier de ce riche accroupissement que j’admirais tout à l’heure. Et celui qui veut la juger comme une femme en général
58 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
81evraient se garder d’affadir une telle œuvre, n’y admirant à leur coutume qu’une fantaisie « gratuite » de l’imagination. Nul do
59 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
82éraut, sa lenteur imposante interdisant la fuite. Admirez l’appareil inexorable qui circonvient les rencontres fameuses : Trist
60 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
83aptême.) Telle est la ruse de l’Amour insondable. Admirons-en la précision miraculeuse ! Pour si peu d’égoïsme qu’il subsiste da
61 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
84e vous vouliez ? Vous n’avez pas écrit pour qu’on admire votre habileté, mais pour convaincre le public de certaines vérités q
85vert cet autel « au dieu inconnu » que Saint Paul admirait à Athènes, mais j’ai tout lieu de croire qu’il existe à New York. Ser
62 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
86a gagner. (Il y perd, très régulièrement, et l’on admire son dévouement au bien commun.) Mais quand il rentrera dans les affai
87le reste du discours, l’entretiendront. Ce pays n’admire pas les beaux, parleurs, bien qu’ils ne redoute nullement la montre,
88jours par une implicite comparaison avec un passé admiré. Et l’on se demande : va-t-elle durer ? [p. 152] L’Américain, lui, se
89nous baptisions la Fleurette. Nous n’avons jamais admiré Mussolini, comme l’ont fait les bourgeois d’Europe : ce n’était pas u
63 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
90i elle les choque. Ah ! Messieurs les Anglais ! J’admire votre génie : vous ne tirez jamais les premiers 7 . Mais à La Haye, c
64 1948, Suite neuchâteloise. IV
91le du « grand Ostervald », traducteur de la Bible admiré par Fénelon, auteur de vingt traités sur la morale, la liturgie et la
65 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
92là bien le reproche qu’il faut leur faire si l’on admire leur solution. Certes, le fédéralisme est le contraire d’un système.
66 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
93éanie… Incapables de croire en rien, nous courons admirer ceux qui vénèrent les vaches. L’homme qui connaît ses dieux se conçoi
94 désir sérieux de partager la foi de ceux dont il admire qu’ils en aient une. Ceci dit, je n’aurai de cesse que je n’aie décou
95e. » Beaucoup enfin de ceux qui l’aiment et qui l’admirent : « Ah ! s’il était resté notre leader moral, au lieu de devenir Prem
96. On le disait fort irritable. J’étais en train d’admirer des jonquilles, rapportées toutes fraîches de son pays natal. Il est
67 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
97ttérature. (Mais il s’en détachait visiblement, n’admirant plus, avec quelque ferveur, que les ouvrages qu’il se sentait le plus
68 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
98ts d’une tradition grandiose, pour les aider, les admirer, les éditer — c’est-à-dire pratiquement les sauver de l’oubli, et peu
69 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
99r avoir traversé le Léman de Genève à Villeneuve, admiré le bleu étonnant du lac de Thoune, contemplé d’Interlaken la Jungfrau
70 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
100u genre humain créé pour son utilité. Des hommes, admirés comme de grands philosophes, ont positivement attribué à ses habitant
71 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
101u genre humain créé pour son utilité. Des hommes, admirés comme de grands philosophes, ont positivement attribué à ses habitant
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
102, est l’humble serviteur de ces géants d’acier… J’admirais tristement ; il m’était impossible de ne pas voir en même temps ces p
73 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
103Villa Moynier dans son grand parc, commencent par admirer le lac et le Mont-Blanc, si magnifiquement « mis en page » entre les
74 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
104cette forme occidentale de la « sagesse » — qu’on admire dans les œuvres d’un Vitoria, soumettant la raison d’État à la morale
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
105, est l’humble serviteur de ces géants d’acier… J’admirais tristement ; il m’était impossible de ne pas voir en même temps ces p
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
106— avec une véhémence suspecte — par tous ceux qui admirent les Soviets. Or déjà ces derniers ont rétabli l’usage, sur une base «
77 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
107nt équipés d’immenses dômes de verre permettant d’admirer le magnifique panorama. Les plans sont faits pour la mise en place d’
78 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
108Mieux faire » quoi ? — Cependant, Pierre le Grand admirait l’Occident. En voulant l’imiter, il se haussait vers lui et souhaitai
79 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
109e prestige de la culture. Peut-être vaut-il mieux admirer un Robert Oppenheimer pour des raisons qui ont peu de rapport avec se
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
110ttérature. (Mais il s’en détachait visiblement, n’admirant plus, avec quelque ferveur, que les ouvrages qu’il se sentait le plus
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
111u genre humain créé pour son utilité. Des hommes, admirés comme de grands philosophes, ont positivement attribué à ses habitant
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
112du Roi de Sardaigne. Elle est née pour unir, pour admirer, Maistre pour provoquer et jeter l’anathème ; elle exalte la paix, pe
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
113pçonne en lui un dictateur doublé d’un démagogue, admiré par le jeune Nietzsche qu’un hasard le fait rencontrer en 1871 au som
114 soleil les inondait de chaleur et de lumière, en admirant ces merveilleux enfants… Songe merveilleux, sublime aberration de l’h
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
115auront ne rien croire à l’abri du sort, ne jamais admirer la force, ne pas haïr les ennemis et ne pas mépriser les malheureux.
116ne pas mépriser les malheureux. 284 Ne jamais admirer la force… C’est la devise inverse que proposait le fascisme, obsédé p
85 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
117ne pas la modestie si elle n’est pas feinte, et n’admire guère que ceux qui ont pris la peine de briguer ses applaudissements,
86 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
118là bien le reproche qu’il faut leur faire si l’on admire leur solution. Certes le fédéralisme est le contraire d’un système. C
87 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
119 cette absence de système les eût épouvantés. Ils admiraient les Suisses mythiques de Jean-Jacques et de Schiller. Mais un Anglais
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
120ime. Ce que l’on doit constater, et que l’on peut admirer, c’est la durée exceptionnelle du régime dit de l’ancienne Suisse, so
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
121ue celui qui assombrit notre courte rêverie. » Il admirait dans la tradition suisse les grands esprits voués au service de l’hum
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
122s libre fantaisie, mais énergique : je ne cesse d’admirer chez Manuel la plupart des vertus qui nous manquent. Böcklin manque d
123 et nous arrêtant à Stampa (altitude 1026 m) pour admirer une façade ornée de sgraffiti baroques, nous lûmes sur une maison voi
124ds pas, c’est plus fort que moi… » [p. 215] Nous admirons un portrait de son père, fait de mémoire, quelques traits gravés sur
125auteur, Spitteler demeure un sommet que l’on peut admirer de loin sans éprouver l’envie de le gravir. (Ce qui n’ôte rien à sa t
126réjouit de voir les étrangers venir chez lui pour admirer la belle et libre Helvétie. Peut-être lui plaît-il aussi d’entreprend
127ls problèmes ? » me demande l’Européen qui venait admirer notre libre Helvétie et qui est un peu déconcerté… Eh bien, lisez nos
91 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
128action d’un point de matière subitement absent. J’admire que la plus grande explosion de l’Histoire n’ait pas été provoquée to
129 ceinture noire parmi nos artistes et penseurs. J’admire l’économie de ses moyens : un rien, un calembour, un non-mot, un retr
92 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Témoignage sur Bernard Barbey (7-8 février 1970)
130mais avons-nous su le lui dire assez…) de pouvoir admirer, en lui, la parfaite élégance du courage secret, du talent et de l’ef
93 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
131le motif principal de cet afflux, qui n’est pas d’admirer nos lacs ni de fuir des dictatures, mais de faire du « fric ». Or ce
94 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
132le régime général d’union dans la diversité qu’il admirait dans notre Suisse. Quant à la participation qu’il demandait, c’est le
95 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Pourquoi j’écris (30-31 janvier 1971)
133nir aussi admirable aux yeux des autres qu’il est admiré par vous-même, vous essayez d’écrire comme lui des vers, un récit, de
96 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
134 mais se privent de comprendre les autres, qu’ils admirent par malentendu ? II. Approche proposée Le problème des relations en
97 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
135 premier serviteur du roi de Prusse », onpourrait admirer le sens civique dont ces deux monarques font preuve, mais ils se vant
98 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
136ais loisirs. Ford lui a donné une auto pour aller admirer la Nature entre 18 et 19 heures : vraiment, il ne lui manque plus rie
99 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
137ier carnaval de cette bourgeoisie dont je viens d’admirer les trésors patinés dans la haute demeure familiale des Goethe 110  »
100 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
138éveloppement que de la défense du milieu marin ». Admirons l’aveu : dans le jargon stato-national, « développer » un milieu est