1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1ste, si peu que ce soit pour la paix », c’est une affirmation [p. 381] qui d’un coup condamne beaucoup d’antérieures protestations
2e santé ». À maintes reprises, dans cette œuvre d’affirmation, une telle inquiétude, un amer « à quoi bon » percèrent soudain… Mais
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3 Le salut pour nous n’est nulle part 9  ». Ultime affirmation d’une foi que plus rien ne peut duper. Depuis certaines paroles sur l
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
4 de nous que d’innocentes farces — ou bien de ces affirmations dont en vérité l’on n’a pas à se préoccuper de prévoir les conséquenc
4 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
5 « le petit Benda est un fameux serin ». Mais ces affirmations sont exactement celles qu’il fallait attendre de ces auteurs. Ce qu’o
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
6blique » par exemple. Et quelles qu’aient été les affirmations souvent indignées de nos docteurs, un fait prit corps, irréfutable :
7soit des œuvres d’analyse tendant à dissoudre les affirmations massives de la foi ; soit des œuvres d’édification morale, au sens li
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
8e divine aboutit pratiquement, chez Goethe, à des affirmations nettement immanentistes, ou comme on disait alors, panthéistes. Sourc
7 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
9nt se défendre, sinon par l’attaque ? Sinon par l’affirmation de l’identité nécessaire de la pensée et de l’action ; sinon par l’ef
8 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
10antisme de langue allemande. Alors qu’en France l’affirmation d’une foi religieuse personnelle fait encore sourire le petit-bourgeo
9 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
11 c’est la foi. Tout au plus pouvons-nous, par des affirmations qui troublent notre sécurité, par des questions qui gênent nos habitu
10 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
12sation qui met en état de crise l’ensemble de ces affirmations et de ces négations, cette éthique et cette actualité, ce refus de to
13n radicale. Mais aussitôt, s’il accepte ce non, l’affirmation [p. 100] de son salut paraît : il reconnaît la Vie au travers de sa m
14il entre cette justification totale et toutes les affirmations orgueilleuses ou modestes de notre vie mortelle ? Il y a l’acceptatio
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
15e but se trouvent subordonnés à la défense et à l’affirmation de la personne, module universel de toutes les institutions. Cette po
12 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
16 (Introduction à un débat dans un cercle privé) L’affirmation de l’importance décisive du fait économique servit de point de départ
17atut social dont ils étaient les bénéficiaires. L’affirmation brutale du primat de l’économique intervint à ce moment de l’histoire
18 fut [p. 64] d’abord pour Marx et pour Engels une affirmation polémique extrêmement efficace et qui tirait sa vérité relative de l’
19arxisme contient bien d’autres éléments que cette affirmation du primat de l’économique : elle n’en demeure pas moins essentielle.
20arxisme-léninisme réside dans la cohérence de ses affirmations polémiques et de ses analyses théoriques. Que les thèses marxistes re
13 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
21olidarité que nous voulons se fonderont sur cette affirmation anti-égalitaire, personnaliste, et par là même solidariste : il faut
14 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
22mplique entre la pensée et l’action ; 2° Quelques affirmations doctrinales : affirmation des droits de la personne humaine, toujours
23l’action ; 2° Quelques affirmations doctrinales : affirmation des droits de la personne humaine, toujours supérieurs à ceux de l’Ét
24État, qui doit normalement leur être subordonné ; affirmation de la primauté nécessaire du spirituel (qu’ils définissent d’ailleurs
25u’ils définissent d’ailleurs assez diversement) ; affirmation de la nécessité de reprendre à la base l’ensemble de l’organisation é
26t de ne pas se contenter de réformes partielles ; affirmation enfin d’un nouvel esprit communautaire, fondé non pas sur une mystiqu
27es responsabilités personnelles. Ces refus et ces affirmations définissent l’attitude spirituelle des jeunes groupes. Ils indiquent
28 « Primauté du spirituel », nous retrouvons cette affirmation dans la revue Esprit. S’agit-il là, encore, du spirituel comme acte ?
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
29 selon Nietzsche, son expression détournée dans l’affirmation paradoxale que les premiers seront les derniers, ou que la vraie nobl
16 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
30ence que de littérateurs ; de n’y trouver pas une affirmation qui ne soit confirmée par un texte ; et cependant de vous sentir aux
31té. Il ne s’agit pas de défense. Mais de choix, d’affirmation, de création, de Révolution. Nous sommes sur la terre décisive. L’heu
17 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
32affirment ! Que ce soit un non sans pathos, car l’affirmation seule est grave. C’est à l’homme qu’il faut dire oui, à l’homme total
18 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
33u’elle rend parfois inefficaces non seulement des affirmations renouvelées du dogme, mais encore les critiques les plus vives des hé
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
34 solidarité que nous voulons se fondera sur cette affirmation anti-égalitaire, personnaliste, et par là même solidariste : il faut
20 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
35use, n’en serait pas moins une fraude. En face d’affirmations aussi déconcertantes et aussi graves, le lecteur se sent autorisé à l
21 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
36rs tonique et enseignante, elle nous excite à des affirmations qui la condamnent. La forme aphoristique que Nietzsche cultiva de plu
37eurtement violent de négations contradictoires, d’affirmations qui s’entre-tuent, la relation de l’homme et de la femme perd tout ca
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
38 terrain de l’économie psychique » ?!) Mais cette affirmation du primat de l’homme sur les dispositifs économiques, ce rappel d’une
23 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
39s », ses droits ne sauraient consister que dans l’affirmation d’un idéal : et rien n’est plus utile aux « réalistes » que la croyan
40 le mal, cette négation perpétuelle, qu’à coups d’affirmations du bien prépondérantes. À tout péché miséricorde, dit le peuple, mais
24 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
41er rien de « précis », en se rapportant à quelque affirmation choisie entre trente-six mille autres dans l’ouvrage de M. Monod. Vou
42it. » Le dirai-je ? Ce dialogue, ces rires et ces affirmations si délibérément [p. 166] tragiques ne firent qu’aviver en moi l’espèc
43e dormir ! C’est en tous cas ce que le ton de vos affirmations pourrait faire croire. Voilà votre folie à vous : vous proférez des v
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
44évolutionnaire est liée d’une façon immédiate à l’affirmation créatrice : elle n’est en somme que l’aspect accidentellement négateu
45e que l’aspect accidentellement négateur de cette affirmation centrale. Mais la critique des auteurs que j’ai dit ne veut être qu’u
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
46maine à l’anarchie des forces naturelles, voilà l’affirmation, ou pour mieux dire l’agressivité originelle de la raison. Mais encor
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
47ique ou de bien-être matériel. La preuve de cette affirmation, dont je pèse chaque terme, et qui paraîtra si parfaitement absurde a
48s symboliques, faciles [p. 111] à reconnaître, en affirmations volontaires que l’on donnera pour bon argent alors qu’elles ne sont g
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
49 style, tout est prudence, tout est refus, et mes affirmations ou mes questions seraient, à les en croire, naïves, prématurées, gros
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
50 la prise du pouvoir (ancien), elle est d’abord l’affirmation d’une nouvelle autorité. Il est trop clair qu’une telle autorité, une
30 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
51 fidèles ne soient gênés, comme je le suis, par l’affirmation répétée que l’auteur « écrit à genoux ». Au sous-titre du Problème du
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
52spirituel. 5. La révolution est essentiellement l’affirmation d’une nouvelle autorité. Elle devient pratiquement inévitable lorsque
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
53l’homme » (p. 226) ; enfin que, contrairement aux affirmations téméraires que l’on trouve p. 221, certain marxisme considère bel et
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
54ut inverse, notre effort contre le monde vise à l’affirmation d’un ordre externe, d’une [p. 112] communauté vivante. Les témoignage
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
55 vérité de l’homme est dans le dialogue. Dans son affirmation, dans ses questions ou ses réponses à d’autres hommes bien réels. Le
56pas le mot : c’étaient surtout des questions, des affirmations de parti pris ou des récits entremêlés d’allusions à des célébrités l
57s, et ce qu’il y a au contraire d’efficace dans l’affirmation pure et simple de thèses qui paraîtraient très difficiles au jugement
58e, qui proteste de toute sa petite force contre l’affirmation que l’ampoule électrique a plus de « valeur culturelle » que la lampe
35 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
59 à ressaisir et reposer avec puissance toutes les affirmations fondamentales de la Réforme : justification par la foi, qui est don g
36 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
60 à tour ironique ou émouvant. En fait, toutes les affirmations fondamentales de la Réforme sont ici reposées par Luther : justificat
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
61pirituel ; primauté de l’homme sur l’économique ; affirmation de la personne comme valeur spirituelle absolue, par suite rejet du c
38 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
62s, et ce qu’il y a au contraire d’efficace dans l’affirmation pure et simple de thèses qui paraîtraient très difficiles au jugement
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
63è, paraît enfin dans sa pleine stature : il est l’affirmation de l’être. Et c’est Éros, l’amour-passion, l’amour païen, qui a répan
64 est l’antithèse exacte de la passion : c’est une affirmation de la valeur des choses créées, de la matière, et une application de
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
65prouesse par laquelle Tristan le surmonte est une affirmation de la vie. En tout cela, Tristan n’obéit qu’à la coutume féodale des
66préférence accordée à l’obstacle voulu, c’était l’affirmation de la mort, c’était un progrès [p. 48] vers la Mort ! Mais vers une m
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
67toniciennes et chrétiennes dénaturées… Mais ces « affirmations hardies » ont aussitôt dressé contre elles l’ensemble de nos érudits.
68gieux de l’époque 53 , Jeanroy écrit : « Dans ces affirmations hardies, il y a du reste une erreur de fait aisée à relever : qu’à la
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
69ictoires. Chez lui, a-t-on pu dire, « négation et affirmation forment à elles deux la vérité. L’une n’est pas vraie sans l’autre, e
70t ne se peut concevoir que par rapport à l’autre. Affirmation et négation sont inséparables, n’étant que les deux aspects d’une mêm
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
71u contact de deux épidermes j’y vois bien moins l’affirmation d’un matérialisme inhumain qu’une preuve de la secrète persistance du
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
72è, paraît enfin dans sa pleine stature : il est l’affirmation de l’être en acte. Et c’est Éros, l’amour-passion, l’amour païen, qui
73 est l’antithèse exacte de la passion : c’est une affirmation de la valeur des choses créées, de la matière, et une application de
45 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
74sibilité de notre résistance sont des traîtres. L’affirmation unanime de notre volonté absolue de défense quoi qu’il arrive, est no
46 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
75arler de s ?, valeur internationale. Si une telle affirmation n’était réellement qu’un truisme de nos jours, le problème internatio
47 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
76 barthienne se réclame de sa thèse principale : l’affirmation d’une « différence qualitative infinie entre Dieu et l’homme ». Le se
77 un sursaut de joie, comme une révolte, comme une affirmation désespérée de son orgueil, comme la preuve enfin de son moi, — mais i
48 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
78 à ressaisir et reposer avec puissance toutes les affirmations fondamentales de la Réforme : justification par la foi, qui est don g
49 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
79les principes de la Charte de l’Atlantique et les affirmations formulées par les grandes conférences œcuméniques. Mais il est non mo
50 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
80re libertés pour le moment inaccessibles, par une affirmation unique de liberté indivisible, qu’il ne dépend que de nous de saisir
51 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
81 qui n’ont aucun rapport avec la question, et des affirmations grandiloquentes d’attachement indéfectible aux principes généraux de
52 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
82un, n’engage à rien, ni à l’amour ni au mariage ; affirmation du droit au bonheur comme seule règle ; et peut-être, du fait de leur
53 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
83 qui n’ont aucun rapport avec la question, et des affirmations grandiloquentes d’attachement indéfectible aux principes généraux de
54 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
84Rougemont, que cette double négation devienne une affirmation, sous peine de voir le monde entier sombrer avec vous dans le désespo
85xploités sur le plan passionnel, définiraient une affirmation ? J’en suis convaincu. La tâche française — encore une fois, de l’« i
86s aussi une faute de français. Il faut donc que l’affirmation française, si elle éclate, comme je le souhaite, trouve immédiatement
55 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
87entaient de transformer la double négation en une affirmation. D’où le bref article qui suit. [p. 51] Choisir l’Europe Les uns no
56 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
88 est autre chose que l’effet naturel d’une grande affirmation centrale, il n’est même pas un vrai refus : il ne peut mener qu’à acc
89 faiblesse, au nom de rien. Mais où est la grande affirmation centrale, le grand but de cette drôle de paix ? À quel plan nous voue
57 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
90rquables : mort de Staline, liquidation de Beria, affirmation du pouvoir collégial, dégel, excuses à Tito, esprit de Genève, XXᵉ Co
91 non son héritage. Tout le reste est conjectures, affirmations sans preuves, alibis transparents, wishful thinking, ou construction
58 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
92geaient leurs négations, aux temps anciens où nos affirmations n’existaient pas, ou leur demeuraient inconnues. Dès les premiers com
93que l’on s’était mépris sur le vrai sens de leurs affirmations répétées du contraire (comme la non-existence du moi). Illustrons cel
59 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
94e l’hypocrisie et les tabous du siècle passé. » L’affirmation paraît tout arbitraire, en ce sens qu’elle ne repose sur aucune preuv
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
95x qui non recognoscit superiorem in terris… Or, l’affirmation absolue de la souveraineté de l’État doit, poussée à fond, amener l’é
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
96 premier baiser… Mais le poème s’ouvrait par une affirmation délirante : « Oui, le monde entier sera allemand !… » Cette oscillati
97 — s’est mué, pour l’intelligentzia russe, en une affirmation qui confinait à la révélation religieuse. Les Russes se donnent tout
98ir de l’Europe appartient à la Russie… 236 Ses affirmations réitérées (dans son journal et dans ses romans) sur l’amour des Russe
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
99nt que conscience, que volonté manifeste, c’est l’affirmation des nations dans leurs génies particuliers et très souvent dans leurs
100eut-être la réalisation de l’Europe, débute par l’affirmation la plus farouche et la plus consciente qu’on vit jamais de l’anti-Eur
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
101pée en contrastes, positions et contre-positions, affirmations et négations, et a donné lieu à des tensions toujours plus fortes, à
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
102 liberté réside implicitement sur deux axiomes ou affirmations. La première, c’est que, lorsqu’il est libre de choisir, chacun chois
103choix heureux, le niveau mondial s’élèvera. Cette affirmation est l’évidence même, pourvu qu’elle soit tempérée par la seconde : qu
104r comprendre que l’homme ne naît pas de sa propre affirmation, mais de la mise en question de l’univers. Comme de l’Angleterre de l
65 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
105geaient leurs négations, aux temps anciens où nos affirmations n’existaient pas, ou leur demeuraient inconnues. Dès les premiers com
106que l’on s’était mépris sur le vrai sens de leurs affirmations répétées du contraire (comme la non-existence du moi). Illustrons cel
66 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
107 de les amener à une prise de conscience et à une affirmation renforcée de leurs caractères et valeurs spécifiques. La possibilité
67 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
108n manifeste de l’« Église confessante », première affirmation, fondamentale, de la Résistance européenne. On lui fait un procès à B
109que et communautaire, mais kierkegaardien par son affirmation d’un Dieu totaliter aliter et sans commune mesure avec les intérêts d
68 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
110n manifeste de l’« Église confessante », première affirmation, fondamentale, de la Résistance européenne. On lui fait un procès à B
111que et communautaire, mais kierkegaardien par son affirmation d’un Dieu totaliter aliter et sans commune mesure avec les intérêts d
69 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
112les conclusions du congrès 152 . Il y a là trop d’affirmations de principes pour le peu de conséquences précises qu’on en déduit. La
70 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Entretien avec Denis de Rougemont (6-7 avril 1968)
113iste, la dissolution du principe communautaire. L’affirmation de principes de droit international ne servait, en fait, que les nati
71 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
114n sens inverse, un phénomène tout aussi général d’affirmation des diversités, des autonomies et des volontés d’indépendance, inspir
72 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
115ême, leurs élites s’efforcent de les amener à une affirmation renforcée de leurs caractères et valeurs spécifiques. L’uniformisatio
73 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
116n sens inverse, un phénomène tout aussi général d’affirmation des diversités, des autonomies et des volontés d’indépendance, inspir
74 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
117e but se trouvent subordonnés à la défense et à l’affirmation de la personne, module universel des institutions. Cette politique s’
75 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
118nverse, un phénomène tout aussi général [p. 10] d’affirmation des diversités, des autonomies et des volontés d’indépendance, inspir
76 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
119nt une morale existentialiste, mais dans nombre d’affirmations où je crois me lire, comme celle-ci, que je trouve page 298 de l’ouvr
77 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
120aque but se trouve subordonné à la défense et à l’affirmation de la personne, module universel des institutions. Cette politique s’
78 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
121 et constituer la Fédération européenne, contre l’affirmation désespérée et de plus en plus brutale des impossibles « souverainetés
79 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
122e but se trouvent subordonnés à la défense et à l’affirmation de la personne, module universel des institutions. Cette politique s’
80 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
123 9 ). Il y a dans toute l’œuvre de Lévi-Strauss l’affirmation de plus en plus nette et tranchante — je dirais totalitaire — du maté
81 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
124aut souligner fortement le fait que les premières affirmations régionalistes ont suivi de peu la mise en œuvre des premières organis
125dé leur dictature sans drames sanglants) et par l’affirmation partout réitérée des avantages de la décentralisation. Nous n’en voyo
82 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
126’attribue le démon dans l’Évangile 52  ». À cette affirmation de la primauté de la morale sur l’intérêt national qui est déjà bien
83 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
127ciences humaines. Presque aucune de leurs œuvres, affirmations, formulations ou certitudes provisoires qui [p. 233] ne soit née de l
84 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
128que le système requiert, pour fonctionner, soit l’affirmation de l’orgueil national, soit la pratique de la solidarité. Indépendamm
85 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
129’action commune entre les États, la solidarité, l’affirmation d’une volonté d’identité » (Le Monde, 17 mai). Mais pour peu que Lion