1 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
1eci : si tout le monde était mis d’accord par une agression hitlérienne, irait-on se battre au nom de la liberté nationale ou au
2 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
2rincipe d’action créatrice, ou une bonne guerre d’agression qui lui permette de doubler le cap de la désespérance. [p. 135] Et le
3une énergie occulte, une efficacité d’action et d’agression qui désarme instantanément les hommes d’État que nous leur opposons,
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
4 qui sont toutes organisées pour l’offensive et l’agression sont au service d’États qui prétendent tous n’avoir que des buts défe
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
5une énergie occulte, une efficacité d’action et d’agression qui désarme instantanément les hommes d’État que nous leur opposons,
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
6ance, le camarade Molotov, déclarait que le mot d’agression avait changé de sens depuis ce printemps, « les événements lui ayant
6 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
7t, nous sommes en guerre parce que victimes d’une agression systématique et quotidienne contre les principes mêmes qui fondent no
7 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
8ance, le camarade Molotov, déclarait que le mot d’agression avait changé de sens depuis ce printemps, « les événements lui ayant
8 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
9mandement des pelotons chargés d’arrêter en cas d’agression allemande, à la première heure, les quelques dizaines de chefs de qua
9 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
10r le sens des mots tels que paix, liberté, ordre, agression.) Je me souviens d’avoir longuement analysé, dans l’un de mes premier
10 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
11est dans le pays qui aura subi le plus durement l’agression napoléonienne, c’est en Prusse que la philosophie du nationalisme va
12ué par l’État français, a conduit à des guerres d’agression. Celles-ci ont fait surgir d’autres nationalismes, qui vont revendiqu
11 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
13gresseur, « les événements ayant donné au terme d’agression un contenu historique nouveau ». La franchise même de cette explicati
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
14est dans le pays qui aura subi le plus durement l’agression napoléonienne, c’est en Prusse, que la philosophie du nationalisme va
15ué par l’État français, a conduit à des guerres d’agression. Celles-ci ont fait surgir d’autres nationalismes, qui vont revendiqu
13 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
16e, et compensant le renoncement définitif à toute agression par la volonté inconditionnelle de se défendre. Quant aux opinions, e
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
17r d’alliance à défendre ces royaumes contre toute agression. Arbitrage aussi pour tout différend entre Venise et ses voisins : ce
18pe à la date où William Penn rédige son Essay : l’agression de Louis XIV contre le Palatinat a provoqué la Grande Alliance de 168
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
19 relation vivante avec un autre est le moyen de l’agression ; seuls arrivent à une vraie compénétration, à une fraternité spiritu
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
20 colère que provoquèrent en Occident les récentes agressions russes et chinoises contre l’Occident, prouvent bien que, pour nous O
21isation, n’a-t-elle pas apporté autre chose que l’agression, la tyrannie et leurs souffrances ? Toynbee taxe d’orgueil cette obje
17 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
22’assistance collective promise aux victimes d’une agression, et la procédure d’arbitrage, tenue pour sacrée, jouent dans le même
18 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
23es n’en savaient rien. Mais ce fut plus souvent l’agression d’une civilisation rivale, plus primitive et plus brutale, Doriens dé
19 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
24es n’en savaient rien. Mais ce fut plus souvent l’agression d’une civilisation rivale, plus primitive et plus brutale, Doriens dé
20 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
25feed back d’une surprise ou d’une blessure, d’une agression subie ou d’un défi. « On pense comme on se heurte » disait Paul Valér
21 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
26s ils ne nous imposent rien. En présence de cette agression libératrice, il n’y a qu’une attitude raisonnable : si l’on veut fair
22 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
27s humaines dans les grandes villes, et celui de l’agression technicienne contre la Nature tout entière, minérale, végétale, anima
28 entière, minérale, végétale, animale et humaine. Agression brusque, espèce de coup de folie, dont les signes les plus sensibles
23 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
29iers, et que les sols n’avaient pas encore subi l’agression massive du béton, des pesticides et des engrais chimiques, une page d
24 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
30s ils ne nous imposent rien. En présence de cette agression libératrice, il n’y a qu’une attitude raisonnable : si l’on veut fair
25 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
31ntir avant que les écologistes l’aient alerté : l’agression du bruit partout sans rémission, les gaz d’échappement, l’air obscurc
32. Elle est devenue en un demi-siècle un système d’agressions désintégrantes contre le noyau même de l’homme, que pratiquent jour e
26 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
33ponds aux savants que ma réaction de « laïc » aux agressions contre l’environnement n’est pas comptable envers leur science, mais
27 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
34nsaisissable radicalement déconcertant pour toute agression atomique ; — qu’elle met un terme à l’inflation des pouvoirs stato-na
28 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
35vironnement 1. Le souci écologiste Réaction à l’agression industrielle L’écologie que l’on considère ici est une politique de l
36iques du vivant en tant qu’ils sont menacés par l’agression de la civilisation industrielle. L’écologie nous rappelle que le prog
37depuis 1882. Les rapports entre l’écologie et les agressions multiformes de la technostructure industrielle contre la Nature, cont
29 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
38grès, parfois spectaculaires À part les guerres d’agression et les centrales nucléaires, qui exigent les unes et les autres une c
30 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
39ul cas sérieusement imaginable aujourd’hui, toute agression d’un de nos pays contre l’URSS étant exclue pour raisons de taille, d
40e que serait exclue pour raisons politiques toute agression d’une Europe fédérée) ont déposé des conclusions radicalement pessimi
41p grandes diversités — de décider une politique d’agression contre quelque voisin que ce soit, Russe ou Maghrébin, Arabe ou Afric
31 1979, Cadmos, articles (1978–1986). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (printemps 1979)
42 en 1882, au moment où se développent à la fois l’agression industrielle contre la Nature et l’agression étatique contre la socié
43is l’agression industrielle contre la Nature et l’agression étatique contre la société coutumière. C’est le moment où s’instituen
44ble. Développements presque aussitôt suivis par l’agression européenne contre l’Afrique : la belle époque du colonialisme durera
45rejet) contre la civilisation industrielle et ses agressions de plus en plus brutales contre la Nature et contre l’homme qui vit d
46 développée industriellement, donc à avoir subi l’agression mécanique. On nous dit : « Le souci écologique est un souci de riches
47osystèmes naturels et les communautés humaines. L’Agression s’est produite d’abord en Europe, au xixe siècle puis aux USA. Elle
48es et psychosomatiques.) Mais en même temps que l’agression industrielle se formait en Europe l’État-nation, l’une aidant l’autre
49ois donc une profonde analogie de structure entre agression industrielle contre la Nature et agression stato-nationale contre les
50 entre agression industrielle contre la Nature et agression stato-nationale contre les communautés locales ou ethniques. La réact
51nautés locales ou ethniques. La réaction contre l’agression industrielle s’appelle Écologie. La réaction contre l’agression stato
52strielle s’appelle Écologie. La réaction contre l’agression stato-nationale s’appelle Région. Voilà un premier lien fondamental e
53 et culturelle de leur pays. À part les guerres d’agression et les centrales nucléaires, qui exigent les unes et les autres une c
32 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
54nte de ses raisons de l’être, qu’à la veille de l’agression totalitaire : son impuissance à orienter ou seulement à influencer si
33 1979, Réforme, articles (1946–1980). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (19 mai 1979)
55 en 1882, au moment où se développent à la fois l’agression industrielle contre la Nature et l’agression étatique contre la socié
56is l’agression industrielle contre la Nature et l’agression étatique contre la société coutumière. C’est le moment où s’instituen
57ble. Développements presque aussitôt suivis par l’agression européenne contre l’Afrique : la belle époque du colonialisme durera
58jet) face à la civilisation industrielle et à ses agressions de plus en plus brutales contre la Nature et contre l’homme qui vit d
59 développée industriellement, donc à avoir subi l’agression mécanique. On nous dit : « Le souci écologique est un souci de riches
60osystèmes naturels et les communautés humaines. L’agression s’est produite d’abord en Europe, au xixe siècle puis aux États-Unis
61ux exigences régionales… Mais en même temps que l’agression industrielle se formait en Europe l’État-nation, l’un aidant l’autre.
62existe une profonde analogie de structure entre l’agression contre la nature et l’agression stato-nationale contre les communauté
63structure entre l’agression contre la nature et l’agression stato-nationale contre les communautés locales ou ethniques. La réact
64nautés locales ou ethniques. La réaction contre l’agression industrielle s’appelle écologie. La réaction contre l’agression stato
65strielle s’appelle écologie. La réaction contre l’agression stato-nationale s’appelle région. Voilà un premier lien fondamental e
66 et culturelle de leur pays. À part les guerres d’agression et les centrales nucléaires, qui exigent les unes et les autres une c