1 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
1 C’est ici que l’ironie de Kierkegaard tourne son aiguillon contre le « monde chrétien », celui qui se réclame de l’esprit, ou qu
2 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
2 on a cela derrière soi, mais elle reste encore l’aiguillon d’une angoisse qu’on apprend à fuir dans les mystiques collectives. E
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
3 Tous les autres débats de ce siècle perdent leur aiguillon si on les y compare. Ils se réduisent pour la plupart à des questions
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
4 on a cela derrière soi, mais elle reste encore l’aiguillon d’une angoisse que l’on apprend à fuir dans les mystiques collectives
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
5lus de vérité, on prive en effet la pensée de son aiguillon créateur… 1er novembre 1934 « Je vis encore, je pense encore : il f
6 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
6elle avec Érasme, qui lui servit de prétexte et d’aiguillon, et qui lui donne sa verve, son accent personnel tour à tour ironique
7 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
7de perfection, comme une question perpétuelle, un aiguillon qui empêche de retomber sous le coup des objections humaines. Si j’ou
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
8ifiquement. C’est que l’approche de la mort est l’aiguillon de la sensualité. Elle aggrave, au plein sens du terme, le désir. Ell
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
9de perfection, comme une question perpétuelle, un aiguillon qui empêche de retomber sous le coup des objections humaines. Si j’ou
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
10 C’est ici que l’ironie de Kierkegaard tourne son aiguillon contre le monde chrétien, contre le monde qui se réclame de l’esprit,
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
11c les troupeaux, ni comme ceux qui, domptés par l’aiguillon, traînent des chars porteurs de lourds fardeaux. Tout son corps était
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
12 de soi fondée ; il vit dans l’angoisse qui est l’aiguillon de sa bonne foi. Dans la liberté s’enracinent deux autres phénomènes