1 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
1t. En hiver elle fait peu de réserves de produits alimentaires, les habitants n’achetant guère autre chose que de la mercerie, des l
2dents. Pourvu que le manuscrit d’une traduction « alimentaire » que j’ai expédié il y a quatre jours, ne revienne pas, feuille à fe
2 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
3t. En hiver elle fait peu de réserves de produits alimentaires, les habitants n’achetant guère autre chose que de la mercerie, des l
3 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
4ue l’on fera. De même qu’en temps de restrictions alimentaires on trouve tout naturel de se priver de dessert. Oui, la culture est d
4 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
5ue l’on fera. De même qu’en temps de restrictions alimentaires on trouve tout naturel de se priver d’abord de dessert. Oui, la cultu
5 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
6t des questions pratiques telles que la situation alimentaire ou la manière de rendre la justice. Et ce sont des slogans prétendus
6 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
7structions mécaniques, les textiles, les produits alimentaires, l’horlogerie, les produits chimiques. La métallurgie, la fabrication
8 rang en Europe. Quant à l’industrie des produits alimentaires et à celle des produits chimiques, leurs succès relèvent avant tout d
9ssement rapide de la population et de ses besoins alimentaires. Pour la Suisse, la menace d’une guerre européenne constituait donc u
10surfaces cultivées et la constitution de réserves alimentaires. Dès 1940, la Suisse se vit entièrement cernée par les puissances de
11ligemment dirigé, a largement rétabli l’équilibre alimentaire de la Suisse. Cependant, l’avenir de la classe paysanne reste inquiét
7 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
12t produire qu’environ la moitié de la subsistance alimentaire d’une population très dense. Les rivières sont nombreuses mais torren
13e et constructions mécaniques, textiles, produits alimentaires, horlogerie, produits chimiques. Relevons ici que les usines de la ré
1434 % 4 % Produits fabriqués 43 % 91 % Denrées alimentaires 23 % 5 % Balance commerciale : Dépenses pour importations 13 mil
8 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
15ntions ont « répondu à des besoins » économiques, alimentaires et matériels. Quelques-uns cependant nous disent : si l’homme invente
16une action concrète, réalisable. Tous nos surplus alimentaires et les investissements les plus massifs de nos capitaux réunis arrive
9 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
17’ici quelques années, à l’autre bout de la chaîne alimentaire qui commence aux poissons des profondeurs.) Que sont devenues « les u
10 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
18entre l’Europe et le reste du monde. Les besoins alimentaires du tiers monde vont croître d’une manière inévitablement catastrophiq
19l’addition de ces données physiques, matérielles, alimentaires, climatiques ou économiques, pour urgentes, immédiatement sensibles e
11 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
20ité) et favorable au moral des usagers. Un projet alimentaire devrait s’appuyer sur l’existence d’une industrie décentralisée dans
12 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
21des, colorants, agents conservateurs des produits alimentaires, etc. 5. L’abandon des surgénérateurs au profit des sources d’énergie
22es fleuves internationaux ; contrôle des produits alimentaires qui circulent en import-export dans tous nos pays ; interdiction des