1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
1tre histoire littéraire : pour nos critiques, les Alpes n’avaient pas d’histoire. Enfin, voici ce livre, point trop volumineu
2reur de tant de démesure, et ses descriptions des Alpes constituent « le plus violent réquisitoire qu’on ait jamais écrit con
3s physiques de la solitude et de la grandeur, les Alpes. Nous souffrons d’une carence inquiétante de l’héroïsme. Dans la lutt
2 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
4 comme une avalanche qui passe sur un village des Alpes : je vous demande un peu quelle gloire et quel bénéfice en retirent l
3 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
5 comme une avalanche qui passe sur un village des Alpes : je vous demande un peu quelle gloire et quel bénéfice en retirent l
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
6res, et plus rien ne passe. Murailles naturelles, Alpes, fleuves, Jura ; larges haies barbelées, ceinture fortifiée, pièces c
7nous mettre à l’abri de notre histoire, ou de nos Alpes, ou simplement de nos habitudes ancestrales. À la question nouvelle q
8Mais le fait est qu’on a coutume de parler de nos Alpes soit d’un point de vue purement sentimental, soit [p. 137] d’un point
9trop bas. Qu’on y prenne garde cependant : si nos Alpes sont belles et nos glaciers « sublimes », il n’y a pas là de quoi nou
10late, et il contemple, du sommet, le panorama des Alpes : C’était un ensemble prodigieux de choses harmonieuses et magnifiqu
11 et regardait au hasard devant lui. O abîme ! les Alpes étaient le spectacle, le spectateur était un crétin ! Je me suis perd
12ces choses qui peuvent être vues et touchées, nos Alpes, la petitesse de notre territoire, et nos difficultés économiques, il
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
13ul point où un seul col permette de traverser les Alpes suffit à expliquer ce grand fait historique : l’immédiateté impériale
14ntagnards existaient aussi bien dans le reste des Alpes : ce qui leur a permis de se réaliser en ce point très précis de l’es
6 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
15nous décrire une Suisse héroïque protégée par les Alpes, ce rempart, le Jura, cette barrière, et le Rhin, ce fossé… Oui, mais
7 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
16lassent pas de désigner, comme nous énumérons nos Alpes quand nous en contemplons la chaîne, et qui leur servent de repères p
8 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
17és argentées des gratte-ciel. Le bleu du ciel des Alpes moiré d’éclatante noirceur, à midi, sur la tranche des glaciers. Que
9 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
18 Midi du continent à travers les deux chaînes des Alpes ici croisées, n’est pas seulement une position clé de l’Europe, mais
19n ramenés en laisse, après Novare, par-dessus les Alpes, jusqu’à Berne. Quant à quitter la guerre il n’y faut plus songer, ce
20t les marques de l’usage, et dominée par quelques Alpes qui sont des vagues à peine figées dans leur élan. Une Suisse réelle,
21 de minéralogie que nous bariolent les peintres d’Alpe. Ce qu’il peint, lui, c’est la terre des hommes, vue par les yeux de
10 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
22 vous désignent comme les Suisses énumèrent leurs Alpes au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et l
23n’y serait question ni d’edelweiss, ni de cor des Alpes, ni d’horloges à coucou, ni de fromage à trous. Il m’a regardé d’un a
11 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
24 vous désignent comme les Suisses énumèrent leurs Alpes au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et l
12 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
25ssager fut envoyé à l’Hermite qui vivait dans les Alpes et qui détenait, sans nul pouvoir, l’autorité. En cette extrémité, et
13 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
26essager fut envoyé à l’Ermite qui vivait dans les Alpes et qui détenait, sans nul pouvoir, l’autorité. En cette extrémité, et
14 1947, Vivre en Amérique. Avertissement
27’Arizona, visiter quelques stars à Hollywood, les alpes de l’État de Washington à l’extrême nord, voler au sud vers le Nouvea
15 1948, Suite neuchâteloise. VII
28 dit-on, par un ministre fou.) Cyprès au pied des Alpes, tendresse des collines et brusque sauvagerie des hautes pentes, éche
29embrase longtemps d’une sereine incandescence les Alpes déployées au fond du ciel. Sommets d’où l’on voit l’Italie… Et le rêv
16 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
30 dit-on, par un ministre fou.) Cyprès au pied des Alpes, tendresse des collines et brusque sauvagerie des hautes pentes, éche
31embrase longtemps d’une sereine incandescence les Alpes déployées au fond du ciel. Sommets d’où l’on voit l’Italie… Et le rêv
17 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
32ges entraînent, dans ce pays de « marches » entre Alpes et Jura, entre le xviiie et notre siècle, entre ces jardins de Candi
18 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
33 Car les bergers de bonne heure sont montés sur l’Alpe. D’où se voit, d’où se découvre un monde immense de pics, de sommets,
34 ? Le ciel des Flandres, la candeur immaculée des Alpes ; ce ne sont pas des inventions de littérateurs, ce sont des réalités
19 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
35Danube iront à la Mer Noire. Entre le Jura et les Alpes — bassin alémanique du Rhin — s’étend un long plateau accidenté, qui
36uite au seul endroit où l’on puisse traverser les Alpes en une seule fois — partout ailleurs il faut franchir deux ou [p. 25]
37 courant de ce qui se passait de l’autre côté des Alpes, et leur apportaient les modèles des alliances nouées par les commune
38 militaire de l’Europe. Les Suisses passèrent les Alpes, envahirent la Lombardie, prirent Milan et battirent l’armée du roi d
20 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
39ques la Suisse, comme si la grande forteresse des Alpes était un désert livré au premier occupant ». Il décrivait la paralysi
21 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
40n en richesse naturelle. Le « château d’eau » des Alpes centrales devint une source inépuisable d’énergie. Il serait curieux
22 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
41e perpétuel, juré devant Dieu sur une prairie des Alpes il y a plus de six siècles et demi. Si la Suisse a donné à l’histoire
42chaînes qui constituent la puissante barrière des Alpes convergent en un seul et même point : le Saint-Gothard. [p. 169] Ce
23 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
43rrêté dans cette ferme, au pied du Jura, face aux Alpes, à 8 kilomètres de Genève, sur un sol longtemps disputé entre la Fran
44es entraînent, dans ce pays de « marches », entre Alpes et jura, entre le xviiiᵉ et notre siècle, entre ces jardins de Candid
24 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
45le Pacte de Grütli, les grands cols du centre des Alpes, la Papauté, la SDN, la Croix‑Rouge internationale… Mais je m’égare.
25 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
46e matériel éducatif nécessaire pour l’œuvre des « Alpes de Lumière, Terre d’Europe », dirigée par le très dynamique Abbé Mart
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
47mi les peuples vivant au nord des Pyrénées et des Alpes. Il se peut que les historiens qui ramènent la bataille de Poitiers à
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
48le requiert, il jette, en passant, par-dessus les Alpes, quelques tisons enflammés sur le sol italien, tout prêt pour l’explo
28 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
49million de mobilisables et le réduit national des Alpes, centré sur le Gothard. Des dispositions spéciales préviennent tout
50ers sur un balcon d’hôtel, à Montreux, devant les Alpes translucides. Et ces wagons spacieux aux larges baies, glissant en si
29 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.1. Puissance du mythe
51le du Léman au Bodan ; et au sud, la barrière des Alpes, « océan monstrueux figé au milieu de la tempête par le souffle de Jé
52rdinaux de ce colossal paysage : Annibal dans les Alpes allobroges, Charlemagne dans les Alpes lombardes, César dans l’Engadi
53l dans les Alpes allobroges, Charlemagne dans les Alpes lombardes, César dans l’Engadine, Napoléon dans le Saint-Bernard. Au-
30 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
54s entre le Jura, le Rhin et le Bodan au nord, les Alpes et le Léman au sud, passionnés de la guerre, persuadés de leur force,
55mpire de Charlemagne, la région du Plateau et des Alpes ne connaîtra plus d’unité distincte pendant des siècles. Après le par
56sisté jusqu’à nous dans les vallées centrales des Alpes. Tout cela, fondu dans le grand corps du Saint-Empire romain de natio
57la plus grande partie du pays, entre le Rhin, les Alpes et le Léman, jusqu’au début du xiiie siècle. Ils fondent des villes,
58 communes forestières qui commandent les cols des Alpes, il serait enfin le maître et l’unificateur de l’ancien territoire de
59une région très réduite, au sommet de cet arc des Alpes qui sépare la partie septentrionale et la partie méridionale de l’Emp
60u Saint-Gothard, sur le versant septentrional des Alpes. Uri, c’est une longue vallée où descend la route du col, longeant ou
31 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
61conquête du Tessin et d’autres vallées au sud des Alpes, tandis que Berne et Lucerne s’emparent de l’Argovie, fief originel d
32 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
62près avoir assujetti les vallées méridionales des Alpes. En 1513, ils remportent sur les Français soutenus par les lansquenet
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
63 coutumes. Lorsque vous remontez en direction des Alpes la route qui longe le lac de Côme et que vous atteignez l’entrée de l
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
64rses. Les uns ne furent d’abord qu’une vallée des Alpes dont les propriétaires et paysans libres, associés en coopérative, fi
65rgs et châteaux, vignobles et campagnes entre les Alpes, le Jura et deux grands lacs, faisait partie du domaine des Savoie. C
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
66âce à l’énergie électrique produite par l’eau des Alpes) permirent de travailler l’aluminium extrait de la bauxite importée.
67udain en richesse naturelle. Le château d’eau des Alpes centrales et valaisannes devint une source d’énergie. Il serait curie
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
68C. G. Jung. Mais ce n’est pas en grimpant sur nos Alpes comme Horace-Bénédict de Saussure que ces hommes s’illustrèrent et ap
69n ramenés en laisse, après Novare, par-dessus les Alpes, jusqu’à Berne. Quant à quitter la guerre il n’y faut plus songer, ce
70t les marques de l’usage, et dominée par quelques Alpes qui sont des vagues à peine figées dans leur élan. Une Suisse réelle,
71 de minéralogie que nous bariolent les peintres d’Alpe. Ce qu’il peint, lui, c’est [p. 209] la terre des hommes, vue par les
72la nature aussi. Impossible après lui de voir les Alpes comme les voyaient nos romantiques — Calame, Diday, Meuron —, majestu
73ute la Suisse chante, depuis toujours. Jodels des Alpes, ces « acrobaties vocales », a-t-on dit. Chœurs villageois, moqués av
74e siècle qui s’était retiré dans un ermitage des Alpes, où il avait jeûné pendant vingt ans ; et chaque Suisse connaissait s
75mieux : elle donne à l’Europe préromantique « Les Alpes » d’Albert de Haller et les « Idylles » de Salomon Gessner, puis à l’
37 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
76million de mobilisables et le réduit national des Alpes, centré sur le Gothard. Des dispositions spéciales préviennent tout
77ers sur un balcon d’hôtel, à Montreux, devant les Alpes translucides. Et ces wagons spacieux aux larges baies, glissant en si
38 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
78éninsule et qui se seraient établis au centre des Alpes. (Suicia = Suecia.) Mais reprenons notre chronologie du développement
39 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
79Suisse 25 . Mais ce n’est pas en grimpant sur nos Alpes comme Horace-Bénédict de Saussure que ces hommes s’illustrèrent et ap
40 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
80s six premiers mois de 1970 : avalanches dans les Alpes, tremblements de terre au Pérou et en Turquie, inondations en Roumani
41 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
81rsants, et les mêmes Basques à l’ouest. Quant aux Alpes, chacun peut vérifier qu’on y parle italien des deux côtés au sud, fr
82tés. Et la Suisse est née du Gothard, au cœur des Alpes. L’unité et les vraies diversités La vérité qu’on nous cachait, c’e
42 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
83e largement des relais TV français du Jura et des Alpes de Savoie, installés à l’intention des Français du Pays de Gex, de Ha
84tie est, mais ni Français ni Espagnols. Quant aux Alpes : on y parle des deux côtés des dialectes italiens au sud ; français
43 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
85’axe rhénan jusqu’à Bâle ; mais aussi le long des Alpes, de Genève à Menton-Ventimiglia, et des Grisons à Trieste. Et cela ti
44 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
86ment en solitaires édifiant leur cellule dans les Alpes, et certains deviennent de la sorte le cœur et l’âme d’un peuple qui
45 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
87 Gex, en Savoie et dans le Val d’Aoste, entre les Alpes et le Jura, une Région cherche à exister quoique divisée par les fron
46 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
88parle ainsi de la « cuvette genevoise » entre les Alpes et le Jura : une région « naturelle » divisée par l’histoire, qui a v
89les Pyrénées, comme bien d’autres régions par les Alpes ; et que les Badois, Bâlois et Alsaciens ne sont pas séparés mais rel
90Europe, comme jadis les communes d’Italie, ou des Alpes, du Rhin ou des Flandres en appelaient au Saint-Empire contre les Pri
47 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
91précier spécialement la découverte faite dans les Alpes suisses par le naturaliste Albert de Haller, du Bon Sauvage archétypi
48 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
92partie seulement de cette Région, le bassin entre Alpes et Jura occupé par le canton de Genève, la Haute-Savoie et l’Ain, est
49 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
93partie seulement de cette région, le bassin entre Alpes et Jura occupé par le canton de Genève, la Haute-Savoie et le Pays de