1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
1est rien de moins qu’une conception nouvelle de l’amour-passion : il apparaît ici sous la forme d’une obsession physique, parée d’une
2 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
2 une fuite sans fin devant la possession. Aimer d’amour-passion signifiait « vivre » pour Tristan, car la « vraie vie » qu’il appelai
3lui. C’est qu’on ne sait pas au juste ce qu’est l’amour-passion, ni d’où il vient, ni où il va. On sent bien qu’il y a là quelque cho
4 définir une forme d’amour exactement opposée à l’amour-passion : l’amour-action. p. 652 an. « La passion contre le mariage »,
3 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
5 il est l’affirmation de l’être. Et c’est Éros, l’amour-passion, l’amour païen, qui a répandu dans notre monde occidental le poison d
6gions païennes menaient encore une vie secrète. L’amour-passion n’est pas l’amour chrétien, ni même le « sous-produit du christianism
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
7lu flatter ni déprécier ce que Stendhal nommait l’amour-passion, mais j’ai tenté de le décrire comme un phénomène historique, d’origi
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
8gé, sous ce rapport, depuis des siècles, réduit l’amour-passion, neuf fois sur dix, à revêtir la forme de l’adultère. Et j’entends bi
9u’il tend à détruire une illusion. Affirmer que l’amour-passion signifie, de fait, l’adultère, c’est insister sur la réalité que notr
10xténuant que les morales anciennes. Le culte de l’amour-passion s’est tellement démocratisé qu’il perd ses vertus esthétiques et sa v
11e moderne, c’est aimer et chercher la souffrance. Amour-passion : désir de ce qui nous blesse, et nous anéantit par son triomphe. C’e
12a douleur, c’est le secret du mythe de Tristan, l’amour-passion à la fois partagé et combattu, anxieux d’un bonheur qu’il repousse, m
13qui sous-tendent nos destinées. Pour autant que l’amour-passion rénove le mythe dans nos vies, nous ne pouvons plus ignorer, désormai
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
14r le christianisme officiel. Et c’est ainsi que l’amour-passion, forme terrestre du culte de l’Éros, envahit la psyché des élites mal
15e conclusion peut être formulée dès à présent : L’amour-passion est apparu en Occident comme l’un des contrecoups du christianisme (e
16le début du xiie siècle. (Date de naissance de l’amour-passion ! 21 ). Et nous allons montrer qu’elle porte un nom par ailleurs bien
17naquit le grand modèle occidental du langage de l’amour-passion. 10. Vue d’ensemble du phénomène courtois Revenant après de longues
18 courtois et en lettres, le premier grand roman d’amour-passion de notre histoire. Jaufré Rudel va mourir dans les bras de la comtess
19ergences, il est temps de tirer la conclusion : L’amour-passion glorifié par le mythe fut réellement au xiie siècle, date de son ap
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
20ud et son école. Voici donc le dilemme que pose l’amour-passion : si l’on n’y voit que de la sexualité, c’est autant dire que l’on ne
21 éveille en lui la brûlure délicieuse du désir. L’amour-passion tend à se confondre avec l’exaltation d’un narcissisme… Dans cette tr
22dre de ses mains. » Et toutes les métaphores de l’amour-passion se déversent dans la prose enflammée de Ruysbroek : immersion dans l’
23 foi à user, et parfois à abuser, du langage de l’amour-passion. Usage et abus dont la psychologie moderne devait nécessairement tire
24 « l’esprit ». (On sent ici à quelle profondeur l’amour-passion, l’expression et le mensonge se trouvent liés. Et n’est-elle pas typi
25, sont évidemment postérieurs à la naissance de l’amour-passion, il n’en reste pas moins que celui-ci est postérieur à la mystique ps
26ure discipline qui nous permette de transcender l’amour-passion jusque dans ses formes sublimées. Le cycle de l’ascèse chrétienne ram
27liberté reconquise. [p. 188] 8. Crépuscule de l’amour-passion C’est le dogme de l’Incarnation qui distingue radicalement la mystiqu
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
28s morts dans une tragédie, si elle a pour sujet l’amour-passion. Seulement, cette mort, il ne la désire pas comme une transfiguration
29à trois reprises 145 . Il fallait cela pour que l’amour-passion succombât finalement à la Norme du Jour. Car c’est le jour terrestre
30are en France… » Stendhal baptise cette folie : l’amour-passion. ⁂ Tout le monde connaît la thèse du traité. Il y a quatre amours dif
31se du traité. Il y a quatre amours différents : l’amour-passion, l’amour-goût, l’amour physique et l’amour de vanité. Le premier seul
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
32le pas toujours présente dans les transports de l’amour-passion ? Il n’y a donc qu’un déplacement d’accent. Ensuite, que veut la pass
33se dire : je veux la guerre ; non plus que dans l’amour-passion, les amants ne disent : je veux la mort. Seulement, [p. 294] tout ce
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
34 une fuite sans fin devant la possession. Aimer d’amour-passion signifiait « vivre » pour Tristan, car la vraie vie qu’il appelait, c
35lui. C’est qu’on ne sait pas au juste ce qu’est l’amour-passion, ni d’où il vient, ni où il va. On sent bien qu’il y a là quelque cho
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
36l’affirmation de l’être en acte. Et c’est Éros, l’amour-passion, l’amour païen, qui a répandu dans notre monde occidental le poison d
37gions païennes menaient encore une vie secrète. L’amour-passion n’est pas l’amour chrétien, ni même le « sous-produit du christianism
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
38eule agit encore sur nous, en tant que mythe de l’amour-passion. 2. Chevalerie sacrée La pensée médiévale en général est saturée d
13 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
39torité temporelle exercée par le clergé. — Donc l’amour-passion serait une hérésie chrétienne ? — … Dont nous avons perdu la clef, et
14 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
40ns et les films nous enfièvrent d’une nostalgie d’amour-passion dont nous ne savons plus même distinguer qu’elle contredit radicaleme
15 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
41ieux : et voilà le deuxième amour, l’origine de l’amour-passion. Or cette exaltation ne tend pas vers le vrai Dieu, ni vers la créatu
16 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
42çons. Je parlerai de la passion dans son éclat. L’amour-passion, signe particulier de la psyché occidentale, est né d’un retour de fl
17 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
43n le mépris des biens terrestres et du bonheur… L’amour-passion ne peut exister que dans une civilisation marquée par la croyance en
44t où les déplacements sont si faciles… Au vrai, l’amour-passion ne saurait exister dans une civilisation qui n’accorde à l’échec null
18 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
45s de huit siècles : toute l’expérience vécue de l’amour-passion y a trouvé, jusqu’à nos jours, son langage et ses types de conduite,
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
46s de huit siècles : toute l’expérience vécue de l’amour-passion y a trouvé, jusqu’à nos jours, son langage et ses types de conduite,
20 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
47ique du récit. Dans une société comme la nôtre, l’amour-passion peut-il encore trouver des interdits assez redoutables, et par suite
48t la science, l’absolu et le raisonnable, enfin l’amour-passion et le mariage. N’en sommes-nous pas au point de notre évolution où, t
49la mort enthousiasmante. I. Trois vrais romans d’amour-passion, au xxe siècle Trois œuvres où transparaît l’archétype de Tristan no
50 aussi a pu être décrite comme le dernier roman d’amour-passion de la littérature occidentale. Le Docteur Jivago de Boris Pasternak n
51i que la « nymphet » peut devenir le support de l’amour-passion, c’est-à-dire du désir infini qui échappe aux rythmes naturels et jou
52 vrai, la polémique contre le mariage au nom de l’amour-passion anime tout le récit. Comme dans Tristan, l’on sent que l’auteur n’est
53border son livre sans fin sous le seul angle de l’amour-passion. Par bonheur, il se trouve que Musil a décrit cette disposition para-
54du tout ! s’écria Ulrich en riant. On voit que l’amour-passion est seul en jeu, et que le seul exemple qu’en trouve le héros est cel
55ion américaine du « réalisme socialiste », d’où l’amour-passion est exclu. Or je vois triompher dans ce même public deux romans de l’
56is triompher dans ce même public deux romans de l’amour-passion. Dira-t-on qu’il s’agit d’un refoulement ? Ou simplement que les ques
57ui a fait l’enquête ? Ce qui est sûr, c’est que l’amour-passion demeure mal vu, mais n’en fascine que mieux l’homme et la femme du xx
58an lui-même, que j’interprète comme une affaire d’amour-passion. Voyons les faits. Pasternak écrit un énorme roman (dont une partie s
59ture par une complicité d’origine et d’essence, l’amour-passion, nous l’avons vu, n’est guère moins dépendant de cette société qu’il
60uer les épiphanies romanesques de Tristan et de l’amour-passion ? Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les dé
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
61ique du récit. Dans une société comme la nôtre, l’amour-passion peut-il encore trouver des interdits assez redoutables, et par suite
62t la science, l’absolu et le raisonnable, enfin l’amour-passion et le mariage. N’en sommes-nous pas au point de notre évolution où, t
63la mort enthousiasmante. I. Trois vrais romans d’amour-passion au xxe siècle Trois œuvres où transparaît l’archétype de Tristan nou
64 aussi a pu être décrite comme le dernier roman d’amour-passion de la littérature occidentale. Le Docteur Jivago de Boris Pasternak n
65i que la « nymphet » peut devenir le support de l’amour-passion, c’est-à-dire du désir infini qui échappe aux rythmes naturels et jou
66 vrai, la polémique contre le mariage au nom de l’amour-passion anime tout le récit. Comme dans Tristan, l’on sent que l’auteur n’est
67son chef-d’œuvre sans fin sous le seul angle de l’amour-passion. Par bonheur, il se trouve que Musil a décrit cette disposition para-
68u tout ! s’écria Ulrich en riant. » On voit que l’amour-passion est seul en jeu, et que le seul exemple qu’en trouve le héros est cel
69ion américaine du « réalisme socialiste », d’où l’amour-passion est exclu. Or je vois triompher dans ce même public deux romans de l’
70is triompher dans ce même public deux romans de l’amour-passion. Dira-t-on qu’il s’agit d’un refoulement ? Ou simplement que les ques
71ui a fait l’enquête ? Ce qui est sûr, c’est que l’amour-passion demeure mal vu, mais n’en fascine que mieux l’homme et la femme du xx
72an lui-même, que j’interprète comme une affaire d’amour-passion. Voyons les faits. Pasternak écrit un énorme roman (dont une partie s
73ture par une complicité d’origine et d’essence, l’amour-passion, nous l’avons vu, n’est guère moins dépendant de cette société qu’il
74uer les épiphanies romanesques de Tristan et de l’amour-passion ? Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les dé
22 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
75 le contraste, apparemment insurmontable, entre l’amour-passion (ou amour poétique), qui élit un seul être bien-aimé, et l’amour du p
23 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
76ifiée et tel est son amour de soi-même. Quant à l’amour-passion (ici, non-romantique !) il se situe au point où le regard de l’âme re
77entends l’amour de Dieu, de soi et du prochain, l’amour-passion, et même l’amour matrimonial. Mais on me dira que l’Asie n’est pas to
78 je n’en connais point — de ce que nous baptisons amour-passion, et l’on sait à quel point cette forme de l’amour est liée à ses expr
24 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
79 pour le plaisir et la douleur de mieux brûler. L’amour-passion oriente le moi vers un objet qu’il veut unique, infiniment différenci
80on à Marie). Correspond à l’Âme et au sentiment (Amour-passion, tendresse, Éros). Tempérament : émotif-dépressif, oblatif-envahissa
25 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
81 le contraste, apparemment insurmontable, entre l’amour-passion (ou amour poétique) qui élit un seul être bien-aimé, et l’amour du pr
26 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
82ifiée et tel est son amour de soi-même. Quant à l’amour-passion (ici, non-romantique !) il se situe au point où le regard de l’âme re
83entends l’amour de Dieu, de soi et du prochain, l’amour-passion, et même l’amour matrimonial. Mais on me dira que l’Asie n’est pas to
84 je n’en connais point — de ce que nous baptisons amour-passion, et l’on sait à quel point cette forme de l’amour est liée à ses expr
27 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
85re, n’ont-elles pas porté au romantisme, donc à l’amour-passion, un coup mortel ? — Pas mortel. Mais dur. J’ai provisoirement modifié
28 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
86 parlons certes de ce qui peut nous rapprocher, l’amour-passion, les troubadours, la psychanalyse, Saint-John Perse, mais aussi de ce
29 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
87 parlons certes de ce qui peut nous rapprocher, l’amour-passion, les troubadours, la psychanalyse, Saint-John Perse, mais aussi de ce
30 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
88vre L’Amour et l’Occident . L’amour au sens de l’amour-passion que j’ai décrit dans mon livre fut quelque chose de très important da
89 très important dans ma vie. L’opposition entre l’amour-passion et le mariage est au fond le sujet même de ce livre. J’ai été entraîn
31 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
90lui. (Comment aurais-je dit, par exemple, que « l’amour-passion de Tristan n’est rien d’autre que le catharisme » ?) Et quand il parl
91nteste toute assimilation entre amour courtois et amour-passion, disons entre Bernard de Ventadour et Wagner, et il conclut que « fai
92et cela tient à la nature même de l’amour, de cet amour-passion que j’ai décrit, et c’en est une première approche. En traitant à fon
93 lieu, nous n’acceptons pas a priori l’idée que l’amour-passion soit une affection constitutive de l’esprit humain. Il se pourrait fo
94ule femme qui ait chanté l’amour de loin 249 . L’amour-passion serait-il une allergie que l’on aime, allergie positive, allergie dél
95radicalement. Que dès sa genèse au xiie siècle l’amour-passion se constitue en hostilité au mariage ; que les finalités d’Éros et d’
32 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
96rkegaard et de Nietzsche, que la dialectique de l’amour-passion, exalté par l’obstacle qui le nie, se retrouve dans la vie du couple
97s, ce qui entraîne une sorte de dépréciation de l’amour-passion compris comme amour-possession de l’autre. Certains vont jusqu’à pens
98oici dépassé, mais dans mon sens ! Il reste que l’amour-passion est une maladie de l’amour comme la drogue et l’alcoolisme sont des m
33 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
99’algèbre, et bien plus que cela : le concept de l’amour-passion, sa mystique et sa rhétorique, qui vont influencer profondément nos m
34 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
100idiennes, toute sa manière de vivre. Tandis que l’amour-passion, comme le mot l’indique, a pour étymologie « pati », en latin, qui ve
101ati », en latin, qui veut dire subir, souffrir. L’amour-passion, glorifié par la littérature, c’est l’amour que l’on subit, qui about
102un peu orageuse. J’y ai bien appris ce qu’était l’amour-passion, et à quelles catastrophes cela pouvait mener. J’ai éprouvé le besoin