1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
1sière depuis le moyen âge, propose humblement son anachronisme de plain-pied avec les passants, les voitures. (Ils l’aiment bien, — 
2 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
2ience de M. Goguel, on se sent parfois gêné par l’anachronisme évident de ses jugements psychologiques. Il y a là un procédé tout in
3 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
3 titre, j’ai tout d’abord été frappé par le léger anachronisme de ce petit mot de cité. Une image s’est immédiatement formée devant
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
4. Cette interprétation classique est d’un aimable anachronisme. Outre qu’elle abuse de Corneille, elle paraît ignorer l’un de ces fa
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
5 se pourrait que nous tenions là un bel exemple d’anachronisme. A-t-on seulement remarqué que les siècles passés usaient très couram
6 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
6ne mondiale pour la suppression des visas, de ces anachronismes [p. 238] scandaleux qui nous empêchent de rejoindre le siècle, de l’h
7 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
7ne mondiale pour la suppression des visas, de ces anachronismes scandaleux qui nous empêchent de rejoindre le siècle, de l’habiter et
8 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
8ns le carcan de leurs frontières est un dangereux anachronisme. Si nous sommes incapables de briser cette féodalité et d’adapter nos
9 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
9rel des choses dans lequel l’humanité doit vivre. Anachronisme monstrueux et stupide, etc. » Dans une interview accordée au journal
10 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
10eur de notre époque, serait d’un naïf et ridicule anachronisme. Mais accepter « comme parole d’Évangile » pour tous les temps, à tou
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
11ments modernes, sur ce point, sont donc frappés d’anachronisme.) Si l’on s’en tient aux témoignages du temps, on voit qu’en fait, ja
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
12gmentation persistante de l’Europe, le plus grand anachronisme du xxe siècle 322 . Condensant et clarifiant les apports de ses aîn
13 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
13 cette lugubre affaire ? Il nous faut expliquer l’anachronisme. Sartre se meut dans un village intellectuel et projette sur « l’Euro
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
14se de commenter plus tard. Mais gardons-nous de l’anachronisme qui nous ferait attribuer au seul goût de la paix le système de ligue
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
15eler, cet idéal fédéraliste n’est-il pas menacé d’anachronisme ? La pratique suisse a-t-elle encore un sens réel ? p. 110 56.
16 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
16utilitaires ou économiques repose en somme sur un anachronisme, et sur une confusion des effets et des causes. Au début, il y a le r