1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1 malencontreuse de Pascal : le « Qui veut faire l’ange… » a autorisé des générations de « bourgeois cultivés » à faire la bê
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2andeur. Voici la mort du taureau dit « le Mauvais Ange » : La bête chancela de l’arrière-train, tenta de se raidir, enfin c
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Billets aigres-doux (janvier 1927)
3Je m’enfuis vers d’autres rêves Où sourient quels anges fous. L’horaire dicte un adieu, La mode qu’on rie des pleurs, Lors je
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
4it certains vers qu’on peut lire plus haut : Les anges véritables qui connaissent les signes Sont moins bons acrobates… (etc
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
5projecteur, des signes fatidiques, le visage d’un ange. p. 124 i. « Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle », R
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6lus mélodieuses palinodies, font encore rêver les anges écœurés d’azur. Alors un juron mélodramatique, d’une voix torturée, h
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
7rompé, ce n’est pas elle. Il pensa que c’était un ange, de ceux qui vont à la recherche des âmes. Aussitôt il téléphone à ce
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8les autres membres de la Nature, choses, bêtes et anges, — le voici devenu sourd à cette harmonie universelle, incapable d’en
9 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
9 redoutables. Cette nuit-là nous rencontrâmes des anges au coin des ruelles, des oiseaux nous parlèrent, bientôt dissous dans
10 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
10rison Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais libre comme avant cette naissance aux le
11des rayons glissent et rient c’est la caresse des anges parmi les formes de l’ombre C’était l’aube et le sourire adorable d
11 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
12 gémissante ! Dieu, dans sa pitié, leur envoya un ange porteur d’une solution fort simple qui d’ailleurs était la bonne, car
13e. Craignant qu’on ne lui fît un mauvais parti, l’ange trouva son salut dans un subterfuge : il insinua qu’il parlait au nom
14reprendre, et l’on parla défense de l’Occident. L’ange s’enfuit par l’un des nombreux trous de leurs raisonnements. [p. 27
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
15d’écrire sur ce poète, qu’on a traité de fou et d’ange, un essai remarquable de netteté et souvent, d’indépendance. Il dégag
13 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
16] VI Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais libre comme avant cette naissance aux le
14 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
17us beaux fantômes, et les plus réels, ce sont les anges. Mais ceux-là seuls parmi nous les verront, dont l’esprit parviendra
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
18 Mais à cause de la grandeur. ⁂ Ce livre manque d’ange et de bête. Il est merveilleusement intelligent. On n’y parle stricte
16 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
19 redoutables. Cette nuit-là nous rencontrâmes des anges au coin des ruelles, des oiseaux nous parlèrent, bientôt dissous dans
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
20 malencontreuse de Pascal : le « Qui veut faire l’ange… » a autorisé des générations de bourgeois cultivés à faire la bête d
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
21 Swedenborg se complaît à décrire le vêtement des anges. L’un découvre l’univers dans chaque organe de la machine humaine. L’
22 machine humaine. L’autre enseigne que chacun des anges est un miroir du ciel entier. C’est parce qu’ils savent les correspon
23opié dans Swedenborg des passages sur l’amour des anges et des humains, — l’amour, qui est le lieu des [p. 146] correspondanc
24 la vie éternelle, et d’expériences vécues avec l’Ange gardien, mais c’est toujours en relations pratiques avec le commerce
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
25l’humain, comprenons qu’il y va de tout. Mais les Anges enfin élèvent Faust au-dessus de cette agonie symbolique de toute son
26rs est fatal. « Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu au sol, avec un devoir à che
27meux de la Saison : « moi qui me suis dit mage ou ange… » rappelle étrangement ces vers du Premier Faust que l’on citait plu
20 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
28 lieu naturel du nécessaire [p. 293] conflit de l’ange et de la bête ? L’homme soviétique se trouve soustrait aux conflits n
29aison d’être de la plupart des hommes ? Sera-t-il ange ou bête ? Sera-t-il encore un homme ? L’homme chrétien est à la fois
30 encore un homme ? L’homme chrétien est à la fois ange et bête. Dans ce conflit perpétuel, il trouve sa joie et sa souffranc
21 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
31nous apprend-on dès l’école primaire. Il n’est ni ange ni bête, on se plaît à le répéter. Et nous voyons pourtant que les ho
32es hommes de ce temps pensent comme s’ils étaient anges, et agissent comme bêtes. Le mal qui est dans l’action n’a pas d’autr
22 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
33 [p. 79] IV Ni ange ni bête : ni gauche ni droite (Fondements théologiques d’une action
34est une bête, son but est toutefois de devenir un ange. Le christianisme intervient dans cette fausse symétrie avec une sort
35fort bien exprimé par Pascal : « L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête 19
36 ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête 19 . » Qu’est l’homme ? Il ne se connaît pas. L’Évangile
37te que l’Évangile appelle l’amour du prochain. Ni ange ni bête, ni droite ni gauche. Pessimisme quant aux fins terrestres, m
23 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
38 comme le lieu naturel du nécessaire conflit de l’ange et de la bête ? L’homme soviétique se trouve soustrait aux conflits n
39aison d’être de la plupart des hommes ? Sera-t-il ange ou bête ? Sera-t-il encore un homme ? L’homme chrétien est à la fois
40 encore un homme ? L’homme chrétien est à la fois ange et bête. Dans ce conflit perpétuel, il trouve sa joie et sa souffranc
24 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
41ne bête brute, et qui pourtant ne se croit pas un ange. Quels intérêts ? Les plus « élevés » ? Non point, mais les plus dign
25 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
42 longue lumière boréale. Cette femme n’est pas un ange ni une sainte. Elle a péché gravement, elle a touché le fond de la dé
43xpliquent sans le légitimer. L’homme n’est pas un ange, c’est entendu, mais ne dites pas qu’il n’est qu’une bête. À la fois
44s ne dites pas qu’il n’est qu’une bête. À la fois ange et bête, voilà sa vérité totale, c’est-à-dire sa poésie. Il y a dans
26 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
45 main 17  ; il a compris que l’homme n’est pas un ange, qu’il est un corps jeté au milieu d’autres corps, et que c’est un or
27 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
46 longue lumière boréale. Cette femme n’est pas un ange, ni une sainte. Elle pèche, elle désespère, elle touche le fond de la
28 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
47sard, l’exemple de Marc, chapitre 16. De ce que l’ange qui apparaît au tombeau vide rassure les femmes, au verset 6, alors q
48s un tombeau, qui le trouvent vide, qui voient un ange, et voici que cet ange leur parle ! Les réactions de ces femmes n’aur
49ouvent vide, qui voient un ange, et voici que cet ange leur parle ! Les réactions de ces femmes n’auront probablement rien d
29 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
50ser les limites de sa condition. Qui veut faire l’ange — l’Homme Nouveau — appelle la bête, le dictateur. Gide voudrait ne p
30 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
51denborg sur le temps et l’espace « vécu » par les anges relevaient également de la fantaisie la plus échevelée aux yeux de la
31 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
52néralement des coquins, pourquoi seraient-ils des anges une fois appariés ? Ignore-t-on la réalité, ou n’a-t-on rien à dire d
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
53’Amour, et il exprime l’angoisse fondamentale des anges déchus dans des corps trop humains… 2° Il est très important et signi
54imique, a été achevée dans l’ordre matériel par l’Ange révolté, le Grand Arrogant, le Démiurge, c’est-à-dire Lucifer ou Sata
55re Lucifer ou Satan. Celui-ci a tenté les Âmes ou Anges, en leur disant : « Qu’il leur valait mieux être en bas, où ils pourr
56L’enfer étant la prison de la matière, Lucifer, l’ange révolté, n’y peut régner que pour le temps que durera « l’erreur » de
57pparaît et le console par un baiser ; comment son ange lui tend la main droite et le salue également d’un baiser d’amour ; c
58érialistes avant la lettre. Le « qui veut faire l’ange fait la bête » semble illustré par leurs excès ; mais ceux-ci traduis
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
59iens-toi, ô créature, que ta nature est celle des anges. Si plus longtemps tu demeures en cette boue, tu devras rester toujou
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
60Vita Nuova, cette strophe au sublime départ : Un ange crie en l’Intelligence divine et dit : — Seigneur, dans le monde se v
61abat, non sans avoir reçu dans cette lutte avec l’ange mauvais la plus douloureuse blessure. Et Don Juan bondit sur la scène
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
62uins — ou des névrosés, pourquoi seraient-ils des anges une fois appariés ? Ignore-t-on la réalité, ou n’a-t-on rien à dire d
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
63lerie humaine », est une imitation des chœurs des anges autour du trône de Dieu. Le poète espagnol Juan Manuel l’appelle une
37 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
64’amour fraternel et la vigilance. Puis il salue l’ange de Dieu qu’il voit venir à sa rencontre. Les satires zwingliennes et
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
65auteur d’homme. (Pas question de monter jusqu’à l’ange ; nous avons bien assez à faire à ne point retomber à la bête.) Ainsi
39 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
66le, ce n’est pas le Diable, et ce ne sont pas les Anges, mais bien la candeur et la crédulité des sceptiques, et l’impardonna
67i de la légende d’Ormuzd et d’Ahrimane, et de ces anges ou démons ailés dont ils trouvaient le modèle en Assyrie. Ce sont les
68 qui ont écrit le livre d’Énoch, où l’on voit des anges mauvais descendre sur la terre — et c’est la première chute — pour s’
69visoires, fragmentaires et superficielles. 5. L’Ange déchu Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Luc 10, 18.
7010, 18. La Bible nous apprend que Lucifer est un ange tombé du ciel. Les anges sont des créatures spirituelles vivant et ag
71pprend que Lucifer est un ange tombé du ciel. Les anges sont des créatures spirituelles vivant et agissant sur les frontières
72et c’est pourquoi nous les comprenons mal. « Tout ange est terrible ! » dit Rilke. Mais tout ange est bon, servant Dieu. Au
73« Tout ange est terrible ! » dit Rilke. Mais tout ange est bon, servant Dieu. Au sommet de leur hiérarchie sont les Archange
74rgueil éblouissant et consumant, qui transforma l’Ange de Lumière en Ange et Prince des Ténèbres, l’a condamné à un impérial
75et consumant, qui transforma l’Ange de Lumière en Ange et Prince des Ténèbres, l’a condamné à un impérialisme sans limites,
76hus de leur humanité parfaite. « Qui veut faire l’ange fait la bête », dira Pascal à leur propos. Ainsi la tentation est tou
77ait se révéler le Tentateur ? 12. Le sophisme L’Ange déchu nous dit : je suis ton ciel, il n’y a pas d’autre espérance. Le
78homme torturé par ses complexes. Or la chute de l’ange Lucifer est justement l’Accident absolu qui survint dans l’histoire d
40 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
79n chemise brune Certes Hitler ne fut pas le grand ange déchu. Mais certains pensent pour l’avoir éprouvé en sa présence par
41 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
80enir des dieux à leur manière. Le résultat, que l’Ange pervers devait prévoir, sera nécessairement l’inverse de ce qu’ils vo
81me, dont l’homme ne se lassera jamais de faire un ange ou un démon. « Instrument dont use le Diable pour posséder nos âmes »
42 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
82e, ou l’ordre personnel Le Diable et sa colonne d’anges noirs « qui n’ont pas conservé leur dignité, mais qui ont déserté leu
83’Ordre : l’ordre céleste et le cri de guerre de l’Ange blanc, l’ordre intérieur de la sainteté, l’ordre cosmique et son disc
43 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
84le, ce n’est pas le Diable, et ce ne sont pas les Anges, mais bien la candeur et la crédulité de ces « sceptiques », et l’imp
44 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
85l’humain, comprenons qu’il y va de tout. Mais les Anges enfin élèvent Faust au-dessus de cette agonie symbolique de toute son
86rs est fatal. « Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu pu sol, avec un devoir à che
87a Saison : [p. 35] « Moi qui me suis dit mage ou ange… » ne rappelle-t-il pas étrangement ces vers du premier Faust cités p
45 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
88ofond et continu, la respiration bienheureuse des anges gardiens de ce temps, dans l’enthousiasme déchirant les voiles, du sa
46 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
89esse dont j’imagine qu’elle est l’état normal des anges, et décidé à récrire tout mon livre. Je ne puis entendre Bach sans av
47 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
90t des sept églises d’Asie, possédant chacune leur ange ? Ou à la parole « Soyez un comme le Père et moi sommes un », qui éta
48 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
91 dépendra d’une centrale unique, il suffira que l’Ange de la Fin saisisse les commandes pour accomplir le Temps… Et nous ser
49 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
92 mythe évasif, que n’êtes-vous disparue, comme un ange au matin ? Dans ce petit restaurant français de la 55e rue, à l’ouest
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
93caniquement un excès d’étatisme. Qui veut faire l’ange, ou le démon, fait la bête et voici qu’on l’enferme aujourd’hui dans
51 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
94scule. Byzance est morte en discutant le sexe des anges, sujet sublime, mais l’Empereur combattait sur les remparts. Je ne co
52 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
95estre et l’Extrême-Occident de la Matière pure. L’ange qui apparaît à l’adepte lui décrit un cosmos dont les données apparem
96, la droite, l’extrême raffinement, la lumière, l’Ange de la Révélation, le but dernier, l’âme, l’initiation, la sagesse, la
53 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
97è, la lutte entre l’élan qui porte l’homme vers l’ange, et le devoir d’aimer le prochain, fondement de toute société. Avec
98as un hasard si tu es là, au terme de ma vie, mon ange secret, mon ange interdit, sous un ciel de guerres et d’insurrections
99u es là, au terme de ma vie, mon ange secret, mon ange interdit, sous un ciel de guerres et d’insurrections ; il y a bien lo
54 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
100e, mais seulement la procréation, par laquelle un ange de plus est enfermé dans un corps vil ; — l’érotisme, véritable inven
55 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
101é, la lutte entre l’élan qui porte l’homme vers l’ange, et le devoir d’aimer les autres, fondement de toute société. « Avec
102as un hasard si tu es là, au terme de ma vie, mon ange [p. 75] secret, mon ange interdit, sous un ciel de guerres et d’insur
103 au terme de ma vie, mon ange [p. 75] secret, mon ange interdit, sous un ciel de guerres et d’insurrections ; il y a bien lo
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
104é, « l’homme sans nom » vient d’ailleurs comme un ange, passe, étreint, dit le mot, révèle, et disparaît. Don Ottavio s’indi
57 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
105épuise à force de le répéter : il faudrait dire l’ange ». Elle est donc l’Ange, mais en même temps le « but » de l’ange, « l
106éter : il faudrait dire l’ange ». Elle est donc l’Ange, mais en même temps le « but » de l’ange, « l’essor [p. 172] de l’ang
107t donc l’Ange, mais en même temps le « but » de l’ange, « l’essor [p. 172] de l’ange » chez son amant. Elle n’est jamais un
108mps le « but » de l’ange, « l’essor [p. 172] de l’ange » chez son amant. Elle n’est jamais un moi distinct, indépendant, aim
109rendre ! Je suis Tristan, voyez mon âme, c’est un ange. Je suis Don Juan, voyez mon corps, bête innocente… Ce qui se traduit
58 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
110 [p. 209] La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient Un dialogue mal engagé L’
111 l’amour, — à quoi j’entends venir plus loin. L’ange Quelle est cette part de la personne dès maintenant libérée du monde
112n Dieu » jusqu’à l’avènement de l’Amour ? C’est l’Ange, répond l’Iran des spirituels, l’Iran du mazdéisme et des mystiques s
113es Juifs, les chrétiens, et l’Islam. Que serait l’Ange pour nos psychologues ? Une projection du moi individuel ou collectif
114ent Nature Parfaite. » C’est le vrai moi, c’est l’Ange. « Il ne s’agit plus du simple messager transmettant les ordres, ni d
115ansmettant les ordres, ni de l’idée courante de l’Ange gardien », mais de ceci : « que la [p. 214] Forme sous laquelle chacu
116 le vieil Iran désignait comme Fravarti 95 . » L’Ange des soufis n’évoque pas seulement cette part initiante de l’être reno
117a fois les archétypes célestes des êtres et leurs anges tutélaires. Il y a plus : selon le mazdéisme « chaque entité physique
118’une seule quête de l’esprit, dont le Graal, ou l’Ange, est : toi-même. ⁂ Les différences ne sont donc pas où l’on croyait,
119ajoute : « Le corps de chaque esprit et de chaque ange est la forme de son amour. 106  » Les trois notions de l’homme que l’
120le noumène, l’individu et la personne, l’âme et l’ange, l’ego et le Soi. Observons que les trois partent d’une dualité sans
121r dans son élan vers le vrai moi ? Elle voulait l’ange. Il lui reste la nostalgie d’une fuite hors du moi naturel. Désormais
122blable, — un corps « vil » et une âme qui se veut ange — non le vrai moi dans son autonomie. Si le corps lui paraît désirabl
123é ego-vrai moi y devient celle de l’âme et de son ange. Pour situer dans son vrai climat spirituel le personnalisme essentie
124squ’à l’investir de la fonction théophanique de l’Ange (ainsi en a-t-il été des Figures féminines célébrées par les Fedeli d
125 ? Et n’est-ce pas pour avoir désiré l’amour de l’Ange que les amants de la Forêt du Morrois en viennent à découvrir que c’e
126de la transposition du « ciel » sur Terre et de l’Ange en la femme, que l’on pourrait en pressentir l’ultime secret. (Ici, d
127mer en elle, est-ce elle-même ou l’image de notre ange ? Ce [p. 241] que nous avons cru voir en elle, et que nous déifions p
59 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
128ils de Dieu », la part céleste, le répondant de l’Ange qui sera « notre effigie » au cercle de feu qu’a vu Dante. Et par que
129s branches, en sorte que les oiseaux du ciel (les anges) peuvent habiter sous son ombre 129  » Il n’est pas dans l’espace et
60 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
130t plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la Résurrection (Luc, X
131 (jette-toi dans le vide du haut du Temple et les Anges te porteront), et par la puissance (je te donnerai tous les royaumes
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
132, la droite, l’extrême raffinement, la lumière, l’Ange de la Révélation, le but dernier, l’âme, l’initiation, la sagesse, la
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
133 parole sainte : tu l’as placé peu au-dessous des anges. D’où il suit que la paix universelle est le meilleur de tous les moy
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
134nturier français, auteur d’un ouvrage d’économie, Ange Goudar, fait paraître à Rotterdam en 1757 un écrit intitulé La paix d
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
135ique dans tous nos peuples. Le « qui veut faire l’ange fait la bête » de Pascal se traduit ici par « qui veut le Monde abstr
65 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
136é, « l’homme sans nom » vient d’ailleurs comme un ange, passe, étreint, dit le mot, révèle, et disparaît. Don Ottavio s’indi
66 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
137 [p. 585] La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961) av Un dia
138 l’amour, — à quoi j’entends venir plus loin. L’ange Quelle est cette part de la personne dès maintenant libérée du monde,
139n Dieu » jusqu’à l’avènement de l’Amour ? C’est l’Ange, répond l’Iran des spirituels, l’Iran du mazdéisme et des mystiques s
140es juifs, les chrétiens, et l’Islam. Que serait l’Ange pour nos psychologues ? Une projection du moi individuel ou collectif
141ent Nature parfaite. » C’est le vrai moi, c’est l’Ange. « Il ne s’agit plus du simple messager transmettant les ordres, ni d
142ansmettant les ordres, ni de l’idée courante de l’Ange gardien », mais de ceci : « que la Forme sous laquelle chacun des spi
143 le vieil Iran désignait comme Fravarti 62 . » L’Ange des soufis n’évoque pas seulement cette part initiante de l’être reno
144a fois les archétypes célestes des êtres et leurs anges tutélaires. Il y a plus : selon le mazdéisme « chaque entité physique
145’une seule quête de l’esprit, dont le Graal, ou l’Ange, est : toi-même. ⁂ Les différences ne sont donc pas où l’on croyait,
146ajoute : « Le corps de chaque esprit et de chaque ange est la forme de son amour. 73  » Les trois notions de l’homme que l’o
147le noumène, l’individu et la personne, l’âme et l’ange, l’ego et le Soi. Observons que les trois partent d’une dualité sans
148r dans son élan vers le vrai moi ? Elle voulait l’ange. Il lui reste la nostalgie d’une fuite hors du moi naturel. Désormais
149blable, — un corps « vil » et une âme qui se veut ange — non le vrai moi dans son autonomie. Si le corps lui paraît désirabl
150é ego-vrai moi y devient celle de l’âme et de son ange. Pour situer dans son vrai climat spirituel le personnalisme essentie
151nvestir de la [p. 604] fonction théophanique de l’Ange (ainsi en a-t-il été des Figures féminines célébrées par les Fedeli d
152 ? Et n’est-ce pas pour avoir désiré l’amour de l’Ange que les amants de la Forêt du Morois en viennent à découvrir que c’es
153de la transposition du « ciel » en Terre, et de l’Ange en la femme, que l’on pourrait en pressentir l’ultime secret. (Ici, d
154mer en elle, est-ce elle-même ou l’image de notre ange ? Ce que nous avons cru voir en elle, et que nous déifions peut-être
67 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
155son étrangeté fascinante ? » Cette recherche de l’Ange, qui est le mystère de l’autre, excitant à la fois l’Éros et l’Agapè,
68 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
156s hermétiques. Quand Mallarmé assigne au Poète, « ange », la mission de « donner un sens plus pur aux mots de la tribu », c’
69 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
157ite toute seule, et n’est pas un démon plus qu’un ange parmi nous. C’est un ensemble non délimité de procédés qui reflètent
70 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
158les autres membres de la Nature, choses, bêtes et anges — le voici devenu sourd à cette harmonie universelle, incapable d’en
71 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
159ment divine (« à mesure d’homme, qui est mesure d’ange » : Apoc. ch. 21, v. 17). Il est question là d’un développement de la
72 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
160it : « mesures d’hommes, qui sont aussi mesures d’anges », ou encore : « mesures humaines que l’ange utilisait » (selon les t
161s d’anges », ou encore : « mesures humaines que l’ange utilisait » (selon les traductions). Il s’agit donc d’une cité idéale
73 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
162esse dont j’imagine qu’elle est l’état normal des anges, et décidé à tout recommencer. Je ne puis entendre Bach sans avoir
163n tant que personne. Or on a vu qu’il n’est qu’un ange déchu, réduit à une fonction relative à l’homme. En tant que force de