1 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
1e pas à le définir utilement. On fonde des ligues antifascistes 40 , on cultive une mystique antifasciste, les intellectuels se décha
2ligues antifascistes 40 , on cultive une mystique antifasciste, les intellectuels se déchaînent : déjà la nervosité des esprits est
3r sur Paris. On installe au pouvoir le leader des antifascistes, un homme de gauche bien entendu, un fils du peuple. Le triomphe de l
4able nature de son adversaire. 2° Les politiciens antifascistes, comme tous les politiciens, croient être réalistes quand ils emprunt
5 faciles à prévoir : la tactique utilisée par les antifascistes va leur dicter une attitude politique, et leur carence doctrinale les
6n seul instant à la duplicité [p. 138] des ligues antifascistes. Mais la carence doctrinale dont leurs manifestes font preuve favoris
2 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
7ur que la masse accepte l’idée d’une dictature… « antifasciste ». Tout cela se joue sur des mots, et ces mots ne traduisent que des
3 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
8r, Blum, le Comité de Vigilance des intellectuels antifascistes, Déat, Thorez, etc. Mais là, ce n’est plus l’état-major qui imprime à
9e qui règne depuis quelques mois dans les cercles antifascistes n’oserait pas même imaginer. C’est un spectacle vraiment consternant
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10y a quinze jours, sous les auspices d’une ligue « antifasciste », et qui avait pour sujet : « L’Église contre les travailleurs ». Je
110 ans « et il avait toujours tenu ! » Catholique, antifasciste, laïque, protestant, — tous ces mots prennent ici quelque chose de jo
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
12 ont fait liste commune : cela s’appelle le front antifasciste. Je recopie cette phrase merveilleuse qu’ils ont fait imprimer en let
13amme municipal tient en un seul mot : nous sommes antifascistes ! » [p. 217] Après quoi viennent les revendications pratiques : aide
6 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
14 ont fait liste commune : cela s’appelle le front antifasciste. Je recopie cette phrase merveilleuse qu’ils ont fait imprimer en let
15amme municipal tient en un seul mot : nous sommes antifascistes ! » Après quoi viennent les revendications pratiques : aide aux chôme
7 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
16dès le matin. Il y a, dans notre convoi, quelques antifascistes notoires qui ne paraissent pas rassurés : le seul pays par lequel ils
8 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
17entendre sur la politique du pays, et la campagne antifasciste qu’il mène avec un beau courage. — Non, monsieur, je ne crois pas, je
9 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
18on remplacement à la dernière seconde soit par un antifasciste convaincu, soit par un bénéficiaire éprouvé de la tradition dite nati
10 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
19cement à la dernière seconde [p. 171] soit par un antifasciste convaincu, soit par un bénéficiaire éprouvé de la tradition dite nati
11 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
20s villes italiennes 8 , ce héros de la résistance antifasciste — qu’on se rappelle son discours à la Chambre, au lendemain du meurtr
12 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
21oin du nom se proclame à la fois anticapitaliste, antifasciste et anticommuniste. Elle oppose la personne à l’individu atomisé, la c