1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1e bolchévisme. L’autre philosophie est celle de l’antique Rome, qui a inspiré le catholicisme, la Renaissance, le traditionnism
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
2 ardeur. Il va chercher le souvenir de l’aventure antique, et dans ce qui fut Rome ou la Grèce, revivre sa tradition. Toute son
3 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
3 d’alors quand il s’agit d’adapter des traditions antiques au dogme en formation. Au Moyen Âge l’évolution se continue dans le m
4 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
4alité, c’est tout de suite une orgie d’évocations antiques, de rapprochements superstitieux, de grands symboles païens, et l’on
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
5 à un enseignement sans école. Je songe au maître antique, dont toute la personne était un enseignement, et qui n’avait pas des
6 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
6els du pré-romantisme allemand, l’opposition de l’antique et du moderne, non [p. 641] du point de vue littéraire comme on le fi
7 xviiᵉ siècle se devait de ne pas poser). L’homme antique peut atteindre la grandeur parce qu’il possède la mesure au sein d’un
8r et surtout pour Schlegel symbolisait celle de l’antique et du moderne, Kassner répondrait aujourd’hui par l’opposition de la
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
9, se délimitent la notion chrétienne et la notion antique de l’homme ; telles, dans une certaine mesure, la notion germanique e
8 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
10on s’en remet, ni plus ni moins que dans un drame antique. M. Saurat doit se tromper, lorsqu’il note que dans ce conflit moral,
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
11on péremptoire qu’il n’y a plus de païen, au sens antique du mot, depuis que la venue du Christ a modifié la nature même de l’h
10 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
12le poète fabriqué à coups de platras à la manière antique ». Vous avez le ton. Ajoutez-y le plus excitant foisonnement de citat
11 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
13s, toutes les idolâtries, que ce soit la croyance antique et païenne à la « vertu », à la sagesse et au bonheur, ou la croyance
12 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
14 apparaît doublement prophétique. Rappelant « les antiques sottises racistes, matérialistes et théocratiques » qui montent à l’a
15 Nord, remontant le Danube ou le Rhin, s’avance l’antique ennemi de l’homme. On l’appellera État, matérialisme, racisme ou tyra
13 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
16tion n’est donné que par la réponse. Mais l’homme antique n’a pas en lui de quoi répondre à la Nature : il est lui-même une que
17question que Dieu ne semble pas entendre. L’homme antique, c’est Adam dessaisi de sa royauté ; et l’univers antique, c’est son
18 c’est Adam dessaisi de sa royauté ; et l’univers antique, c’est son royaume abandonné à l’anarchie. Comment Adam ne s’effraier
19re, — cette dialectique fondamentale de l’univers antique, ne pouvait se résoudre sur le plan humain et rien qu’humain. Elle de
20alectique moderne, et c’est encore la dialectique antique entre l’homme et la nature, mais transposée dans le déchirement perso
21elent, l’écho infiniment amenuisé des bacchanales antiques. ⁂ [p. 48] N’est-il pas significatif que le mot de Ehrfurcht qui, ch
22écrit un état d’âme tout voisin de la « panique » antique 14 , mais qui, dans cet esprit nourri des Écritures, ne peut manquer
14 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
23 ». Cet étonnant traité, tour à tour éloquent à l’antique ou rabelaisien dans la satire, pourrait en somme s’intituler : Réform
15 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
24es idées les plus neuves, qui sont aussi les plus antiques, sur la nature unique de la maladie, ouvrage dont on peut dire qu’il
16 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
25iens. C’est ainsi que la mesure des civilisations antiques était l’homme dans la cité ; que la mesure du monde capitaliste est l
26 aussi de possibilités exceptionnelles. La mesure antique est vivante, mais elle porte en elle-même le germe de sa mort. Une fo
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
27l’élégance et la conformité aux meilleurs modèles antiques 28 . La mesure cesse d’être un outil. Elle se distingue de son action
18 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
28ur triompher de notre péché, alors que la sagesse antique pouvait fournir l’amorce de si belles synthèses ! « Blasphème ! me di
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
29ement de toutes nos pérégrinations. Les religions antiques, certaines mystiques du Proche-Orient, l’hérésie qui les fit revivre
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
30velle Héloïse… Et par Jean de Meung, la tradition antique — celle qui condamne la passion comme une « maladie de l’âme » — se t
31 qui fait le sujet de Bérénice, c’est une formule antique interprétée par un « moderne » dans la perspective courtoise de l’amo
32sa victime ! Racine, sous le couvert de son sujet antique, se punit doublement dans Phèdre. D’abord en faisant de l’obstacle un
33 une maladie de l’esprit — dans la pure tradition antique, sauf qu’il s’affirme heureux d’être malade. Le voici donc dans la si
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
34e de l’amour. Semblables aux hétaïres de la Grèce antique, les courtisanes jouaient un rôle parfois considérable dans la vie so
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
35r de près. Que sont devenues en fait ces libertés antiques qu’on nous envie ? Avons-nous [p. 141] bien le droit de nous en vante
23 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
36vous tracer son [p. 26] histoire, de sa naissance antique jusqu’à sa mort dans l’esprit de nos contemporains. Les hommes ont cr
24 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
37able dans un monde ordonné comme un tout. L’homme antique remplit une fonction, et son destin est inscrit dans les astres ; mai
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
38qui n’en ont point. Là-bas, ils ont des religions antiques et ils sont tristes et méchants, ici vous avez la religion de la démo
26 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
39a foule qui fait la gloire d’un homme.) La gloire antique était virile, comme le don. Alexandre exemplaire, plus beau que tous,
27 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
40e qui, pour nous, Européens, héritiers de la Rome antique, revêt un sens presque majestueux, je veux dire des institutions. [p
28 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
41ec seulement votre curiosité pour tant de beautés antiques et nouvelles, votre fraternité pour tant de peuples différents et si
29 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
42ssera-t-il longtemps la double tentation ? L’Inde antique, religieuse, hindoue, subsiste encore dans toutes les castes, chez le
30 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
43rande nouveauté, le grand contraste avec le monde antique, avec le monde magique de l’Asie, avec le monde collectiviste. Je dis
44— au christianisme primitif. Toutes les religions antiques et celles de l’Asie, étaient des religions an-historiques, en ce sens
31 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
45ien faire état d’une culture supérieure et de ses antiques traditions, mais on refuse d’en payer les frais courants ; l’Américai
32 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
46ien faire état d’une culture supérieure et de ses antiques traditions, mais on refuse d’en payer les frais courants ; l’Américai
33 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
47t (Glaris, Unterwald et Appenzell) ont conservé l’antique institution de la Landsgemeinde : là le pouvoir législatif est exercé
48 les hommes qui s’y rendent portent l’épée, signe antique de la liberté chez les peuplades germaniques. Un des plus récents et
34 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
49ar là que l’Europe se distingue des civilisations antiques et asiatiques, comme des essais de civilisations totalitaires. À la v
35 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
50relles, qui tenaient lieu de science aux sociétés antiques. Ces structures et ces attitudes spécifiques de la pensée chrétienne
36 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
51vilisation européenne rejoindra les civilisations antiques, et nos nations n’auront plus qu’à se laisser porter vers les catarac
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
52situation d’ensemble ou d’un appel monté du monde antique : nul ne peut démontrer qu’il soit venu « à son heure ». Il porte à l
53estaurateur de l’ordre. [p. 48] Tel est le cadre antique, traditionnel (au sens oriental de ce mot) que le message chrétien va
54ertés humaines, nostalgie séculaire de la sagesse antique. Le génie de l’Apôtre est d’avoir résumé les effets de l’Incarnation
55l en pense) mais c’est le système entier du monde antique, oriental autant que romain. Et cette Foi qu’il annonce fonde la rela
56es liens magiques, réforme en l’assumant le monde antique, crée l’idée de personne qui permet la synthèse de l’idée grecque d’i
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
57ion au moment où l’Europe va se détacher du monde antique. Genèse théologique de la personne Les mémoires d’un Grégoire de Naz
58issance imite ce qu’elle [p. 71] connaît de l’art antique, la Réforme se veut un pur « retour » aux sources, et la Révolution s
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
59le la religion juive fait exception dans le monde antique. Ses Prophètes ont cru que Jahvé intervenait par de libres actions da
60chose. ») L’irruption dans ce monde des religions antiques du message de l’Incarnation figure donc le Scandale absolu, la nouvea
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
61relles, qui tenaient lieu de science aux sociétés antiques. Ces structures et ces attitudes spécifiques de la pensée chrétienne
41 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
62ond de moulins, des statues sur un fond de ruines antiques ; s’il s’agit de la Suisse, des jodleurs. Le tourisme prétend « promo
42 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
63le la religion juive fait exception dans le monde antique. Ses prophètes ont cru que Iahvé intervenait par de libres actions da
64chose. ») L’irruption dans ce monde des religions antiques du message de l’Incarnation figure donc le Scandale absolu, la nouvea
43 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
65e le plus profondément à toutes les civilisations antiques ou traditionnelles, comme celles de l’Inde ou des Mayas, qui bannissa
66s de l’homme sur le cosmos. Ajoutons que la Grèce antique fournissait à l’Europe naissante les méthodes de pensée nécessaires a
44 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
67andestines qu’entretient l’amateur de crépuscules antiques. Beauté de Paestum enlisée dans les roses et la malaria. Préservons c
45 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
68trée de vieille culture populaire et de souvenirs antiques (grecs et romains), mais qui était en voie de dépeuplement, voir si l
46 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
69santes qui laissaient le lecteur pantois, comme l’antique injonction du Sphinx : devine, ou je te dévore ! Une constante [p. 64
70els du pré-romantisme allemand, l’opposition de l’antique et du moderne, non du point de vue littéraire comme on le fit en Fran
71xviie siècle se devait de ne pas poser). L’homme antique peut atteindre la grandeur parce qu’il possède la mesure au sein d’un
72r et surtout pour Schlegel symbolisait celle de l’antique et du moderne, Kassner répondrait aujourd’hui par l’opposition de la
73osent et se comparent, dans ses dialogues, mesure antique et démesure moderne, ou les grandes intuitions tautologiques de l’Ind
74e Zen, sinon l’élimination de la fortune, au sens antique, c’est-à-dire de la chance, du hasard, et celui-là seul peut y arrive
47 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Luis Diez del Corral, El rapto de Europa (septembre 1959)
75 seule a permise, elle n’en demeure pas moins « l’antique matrice spirituelle » de la civilisation qu’elle a exportée, et cela
48 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
76 fausse en fait qu’en droit. La culture à la fois antique, chrétienne, critique et scientifique, et qui est commune à tous nos
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
77 attribués (et qui, à l’instar des noms des dieux antiques, évoquent certains groupes de puissances), c’est méditer en fait sur
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
78Baudelaire avec plus de précision que le proverbe antique sur l’oisiveté mère des vices — les chances pratiques de l’érotisme.
51 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
79[p. 115] L’érotisme de Don Juan s’oppose à l’Éros antique, qui était psychique et non sensuel, « et c’est ce qui inspire cette
80 grandes choses qui ont été faites par l’humanité antique tiraient leur force du fait que l’homme se trouvait à côté de l’homme
81si le prêtre ou le héros divin dans les religions antiques et primitives : celui qui est assez saint ou assez fort pour oser ass
52 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
82santes qui laissaient le lecteur pantois, comme l’antique injonction du Sphinx : devine, ou je te dévore ! Une constante énergi
83els du pré-romantisme allemand, l’opposition de l’antique et du moderne, non du point de vue littéraire comme on le fit en Fran
84xviie siècle se devait de ne pas poser). L’homme antique peut atteindre la grandeur parce qu’il possède la mesure au sein d’un
85r et surtout pour Schlegel symbolisait celle de l’antique et du moderne, Kassner répondrait aujourd’hui par l’opposition de la
86osent et se comparent, dans ses dialogues, mesure antique et démesure moderne, ou les grandes intuitions tautologiques de l’Ind
87e Zen, sinon l’élimination de la fortune, au sens antique, c’est-à-dire de la chance, du hasard, et celui-là seul peut y arrive
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
88xercice de description, dans le style de l’Idylle antique. Citons Hugo : Un ouvrier d’Égine a sculpté sur la plinthe Europe do
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
89e même 31 . Mais à partir de là, tous les auteurs antiques jusqu’à Strabon nous donnent la même définition : l’Europe va des Col
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
90rient et d’Occident ont subi au cours des siècles antiques et modernes des fluctuations beaucoup plus fortes que le terme d’Euro
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
91à la première circonstance qui vient à changer. L’antique union des peuples de l’Europe a compliqué leurs intérêts et leurs dro
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
92n et Marx, ne déduit pas de la décadence du monde antique la fatalité organique d’une décadence de l’Europe. Bien au contraire 
93rens de cultes et de mœurs, depuis ceux de l’Asie antique jusqu’aux plus récens de l’Europe, ce nom d’une terre natale réveilla
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
94, selon Burke, « les principes et les formes de l’antique constitution commune des États européens, améliorés et adaptés à la s
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
95qui bientôt accuseront la Réforme d’avoir brisé l’antique union et marqué le commencement de la fin d’une Europe germano-cathol
96fermé) 149 publié en 1800. Les peuples du monde antique étaient séparés les uns des autres d’une manière très rigoureuse, par
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
97lir. Ils en entretiennent avec soin les monuments antiques. Il y a presque dans chaque village un érudit, qui aime à raconter se
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
98 romantisme et du classicisme, du moderne et de l’antique, du christianisme et de l’hellénisme. L’empire de Charlemagne, puis l
99l’empire de Charlemagne était conforme aux usages antiques et fondé sur les droits d’héritage usités dans les familles des grand
100once pas moins une confiance pleine d’une naïveté antique, une confiance presque héroïque en une conformité et unité de tendanc
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
101d’unité prenant racine certainement en Asie, mère antique des religions, des empires, des écritures et des arts, il y a aussi u
102tiquité ne les connut pas : l’Égypte, la Chine, l’antique Chaldée, ne furent à aucun degré des nations. C’était des troupeaux m
103 du monde est centrée à son tour sur la tradition antique : Dès que l’on sait que cette époque heureuse appelée l’âge d’or, au
104triotique, des heures où bien d’autres sentiments antiques nous submergent. Des esprits plus lourds que nous mettront plus de te
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
105ne peut, ni ne doit disparaître. Alors que l’État antique annulait la différence entre les peuples, ou la laissait inactive, ou
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
106y eut en Chine, aux Indes, et aussi dans la Grèce antique ; la science grecque est seulement une introduction et un moyen pédag
107ple, recréent pour nous le frisson sacré du drame antique, dont un Racine n’avait guère retenu que l’argument) ; redécouverte d
108pe de l’économie, de la magistrature et de la vie antique et qui a rabaissé en tout cas considérablement la valeur interne et l
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
109vidus et groupes humains de cette nation. C’est l’antique nation grecque des viie et vie siècles avant J.-C. En son sein se m
110ici soixante-dix [p. 358] ans, un Napolitain de l’antique royaume de Naples et un Piémontais du royaume subalpin se firent Ital
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
111o-romaine se répandit, en son temps, sur le monde antique aussi largement que de nos jours la culture occidentale. À une époque
112eut-il être prédit par extrapolation des exemples antiques ? N’a-t-elle pas dépassé un certain seuil mondial au-delà duquel son
113ers 2200 dans un stade semblable à celui du monde antique entre 100 et 300 après J.-C., par conséquent de Trajan et Marc-Aurèle
114acité au vieux trésor impérissable de l’humanisme antique et chrétien. Ses devoirs envers l’avenir ont pu se réduire sur quelqu
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
115iens. Ceci vaut surtout pour l’Europe, riche d’un antique héritage et qui porte en multiples fragments le fardeau de l’Histoire
68 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
116 ». 97 L’érotisme de Don Juan s’oppose à l’Éros antique, qui était psychique et non sensuel, « et c’est ce qui inspire cette
117 grandes choses qui ont été faites par l’humanité antique tiraient leur force du fait que l’homme se trouvait à côté de l’homme
69 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
118si le prêtre ou le héros divin dans les religions antiques et primitives : celui qui est assez saint ou assez fort pour oser ass
70 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
119 le dirions aujourd’hui. En revanche, au dressage antique, les sociétés modernes ont substitué la promotion de l’esprit critiqu
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
120itoyens portant leur épée à la main en signe de l’antique liberté — dans l’autre main, un parapluie —, la présence visible et t
121in », voilà bien le seul exemple, depuis la Grèce antique, d’une démocratie véritable — « gouvernement du peuple par le peuple
72 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
122rieures et des Rhodes extérieures) ont conservé l’antique institution de la Landsgemeinde 60 . Là le pouvoir législatif est ex
123 les hommes qui s’y rendent portent l’épée, signe antique de la liberté chez les peuples germaniques. Un des meilleurs observat
73 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
124sa culture enfin, aux sources variées de l’Europe antique, médiévale et moderne. Autant de réalités ou d’entités qui n’ont pas
74 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
125tres religions, notamment celles du Proche-Orient antique et du Levant sémitique, du mithraïsme, des sectes gnostiques, puis de
75 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
126 la fois plus grande et plus complexe que la Cité antique, mais plus dense, mieux structurée et offrant un meilleur milieu de p
76 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
127t la fonction de l’agora ou du forum dans la cité antique : place délimitée par tous les bâtiments symboliques de la vie commun
77 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
128 fausse en fait qu’en droit. La culture à la fois antique, chrétienne, critique et scientifique, et qui est commune à tous nos
78 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
129ar là que l’Europe se distingue des civilisations antiques et asiatiques, comme des essais de civilisations totalitaires. À la v
79 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
130 la fois plus grande et plus complexe que la Cité antique, mais plus dense, mieux structurée et offrant un meilleur milieu de p
80 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
131s — au christianisme primitif. Pour les religions antiques, point de nouveauté ni de véritable création possible. Leur nostalgie
132 le dirions aujourd’hui. En revanche, au dressage antique, les sociétés modernes ont substitué la promotion de l’esprit critiqu
133e, se fondaient sur le précédent de civilisations antiques aujourd’hui « disparues », et particulièrement sur l’exemple le mieux
134eut-il être prédit par extrapolation des exemples antiques ? Il se pourrait, bien au contraire, que notre culture présente des c
135ain moment, d’un certain seuil… Les civilisations antiques de l’Égypte des Pharaons, de Sumer, de l’Inde védantique ou des Mayas
136irées de l’oubli au xxe siècle, si tant d’écoles antiques de sagesse et de mystiques voient leurs livres sacrés publiés de nos
81 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
137t la fonction de l’agora ou du forum dans la cité antique. Place délimitée par tous les bâtiments symboliques de la vie communa
82 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
138 la fois plus grande et plus complexe que la cité antique, mais plus dense, mieux structurée et offrant un meilleur milieu de p
83 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
139t la fonction de l’agora ou du forum dans la cité antique : place délimitée par tous les bâtiments symboliques de la vie commun
84 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
140e, se fondaient sur le précédent de civilisations antiques aujourd’hui « disparues », et particulièrement sur l’exemple le mieux
141eut-il être prédit par extrapolation des exemples antiques ? Il se pourrait, bien au contraire, que notre culture présente des c
142ain moment, d’un certain seuil… Les civilisations antiques de l’Égypte des Pharaons, de Sumer, de l’Inde védantique ou des Mayas
143irées de l’oubli au xxe siècle, si tant d’écoles antiques de sagesse et de mystiques voient leurs livres sacrés publiés de nos
85 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
144iaque au sacerdoce celtique, à partir de la Perse antique, s’est opérée par l’hermétisme et le soufisme. Un certain « Kyot le P
86 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
145dialectique des concepts. Exemples : — la culture antique, bouleversée par le christianisme, religion importée du Proche-Orient
146agement des rapports humains dans la Cité au sens antique du terme ; puis de rendre ces formules opérationnelles dans les plus
147tie, où nous nous retrouvons aujourd’hui ; dans l’antique Raguse et l’actuelle Dubrovnik. Pendant que se déroulent nos séances
87 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
148mportée de Babylone. Et tout cela fait le « Monde Antique ». Puis « viennent » à l’Empire romain les religions du Proche-Orient
88 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
149artificielles ? Ce ne sont plus des Cités au sens antique [p. 21] ni au sens médiéval du terme, c’est-à-dire des communautés ce
150 construction dense, qui seraient, à l’instar des antiques forêts, des lieux « plus sauvages et plus redoutables que tout ce que
89 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
151vez enfin normal que ce soit lui — comme les Rois antiques — qui dispense seul l’Énergie. Une énergie qui vous vient donc de l’e
90 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
152e l’idée d’un temps cyclique qui domine la pensée antique et les grandes religions de l’Asie, rendait vaine toute Histoire, et
91 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
153ne peut devenir ce que je suis, selon le précepte antique repris par Nietzsche 117 . De cela seul, à [p. 203] coup sûr, je suis
92 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
154re. C’est à peu près le régime des cités grecques antiques, premier modèle d’autogestion municipale. Cependant, monarchique ou c
155 le jour de foire. Évocation [p. 274] d’une Grèce antique, un tantinet idyllique. Cette manifestation de démocratie n’est conce
93 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
156e même permis, ou vont permettre de surmonter les antiques fatalités de la misère des masses et des famines périodiques dont cha
94 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
157éry, mais plutôt d’un oubli séculaire des valeurs antiques, longuement submergées par les coutumes ethniques, sociales et religi