1 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
1 voudrais pouvoir pleurer sur ma lâcheté. Et je t’apostrophe, soudain plein de mépris et de désespoir, ô vie sans faute, vie sans
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
2tard. Tandis que je me rase, j’entends Simard qui apostrophe la mère Calixte près du bassin. « Je ne veux pas qu’on lave aujourd’h
3 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
3tard. Tandis que je me rase, j’entends Simard qui apostrophe la mère Calixte près du bassin. « Je ne veux pas qu’on lave aujourd’h
4 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
4, s’adressant courageusement à mon auteur, elle l’apostrophe dans ces termes : Il y a d’autres choses bien instructives — (« inst
5 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
5ur mon Amour et l’Occident , par sa forme même d’apostrophe amicale et ironique, provoque et engage un dialogue. J’ai d’autant mo
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
6torique et mondial dans l’émouvante et solennelle apostrophe finale de Vénus : … bene ferre magnum Disce fortunam ; tua sectus or
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
7ire de Charlemagne, dans les textes solennels des apostrophes au Pape, dans les panégyriques ecclésiastiques, dans les chroniques e