1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1sives lassitudes ou faim de violences — on sent l’approche de quelque chose, catastrophe ou révélation, brusque échappée sur des
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
2ravir autant que ses impertinences. À ce moment s’approche M. Piquedon de Buibuis, qui parle toujours de Weber… Mais au fait, si
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
3étoile chantait dans l’axe de sa vie normale et s’approchait en faisant la roue — celle à qui sourit la Fortune. Urbain, fort d’un
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4erne, et le meilleur, parce que personne ne s’est approché plus que lui du type idéal de l’industriel et du capitaliste. Le succ
5Mais la nature humaine a des limites. Et le temps approche où elles seront atteintes. On peut se demander jusqu’à quel point For
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
6’instinct d’intégrer la raison. Je crois que nous approchons de ce temps. Et que le véritable progrès veut qu’on s’attaque à tout
6 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
7où j’arrivais presque à me convaincre que si je m’approchais tout à coup par derrière d’un homme ou d’une femme quelconque, et dis
7 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
8est comme une initiation au silence. Il faut s’en approcher avec une douceur patiente, et le laisser créer en nous son silence pa
9aisissante » ? Mais le plus émouvant, c’est ici l’approche d’un silence partout pressenti, qui s’impose, qui apaise le vain déba
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
10ilence soutenu, comme un appel à la rafale dont l’approche déjà fait grésiller les notes basses du cymbalum, — et maintenant fer
11la vie ! Je sais seulement que ma vie a un but. M’approcher de mon être véritable. Seul au milieu des miens, j’oubliais ma race,
12utres, dans cette vie et dans d’autres vies, pour approcher de tous côtés un But dont tu ne sais rien d’autre que sa fuite : n’es
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
130) bk Je n’ai jamais cherché rien d’autre que d’approcher mon sujet, en m’identifiant d’aussi près qu’il m’était possible, non
14es parts son sujet, M. Du Bos choisit des bases d’approche parfois si éloignées, et progresse par des voies si subtiles qu’il ne
15dégager l’élément spécifique des génies qu’elle « approche » : on pourrait l’appeler une critique des obstacles. Je veux dire pa
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
16me une tristesse amoureuse. Elle n’est plus que l’approche d’une grandeur où se perdraient nos amours terrestres dans d’imprévis
17taines choses par votre souffrance… Mais le temps approche où vous n’aurez plus besoin de souffrir pour comprendre. Le faisceau
18n ferait une chose extrêmement précieuse, qu’on n’approcherait qu’avec un sentiment religieux de la beauté. Mais je crois que [p. 44
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
19 à cet écho de joie dans mes pensées. Mais quelle approche me saisit ? Parfois, au cœur des grandes fêtes, une sphère de silence
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
20ilence soutenu, comme un appel à la rafale dont l’approche déjà fait grésiller les notes basses du cymbalum, — et maintenant fer
21la vie ! Je sais seulement que ma vie a un but. M’approcher de mon être véritable. Seul au milieu des miens, j’oubliais ma race,
22utres, dans cette vie et dans d’autres vies, pour approcher de tous côtés un But dont tu ne sais rien d’autre que sa fuite : n’es
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
23ssait plus grand que la terre. Des bois de pins s’approchaient, s’écartaient, livrant passage à la chaussée impériale dont brillaien
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
24èmes d’une méditation qui se propose pour objet d’approcher le mystère indéfinissable de l’être. « Il faut qu’il y ait, dit M. Ma
25roblème : un mystère. Et toute démarche pour s’en approcher figure déjà par elle-même une sorte de participation concrète à l’êtr
15 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
26 sienne, une semblable patience ingénieuse dans l’approche du secret des êtres, enfin cette qualité de discrétion qui semble ici
16 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
27d Monod. « Un monument ! » prononça Nicodème en s’approchant de l’étudiant. Nous nous assîmes en cercle autour du patriarche. Et l
17 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
28ses personnages, il les hait furieusement, il les approche avec méfiance et tout d’un coup les pousse par derrière, et rit. C’es
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
29st déjà virtuellement menacé : c’est sans doute l’approche même de la menace qui donne à Dante cette conscience aiguë de la mesu
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
30s. 1° La ressemblance formelle entre les moyens d’approche du problème culturel mis en œuvre par les deux régimes, alors que leu
20 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
31mystère ne souffre point définition. On ne peut l’approcher que par la voie des négations. Nous avons proposé une dialectique cri
32i nous offre. Nous ne faisons en réalité que nous approcher de cette mort. Et voici le dernier paradoxe : c’est cet instant où no
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
33s, vit « venir à lui » toutes les bêtes : elles s’approchaient pour recevoir leur nom et leur emploi. Il faut toujours remonter à ce
34prit malin), entrée du cinéma (l’Amour du Monde), approche de la fin du monde (Présence de la Mort, Les Signes parmi nous), myth
22 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
35s. 1. La ressemblance formelle entre les moyens d’approche du problème culturel mis en œuvre par les deux régimes, alors que leu
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
36pour lui seul : mais il sait bien qu’une certaine approche de soi-même, qu’un certain recueillement viril dans le concret intime
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
37. Je crois que je me suis endormi un moment. Nous approchons du dernier village. L’île devient très étroite. Par endroits, ce n’es
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
38 et l’on a toutes les raisons de ne pas trop s’en approcher. 5 — Reste le cas tout à fait particulier de l’intellectuel chômeur.
39ds. C’est sans doute un effet de la trentaine qui approche : je n’espère plus, comme à vingt ans, rencontrer le « réel » ou la «
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
40présence de tout ce qui surgit formidablement à l’approche de la joie, elle se sent gênée, pauvre et maladroite, pareille à cett
27 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
41itulé Un chrétien découvre les problèmes du monde approche du 300e mille un an après sa publication. Et les poètes ne restent pa
28 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
42présence de tout ce qui surgit formidablement à l’approche de la joie, elle se sent gênée, pauvre et maladroite, pareille à cett
29 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
43ds. C’est sans doute un effet de la trentaine qui approche : je n’espère plus, comme à vingt ans, rencontrer le « réel » ou la «
30 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
44utorité dans la nouvelle Révolution française qui approche ? Il serait malaisé et naïf de vouloir le prédire dès maintenant. Par
31 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
45u fond de la malle. Mais un second douanier s’est approché, attiré par nos éclats de voix. Il coupe court : Nie mehr Krieg. Erle
46il aime Barrès, cela le rassure. C’est une voie d’approche, un compromis avec le régime détesté 9 .   Un communiste. — Dans sa
32 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
47s — et par suite plus de mythe possible — mais on approche d’un état de neutralisation mutuelle au terme de la consomption des v
33 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
48 c’est Dieu qui l’a aimé le premier, et qui s’est approché de lui. Le salut n’est plus au-delà, toujours plus haut, dans l’ascen
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
49arc promet son pardon. Les amants se séparent à l’approche du cortège royal. Iseut supplie encore Tristan de demeurer dans le pa
50 dangereusement, plus magnifiquement. C’est que l’approche de la mort est l’aiguillon de la sensualité. Elle aggrave, au plein s
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
51Cathares le consolamentum, généralement donné à l’approche de la mort) ; comment il se voit de la sorte « ordonné » dans l’Espri
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
52érésie rentrer au giron. Mais tandis que le roi s’approche avec son cortège de barons, les amants échangent l’anneau de l’éterne
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
53 Mais las ! elle est parfaite, et sa perfection N’approche point encor de son affection ; Point de refus pour moi, point d’heure
54rageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait commun : tous deux
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
55s — et par suite plus de mythe possible — mais on approche d’un état de neutralisation mutuelle au terme de la consomption des v
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
56 c’est Dieu qui l’a aimé le premier, et qui s’est approché de lui. Le salut n’est plus au-delà, toujours plus haut dans [p. 338]
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
57e fameux ermite annonçait le règne de l’Esprit, l’approche de la troisième période de l’humanité, le régime de la grâce et de l’
41 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
58mblance, toujours déçu par la réalité dès qu’il l’approche, et déjà s’élançant vers d’autres apparences, de plus en plus angoiss
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
59l besoin, cette fois-ci, d’attendre que la paix s’approche pour s’y mettre. Notre vocation intérieure est pour le moment plus pr
43 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
60e orientée vers le vide, cependant que l’Ennemi s’approche par derrière. Identifier l’Ennemi, mesurer sa puissance, tel est le s
44 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
61rieux : tout ce qu’il veut saisir se change à son approche — Midas de l’ère prolétarienne — en fer tordu, en pierraille lépreuse
45 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
62d’immigration pour monter à bord du navire : nous approchons d’Ellis Island. En Europe et dans les deux Amériques, j’ai traversé d
63 acquittement décerné par la chance. Je sentais s’approcher le moment où la Police estimerait en savoir plus que moi sur mon prop
46 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
64 dans son monde. Jamais avec plus de ferveur il n’approcha des buts de son Progrès, jamais non plus sa barbarie ne se montra mie
65 vue ? Ils me regardent d’un air vexé. Un valet s’approche rapidement et me dit à voix basse : — Puisque Monsieur est venu, et p
47 1944, Les Personnes du drame. Introduction
66si notre personne toujours impure consiste dans l’approche d’une vocation qui s’empare d’un individu pour orienter ses données n
48 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
67pas le droit d’entrer et dont il ne peut même pas approcher comme il faut, est exactement la « grâce » au sens des théologiens, l
49 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
68 Temps vit venir à lui toutes les bêtes : elles s’approchaient pour recevoir leur nom (c’était leur nombre) et leur emploi. Il faut
69prit malin), entrée du cinéma (L’Amour du Monde), approche de la fin du monde (Présence de la Mort, les Signes parmi nous), myth
50 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
70hande. Les sirènes, ici, n’annoncent encore que l’approche des richesses de la terre… ⁂ Une connaissance intime et personnelle d
71 ce vrai cœur de l’Europe, je ne m’en suis jamais approché sans ressentir une émotion que j’essaye en vain de qualifier ; elle n
51 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
72rieux : tout ce qu’il veut saisir se change à son approche — Midas de l’ère prolétarienne — en fer tordu, en pierraille lépreuse
52 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
73ont interdits. Au moment de repartir, une femme s’approche de la portière. « Vous venez de Suisse ? dit-elle anxieuse. Est-il vr
74dépareillés. Nous sommes ici depuis midi, la nuit approche et je ne crois plus guère au départ. S’il y avait une goutte d’eau à
75s du bâtiment des douanes dont on nous interdit l’approche, sauf pour le contrôle des devises et des visas, où l’on nous conduit
76rands portiques. Et comme on aime une terre qui s’approche, avec l’immense sécurité du continent qu’on imagine au-delà de ces fa
77aire et neuve : la première rue américaine ! Nous approchons. Tournant la tête vers l’avant, un peu au-dessus de la poupe, je vien
53 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
78… » Eux, c’est un certain dynamisme, une certaine approche brute, instinctive, et parfois émue de la « vie »… On ne sait trop. L
54 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
79’est point passé de jour qu’on n’y ait publié mon approche, mon arrivée, mes premières impressions, le programme de mes conféren
80fait signe à trois agents « en bourgeois », qui s’approchent les mains dans les poches de leur pardessus beige, l’air fermé. Chacu
55 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
81tout être humain, ou animal, ou végétal, qui s’en approche trop longtemps ? Est-ce que le fait de posséder mettons deux cents fo
82ne femme en jaune, suivie d’un homme. Comme ils s’approchent, on voit qu’elle tient la bride d’une main, et de l’autre porte à sa
83e sont mis à hurler ensemble. Est-ce l’orage ou l’approche de leur maîtresse ? Les cavaliers ralentissent et s’arrêtent [p. 201]
56 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
84e peut deviner si c’est le matin ou la nuit qui s’approche. Mais chacun peut à chaque instant choisir, et s’efforcer de comprend
57 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
85s. Nous sommes tous dans l’état du spectateur à l’approche du climax d’un bon film policier. Si l’on nous privait de la Bombe, j
58 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
86ité déterminés par l’angle obtus sous lequel nous approchons le réel. Changeons d’angle et le monde changera. Nous verrons d’autre
59 1946, Lettres sur la bombe atomique. 17. La fin du monde
87ponse était simple : cela donnerait une idée fort approchée de la fin du monde. C’est à quoi nous en sommes, et c’est comique. On
60 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
88s chez eux les fuient et que leurs élites ne s’en approchent qu’en hésitant. Ils nous sont supérieurs à tant d’autres égards ; sau
61 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
89seriez dénoncé, on sourirait avec aigreur à votre approche, peut-être même vous soupçonnerait-on de sadisme, ou de quelque horri
90S’ils se fâchent et s’ils perdent la tête à votre approche, c’est plutôt parce qu’ils ne savent pas de quoi vous leur parlez. L’
62 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
91 l’assemblée des mots qui font la cour : le Roi s’approche. Toute éloquence est amoureuse, excitée par l’amour qui la rend fleur
92ais l’imagination active du désir qui lentement s’approche de son terme. Quand le désir s’empare d’un homme, il arrive qu’il le
93ants, c’est le silence qui s’établit entre eux. L’approche des yeux, dès qu’ils ont accepté tout le regard de l’autre : sentimen
94rant certaines secondes, elle dépasse le temps, s’approche des bords d’une immobilité sans fond où elle se penche… Maintenant un
95. Or cette connaissance est interdite. Et c’est l’approche du viol de l’interdit qui impose aux amants leur silence, fascination
63 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
96mblance, toujours déçu par la réalité dès qu’il l’approche, et déjà s’élançant vers d’autres apparences, de plus en plus angoiss
64 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
97ne pleurera pas : car la vision de la proie qui s’approche sera « bien trop réjouissante » pour son cœur, et le Royaume convoité
65 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
98ndis que le temps s’écoule, à mesure que sa fin s’approche, notre foi diminue, notre attente faiblit. La primitive Eglise, au dé
99 pauvreté. Devint soleil. Et quel est celui qui s’approche avec son parapluie mal fermé sous le bras, et des lunettes bourrues a
100aginer. Car, dit-il, au sein d’un tel choix, je m’approche insondablement de Celui qui d’un choix me créa. » (Nous fûmes tous sa
66 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
101olique nationale de Pologne. Et cinquante sectes. Approchons-nous de ces églises par l’extérieur : par leur histoire d’abord, puis
67 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
102rne ou dans une réunion publique (et les femmes s’approchent volontiers), mais il y a je ne sais quoi de repoussant (et pas seulem
68 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
103 chez eux les fuient, et que leurs élites ne s’en approchent qu’en hésitant. Ils nous sont supérieurs à tant d’autres égards ; sau
69 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
104e, [p. 182] prise de nausée dès qu’elle ressent l’approche d’une limite infranchissable. Où s’élancer encore ? Comment sortir de
70 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
105it le lieu de son vrai drame, et qu’il ne pouvait approcher la religion que dans ce drame. Ainsi, devenir ou redevenir chrétien,
71 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
106ses ambitions. Finalement, une armée catholique s’approcha de Zurich. Les protestants désiraient traiter. Zwingli était pour la
72 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
107e méthode, tandis que l’Anglo-Saxon cherche une « approche » convenable. Il faut tenir compte de ce malentendu toujours instant
73 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
108e méthode, tandis que l’Anglo-Saxon cherche une « approche » convenable. Il faut tenir compte de ce malentendu toujours instant
74 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
109et effort sans fin ni cesse — ici encore — pour s’approcher d’un but toujours fuyant, il est soutenu par sa confiance en la raiso
75 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
110ouvaient pas manquer de conditionner une certaine approche du réel. Formées et formulées par la théologie d’où procèdent nos phi
76 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
111jourd’hui, pour les lecteurs de ce Bulletin ? À l’approche du temps des vacances, il est bon de se retourner vers les mois de tr
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
112ouvaient pas manquer de conditionner une certaine approche du réel. Formées et formulées par la théologie d’où procèdent nos phi
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
113et effort sans fin ni cesse — ici encore — pour s’approcher d’un but toujours fuyant, il est soutenu par sa confiance en la raiso
114ques plus vastes et significatifs. À mesure qu’on approche d’un sommet, l’horizon s’amplifie mais le vertige devient aussi plus
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
115es » aussi, et même devenir vitales. L’Aventure s’approchant de la Voie, l’une doit intégrer l’autre (mais au prix de sacrifices d
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
116ce qui précède 64 a consisté, en somme, dans une approche sans parti pris, dans une mise à l’épreuve variée, pour la mieux étab
81 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
117identale. Il se peut que Musil, à son insu, l’ait approchée plus que nul autre. Je signale au génie de demain ce précurseur consi
82 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
118ns ses rubriques dites « littéraires ». Première approche de l’œuvre Ces premiers textes de Kassner, lus en français dans une p
119 Anselme. Kassner gravite autour de ce mystère, l’approche par le moyen de paraboles, de questions, de comparaisons. De quels au
120l Qu’enfin, submergé par son gain Celui qui s’est approché des lointains Sera ce que son vol solitaire a conquis. « Voilà qui
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — d. Problèmes de la personne aux prises avec les mythes
121lle, en avant d’elle, un but qu’elle réalise en l’approchant, tout en se réalisant elle-même par cette approche. Pour la personne
122rochant, tout en se réalisant elle-même par cette approche. Pour la personne aux prises avec les mythes, le problème consistera
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
123hérésies. L’Amour et l’Occident illustrait cette approche, partant d’un raisonnement dont je rappelle le schéma : l’érotisme co
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
124identale. Il se peut que Musil, à son insu, l’ait approchée plus que nul autre. Je signale au génie de demain ce précurseur consi
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
125mblance, toujours déçu par la réalité dès qu’il l’approche, et déjà s’élançant vers d’autres apparences, de plus en plus angoiss
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
126y révèle mieux qu’ailleurs ses lents mouvements d’approche, d’émergences et d’éclipses alternées. Ces deux chastes ont beaucoup
127rageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait commun : tous deux
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
128u [p. 167] de son vrai drame, et qu’il ne pouvait approcher la religion que dans ce drame. Ainsi, devenir ou redevenir chrétien,
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
129briques dites « littéraires ». [p. 188] Première approche de l’œuvre Ces premiers textes de Kassner, lus en français dans une p
130 prose et son autorité. Voici donc cette première approche. ⁂ Dans la mesure même où Kassner se montre disciple de Kierkegaard,
131 Anselme. Kassner gravite autour de ce mystère, l’approche par le moyen de paraboles, de questions, de comparaisons. De quels au
132l Qu’enfin, submergé par son gain Celui qui s’est approché des lointains Sera ce que son vol solitaire a conquis. Voilà qui est
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
133tout ou rien, mais d’innombrables variétés dans l’approche de l’ultime réalité. Où nous verrions contradiction, antinomie, ils n
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
134eunes filles ; toutes furent prises du désir de s’approcher, de toucher le joli animal, dont la divine odeur, se répandant au loi
135une onde pure et, les chargeant d’offrandes, je m’approche de l’autel, pour y consacrer le gâteau rituel aux dieux préservateurs
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
136ite la puissance des chrétiens, dit le Pape, s’il approchait de l’intérieur de la chrétienté, c’est-à-dire de l’intérieur de l’Eur
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
137és de sang osent-ils entrer dans les Églises et s’approcher des autels ? Ô fléaux des nations, dignes d’être déportés dans les îl
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
138gne achéenne. Mais nulles de ces confédérations n’approchèrent, pour la sagesse, de celle du corps germanique, de la ligue helvétiqu
139 la rédaction de l’Extrait, en 1771, Rousseau est approché par les Confédérés polonais, au cours d’une suspension de leur guerre
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
140e commerce avaient d’abord obtenu. Mais l’instant approche sans doute où, cessant de ne leur montrer que des corrupteurs ou des
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
141e terrain que l’histoire de l’humanité européenne approchait de l’ère de la science triomphante, et que le savoir et la foi s’affr
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
142t sur le même ton. Des temps sombres et féroces s’approchent en grondant…L’avenir sent fortement le cuir, le sang, l’impiété et le
143e les Tartares, déferlant à travers la Pologne, s’approchaient des frontières allemandes ; que le Turc occupait la Hongrie et assiég
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
144ières victoires et où son héritier, le césarisme, approche doucement et irrésistiblement, la direction de notre vouloir et de no
99 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
145y révèle mieux qu’ailleurs ses lents mouvements d’approche, d’émergences et d’éclipses alternées. Ces deux chastes ont beaucoup
100 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
146rageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait commun : tous deux