1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
1, élargie en un lac sinueux. Un paysage peint à l’aquarelle. Le château, salmigondis de styles, résume, si l’on peut dire, une en
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
2 où les volets d’un bleu pâle semblent peints à l’aquarelle. C’est une maison simplette, telle qu’en dessinent les enfants, joli
3 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
3 et objets d’art. Aux murs, plusieurs douzaines d’aquarelles, sous-bois et marines. Quelques tapis sur du carreau rouge. La plupar
4ir modifier cette maison pleine de guéridons et d’aquarelles, de telle sorte qu’on puisse y travailler. Nous faisons l’inventaire
5urs fils… — Demain, il faut remettre en place les aquarelles, les guéridons et les dessus de cheminée. Après demain, nous partons.
4 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
6eur : soir de Capri, jeune princesse peignant à l’aquarelle, baisers dans les jardins pendant le bal, — on s’en veut d’aller jusq
5 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
7perfection constante de l’écriture, et toutes ces aquarelles et ces tableaux de genre où s’amuse et s’attarde la maîtrise, on peut
6 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
8on presque constante de l’écriture, et toutes ces aquarelles et ces tableaux de genre où s’amuse et s’attarde la maîtrise, on peut
7 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
9re un conte d’enfants qu’il illustre lui-même à l’aquarelle. Géant chauve, aux yeux ronds d’oiseau des hauts parages, aux doigts