1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 Société ; ils savent que pour lutter il faut des armes et ne méprisent pas la culture ; sans autre parti-pris que celui de v
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
2uisante et tournante. L’esprit de Cocteau est une arme admirable de précision, d’élégance mécanique et de rapidité. Il lasse
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3 l’entrée du Palais par les gardes présentant les armes. À ce salut, les quelques députés bourgeois en redingote ne répondent
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
4se, parce qu’elle se sert du mensonge comme d’une arme normale. La brutalité du moins est loyale jusque dans ses excès. L’ha
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5 l’entrée du Palais par les gardes présentant les armes. À ce salut, les quelques députés bourgeois en redingote ne répondent
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
6s les forêts de chasse : on allait deux à deux, l’arme en ballant, durant des heures sans dire un mot, — car il ne fallait p
7 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
7sera le silence à personne, mais fera prendre les armes à quelques-uns. Phrase cardinale, au seuil de l’ère révolutionnaire —
8 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
8casquettes. La cour fait son entrée — maniement d’armes — dépose sur la table sabres et képis, s’assied pour écouter : tout e
9 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
9pirituelle fasse défaut, l’armée ne sera plus une arme entre ses mains déficientes. On pourra peut-être payer encore la trou
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
10lir, à douter de lui-même, l’armée n’est plus une arme entre les mains des gouvernants. Tout régime, si bien armé qu’il soit
11non provoqué lui-même l’insurrection. La première arme d’une révolution véritable, c’est la doctrine de l’ordre qu’elle ente
11 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
12eut-être, s’il allait au-devant de ces voix, sans armes, les mains nues, au risque de sa vie, peut-être alors le secret du gr
12 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
13n : il a su prendre à l’adversaire ses meilleures armes. Au sujet de ce style, dont l’exemple n’est pas l’un des plus néglige
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
14rgeois libérait. Le bourgeois désormais possède l’arme morale qui lui permettra de construire. À ce moment, la culture est t
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
15iété bourgeoise, son lieu commun fondamental, son arme défensive et offensive, enfin sa norme de vérité et d’action, il me s
16e ou de Moscou) s’accorderont à reconnaître que l’arme de la bourgeoisie, dans ses luttes sociales et morales, scientifiques
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
17e à mi-chemin de ses ambitions, Marx a repris les armes de l’Encyclopédie : son rappel vigoureux aux réalités économiques est
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
18el. Et les bons écrivains, qui n’ont pas d’autres armes, se voient privés de tous moyens d’agir. Leurs coups ne portent plus,
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
19rte demande sur les ondes. On préfère l’appel aux armes à un appel à l’existence. On préfère l’idée d’un massacre à l’incarna
20e cette force disparaisse, l’armée n’est plus une arme, entre les mains de l’État ou du chef, car les insignes du pouvoir ne
21r aux origines n’est qu’un moyen de retremper nos armes pour un combat dont l’enjeu est à venir. Imaginer, c’est voir le but,
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
22uand l’autorité disparaît, l’armée n’est plus une arme entre les mains déficientes du chef. Car les insignes du pouvoir n’on
19 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
23 matériellement », la mitrailleuse n’étant qu’une arme « dialectique » lorsqu’elle est maniée par un vrai marxiste, au servi
20 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
24des ». Puis c’est Hitler qui prend ses meilleures armes au socialisme. Enfin, pour liquider les derniers bolchevistes, — avec
21 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
25on rose. J’ai toujours pensé que c’étaient là les armes de l’esprit contre le commerce. Deux mille pages ou un feuillet, mais
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
26qui la défend. Je ne crois pas d’ailleurs que les armes matérielles soient pour nous une défense suffisante. Je vois bien qu’
23 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
27sur ce terrain, où elles disposent des meilleures armes ? Je persiste à croire, malgré tout, que c’est elles qui résoudront l
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
28entier, avec ses classes et ses institutions, ses armes, ses charrues et ses machines, ses légendes, son histoire, sa morale
25 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
29e libre était attestée par le droit de porter une arme à la guerre et de la conserver à son foyer en temps de paix. La ville
30inaire affectivité qui s’attache dans ce pays aux armes, à la chose guerrière. Je ne puis m’empêcher de trouver vaguement obs
26 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
31 ouvrière s’est effondrée sans faire usage de ses armes. Le capital est en bonne voie d’étatisation sans douleur. Idéalisme e
27 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
32vie normale. Il s’agira maintenant d’utiliser les armes. Nul n’ignore que la guerre moderne est devenue la guerre totale. C’e
33rifice qu’on met ordinairement dans le métier des armes, il est certain qu’on obtiendrait des résultats considérables. Il fau
28 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
34lisme religieux, ou sacral. Il exigea d’entrer en armes et sur le champ dans les territoires sudètes. Une cession purement di
35res pensaient [p. 867] que l’exigence d’entrer en armes était une « querelle d’Allemands », une rodomontade gratuite, puisqu’
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
36 les amants, l’on se rappelle qu’il substitue son arme à celle de son rival. Cela signifie qu’à l’obstacle désiré et libreme
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
37des hommes et d’abattre des champions par force d’armes : il s’agit des choses spirituelles. Et vous y prîtes la couronne d’o
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
38s significative. Et plus tard, l’introduction des armes à feu devait donner lieu à d’innombrables plaisanteries à double sens
39evaliers en reconnaissance abandonnent la cotte d’armes afin de ne pas être, en revenant, obligés de reculer en vêtements gue
40ments guerriers. Maintenant, revêtu de sa cotte d’armes, il ne peut donc revenir sur ses pas ; il passe la nuit dans l’endroi
41e la Table Ronde. Ainsi, au xve siècle, le Pas d’Armes dit de la Fontaine des Pleurs est basé sur une aventure romanesque im
42onditions décrites par les « chapitres » du pas d’armes. C’est à cheval qu’il faut toucher les boucliers : les chevaliers tro
43n et s’appelle le chevalier au cygne ou porte les armes de Lancelot, de Tristan ou de Palamedes… Le plus souvent, un voile de
44e militaire (jeûnes prolongés avant l’épreuve des armes) ; les conventions permettant de déterminer le vainqueur (c’est par e
45danger : « On combat toujours à cheval, couvert d’armes et assuré de la vie lorsqu’on se rend prisonnier… La vie des vaincus
46he d’une personnalité). On réprouvait l’usage des armes à feu comme contraire à la dignité de l’individu. [p. 276] (Le condot
47ent encore les invectives de l’Arioste contre les armes à feu. Au surplus, « les Français avaient une artillerie plus légère,
48 milice des condottieri « la plupart des hommes d’armes étaient ou paysans ou de la lie du peuple, presque toujours sujets d’
49ésentait comme une armée nationale : « Les gens d’armes étaient presque tous sujets du Roi et gentilshommes » ce qui les empê
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
50uranga, qui signifie les quatre angas [p. 362] ou armes : les fantassins, les cavaliers, les chars et les éléphants) la pièce
33 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
51it pour les vieux Germains le droit de porter une arme et de la garder chez soi. Il est donc assez naturel que le Congrès de
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
52a pensée qui anime tous ces essais. L’épreuve des armes nous attend peut-être ; mais nous courons déjà l’épreuve des âmes. Or
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
53appel. Alors les écrivains qui n’ont pas d’autres armes que les mots se voient privés de tout moyen d’agir. Leurs conseils, l
36 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
54qui la défend. Je ne crois pas d’ailleurs que les armes matérielles soient pour nous une défense suffisante 27 . Je vois bien
37 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
55ernière goutte du sang des citoyens. Assurer, les armes à la main, l’intégrité du sol de la patrie, voilà qui ne faisait pas
56t attaquer avec succès que si l’on est sûr de ses armes, et solidement appuyé par l’arrière. Il en va de même dans la vie spi
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
57 pas tort, mais ils sont certainement battus. L’« arme secrète » dont on parle souvent, c’est simplement la propagande. Tout
39 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
58ppel. Alors les écrivains, qui n’ont pas d’autres armes que les mots, se voient privés de tout moyen d’agir. Leurs conseils,
40 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
59ilieux où cette erreur est professée y voient une arme non pas contre l’Allemagne, mais d’abord contre la Réforme : l’assimi
41 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
60 ses juges, qu’il leur rend par avance toutes ses armes ? Mais ce serait un mauvais calcul. Aux yeux d’un lecteur prévenu, ta
42 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
61lligence froide, et en même temps, par toutes les armes de la foi, de l’espérance et de la charité, dont il ignore la puissan
62n du Diable, en me servant parfois de ses propres armes. Et pendant que j’écris, la Russie oppose au fascisme masse pour mass
43 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
63ent un dernier retour, guerriers qui déposent les armes avant la décision mortelle. Concession, la raison de Pascal, et lors
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
64 ses juges, qu’il leur rend par avance toutes ses armes ? Mais ce serait un mauvais calcul. Aux yeux d’un lecteur prévenu, ta
45 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
65y consacrer son ingéniosité à faire des arts, des armes et des lois, de la politique, des robes et une littérature, plus quel
46 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
66traire. Le triomphe d’un régime. Une idée. Et une arme. (Je n’ai guère parlé que de ces trois sujets dans mes chroniques pré
67lobale », comme disent les Anglo-Saxons. Et cette arme, c’est la bombe atomique. Or, remarquez que la démocratie triomphante
68triomphante (en théorie), l’idée planétaire, et l’arme vingt mille fois plus puissante que toutes les autres jouent dans le
69ombe atomique, il se voit doté du même coup d’une arme proportionnée à l’ampleur de sa tâche, qui est de faire la police des
70 qui est de faire la police des nations, et d’une arme qui, par nature, serait démesurée pour un seul peuple, tandis qu’elle
47 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
71sur nous ! Nuit lugubre, sans sommeil — rythmée d’armes martelées — meute folle, meurtrière — ô rumeur irréparable — que dis-
48 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
72u mortel, quand les canons détruisaient l’art des armes, on rentrait écœuré mais libre, et l’on exhalait sa colère dans un ch
73, enguirlandé au coin de ses tableaux ; ce sera l’arme réelle du guerrier suisse, signe des vieilles libertés ; et maintenan
49 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
74vidente aux yeux de tous. » Berne, avril 1940 L’arme secrète de la démocratie, c’est la franchise. On nous répète : « Qui
75a Légation allemande, nous dit-il, est un dépôt d’armes et un blockhaus bétonné. Mais nous avons installé un canon dans la ma
76re récemment donné aux étrangers de déposer leurs armes aux postes de police a permis d’observer le phénomène suivant : au jo
50 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
77t qu’un essai : mise au point de la puissance des armes et du maniement des passions. L’Espagne a fait les frais d’une expéri
78 et qu’au surplus, on en faisait autant, avec des armes fournies par certains ministères. Si j’en crois ces deux ex-adversair
51 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
79y consacrer son ingéniosité à faire des arts, des armes et des lois, de la politique, des robes et une littérature, plus quel
52 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
80aix que les peuples attendent. Il recule devant l’arme capitale… Pas un seul appel officiel 14 n’a fait naître une seule gr
53 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
81rd vif s’est révélé face au danger. Il manquait d’armes. Il lutte avec sa dignité [p. 207] impénétrable aux tentations de la
54 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
82De même pour la bombe atomique : ce n’est pas une arme perfectionnée, c’est l’intrusion d’une manière toute nouvelle de trai
55 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
83s de l’Europe, et que cependant on y fabrique des armes et on y coud des uniformes, au lieu de rebâtir des maisons et de vêti
56 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
84traire. Le triomphe d’un régime. Une idée. Et une arme. Ce régime, c’est la démocratie, que plus personne qui compte n’ose a
85globale » comme disent les Anglo-Saxons. Et cette arme, c’est la bombe atomique. Or remarquez que la démocratie triomphante
86triomphante (en théorie), l’idée planétaire, et l’arme vingt mille fois plus puissante que toutes les autres, jouent dans le
87ombe atomique, il se voit doté du même coup d’une arme proportionnée à l’ampleur de sa tâche, qui est de faire la police des
88qui est de faire la police des nations ; et d’une arme qui par nature serait démesurée pour un seul peuple, tandis qu’elle d
57 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
89 de ce siècle. Je vais les caractériser par leurs armes ou méthodes favorites. Le livre s’intitulera donc : Crémation, Liquid
90uccédant aux ténèbres du Moyen Âge. Car ces trois armes bien modernes correspondent à trois conceptions grandioses de [p. 69]
58 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
91séquences, que si vous tirez devant vous avec une arme assez puissante, vous recevrez le projectile dans le dos, au prochain
92 paraissent pouvoir être mesurées à la portée des armes connues dans cette époque. (Vous avez ici les prémices d’une théorie
93théorie [p. 80] sociologique flambant neuve.) À l’arme planétaire correspond donc une communauté universelle, qui relègue le
59 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
94, de savoir si j’aime ou n’aime pas le métier des armes : il ne sert plus à rien. Pleurons-le brièvement, séchons nos yeux et
95 Et je ne nierai pas que jusqu’à nos jours, toute arme nouvelle ait trouvé sa parade, pour le grand soulagement des stratège
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
96 prospère d’autant mieux qu’elle sera dotée d’une arme de plus. Admettons que l’on invente une parade à la Bombe, selon l’ax
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. iii. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
97uvaient riposter, et la valeur militaire de cette arme était loin de compenser, même à ses yeux, le risque moral qu’il eût c
62 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
98 de ce siècle. Je vais les caractériser par leurs armes ou leurs méthodes favorites. Le livre s’intitulera donc Crémation, li
99uccédant aux ténèbres du Moyen Âge. Car ces trois armes bien modernes correspondent à trois conceptions grandioses de la vie.
63 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
100uvaient riposter, et la valeur militaire de cette arme était loin de compenser, même à ses yeux, le risque moral qu’il eût c
64 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
101is leur objectif principal, ou si l’on veut, leur arme favorite, reste l’information toute nue, ou presque. Sur trente-deux
65 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
102r le coup ; et, de plus, elle l’a gagnée avec une arme qu’elle se trouve seule à posséder pour le moment. Voilà bien des rai
66 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
103r le coup ; et de plus, elle l’a gagnée, avec une arme qu’elle se trouve seule à posséder pour le moment. Voilà bien des rai
67 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
104is leur objectif principal, ou si l’on veut, leur arme favorite, reste l’information toute nue, ou presque. Sur 32 pages de
68 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
105s problèmes mis à l’ordre du jour par la nouvelle arme. « La bombe n’est pas dangereuse, disait-il en substance, mais les ho
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
106hniques industrielles, de nos machines, et de nos armes. Pendant des siècles d’expansion irrésistible, impérialiste ou génére
107merce à l’époque des grandes découvertes, par ses armes et son art de la guerre mis au service tantôt de la rapacité de telle
108nes et les capitaux, les idéaux contagieux et les armes, [p. 25] le grand commerce et jusqu’à la curiosité de la planète ! To
109de vie, leur way of life, qui n’est nullement une arme de combat. Par rapport à l’Europe, les intentions des deux empires ne
70 1948, Suite neuchâteloise. IV
110os ou d’un saint, un singe au naturel, en guise d’armes parlantes du beau mythe de l’Égalité… Et pourtant si le « grand Oster
71 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
111 gouvernement, d’industrie, de médecine, — et nos armes, quitte à les tourner contre nous. Que sont en fin de compte les deux
72 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
112 gouvernement, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs copient l’Europe pour toutes ces
73 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
113s cris. Mais attention : les cris ne sont pas des armes ! La vérité, c’est que la Suisse neutre est le seul pays d’Europe qui
74 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
114 gouvernement, d’industrie, de médecine. — et nos armes, quitte à les tourner contre nous. Que sont en fin de compte les deux
75 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
115e — s’ils venaient à rater un seul croisement des armes et se touchaient la tête, ils tomberaient raides — le fracas des bâto
76 1952, Réforme, articles (1946–1980). Après l’Œuvre du xxe siècle (14 juin 1952)
116i des totalitaires, si nous nous privons de leurs armes ? Si nous refusons la fausse communion fomentée par la propagande et
77 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
117ut en luttant pied à pied — fut le dernier fait d’armes de l’ancienne Confédération. Le crépuscule sanglant de Marignan marqu
118 Ligue séparée (Sonderbund) pour résister par les armes à la Diète fédérale, qui venait de décréter le bannissement des jésui
119 ans le « Réduit national », avec ses fabriques d’armes et de munitions creusées dans le granit, ses dépôts d’approvisionneme
78 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
120 les ouvriers qui avaient osé se rassembler, sans armes, pour proclamer : « Nous ne sommes pas des esclaves ! » Ainsi les Sov
121i ont tiré sur leurs camarades, les ouvriers sans armes de la Stalinallee. Les tanks soviétiques ont tiré sur la foule ouvriè
79 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
122 les ouvriers qui avaient osé se rassembler, sans armes, pour proclamer : « Nous ne sommes pas des esclaves ! » Ainsi, les So
123i ont tiré sur leurs camarades, les ouvriers sans armes de la Staline-Allee. Les tanks soviétiques ont tiré sur la foule ouvr
80 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
124 des degrés divers, soumises à son empire par ses armes et ses négociations, par la force et par la fraude. L’Afrique, l’Asie
81 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
125ina jadis et qui retourne contre elle ses propres armes, n’est en aucune mesure améliorée. Ces trois grands faits fondamentau
126n un seul mot : fédération. On ne fédère pas des armes et des machines, des équations et des doctrines, mais seulement des h
82 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
127 des degrés divers, soumises à son empire par ses armes et ses négociations, par la force et par la fraude. L’Afrique, l’Asie
83 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
128aire l’Europe ». Ils l’ont presque faite, par les armes, mais à l’image de leur névrose nationaliste, préparant les lendemain
84 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
129rgument de la peur qu’inspire l’Allemagne a été l’arme principale des anticédistes. N’est-il pas très nouveau qu’un grand pa
85 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
130ituer… L’Allemagne aura le droit de fabriquer des armes… On a donc des raisons au moins égales de redouter que la corporation
86 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
131sation apparaît en même temps que les outils, les armes et les pots, les vêtements et les maisons, toutes choses un peu plus
87 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
132ace publique, la visite officielle et gratuite, l’arme secrète des Achéens devient un pavillon d’exposition. On ne court plu
88 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
133 deux blocs presque également armés — et de cette arme — il ne peut plus y avoir ce que l’on nommait une guerre, mais simple
89 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
134oules révoltées, et liquider d’autres élites sans armes. Nous devons à la passion de Budapest martyre une réparation sans mer
90 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
135 compassion, la honte au cœur, ce ne sont pas des armes. Ils appelaient notre Europe à l’aide. Elle ne pouvait répondre, elle
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
136sation apparaît en même temps que les outils, les armes et les pots, les vêtements et les maisons, toutes choses un peu plus
92 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
137e chez ceux qui approuvent ce crime. Quelle est l’arme des hommes qui n’en ont point ? La grève. Déclarons donc la grève des
138eur de notre humiliation, et peut-être saisir une arme : l’unité. Dimanche 11 novembre 1956 L’Europe se tait… Honte à cet
93 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
139ières premières et en énergie, et par ses propres armes en général, idéologiques et techniques, retournées depuis peu contre
94 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
140 et des investissements à leur mesure. Il y a les armes atomiques, qui dominent la politique du siècle, et qui sont trop chèr
141u monde est en train de retourner contre nous les armes idéologiques, économiques ou militaires que nous lui avons fournies,
142eau du contact brutal entre leurs coutumes et nos armes, leur sagesse ancestrale et nos machines. Nos péchés sont criants, et
143enue d’Europe : le marxisme ; la technique et les armes de l’Occident ; l’alphabet substitué aux idéogrammes ; et même le con
144ouverts par un autre peuple ! Ils inventèrent des armes et des institutions, des procédés de culture et de gouvernement, et i
95 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
145e tout. Wagner n’est plus « mon noble compagnon d’armes » mais « l’asphyxie par le rabâchage de toutes les absurdités morales
96 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
146ouvent à l’argutie, — ou bien il vous rendait les armes un peu trop vite. Beaucoup d’arrière-pensées, qu’il ne voulait plus s
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.1. Proto-histoire d’un continent sans nom
147 l’Allemagne septentrionale. Avec eux voyageaient armes et outils de cuivre. Ainsi s’établit, dès la première moitié du iie
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
148es, ils sont bien loin de s’occuper du métier des armes, ils ont même grand soin de ne point paraître avoir l’inclination gue
149ervices, les secondes prêtant le secours de leurs armes aux premières qui les aident à leur tour des productions de leur sol,
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
150ée, et la faim réussirait plus facilement que les armes. « Le trait caractéristique de ce projet, remarque Lange 67 , c’est s
151n son propre feu. Les rois d’Espagne prennent les armes l’un contre l’autre… La Grèce laboure pour soi, moissonne pour soi, m
152e les contractants s’abstiendront de recourir aux armes les uns contre les autres ; qu’ils ne prêteront secours ni conseil à
153ra arrêté et décidé ; qu’enfin il ait ses propres armes, son sceau et sa caisse commune, ainsi que ses archives officielles,
154par la force de la persuasion et par la force des armes. Pour Pie II, la chrétienté et l’Europe étaient une seule et même cho
155Hongrie, et combien riche, ardente et experte aux armes l’Italie. Quant aux chrétiens non européens, que Mahomet se vante de
156 ! — il ne trouva qu’une cohue d’aventuriers sans armes ni chefs. Il mourut quelques semaines plus tard, sous le coup de cett
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
157antes. C’est pourquoi les princes ont recours aux armes et aux traités. Nous voici donc ramenés à la seule réalité sérieuse,
158est pas lui qui nommerait « excellent » l’homme d’armes, qu’il tient plutôt pour une apparition monstrueuse et qui répugne à
159u frivoles les princes chrétiens font prendre les armes aux peuples. L’un a prouvé ou simulé quelque droit suranné, comme s’i
160e encore maintenant tant de peuples à prendre les armes contre la France, sinon le fait que ce pays est le plus florissant de
161 par l’exemple d’une vie pure, plutôt que par les armes : cependant, si la guerre est absolument inévitable, ce malheur serai