1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1e pour autant qu’on en parle, la vraie « question asiatique » étant une question politique. On peut prévoir que si le bouddhisme
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
2tale apparaît mieux par la comparaison de l’idéal asiatique avec le nôtre. Mais je crois que toute intelligence européenne libre
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
3ltés créatrices de l’homme, ou encore une sagesse asiatique, ou une mentalité de classe, ou simplement toute la culture et ses pr
4 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
4euple ! » Le village enfin délivré de la racaille asiatique, les jeunes gens se réunissent sur les ruines fumantes du temple 11
5 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
5ance électrifiée, standardisée, gouvernée par les Asiatiques, sous le couvert d’une doctrine née en Europe dans le cerveau puissan
6 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
6l’espace et le temps que le monde christianisé. L’Asiatique, par exemple, ne peut la concevoir. Elle ne serait à ses yeux qu’indé
7distinct de tous les autres. Or cette croyance, l’Asiatique ne l’a jamais eue. Ses religions ne l’y préparent nullement, puisqu’e
8 conduite, ne signifie rien de raisonnable pour l’Asiatique, par exemple. Pour l’artiste hindou, comme pour le sculpteur de l’anc
7 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
9ux de l’Histoire, non sur les Russes, non sur les Asiatiques, encore moins sur les Américains, mais sur les seuls Européens — sur
8 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
10cident s’est laissé glisser dans une « Conférence asiatique » qui s’ouvre à Genève, à l’heure choisie par l’Est. Dès le premier j
11nde présent. Sous la double poussée de la révolte asiatique et du colonialisme soviétique, une Europe persistant à rester désunie
9 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
12dent s’est laissé entraîner dans une « Conférence asiatique », qui s’ouvre à Genève à l’heure choisie par l’Est. Du côté russe, l
13ent. [p. 5] Sous la double poussée de la révolte asiatique et du colonialisme soviétique, une Europe persistant à rester désunie
10 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
14Europe entre l’URSS et les USA, entre les menaces asiatiques et les chances africaines. Troisième zone : créée par le compartiment
11 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
15Europe se distingue des civilisations antiques et asiatiques, comme des essais de civilisations totalitaires. À la vérité sacrée e
12 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
16japonais. L’idée ne peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemne d’influences occidentales, que sous l’aspect d’une indécence
13 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
17itecturale les célèbres monuments des despotismes asiatique, égyptien et romain ». Mais dès 1846, Michelet annonce la réaction pe
18conscience plus exacte du sort des grandes masses asiatiques, à la fois sous-alimentées et en croissance incontrôlable. Mais le se
14 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
19nt à sa politique traditionnelle, continentale et asiatique, Moscou reprend son rôle central. La crise de Suez trouve donc l’URSS
15 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
20japonais. L’idée ne peut apparaître aux yeux d’un Asiatique indemne d’influences occidentales, que sous l’aspect d’une indécence
16 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
21itecturale les célèbres monuments des despotismes asiatiques, égyptien et romain ». Mais dès 1846, Michelet annonce la réaction pe
22conscience plus exacte du sort des grandes masses asiatiques, à la fois sous-alimentées et en croissance incontrôlable. Mais le se
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
23es et spectaculaires, au détriment de la paix des Asiatiques et du prestige moral de l’Occident. Ainsi, durant des millénaires d’é
18 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
24use, et subitement, Kassner en vient à l’aspect « asiatique » du monde rilkéen, et au bouddhisme. Il a toujours aimé le Bouddha,
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
25use, et subitement, Kassner en vient à l’aspect « asiatique » du monde rilkéen, et au bouddhisme. Il a toujours aimé le Bouddha,
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
26s impératives, cependant que les voies de sagesse asiatiques sont seulement proposées, — à quelques-uns. Les recettes de plaisir,
27ope et d’Amérique sérieusement éperdus de sagesse asiatique, me paraît appeler deux remarques, à vrai dire d’inégale importance,
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
28vait point de nom. Il est certain qu’Europe était Asiatique et qu’elle n’est jamais venue dans ce pays que les Grecs appellent ma
29ts du Mythe grec 6 , Europe fut d’abord une déité asiatique avant de devenir une héroïne : elle serait en somme une manifestation
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
30n réalité, c’est-à-dire un petit cap du continent asiatique ? Ou bien l’Europe restera-t-elle ce qu’elle paraît, c’est-à-dire : l
31éninsule qui termine à l’ouest le vaste continent asiatique. 28 L’Europe ne constitue pas à proprement parler un tout indépenda
32le de l’Asie, l’extrémité, la pointe du continent asiatique. 29 Et, dans les mêmes termes, Élisée Reclus, Auguste Himly, Raoul
33 et d’un esprit plus pénétrant… § 21. Si donc les Asiatiques sont pusillanimes, sans courage, moins belliqueux et d’un caractère p
34ngemens qu’il faut attribuer la pusillanimité des Asiatiques, il faut encore l’attribuer à la nature des lois auxquelles ils sont
35 je les regarde donc comme plus courageux que les Asiatiques, car de l’influence d’une température uniforme naît l’insouciance et
36plus belliqueux des habitants de l’Europe que des Asiatiques. Mais il n’en est pas moins certain que la forme du gouvernement y co
37s n’étant point gouvernés par des Rois, comme les Asiatiques, car j’ai déjà observé que partout où les peuples sont soumis à des R
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
38ésistante est celle qui peuple l’Europe ; que les Asiatiques sont craintifs et ne valent rien pour la guerre, étant pareils aux fe
39connaîtriez immédiatement ce qu’est le temple des Asiatiques. L’adversité révélerait ce qu’une série de succès ininterrompue a cac
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
40on n’avait fait que de vains efforts. Si une race asiatique n’avait point passé en Europe et en Afrique, et si d’Europe elle n’eû
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
41rouve le dialogue suivant entre un Européen et un Asiatique : L’Asiatique : Un jour la Providence a mis entre les mains des [p. 
42ue suivant entre un Européen et un Asiatique : L’Asiatique : Un jour la Providence a mis entre les mains des [p. 193] Européens
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
43e même état que celui dans lequel, semble-t-il, l’Asiatique découvrit l’Europe. Là aussi, bien avant les grandes nations, il dut
44lisation diffusée par les centres que l’influence asiatique dissémina en Europe. Les diverses combinaisons entre l’unité étrangèr
45ue de Kiev, occidentale. Russie de la Horde d’Or, asiatique. Russie moscovite, ayant secoué le règne des Tartares, et se considér
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
46 infiltrés à l’intérieur des différents pays. Les Asiatiques pourront également rappeler que, pendant la même période, les Occiden
47 peinture chinoise. Non seulement les révolutions asiatiques s’opèrent sans la moindre tradition mais elles s’opposent délibérémen
48 Européens, avons un reproche à faire aux peuples asiatiques, c’est leur ductilité, leur rapide accommodation aux idéologies europ
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
49apport au caractère russe et surtout au caractère asiatique qui prédomine. […] Ainsi les habitants de l’Europe prennent de plus e
29 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
50s impératives, cependant que les voies de sagesse asiatiques sont seulement proposées, — à quelques-uns. Les recettes de plaisir,
51ope et d’Amérique sérieusement éperdus de sagesse asiatique, me paraît appeler deux remarques, à vrai dire d’inégale importance,
30 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
52C., explique la supériorité des Européens sur les Asiatiques par le fait que les Asiatiques vivraient dans un climat trop égal, ta
53 Européens sur les Asiatiques par le fait que les Asiatiques vivraient dans un climat trop égal, tandis qu’en Europe, dit-il, « le
54du xixe siècle ; l’Inde, l’Indonésie, le Sud-Est asiatique et le Proche-Orient au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, puis
55 à elle-même, ramenée dans les limites de son cap asiatique, et pas plus grande, notons-le bien, qu’elle ne le fut au Moyen Âge.
31 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
56uccessive du Proche-Orient, de l’Inde, du Sud-Est asiatique, et de l’Afrique, sont [p. 66] les mêmes dates, exactement, que celle
32 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
57ire de son exploitation du sol africain et du sol asiatique : or, métaux, pétrole, caoutchouc. (Le paysan serait-il la création d
33 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
58 d’autres cultures régionales (africaines, [p. 7] asiatiques, arabes…) doit contribuer à rendre aux Européens de nos vingt pays le
34 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
59 Si les Européens voulaient vraiment répondre aux Asiatiques, aux Africains, ou aux Arabes, qui leur posent ces questions fondamen
35 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
60 Si les Européens voulaient vraiment répondre aux Asiatiques, aux Africains, ou aux Arabes, qui leur posent ces questions fondamen
36 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
61Europe se distingue des civilisations antiques et asiatiques, comme des essais de civilisations totalitaires. À la vérité sacrée e
37 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
62es revaloriser. De là dans les élites africaines, asiatiques ou arabes, et même parfois européennes — car nous avons aussi des tra
63mentaux d’autres cultures régionales (africaines, asiatiques, arabes…) me paraît de nature à rendre aux nationalistes attardés de
38 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
64st, où elles se sont déplacées selon les poussées asiatiques et les contre-poussées occidentales sans jamais se fixer pour longtem
65l’espace et le temps que le monde christianisé. L’Asiatique traditionnel, brahmaniste ou bouddhiste, ne peut la concevoir. Elle n
66istinct de tous les autres. Or, cette croyance, l’Asiatique ne l’a jamais eue. Ses religions ne l’y préparent nullement, puisqu’e
67 conduite, ne signifie rien de raisonnable pour l’Asiatique, par exemple. Pour l’artiste hindou, comme pour le sculpteur de l’anc
68d’énergie Ce qui a fait que l’Europe, « petit cap asiatique », a découvert la terre entière sans être jamais découverte, et a sou
69terre. Il s’en faut de beaucoup que leurs rivales asiatiques, qu’on dit plus raffinées, aient connu pareille fortune. Ce sont les
39 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
70c ce que pratiquent la plupart des autres régimes asiatiques et africains hâtivement bricolés sur le modèle de l’État-nation europ
40 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
71de Ceylan, et de la plus grande partie du sud-est asiatique, rend toute prévision nulle et vide. Que servirait de prévoir ce que
41 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
72n démographique, particulièrement dans le Sud-Est asiatique et dans certaines parties de l’Amérique latine, tandis que dans les p
73a partie russe demeure bas, celui des républiques asiatiques augmente sans relâche. Dans quelques décennies, l’URSS comptera une m
74s, l’URSS comptera une majorité de musulmans et d’Asiatiques.) Voilà qui est propre à modifier d’une manière dramatique les équili