1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1ry, ce poète sait « des complicités étranges pour assembler un sourire ». Comme Max Jacob il lui arrive de situer une anecdote pu
2 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
2du discours, où les objets qui « veulent dire » s’assemblent en propositions (à l’homme), seul discours proprement cohérent, puisq
3 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
3une Europe fédérée dont elle prouve la réalité en assemblant dans un État nos trois plus grandes civilisations, la germanique, la
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
4une Europe fédérée dont elle prouve la réalité en assemblant dans un État ces trois grandes civilisations : la germanique, la lati
5 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
5du discours, où les objets qui « veulent dire » s’assemblent en propositions (à l’homme), seul discours proprement cohérent, puisq
6 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
6n veut dire qu’ils s’occupent d’autre chose que d’assembler des électeurs, et de les acheter à coups de promesses en l’air, dont
7n traite d’assembleurs de nuées ceux qui rêvent d’assembler de puissantes armées promises, par la Bombe, à l’évaporation. [p. 8
7 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
8x alliés de le venir secourir, tous les cantons s’assemblent, les premiers appelés avertissant les autres. Mais avant toutes chose
8 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
9e divin. L’Occidental, jaloux de sa vie privée, s’assemble dans l’église où l’on chante des chœurs. Messes de Mozart, Passions d
9 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
10 donc, elle aussi, parler grec. Mais son discours assemble un peuple et suscite une communauté. Celle-ci réclame un cadre et des
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
11e son frère sur la route marine ; autour de lui s’assemblaient les tritons, bruyants musiciens de la mer ; soufflant dans de longs c
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
12gagement de la manière susdite que chacun de nous assemblera ses ambassadeurs, gens notables et jouissant d’une grande autorité, m
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
13 l’Europe pour s’en retourner de même ; où l’on s’assemble pour ne rien dire ; où toutes les affaires publiques se traitent en p
13 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
14ent décidé d’en rester là. En Asie, les maisons s’assemblent en essaims. En Afrique, les huttes se groupent en rond dans les clair
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
15x alliés de le venir secourir, tous les cantons s’assemblent, les premiers appelés avertissant les autres. Mais avant toutes chose
15 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
16si le peuple d’une cité trop vaste ne peut plus s’assembler pour discuter, s’il est ensuite chassé de la rue et de [p. 273] la pl