1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1s charmante. On y vit un ouvrier en maillot rouge assis entre un banquier et un philosophe au milieu d’une centaine d’étudian
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2-même Noli me tangere. Premier exemple. — Je m’assieds à mon bureau, je prends une feuille blanche, je vais écrire ce que je
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3rbre vulgaire d’une table de café. Je venais de m’asseoir et de commander une consommation. Comme d’habitude, un peu après six
4able, puis s’avança lentement vers la mienne et s’assit sans paraître me voir. Une grande figure aux joues mates, aux yeux cl
5que noyait mes pensées. Je vis qu’une femme était assise à notre table, en robe rouge, et très fardée. Elle jouait avec la ros
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
6Je sentis une invincible lassitude me saisir et m’assis à l’écart. On me demandait, en passant, si j’étais malade. Je désigna
7llu monter, mais l’idée de vous trouver peut-être assise en face de votre bel ami laqué, souriante… Enfin, un peu après 6 heur
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
8 et stérile consistoire, une idée de génie vint s’asseoir certaine nuit. Elle parla par la bouche de Lugin, sa langue dans la l
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
9 ; parce que cette révolution ne demandait qu’à s’asseoir et que son siège était fait. Nous aimions la Révolution qui nous perd
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
10c’était l’annonce du décès de mon père. » J’étais assis à la terrasse ensoleillée d’un café ; une brise passa, et une femme e
8 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
11e pas prononcé intérieurement ce nom lorsque je m’assis dans l’ombre du théâtre, en retard, un peu ennuyé de me trouver à côt
12s d’un tango. Notre encombrante conquête revint s’asseoir auprès de nous. Gérard songeait, muet, et n’en buvait pas moins. « Po
13 piano dissimulé joue très doucement. Nous sommes assis autour d’une petite table lumineuse, verdâtre, et Gérard, penché sur
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
14nt : je marche, ou : j’arpente ; un autre restera assis, en affirmant : je siège ; un troisième lèvera la main, et dira : je
10 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
15que confirmer cette première impression. Vienne : assis sur les banquettes rembourrées de profondes loges, les clients dégust
11 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
16e. Mais en écrivant il pensait à une femme blonde assise près de lui. Ayant demandé un timbre pour attirer l’attention de la f
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
17ai. [p. 405] 1. Le dormeur au fil de l’eau Où s’asseoir ? Le pont est encombré de jambes de dormeuses ; il faudrait réveiller
18ans l’espace vide où tourne la fumée des cigares. Assis sur la banquette, quelques bougres isolés produisent en silence cette
19ée, les yeux à terre, dans l’attente. Nous sommes assis autour d’une table et nous voyons, au milieu de la salle, un arbre de
13 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
20e sentimentalité exquise, navrante. Il reste de s’asseoir à quelque terrasse de café pour y boire à petits coups une amertume a
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
21même pas prononcé mentalement ce nom lorsque je m’assis dans l’ombre du théâtre, en retard, un peu ennuyé de me trouver à côt
22s d’un tango. Notre encombrante conquête revint s’asseoir auprès de nous. Gérard songeait, muet, et n’en buvait pas moins. « Po
23 piano dissimulé joue très doucement. Nous sommes assis autour d’une petite table lumineuse, verdâtre, et Gérard, penché sur
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
24vide un piano à l’aile levée, et devant le piano, assis sur un tabouret bas — le pan de l’habit repose sur le parquet — quelq
16 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
25rt Gyergyai i Le dormeur au fil de l’eau Où s’asseoir ? Le pont est encombré de jambes de dormeuses ; il faudrait réveiller
26pace vide où tourne la fumée des cigares. [p. 78] Assis sur la banquette, quelques bougres isolés produisent en silence cette
27ée, les yeux à terre, dans l’attente. Nous sommes assis autour d’une table et nous voyons, au milieu de la salle, un arbre de
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
28tte heure qui serait celle de rentrer chez nous s’asseoir auprès d’un feu… — Mais non. [p. 137] 7 mai 1929 « J’ai mes brouill
29 voilà ce que nous sommes. 14 juin 1929 Je suis assis en face du magazine que lit le père Reinecke. Ses grosses pattes et s
30ard irrité. Deux d’entre elles ont fait mine de s’asseoir, en face et à côté de moi, mais je n’ai pas retiré ma valise et ne me
31lles ont senti cette sourde résistance et se sont assises plus loin en maugréant. La misère de tous ces regards me paralyse. Co
32nt de princesse d’Andersen. Oh ! qu’elle vienne s’asseoir ici ! Mais je n’ose plus lui faire place. Je sens que les deux ouvriè
33t pas trop choisir, ni surtout me choisir, — va s’asseoir de l’autre côté du couloir, tout au bord d’une banquette. Mais je la
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
34 nos adolescences. Jeux des enfants prussiens : s’asseoir à six ou [p. 179] sept sur un bœuf jusqu’à ce que ses genoux plient.
19 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
35e sentimentalité exquise, navrante. Il reste de s’asseoir à quelque terrasse de café pour y boire à petits coups une amertume a
20 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
36 d’armes — dépose sur la table sabres et képis, s’assied pour écouter : tout est jugé d’avance. Deux heures durant, quelques p
21 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
37— et tu n’as pas su t’en apercevoir ! — Toi qui t’assieds sur les hauteurs et qui dis en toi-même : Qui me précipitera jusqu’à
22 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
38— et tu n’as pas su t’en apercevoir ! — Toi qui t’assieds sur les hauteurs et qui dis en toi-même : Qui me précipitera jusqu’à
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
39rop « intellectuel », trop « théorique » pour les assis et les vautrés qui ressassent les Droits de l’homme et savent si bien
24 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
40au-delà. Leur chef n’est pas terrestre : il s’est assis au Ciel à la droite de Dieu. Leurs ambitions non plus ne sont pas ter
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
41 me paraissent fort peu de mode parmi nos scribes assis ou accroupis. Le respect de la culture, tout d’abord. Nos romanciers
26 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
42 ma belle révérence paysanne et je lui dirais : — Asseyez-vous. — Et je lui ferais le café, et j’irais lui chercher mon plus be
43ux ! Ils se sont baissés jusqu’à moi. Ils se sont assis à côté de moi. Ils m’ont dit : — Fais voir où tu as mal, petite fille
27 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
44rop « intellectuel », trop « théorique » pour les assis et les vautrés qui nous ressassent les Droits de l’homme et savent si
28 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
45ine difficilement nos commissaires inaugurant ces assises subversives, ces états généraux de la culture. Ne serait-ce pas inaug
29 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
46Nicodème en s’approchant de l’étudiant. Nous nous assîmes en cercle autour du patriarche. Et l’entretien que nous attendions to
30 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
47t parmi la foule qui n’avait pas trouvé de places assises dans une halle de 30 000 places, et qui attendait, massée au fond, da
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
48t qu’il donnât de fortes peines ! — qu’une cour d’assises occupée à juger des meurtres dont le vol est le mobile. Je dis qu’il
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
49r sent la marée fraîche. Des paysannes en coiffe, assises au fond, jacassent dans leur patois rapide et monotone. Je crois que
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
50ids de visage et très épais de corps. Nous étions assis derrière eux. Au fond, sur deux armoires basses, siégeaient une dizai
5117 mars 1934 L’instituteur vendéen. — Nous étions assis dans sa cuisine avec sa femme et ses deux enfants. C’est un homme de
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
52éal, c’est l’homme couché ; tout au plus, l’homme assis. Celui qui se fait servir. Mais quoi, je suis injuste pour les céliba
53dans l’ombre, paraissait désert. Nous nous sommes assis sur la terrasse, au pied d’un grand micocoulier. Bientôt un chien fur
54trés, quelques livres sur la table. Puis on s’est assis sur des chaises alignées, pour entendre le « conférencier » 12 . J’ai
55jours le cas dans la vraie vie… [p. 177] Je suis assis dans un grand restaurant désert, près d’une baie qui donne sur « les
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
56ir du 14 juillet 1935 Voici une heure que je suis assis à une terrasse de la Porte d’Italie, au milieu de ce que les journaux
57 comprimé par une grosse femme à bagues qui s’est assise à côté de moi. J’abaisse mon journal : je vois un homme plutôt petit,
36 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
58ids de visage et très épais de corps. Nous étions assis derrière eux. Au fond, sur deux armoires basses siégeaient une dizain
597 mars 1934 L’instituteur vendéen. — Nous étions assis dans sa cuisine avec sa femme et ses deux enfants. C’est un homme de
37 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
60e la Bible — c’est à peine si je trouve une place assise. Je note la proportion considérable des hommes dans l’assemblée. (Mai
61fait-on pour occuper en dix minutes 35 000 places assises ? Je me glisse dans des rangs compacts derrière les bancs. Je verrai
62ntenant, je le vois sortir de l’ombre où il était assis au fond de la chaire, poser les deux mains sur l’appui et regarder so
63aisceau se perd dans la hauteur. Nous nous sommes assis sur l’herbe, à côté des porte-drapeaux de la Vieille garde du Parti,
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
64ou si au contraire elles élargissent pour mieux l’asseoir ma thèse originelle que je réitère : sur la liaison profonde entre la
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
65il inaugura son ministère : sur la grande place d’Assise, en présence de l’évêque et d’une foule immense, il se dépouilla de t
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
66, devant la fontaine, une tente dans laquelle est assise une dame (en effigie naturellement) ; celle-ci tient une licorne qui
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
67rnement de plusieurs municipalités. Le podestat d’Assise était un hérétique, avant 1204 ! Dans les cités avoisinantes, il y eu
42 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
68e, et plus encore, un arrière-plan spirituel, des assises religieuses fondant une unité si intérieure à chaque individu qu’elle
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
69au-delà. Leur chef n’est pas terrestre : il s’est assis au Ciel à la droite de Dieu. Leurs ambitions non plus ne sont pas ter
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
70 la garde dans la neige, d’autres hommes seraient assis dans une salle bien chauffée, et je leur parlerais de la culture… Que
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
71cela de ma vie. Dans une anfractuosité de rocher, assis les jambes pendantes sur une grosse pierre, un idiot, un goitreux, à
46 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
72. Psaume. II. La Loi ou son sommaire (l’assemblée assise) (après la lecture, chant spontané : « Mon Dieu, ta loi est sainte… m
73ssons le genou. » Mais pratiquement, nous restons assis, bourgeoisement et convenablement assis… Ne pensez pas, surtout, que
74s restons assis, bourgeoisement et convenablement assis… Ne pensez pas, surtout, que ces questions d’attitude soient futiles,
47 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
75er plus qu’il ne croit. Il se décrit « forcé de s’asseoir au culte de famille. Sa gêne. L’horreur du geste qui puisse dépasser
48 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
76 secrets de la démesure de Manhattan : seules ces assises de granit étaient capables de supporter le formidable poids d’un grat
49 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
77 le plus sûrement : dans le fauteuil où vous êtes assis. p. 89 13. Expression empruntée à l’Évangile par une erreur de
50 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
78 avec l’image de l’objet aimé. Mais le Diable est assis dans un coin de la cellule. Il ne fait rien, il vous attend. Il conna
79 crie : — Pourquoi ? [p. 182] Le directeur était assis face à la porte et me regardait comme s’il n’avait rien entendu. Nous
51 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
80 s’est élevé et tu as dit : Je suis Dieu, Je suis assis sur le siège de Dieu au sein des mers ! Toi tu es homme, et non Dieu.
81s imaginer, et d’une vision nouvelle de la force. Assis sur nos ruines, j’esquisse… Je me plais à inscrire ces mots : lucidit
52 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
82 le plus sûrement : dans le fauteuil où vous êtes assis. p. 2 m. « Les tours du Diable VII : La cinquième colonne », L
53 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
83er plus qu’il ne croit. Il décrit X, « forcé de s’asseoir au culte de famille. Sa gêne. L’horreur du geste qui puisse dépasser
54 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
84t qu’il donnât de fortes peines ! — qu’une cour d’assise occupée à juger des meurtres dont le vol est le mobile. Je dis qu’il
55 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
85ns, en apparence. On dit le benedicite avant de s’asseoir et l’on pose au café des problèmes de roman détective. Les Européens
56 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
86 une demi-obscurité rougeâtre. Des garçons seuls, assis sur des banquettes tournant le dos à la piste, regardent dans le vide
57 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
87elle, sur un sofa, et plus tard nous avons soupé, assis par terre, dans une foule, mais dos à dos, et voici l’étonnant de l’h
58 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
88ages. Hier, dans l’autobus, une petite bourgeoise assise devant moi s’écrie, voyant s’abattre une pluie d’orage sur la Concord
59 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
89e, et plus encore, un arrière-plan spirituel, des assises religieuses fondant une unité si intérieure à chaque individu qu’elle
90ler, — rien n’est plus tonifiant dans ce pays des Assis, où l’on ne sait plus dévisager les vraies menaces. Oui, je veux oppo
60 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
91r l’ami, répond aimablement le Duce. — Alors je m’assieds. » En sortant, ajoute R., je n’ai vu que des dos !… La nouvelle s’éta
92passé. Il passera, et nous serons encore une fois assis au café des Deux Magots. La vie reprendra. Cela paraît [p. 64] irréel
93er chez le colonel. [p. 74] — Bonjour, mon cher. Asseyez-vous. (Je me dis : c’est donc si grave que cela ?) — J’ai beaucoup ai
61 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
94 secrets de la démesure de Manhattan : seules ces assises de granit étaient capables de supporter le formidable poids d’un grat
95. Il vient sonner vers les huit heures du soir, s’assoit au living-room, accepte un verre, et me demande avec application ce q
96ait sa chambrette, je trouve un grand jeune homme assis sur l’escalier. Il m’attendait. Il m’entraîne au café. Il avait des q
62 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
97ence incontinent. Nous sommes une bonne centaine, assis à trois longues tables qu’on a dressées sur des tréteaux. Le doyen d’
63 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
98 à la main. Deux femmes blondes entrent et vont s’asseoir un peu à l’écart de notre groupe. Un autre homme apporte un plateau.
64 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
99ns, en apparence. On dit le bénédicité avant de s’asseoir et l’on pose au café des problèmes de roman détective. Les Européens
65 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
100oser à notre admiration. Elle tient ses dernières assises dans le pays qui lui offrait son modèle, mais qui est le seul encore,
66 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
101secrets de la démesure de Manhattan : seules, ces assises de granit étaient capables de supporter le formidable poids d’un grat
102 à la main. Deux femmes blondes entrent et vont s’asseoir un peu à l’écart de notre groupe. Un autre homme apporte un plateau.
67 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
103st pas terrestre d’abord, ni leur Chef : il s’est assis au ciel à la droite de Dieu. Leur ambition non plus n’est pas terrest
68 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
104ronnes vinrent contempler l’objet. Ils venaient s’asseoir devant lui, pour l’étudier avec passion, pendant des heures, des jour
105ans son état naissant. Je me souviens. J’allais m’asseoir au temple, par les jours de colère intraitable. Je dardais un regard
69 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
106 de Christophe Colomb. Et pourtant, me voici bien assis dans une Constellation qui vient de décoller d’un champ neigeux de Te
70 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
107oser à notre admiration. Elle tient ses dernières assises dans le pays qui lui offrait son modèle, mais qui est le seul, ou pre
71 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
108 à la main. Deux femmes blondes entrent et vont s’asseoir un peu à l’écart de notre groupe. Un autre homme apporte un plateau.
72 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
109e rassoit, et s’agenouille, se relève encore et s’assoit de nouveau avec une discipline sans défaut. Ceci chez les baptistes d
73 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
110e voyage. Puis-je vous demander où vous aviez vos assises en Amérique et quelles furent vos occupations durant le temps où la S
74 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
111ne célébrité du jour. Je suppose que je devrais m’asseoir dans un fauteuil, croiser les jambes, regarder l’objectif, et tenir à
75 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
112ronnes vinrent contempler l’objet. Ils venaient s’asseoir devant [p. 95] lui, pour l’étudier avec passion, pendant des heures,
113ans son état naissant. Je me souviens. J’allais m’asseoir au temple, par les jours de colère intraitable. Je dardais un regard
76 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
114 une demi-obscurité rougeâtre. Des garçons seuls, assis sur des banquettes, le dos tourné à la piste, regardent dans le vide.
115us ne pourriez plus gravir les escaliers, ni vous asseoir dans vos fauteuils. N’oubliez jamais cet exemple ! » Et je l’appliqua
77 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
116elle, sur un sofa, et plus tard nous avons soupé, assis par terre, dans une foule, mais dos à dos, et voici l’étonnant de l’h
117e rassoit, et s’agenouille, se relève encore et s’assoit de nouveau avec une discipline sans défaut. Ceci chez les baptistes d
78 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
118re à part (et ces magasins clairs, où l’on peut s’asseoir au bar et déjeuner, n’ont rien que de plaisant) les différentes régio
79 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
119vous ne pourrez plus gravir les escaliers ni vous asseoir dans les fauteuils… » Ma troisième raison d’espérer, ce sont les cris
80 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
120s le faisceau des projecteurs de cinéma ? Je suis assis derrière deux rangs de dos et de nuques fascinantes qui dépassent le
81 1948, Suite neuchâteloise. IV
121t plus que des charges publiques : lieutenant des Assises, membres du Petit Conseil, conseillers d’État, enfin Procureur généra
82 1948, Suite neuchâteloise. V
122e quitter ce salon campagnard où je suis revenu m’asseoir : il me suffit de méditer sur ses images, [p. 53] de remonter par ell
83 1948, Suite neuchâteloise. VI
123du bout du monde, ne seraient point tentés de s’y asseoir un jour, pour quelques heures, en face du lac ? Et certes, j’ai pensé
124si frileux, n’éprouvai-je ce matin que bien-être, assis sur ce banc par cinq degrés à peine au-dessus du gel, n’ayant devant
84 1948, Suite neuchâteloise. VII
125s pas me suicider. Je mentirai ! [p. 78] Je suis assis sur un banc près du port, la promenade est déserte et mon cœur assoif
85 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
126je ne vais pas me suicider. Je mentirai ! Je suis assis sur un banc près du port, la promenade est déserte et mon cœur assoif
86 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
127e plus profond, de plus prégnant, pour donner ses assises morales et doctrinales à la fédération européenne. C’est alors qu’app
87 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
128urs dans des niches, comme à Naples. Il y a bien, assises sur les marches, ces fillettes en sari aux narines cloutées d’un diam
129oches noires et plates du bord de mer, des hommes assis en groupe écoutent une lecture à haute voix. Accroupi sur un banc, le
130ts [p. 61] groupes de musiciens l’accompagnaient, assis à terre de chaque côté de la pièce. La subtile dissymétrie de ses ges
131ment sur le côté et frappent un peu plus fort ; s’assoient et frappent ; tournent sur leur séant et frappent ; se lèvent et marc
132rescendo. Maintenant les voici de nouveau presque assis, appuyés au sol d’une main, frappant de l’autre ; puis ils se couchen
133nts aux faces placides se relèvent et s’en vont s’asseoir parmi les musiciens. « Est-ce beau, ou grotesque, ou les deux ? » me
134t à une terrasse surélevée d’un mètre. Des hommes assis sur le rebord, jambes pendantes, me regardent. Au pied de l’arbre, un
88 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
135illance les inévitables lapsus. Manifestement ces assises ont leur tradition et l’on n’est pas disposé à y supporter les raseur
89 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
136ons ou conférences internationales ont tenu leurs assises en Suisse, et ce nombre s’accroît rapidement d’année en année. ⁂ Tous
90 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
137xemplaires. Cela paraît considérable quand on est assis dans le bureau central d’un mouvement, devant près de cinq cents broc
91 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
138permettent de nous faire une image vivante de ces assises du christianisme grec : les grands Conciles. Qu’on se figure bien moi
139el est donc le spectacle offert par les premières assises du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se pl
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
140oly men, errant dans les campagnes, ou longuement assis en tailleur dans leurs niches… Point de culte public en Inde, de litu
93 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
141permettent de nous faire une image vivante de ces assises du christianisme grec : les grands Conciles. Qu’on se figure bien moi
142el est donc le spectacle offert par les premières assises du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se pl
94 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
143Gardons-nous de scier la branche sur laquelle est assise notre puissance technique ; elle se nomme culture générale. Les plus
144, nous prenons le garde-à-vous, il dit : « Repos, assis ! », et aussitôt nous pose cette question simple : « Qu’est-ce que l’
95 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
145très jeune ou frère aîné. Sa façon d’entrer, de s’asseoir, de tendre négligemment au contrôleur l’argent de deux parcours, c’ét
96 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
146très jeune ou frère aîné. Sa façon d’entrer, de s’asseoir, de tendre négligemment au contrôleur l’argent de deux parcours, c’ét
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
147uand on veille. Longtemps, la jeune fille demeura assise et silencieuse, ayant encore les deux femmes devant ses yeux ouverts 
148 « Venez, chères compagnes, compagnes de mon âge, asseyons-nous sur ce taureau, pour notre divertissement ; à coup sûr, il nous
149e lui manque que la parole. » Elle dit, et elle s’assit sur le dos du taureau, souriante ; et les autres jeunes filles allaie
150it. Les Néréides surgirent du fond de l’onde, et, assises sur le dos de poissons, défilaient en cortège ; à la surface des flot
151illages, ils faisaient retentir le chant nuptial. Assise sur le dos du taureau, Europé d’une main, serrait la grande corne de
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
152front. D’autres la représentaient comme une femme assise. Postel, nous dit Moreri à l’article Europe, la représente ainsi en l
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
153e ou royaume, quoique complet en soi et fermement assis, est néanmoins en même temps d’une certaine manière membre de cet uni
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
154u même du vieux continent monarchique la première assise de cet immense édifice de l’avenir, qui s’appellera un jour les États
155 l’État, il a ses Convocations, ses Scrutins, ses Assises, ses Manifestations, ses Prononcements, ses Plébiscites, sa Législati
156européens, réinstallant le droit des gens sur les assises positives qui lui ont fait complètement défaut ces derniers temps. C