1 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
1 l’agent le plus perfectionné de la désagrégation atomique de notre monde, — désagrégation dont l’aboutissement fatal serait la
2 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
2ésenchantées d’une société en voie de dissolution atomique. Les civilisations conscientes de leur mission n’ont jamais [p. 32] c
3 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
3e à la masse anonyme, tout autant qu’à l’individu atomique. Le vœu humain paraît comblé… Mais ce nous est-il autre chose qu’une
4 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
4ion abstraite de l’homme considéré comme individu atomique. Or ces deux conceptions sont également à la base de tout le système
5 l’agent le plus perfectionné de la désagrégation atomique de notre monde, — désagrégation dont l’aboutissement fatal serait la
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
6e à la masse anonyme, tout autant qu’à l’individu atomique. Le vœu humain paraît comblé… Et l’on croirait qu’il l’est à les ente
7ement, elles nous entraînent dans une dissolution atomique : elles nous ramènent à la poussière. Mais au fond de l’abîme de la S
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
8porter sur les résultats prévisibles d’une guerre atomique intercontinentale. De plus, un séjour de sept ans en Amérique m’a fai
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
9ment résolu. Dès lors : Ou bien ce sera la guerre atomique totale, la désintégration physique et morale, et le problème de la pa
8 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
10le patriarche du nouvel âge, le Moïse de la Terre atomique. Il passe ainsi chaque jour, vers onze heures du matin. Quand il fait
11cteur Oppenheimer, chef du service des recherches atomiques à Los Alamos, a été interrogé hier par un comité du Sénat. À la quest
12 question : “Est-il vraisemblable qu’un seul raid atomique contre les centres populeux des États-Unis puisse tuer 40 millions d’
13ccupant le terrain. Mais dans le cas d’une guerre atomique, il n’est pas sûr, ni même probable, que l’agresseur juge bien utile
9 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
14 [p. 1] Un salon atomique (26 décembre 1945) m Cette capitale qui ne fait partie d’aucun des
15 qui est l’un des mieux courus, est aussi le plus atomique. Parmi les sous-secrétaires d’État, les diplomates et les virtuoses,
16u trois prix Nobel, très entourés. — Une campagne atomique, disait l’un d’eux, orné d’une paire d’énormes sourcils blancs, laiss
10 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
17p. 4] Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945) d Noël ! La ruée vers les magasins s’est déclenc
18ents, demandent pour leur Noël des petites bombes atomiques. Trois d’entre eux, à Brooklyn, viennent d’être blessés sérieusement
11 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
19ments, demandent pour leur Noël de petites bombes atomiques. Trois d’entre eux, à Brooklyn, viennent d’être blessés sérieusement,
12 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
20ontrainte à se fédérer par la menace de la guerre atomique. On m’assure que le monde n’est pas prêt pour cela. Les chefs disent
13 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
21ne des girls avait lu un article sur l’automobile atomique dans un magazine du genre Look. La marquise s’écria que l’idée que no
14 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
22. Je doute de les retrouver jamais dans cet « âge atomique » dont tout le monde parle. Est-ce que la paix serait morte en même t
23ait mieux fait de se taire.) Bâtard ou non, l’âge atomique est né. Vous me dites que l’expression est ridicule. Simplement parce
15 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
24e nos constructeurs d’avions, utilisant l’énergie atomique, n’arrivent à transporter des maisons tout entières, verticalement et
25 possibilités illimitées qui s’ouvrent pour l’âge atomique, je copie à votre intention quelques petites nouvelles pittoresques :
26 à la suite de la première expérience d’explosion atomique au mois de juillet. » — « Carrizozo (New Mexico). Un chat noir est de
27s de prendre pour but la construction d’un moteur atomique : jamais un moteur atomique n’a évoqué la moindre fée. Nous vous lais
28struction d’un moteur atomique : jamais un moteur atomique n’a évoqué la moindre fée. Nous vous laissons à vos enfantillages.
16 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
29 N. Y. Times : le seul et vrai secret de la Bombe atomique réside dans la [p. 35] puissance industrielle de l’Amérique. C’est as
30le de la moindre défense effective contre un raid atomique par surprise. Voici cependant l’état de l’opinion américaine en cette
17 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
31le patriarche du nouvel âge, le Moïse de la Terre atomique. Il passe ainsi chaque jour, vers onze heures du matin. Quand il fait
32cteur Oppenheimer, chef du service des recherches atomiques à Los Alamos, a été interrogé hier par un comité du Sénat. À la quest
33n : “Est-il vraisemblable qu’un seul [p. 43] raid atomique contre les centres populeux des États-Unis puisse tuer quarante milli
34upant le terrain. » Mais dans le cas d’une guerre atomique, il n’est pas sûr, ni même probable que l’agresseur juge bien utile d
18 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
35n’existe pas de défense imaginable contre un raid atomique, et que cependant les généraux réclament au nom de la patrie la consc
19 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
36 [p. 51] VIII Un salon atomique Washington, 3 novembre 1945. Cette capitale qui ne fait partie d’aucu
37 qui est l’un des mieux courus, est aussi le plus atomique. Parmi les sous-secrétaires [p. 52] d’État, les diplomates et les vir
38 ou trois prix Nobel, très entourés. Une campagne atomique, disait l’un d’eux, orné d’une paire d’énormes sourcils blancs, laiss
20 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
39lante, le sang, les sèves ! Quant à l’évaporation atomique, eh bien, n’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et
21 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
40éunis dans la baie de Bikini pour subir l’épreuve atomique auront leurs équipages complets. Mais ces équipages seront entièremen
41es violées sans exception par l’usage de la Bombe atomique… J’avoue que je n’avais pas pensé à l’uniforme et au [p. 122] respect
22 1946, Lettres sur la bombe atomique. ii. Point de vue d’un général
42 de l’armement devient absurde. Dans la bataille “atomique”, le nombre des combattants est réduit à un strict minimum. Ce princi
43Ce principe deviendra absolu quand la bombe-fusée atomique aura été mise au point. Alors le soldat ne sera plus que le spectateu
23 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
44le de la moindre défense effective contre un raid atomique par surprise. ⁂ Voici cependant l’état de l’opinion américaine, avert
24 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
45lante, le sang, les sèves ! Quant à l’évaporation atomique, eh bien, n’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et
25 1946, Combat, articles (1946–1950). Les cochons en uniforme ou le nouveau Déluge (23 mai 1946)
46éunis dans la baie de Bikini pour subir l’épreuve atomique auront leurs équipages complets. Mais ces équipages seront entièremen
26 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
47r le jour de la grande expérience d’une explosion atomique sous-marine. Ils jugent la bombe du type Nagasaki — celle qui fut lan
27 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
48ments, demandent pour leur Noël de petites bombes atomiques. Trois d’entre eux, à Brooklyn, viennent d’être blessés sérieusement,
28 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
49nis et la Russie ne s’entendent pas, si la guerre atomique éclate, il n’y a plus de problème de l’Europe, et d’une façon plus gé
29 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
50acre cette année au développement de la recherche atomique 5 milliards de dollars, tandis que le crédit correspondant en France
51aud, directeur de l’Institut français de physique atomique : « Dans le domaine de la physique, des résultats d’une incroyable po
52itiques et militaires. Cet exemple des recherches atomiques nous donne un inquiétant avertissement, il suggère que si la culture
53chaque budget national : problèmes des recherches atomiques, du cinéma, de la télévision, des intellectuels réfugiés, de la révis
30 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
54 un contrôle de l’homme. » ( Lettres sur la Bombe atomique .) Erreur sur le téléphone. L’esclavage du téléphone est un des clic
55vertes géniales d’Einstein aboutissent à la Bombe atomique. Malédiction sur l’invention ! Mais que veut-on dire ? Imagine-t-on q
56 « occasions de travail » ; et qu’enfin la guerre atomique peut tout compromettre dans l’œuf. Mais l’œuf est là, portant son ger
31 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
57ouve imposée à tous, du seul fait de la puissance atomique. Ce n’est donc pas l’amour qui triomphe de la haine, ni la raison des
32 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
58e de Wall Street », et l’influence des explosions atomiques sur le temps, menacent de toutes parts sa liberté, sa prospérité et s
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
59rprendre le comportement d’un méson dans le noyau atomique. Un même mouvement de la connaissance exploratrice actualise ces réal
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
60vertes géniales d’Einstein aboutissent à la Bombe atomique. Malédiction sur l’invention ! Mais que veut-on dire ? Imagine-t-on q
61ccasions de travail » 82  ; et qu’enfin la guerre atomique peut tout compromettre dans l’œuf. Mais l’œuf est là, portant son ger
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
62onséquences d’une théorie mathématique ? La Bombe atomique est sortie de E = mc2 . Fallait-il empêcher Einstein de faire connaît
63u simple fait qu’on marche, si c’est vers la mort atomique. Une seule chose m’apparaît irrépressible, en Occident, c’est la pass
36 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
64culs machiavéliques, au pacifisme ému par la peur atomique [p. 69] comme à la Realpolitik. Elle peut réussir. Mais elle signifie
37 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
65ier étant mis en commun, sans parler de l’énergie atomique, si les Français et les Allemands décidaient de se battre demain, ils
38 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
66grands empires unifiés et possédant des armements atomiques, les États-Unis et l’URSS, se partagent désormais la puissance politi
67tre, il devient évident, à l’époque des armements atomiques et de la technique en plein essor, qu’aucun de nos pays européens [p.
68ssi pour sa défense contre une éventuelle attaque atomique venant de l’Est. Mais la neutralité militaire de la Suisse l’a empêch
39 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
69s investissements à leur mesure. Il y a les armes atomiques, qui dominent la politique du siècle, et qui sont trop chères pour ch
70, notre technique, et finalement nos bombes dites atomiques. Il est très remarquable que le plus grand adversaire du christianism
71us de victimes dans notre histoire que les bombes atomiques larguées sur le Japon. Prenons un autre exemple, moins tragique, et t
40 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
72st Léonard Euler ; ou l’exploitation de l’énergie atomique, c’est Niels Bohr, c’est Einstein, c’est l’esprit des Européens, c’es
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
73r le fameux téléphone rouge déclenchant la guerre atomique ? Saint Chrysostome écrivait au ive siècle : Il y a deux raisons po
42 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
74 comme chacun que la seule annonce rend la guerre atomique soudain possible. Nous ne discuterons pas ses raisons, ni celles que
43 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
75 du désarmement, en faisant éclater trente bombes atomiques en deux mois. À Goa, l’Inde a perdu la face, en tant que champion de
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
76ins chère qu’en France ou en Italie). L’industrie atomique en revanche, est en retard dans ce pays, pour les raisons que l’on in
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
77et simples miracles ; que le monde est une jungle atomique, l’humanité dans sa très grande majorité une espèce animale désordonn
46 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
78on par la Bombe, et ce danger virtuel d’explosion atomique nous obsède et nous fascine au point de nous faire oublier le danger
47 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
79ne des girls avait lu un article sur l’automobile atomique dans un magazine du genre Look. C. s’écria que l’idée que nous mourro
80ptibles, ou désintégrations microscopiques. Bombe atomique de poche et à retardement, à craindre de près pendant presque un sièc
48 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
81 les ressources d’énergie des marées et d’énergie atomique ; enfin, le règlement du « problème agricole de l’Europe » étudié sou
49 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
82re fois les directeurs d’administration d’agences atomiques des six pays avec le concours de l’Unesco, pour créer un laboratoire
50 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
83re fois les directeurs d’administration d’agences atomiques de six pays avec le concours de l’Unesco pour créer un laboratoire eu
51 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
84nt venues s’implanter les plus importantes usines atomiques françaises. Parmi les quelque soixante personnalités participantes :
52 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
85aud, directeur de l’Institut français de Physique atomique. « Dans le domaine de la physique, écrit-il, des résultats d’une incr
86les sociétés modernes. — L’exemple des recherches atomiques nous donne un inquiétant avertissement. Il suggère que si la culture
53 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
87 victimes dans notre histoire que les deux engins atomiques largués sur le Japon. Prenons un autre exemple, moins tragique : l’es
88ines ? Avec des bâtons, des couteaux ? Les bombes atomiques ne seraient guère utilisables de nation à nation, en Europe : nous so
89e, et si l’on constate d’autre part que la menace atomique tient en mutuel respect les deux empires occidentaux de l’Est et de l
90accusation parce qu’elle aurait produit le danger atomique ou voudrait nous réduire à l’état de robots, la technique ne [p. 141]
54 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
91 amers, d’insultes vaines et finalement de bombes atomiques. Le Dialogue des Cultures doit servir, soyons francs, les intérêts co
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
92nt venues s’implanter les plus importantes usines atomiques françaises. Parmi les quelque soixante participants, professeurs et i
56 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
93ées 1946-1950 : l’exode des cerveaux, en physique atomique notamment. La conférence de Lausanne propose la création d’un Laborat
94 raison d’être principale. Toute nouvelle guerre, atomique, biologique ou chimique — cet ABC de la fin du genre humain — l’anéan
95le orwellien de politique-fiction, mais la guerre atomique intercontinentale préviendra ce cauchemar suprême en provoquant le su
57 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
96e veut pas aller irréversiblement vers une guerre atomique. Et pour cela, il ne faut pas de bazookas et de plastic. Il ne s’agit
58 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
97ouait récemment l’un des pionniers de la physique atomique, lors d’un débat public sur les centrales nucléaires. Rien de plus dé
59 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
98matérialiseront sous la forme de victimes de tirs atomiques « préventifs ». Dans un état du Monde où l’humanité se voit menacée 1
99ales nucléaires, et donc, à bref délai, de bombes atomiques, pose le problème de la survie du genre humain au-delà du xxe siècle
100st donc fatal, dans ces conditions, qu’une guerre atomique, même si aucun État ne la souhaite, éclate « par accident » avant la
101 stato-nationale, ni par suite, comment la guerre atomique pourrait être évitée. C’est en Europe et non ailleurs que les anticor
60 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
102et la guerre, et qui peuvent provoquer dans l’ère atomique la destruction de notre espèce. Ceux qui luttent contre la tuerie des
103st pas vrai. Nous pourrions nous passer de bombes atomiques et même de centrales nucléaires sans dommages, au contraire, pour le
104 et, sans doute, par cent millions avec l’énergie atomique. Et plus elle est puissante sur la Nature, moins l’homme connaît les
105e de 14-18 ; radar, cybernétique, fusées, énergie atomique et théorie des jeux dans la guerre de 39-45 ; expériences B et C dans
61 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
106ectement intéressées à l’extension de l’industrie atomique. Le citoyen, pour sa part, peut appliquer son bon sens à l’examen de
107ois qu’il est question de construire des stations atomiques près d’agglomérations urbaines. Qu’arrivera-t-il de si grave s’il en
108la responsabilité des exploitants d’installations atomiques ; au-delà de ce chiffre, les victimes sont indemnisées par l’État jus
109ccidents se sont déjà produits dans des centrales atomiques. Plus généralement, on a dénombré un millier d’accidents et d’inciden
110ts et d’incidents survenus dans des installations atomiques entre 1945 et 1963. (Il y a des raisons de penser que d’autres ont ét
111les huit ans. Un dernier déchet est le réacteur atomique lui-même, lorsqu’il aura terminé sa vie utile de vingt à trente ans.
112 futures surveillent soigneusement ces nécropoles atomiques ! 45 Qui croire ? Arrêtons-nous ici : 1973. En ce point du débat
113en 1973 un directeur au Commissariat de l’énergie atomique français (CEA). La même année, l’AEC américaine reconnaît cependant «
114 de presse de l’Association suisse pour l’énergie atomique. Une campagne de sondage pourra déjà commencer dans les prochaines se
115ulement, par le Commissariat français à l’énergie atomique, chargé de fournir les idées ; le tout étant présidé par un Belge. La
62 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
116oriales autour de Mururoa pour permettre des tirs atomiques, l’Islande étend sa zone maritime protégée pour permettre des pêches
63 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
117s de prendre pour but la construction d’un moteur atomique : jamais un moteur atomique n’a évoqué la moindre fée. Nous vous lais
118struction d’un moteur atomique : jamais un moteur atomique n’a évoqué la moindre fée. Nous vous laissons à vos enfantillages. »
119ons notre effort technique (maîtrise de l’énergie atomique) en laissant en friche le champ des passions (nationalisme, politique
120’emparent de la technique et provoquent la guerre atomique. Les destructions sont telles, et le choc psychologique de telle natu
121ation mondiale contrôlant effectivement les armes atomiques. La guerre devient impossible. Les frontières deviennent insensibles.
64 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
122ouait récemment l’un des pionniers de la physique atomique lors d’un vaste débat public sur les centrales nucléaires. Rien de pl
65 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
123e des doctrines de l’État souverain, cette guerre atomique, par exemple, qu’un gang peut déclencher avec quelques kilos de pluto
66 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
124accroître indéfiniment la puissance des armements atomiques des pays qui auront promis solennellement de ne jamais s’en servir. E
125plement continuent. Mais si l’on refuse la guerre atomique, il faut défaire et dépasser d’urgence nos États-nations criminels. I
67 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
126ystèmes justifiées par la préparation à la guerre atomique, ses plus fortes motivations à revendiquer les Régions. J’ai dit plus
68 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
127le radicalement déconcertant pour toute agression atomique ; — qu’elle met un terme à l’inflation des pouvoirs stato-nationaux ;
69 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
128tions centralisés ; centrales nucléaires ; guerre atomique. Une seule différence importante : le système inventé en Europe, a ét
70 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
129et des déserts, du danger nucléaire, de la guerre atomique qui risque d’éclater n’importe quand, ils ne disent pas « bof ». Ceux
71 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
130eures.) c) On a proposé comme parade les « forces atomiques de dissuasion » britannique et française. Réponse de la majorité des
131rité des auteurs et critiques militaires : l’arme atomique d’une nation européenne serait inutilisable : — contre un autre pays
132ressés, à savoir : un exemple vécu de désarmement atomique (à quoi d’ailleurs toutes les raisons du monde la poussent). [p. 148
72 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
133ry, ancien ministre, Haut-Commissaire à l’énergie atomique, Michel Debré, sénateur, membre du Mouvement européen, Jean Sarrailh,
134la croissance industrielle conduisant à la guerre atomique, exporté sous le nom de Progrès. Les vrais Européens d’aujourd’hui ne
73 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
135 qui soit assez grande pour déclencher une guerre atomique, mettant fin au genre humain. Ceci nous permet d’espérer.      7. Mon
74 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
136ple, on invente ce qui permet de faire des bombes atomiques. C’est très bien de faire des recherches scientifiques. J’ai été pass
137est parfaitement établi aujourd’hui qu’une guerre atomique, même localisée entre deux ou trois pays, et qui durerait un ou deux
138ontents comme ça, ne vont pas s’envoyer de bombes atomiques l’un sur l’autre. Cela arrange très bien leur économie de faire des d