1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
1pourtant s’indignent de voir la morale actuelle s’attaquer, voyez-vous ça, à la famille, « cette cellule sociale ». Et je les tr
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
2à ses jugements. C’est pourquoi l’on ne peut plus attaquer un fonctionnaire dans ses activités publiques sans que des personnes
3t vous dire : « Mais Monsieur, M. Machin que vous attaquez est pourtant un très brave homme, il fait partie du conseil de la par
4u conseil de la paroisse, et… » — Il semble qu’en attaquant ses idées et leurs réalisations on ait porté atteinte à la dignité mo
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
5se, c’est-à-dire qu’ils font pire que ceux qu’ils attaquent. Cela commence à se savoir. Ils promettent du pain, et croient ainsi
4 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
6 loin de renier leur foi se fondent sur elle pour attaquer le régime. L’exemple de l’Allemagne est pour le moment le plus frappa
5 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
7as encore faire révolution. Ce n’est pas encore s’attaquer aux racines vives du désordre. La seule rupture véritable, efficace,
6 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
8n exige que ce soit de bon cœur. Je me défends en attaquant. Je préfère porter cette guerre qu’on me fait sur le territoire ennem
7 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
9u marxisme, d’en parler en public, surtout pour l’attaquer, si l’on n’a pas témoigné auparavant de son dégoût pour toutes les fo
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
10se, c’est-à-dire qu’ils font pire que ceux qu’ils attaquent 52 . Cela commence à se savoir. Ils promettent du pain, et croient ai
9 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
11nte et lucide. Les uns ignorent ce qu’ils veulent attaquer, les autres hésitent à défendre un pouvoir qui déjà n’ose plus comman
10 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
12ouvoir. Renverser l’un, c’était donc fatalement s’attaquer à l’autre. Et le chef de la révolution triomphante, dans chacun de ce
11 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
13rdre nouveau [p. 243] affirment la nécessité de s’attaquer au problème de l’homme même dans la civilisation mécanique. Ainsi, po
14ique du terme : c’est aux racines du mal qu’ils s’attaquent. D’où leur force d’entraînement lente et profonde, dont les effets se
12 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
15 « d’adhérer » à quelque anti-fascisme, mais de s’attaquer à la forme [p. 263] de pensée d’où vont nécessairement sortir le fasc
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
16épondent au vœu que j’ai tenté de formuler. Ils s’attaquent à cette « transmutation des valeurs » que tout le monde sent nécessai
17t nullement à l’Évangile. Le « christianisme » qu’attaquait Nietzsche, c’est, en réalité, la morale bourgeoise. Scheler le démont
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
18lic s’écarta, effrayé. Lorsqu’en 1854 il se mit à attaquer de front, avec une extrême violence, le christianisme officiel et les
15 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
19me, qui n’est pas conforme à leur doctrine. Ils l’attaquent violemment : « Enterrez-le ! Enterrez Kagawa ! » proclame le parti co
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
20 c’est pourquoi elle parle mal. Or ceux qui l’ont attaquée jusqu’ici n’ont rien fait d’autre, ou n’ont rien fait de mieux. Ils o
17 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
21oderne. Nous avons eu le tort, souvent, [p. 67] d’attaquer des erreurs auxquelles bien des fidèles tiennent aussi peu qu’aux vér
18 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
22uestion qu’on vous pose, cessez de vous défendre, attaquez. On vous dit : « Qu’est-ce que la personne ? » Répondez : « Que sont
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
23t habile. Mais il faudrait dire beaucoup plus, et attaquer plus franchement nos désordres dans leurs racines spirituelles, il fa
24 du bas de laine. Mais on ne se défend bien qu’en attaquant. Les discours de Doumergue sont à nos yeux les plus claires déclarati
20 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
25alvin c . La seconde, c’est que M. Goguel, loin d’attaquer les dogmes, ne démolit que les preuves matérielles dont l’esprit huma
21 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
26 pas mieux que lui à cet égard, gardons-nous de l’attaquer ! Le socialisme proteste contre les conditions actuelles du travail ;
27ons dû faire dans la foi. — Mais si l’on refuse d’attaquer le socialisme, faudra-t-il accepter aussitôt le fameux trait d’union
28int une théorie économique passagère. On a tort d’attaquer uniquement le prétendu matérialisme socialiste, comme si le christian
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
29lérer d’opposition. Or on ne se défend bien qu’en attaquant. Le seul désir de durer impose donc à une dictature trois grandes tâc
23 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
30rcice effectif. « Mais quoi ! dit-on, ce que vous attaquez, c’est simplement le pédantisme. La scolastique n’est pas une inventi
31rté. Mais qu’une doctrine de l’État en vienne à s’attaquer aux seuls biens qu’il connaisse, je pense [p. 185] qu’il a le droit d
24 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
32Nous vivons d’elles, même et surtout lorsqu’elles attaquent nos habitudes les plus chères. Je dis que la mission de la culture es
33ul instant confondre la vérité et le succès. Je n’attaquerai pas d’ailleurs cette permanence en soi, ni la bêtise humaine en génér
25 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
34t fait, pour la culture, en se donnant l’air de l’attaquer, plus que ne font les défenseurs d’une intelligence sans prises, d’un
35igines et ses fins. Voici le temps où l’homme est attaqué par des puissances qui veulent son abdication [p. 168] totale, — ou s
26 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
36iques étrangères. Oui, mais on ne se défend qu’en attaquant. Sachons gré à ce livre de poser enfin les questions que la France se
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
37d’ici… quelqu’un — je ne veux pas le nommer, je n’attaquerai personne, moi ! — il y a, dis-je, quelqu’un qui a osé prétendre que j
38outes, les religions, sauf quand elles viennent m’attaquer dans mon activité professionnelle, que je considère comme sacrée ! »
39 assure qu’un communiste, par exemple, les aurait attaqués plus brutalement, sans aucune précaution oratoire. Pourquoi ne pas sa
40 du continent et aux limites de l’humanité. Ils n’attaquent plus, ils se cramponnent. Ce ne sont pas des colons, des défricheurs,
28 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
41d’ici… quelqu’un — je ne veux pas le nommer, je n’attaquerai personne, moi ! — il y a, dis-je, quelqu’un qui a osé prétendre que j
42outes, les religions, sauf quand elles viennent m’attaquer dans mon activité professionnelle, que je considère comme sacrée ! »
43 assure qu’un communiste, par exemple, les aurait attaqués plus brutalement sans aucune précaution oratoire. Pourquoi ne pas sai
44 du continent et aux limites de l’humanité. Ils n’attaquent plus, ils se cramponnent. Ce ne sont pas des colons, des défricheurs,
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
45arce qu’elles lui paraissaient peu littéraires, s’attaquant en effet plutôt au fondement de toute littérature… Célibataire qui ne
30 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
46une « guerre juste », puisqu’elle est incapable d’attaquer. Elle ne joue que le rôle d’une garde, et par là même, elle est confo
31 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
47iques et psychologiques. En particulier, il s’est attaqué aux « réserves seigneuriales » 66 pour les faire valoir par le moyen
32 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
48a été plus malin, il a rassuré les bourgeois en n’attaquant pas tout de suite la religion… » Tout d’un coup il se lève de son tab
33 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
49le est d’origine raciale étrangère. Ce qu’il faut attaquer dans le christianisme : les obscènes contes juifs, le dogme du péché
34 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
50e croire, mais je demande : Parmi ceux-là qui les attaquent, n’y aurait-il par hasard que des chrétiens ? Quand on me dit que les
51iraient-ils protéger en Espagne une Église qu’ils attaquent chez eux ? Et quand on me dit, d’un autre côté cette fois : Vous voye
35 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
52ne exigence d’amour actif. ⁂ Je n’entends pas ici attaquer la passion : je me borne à la décrire et à la « réciter » comme dit M
53des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les plus intimes et les plus solidement
36 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
54Et comment échapper au démon que l’on fixe ? Pour attaquer la passion dans l’amour, il faudrait développer une violence spiritue
37 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
55e Lawrence parmi les premiers de ceux qui se sont attaqués à la fausse passion) et la réponse de Rougemont. La voici : Au sujet
38 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
56s « d’adhérer » à quelque antifascisme, mais de s’attaquer à la forme de pensée d’où vont nécessairement sortir le fascisme et l
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
57de l’instinct destructeur : car la religion, en l’attaquant, l’exaspérait. Les chroniqueurs, les sermons et les satires de ce siè
58iale de ce qui fut un secret religieux… Il faut s’attaquer à tout cela, fût-ce [p. 26] même pour sauver le mythe des abus de son
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
59antipodes du Dante, mais aussi des rhéteurs qu’il attaquait. Le « secret » dont je parlais plus haut s’est volatilisé : il ne jou
60forme sacrée. C’est à ces vestiges de rites que s’attaqua le romantisme. D’où la violente exaltation, dès la fin du xviiie siè
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
61ne exigence d’amour actif. ⁂ Je n’entends pas ici attaquer la passion : je me borne à la décrire et à la « réciter » comme dit M
62des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les plus intimes et les plus solidement
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
63er au démon que l’on fixe d’un œil fasciné ? Pour attaquer la passion dans l’amour il [p. 323] faudrait développer une violence
43 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
64tefois, c’est bien comme « historien » que vous m’attaquez, et certes je ne fais pas de ce mot une injure, mais simplement je co
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
65ouvoir. Renverser l’un, c’était donc fatalement s’attaquer à l’autre. Et le chef de la révolution triomphante dans chacun de ces
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
66ur nous défendre, c’est en nous qu’il s’agit de l’attaquer, et avant tout, de la reconnaître 14 . Défendre la culture contre ell
67ndre la culture contre elle-même et contre nous ; attaquer ses ennemis en nous ; voilà la vraie bataille dont j’entends vous par
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
68une « guerre juste », puisqu’elle est incapable d’attaquer. Elle ne joue que le rôle d’une garde, et par là même, elle est confo
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
69ques — ne serviront de rien, au jour choisi par l’attaquant, parce que, des centres vitaux du pays, les ordres seront déjà donnés
70ns la sauvegarder, car on ne se défend bien qu’en attaquant. Mais d’autre part on ne saurait attaquer avec succès que si l’on est
71 qu’en attaquant. Mais d’autre part on ne saurait attaquer avec succès que si l’on est sûr de ses armes, et solidement appuyé pa
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
72el, voire une exigence, qui nous fait un devoir d’attaquer au niveau des idées et des doctrines. Mais afin de nous mettre en mes
73tinct contrecarré devient conscience ; la coutume attaquée devient programme ; la pratique remise en question par une propagande
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
74e condamner ouvertement des régimes étrangers qui attaquent ouvertement le nôtre. Et qu’on ne vienne pas me dire qu’une pareille
50 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
75ur nous défendre, c’est en nous qu’il s’agit de l’attaquer, et avant tout, de la reconnaître. Disharmonies et impuissance de l
51 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
76ait se promener dans la rue sans se voir aussitôt attaquée par les oiseaux. Depuis des mois elle en était réduite à ne sortir qu
77le jardin, conclut Jung, « eh bien… les oiseaux l’attaquaient ! » p. 27 2. Dans son livre De Praestigiis Daemonium publié en
52 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
78ec un bourdonnement sinistre, et ces oiseaux nous attaquaient ! Les hommes discutaient à coup de bombes, qui ne prouvaient rien de
79 ce qui sert le peuple allemand. » Ce n’est pas d’attaquer les Églises, mais c’est de le faire en nationalisant la Providence, e
80 animaux domestiques se révoltaient soudain, nous attaquaient, exigeaient que nous les adorions : leur révolte serait notre carence
53 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
81ent. Mais cette proposition ébranle le monde. Car attaquer au [p. 158] plus intime de l’être le sens de l’alliance jurée, c’est
82se est trop faible. Quand les romanciers attardés attaquent encore ses étroitesses, c’est au contraire son relâchement qui la [p.
54 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
83 Diable pourrait nous asservir. La solution est d’attaquer le tyran — puisqu’il nous attaque — avec des tanks, des avions, de la
84et une discipline de fer, — et en même temps de l’attaquer avec un nouvel idéal. Car ainsi nous ne serons pas annexés par l’exté
55 1942, La Vie protestante, articles (1938–1978). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
85ésister ne suffit pas, on ne se défend bien qu’en attaquant, c’est-à-dire en prenant l’initiative. Ici, la perspective qui s’offr
56 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
86ic s’écarta, effrayé. Lorsqu’en 1854, il se mit à attaquer de front, avec une extrême violence, le christianisme officiel et les
57 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
87ve, Ramuz ait fait pour la culture, en [p. 185] l’attaquant, plus que n’ont fait les défenseurs d’une intelligence sans prises, d
88igines et ses fins. Voici le temps où l’homme est attaqué par des puissances qui veulent son abdication totale, — ou sa révolte
58 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
89osphère. Que peut faire l’infanterie américaine ? Attaquer ? Où et quand ? Se défendre ? Contre qui ? On dit : « C’est toujours
90es encore radioactives. De même, si la Russie est attaquée par l’Amérique, ou encore si l’une des deux attaque l’Europe. Calcule
59 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
91la démocratie, que plus personne qui compte n’ose attaquer, et dont toutes les puissances dignes du nom se réclament aujourd’hui
60 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
92s. Traversée de l’île en auto, sous un soleil qui attaquait en piqué. Pendant un kilomètre, il pleut des cordes, et puis cela ces
61 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
93t : « Pas la peine, c’est la guerre. Les Japonais attaquent à Pearl Harbour. Nous venons de l’entendre à la radio. » Une fois de
62 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
94r passage — c’est-à-dire jamais — et « capables d’attaquer n’importe quel point de la planète » en partant des États-Unis. On an
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
95osphère. Que peut faite l’infanterie américaine ? Attaquer ? Où et quand ? Se défendre ? Contre qui ? On dit : « C’est toujours
96es encore radioactives. De même, si la Russie est attaquée par l’Amérique, ou encore si l’une des deux attaque l’Europe. Calcule
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
97la démocratie, que plus personne qui compte n’ose attaquer, et dont toutes les puissances dignes du nom se réclament aujourd’hui
65 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
98ouvoir. Renverser l’un, c’était donc fatalement s’attaquer à l’autre. Et comme une révolution copie toujours la structure du pou
66 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
99sses. Que se passera-t-il ? Seuls, ils ne peuvent attaquer la France. Même forts, même réarmés, même n’ayant rien appris, et jus
67 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
100s « d’adhérer » à quelque antifascisme, mais de s’attaquer à la forme de pensée d’où vont nécessairement sortir le fascisme et l
68 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
101nu l’état minoritaire des chrétiens ; qu’il les a attaqués de front au nom des principes non chrétiens (comme le nationalisme) q
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
102du par ceux-là mêmes dont la fonction serait de l’attaquer, d’où qu’il vienne. Mais ces lâchetés intellectuelles se parent des n
103 la bonne foi ou de la véracité, on prend l’air d’attaquer la cause des prolétaires, et tout essai de critique libre se voit tax
104se défendait, mais aussi d’un espoir exigeant qui attaquait, est en train [p. 17] d’avorter sous nos yeux, et pas un résistant ne
70 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
105tinct contrecarré devient conscience ; la coutume attaquée devient programme ; la pratique remise en question par une propagande
71 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
106de pires, pour arrêter l’élan vers notre union. N’attaquez pas les souverainetés, dépassez-les ! Refaites-en une à l’échelle de
72 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
107tyle même d’un écrivain ou d’un peintre peut être attaqué par les fonctionnaires de l’État et qualifié de sabotage. La censure
108lors que c’est l’ensemble de l’Europe qui se voit attaqué par les propagandes que l’on sait. La nécessité se fait donc sentir d
73 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
109de pires, pour arrêter l’élan vers notre union. N’attaquez pas les souverainetés, dépassez-les ! Refaites-en une à l’échelle de
74 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
110 un seul de ces droits que les dictatures n’aient attaqué ou supprimé, n’aient déclaré antisocial ou criminel. Il n’en est pas
75 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
111 un seul de ces droits que les dictatures n’aient attaqué ou supprimé, n’aient déclaré antisocial ou criminel. Il n’en est pas
76 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
112occupera d’abord du berger, ou bien que le berger attaquera le loup : cela gagnera du temps pour l’agneau, qui se sent encore tro
77 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
113 donner aux autres contre ceux qui les voudraient attaquer à tort. Après que l’on a établi l’équité de la cause et l’outrage reç
114pereur, inquiet des progrès de la Réforme, voulut attaquer Zurich avec l’aide des cantons du centre, demeurés catholiques, Zwing
78 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
115a Suisse primitive, et d’ailleurs continuellement attaqué par les Schwyzois. Or c’est précisément à Einsiedeln que Zwingli, jeu
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
116e public s’écarta, effrayé. Et, lorsqu’en 1854 il attaqua de front le christianisme officiel et les évêques, qui avaient loué s
80 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
117ionalisme — appuyé par les communistes — que vous attaquez aujourd’hui ceux qui veulent mettre fin à la cause de ces maux, ceux
118de coopération sans douleur, tout en se gardant d’attaquer de front les préjugés nationalistes et de mentionner les sacrifices i
81 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
119 vu que l’Europe s’unirait d’autant mieux qu’il s’attaquerait de front à son union ; qu’elle venait de remporter une victoire dans
82 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
120t plus facile de tourner les obstacles que de les attaquer là où ils sont : dans les routines de l’esprit nationaliste, autant e
83 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
121e l’on a comparée très justement au shintoïsme, n’attaquera même pas le christianisme, elle se contentera de l’annexer dans les o
84 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
122esprit de l’homme entre en jeu, ce n’est pas pour attaquer cette Nature animée d’intentions qui sont loin d’être toutes malveill
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
123». Que penserait-on d’un Nazi d’aujourd’hui qui n’attaquerait Hitler que pour avoir pendu de « bons Allemands » après le 20 juillet
124he, n’est pas tenu de croire que les hommes qui l’attaquent sont payés par Moscou, pour si peu. N’étant pas marxiste-léniniste, l
125laudit ses pièces bien qu’il n’ait pas cessé de l’attaquer, et qu’il n’a nul besoin de l’argent du communisme, qu’il défend sans
86 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
126 ? Et où finit-elle dans l’espace ? B. Ceux qui l’attaquent savent assez ce qu’elle est. A. L’Albanie musulmane en ferait-elle pa
87 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
127es canons russes, tandis que les troupes mongoles attaquaient le bâtiment de la dernière radio libre à Budapest, une voix forte cri
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
128e l’on a comparée très justement au shintoïsme, n’attaquera même pas le christianisme, elle se contentera de l’annexer dans les o
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
129esprit de l’homme entre en jeu, ce n’est pas pour attaquer cette Nature animée d’intentions qui sont loin d’être toutes malveill
90 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
130 range automatiquement aux côtés de celui qui est attaqué. Ceci produit l’arrêt du jeu entre les Trois (paix occidentale) ou l’
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
131e sans réserve ce que ces dictateurs prétendaient attaquer. Mais une erreur ne se trouve pas justifiée parce que des criminels l
92 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
132aincu tout le monde sauf les intellectuels, qui l’attaquent ce matin sur tous les tons. Direct, adroit, bonhomme, ému quand il le
133ues, est d’autant plus frappante que ceux qui les attaquent sont des clercs patentés dont on pourrait penser que la première maxi
93 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
134individu s’écarte de son groupe natal, ou le voit attaqué et spolié. Comme la conscience, il naît d’une perte, subie ou seuleme
94 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
135ux qui n’y croient plus, mais qu’on n’oserait pas attaquer si elles étaient mortellement menacées. Ainsi parle le Duc dans Mesur
136livrant à des fatalités imaginaires. Mais avant d’attaquer ce problème, pour se qualifier à le faire, voici l’épreuve élémentair
95 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
137ir mal parlé des commissaires. Mais Pasternak les attaquait pour avoir trahi le peuple russe. Si maintenant il les approuve afin
96 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
138le libéralisme du xixe siècle, c’est ce que Marx attaquait et méprisait le plus. Quant au point de vue américain — non pas celui
97 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
139ce des libertés de l’esprit partout où elles sont attaquées, une certaine force de frappe, de protestation efficace. Mais aussi,
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
140d partageaient malgré tout avec la société qu’ils attaquaient un système de pensée et certains préjugés qui devaient à leur tour le
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
141xalté bien au-dessus du Créateur biblique, Jahvé. Attaqués sans relâche dans leurs doctrines par les Pères de l’Église primitive
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
142ir mal parlé des commissaires. Mais Pasternak les attaquait pour avoir trahi le peuple russe. Si maintenant il les approuve afin