1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1, ou de « prodigieux stupéfiant », tandis que « l’attrait du christianisme est dans l’inquiétude qu’il nous inflige ». « Ils me
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
2he. La donnée initiale est bien la même : c’est l’attrait d’une vision qui transcende la vie médiocre. Rimbaud s’y lance avec l
3 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
3e me rends à son ordre. 2. On comprend dès lors l’attrait que le thomisme a exercé à un moment donné sur la pensée protestante.
4 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
4lque chose de moins sublime, et qui ressemble à l’attrait qu’exerçait certain garde-chasse sur Lady Chatterley… Mais faut-il be
5 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
5 lecteurs non spécialisés une découverte pleine d’attraits : nous étions loin de nous douter de la « modernité » aiguë des probl
6 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
6nséquence en fut l’extravagante idéalisation de l’attrait sexuel, sa transformation en passion. Et c’est de là que nous vient,
7-train des liens légitimes où la femme perd son « attrait » parce qu’il n’est plus d’obstacles entre elle et lui. Pitoyables vi
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
8le secret de la crise du mariage est simplement l’attrait de l’interdit, d’où nous vient ce goût du malheur ? Quelle idée de l’
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
9e nous : c’est une inspiration tout étrangère, un attrait qui agit du dehors, un emportement, un rapt indéfini de la raison et
10e quelque chose de tout étranger aux rythmes de l’attrait sexuel : un désir qui ne retombe plus, que plus rien ne peut satisfai
11is symbole équivoque puisqu’il tend à confondre l’attrait du sexe et le Désir sans fin. L’Essylt des légendes sacrées, « objet
12l’aspiration vers la lumière prend pour symbole l’attrait nocturne des sexes. Le grand Jour incréé, aux yeux de la chair, n’est
13ndamnaient aussi la création, et en particulier l’attrait des sexes, mais déduisaient de cette condamnation une morale étrangem
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
14 à Dieu dans le langage des affections humaines : attrait sexuel, faim et soif, volonté. Exaltation en termes humains de l’amou
15enir ce raisonnement : « Amour désigne pour moi l’attrait sexuel — or sainte Thérèse parle sans cesse d’amour — donc cette myst
16e dogmatique manichéenne y compose des symboles d’attrait sexuel. Mais peu à peu, cette rhétorique se détachant de la religion
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17ublimation » d’un pauvre secret du plein jour : l’attrait des sexes, la loi toute animale des corps — ce qu’il faut à la sociét
18 la négation du monde créé, l’identification de l’attrait sexuel avec le vouloir-vivre obscurcissant la connaissance, toute cet
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
19-train des liens légitimes où la femme perd son « attrait », parce qu’il n’est plus d’obstacles entre elle et lui. Pitoyables v
12 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
20 croire personnellement à ce qu’on affirme. 15. L’attrait du parti n’est qu’en apparence l’attrait de la plus grande puissance 
21e. 15. L’attrait du parti n’est qu’en apparence l’attrait de la plus grande puissance ; en réalité, il est la fuite devant la v
13 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
22uissance. Et il est vrai que celui qui cède à cet attrait superficiel que presque toutes les jolies femmes peuvent exercer sur
14 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
23he. La donnée initiale est bien la même : c’est l’attrait d’une vision qui transcende la vie médiocre. Rimbaud s’y lance avec l
15 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
24nt Radio-City, cinéma gigantesque dont [p. 115] l’attrait principal consiste dans les variétés que l’on y donne entre deux film
16 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
25uissance. Et il est vrai que celui qui cède à cet attrait superficiel que presque toutes les jolies femmes peuvent exercer sur
17 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
26motifs apparemment contradictoires : la peur et l’attrait combinés. Il est clair qu’une partie sans cesse croissante de l’intel
27ès souvent ne leur doit rien.) Quant aux motifs d’attrait, ce sont parfois les mêmes, plus chez beaucoup l’idée que là-bas, la
18 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
28motifs apparemment contradictoires : la peur et l’attrait combinés. Il est clair qu’une partie sans cesse croissante de l’intel
29ès souvent ne leur doit rien.) Quant aux motifs d’attrait, ce sont parfois les mêmes, plus chez beaucoup l’idée que là-bas, la
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
30et d’une fin du monde imminente fut d’un puissant attrait pour les esclaves de Rome, ainsi voit-on de nos jours le message comm
20 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
31’est qu’ils cèdent au mirage du « Grand Un », à l’attrait du « Gentil Seigneur » auquel on offre « amour et foi en échange de s
21 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
32cle nécessaire, la distance nécessaire pour que l’attrait mutuel, au lieu de s’apaiser ou de s’épuiser par la satisfaction des
33seul exemple qu’en trouve le héros est celui de l’attrait « mortel » pour une nymphet. Une autre fois, parlant encore avec sa s
34irconstances les plus banales de l’amour : dans l’attrait lié à tout changement, à tout travesti, comme dans l’importance de l’
22 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
35cle nécessaire, la distance nécessaire pour que l’attrait mutuel, au lieu de s’apaiser ou de s’épuiser par la satisfaction des
36seul exemple qu’en trouve le héros est celui de l’attrait « mortel » pour une nymphet. Une autre fois, parlant encore avec sa s
37irconstances les plus banales de l’amour : dans l’attrait lié à tout changement, à tout travesti, comme dans l’importance de l’
23 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
38uissance. Et il est vrai que celui qui cède à cet attrait superficiel que presque toutes les jolies femmes peuvent exercer sur
24 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
39ux). L’amour même est évacué. Il n’est plus que l’attrait des sexes agissant fatalement sur des milliards d’agrégats éphémères,
25 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
40me le vide. L’amour a créé le vide en déployant l’attrait, que l’on nomme énergie ou désir, selon l’ordre physique ou animique.
26 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
41ux.) L’amour même est évacué. Il n’est plus que l’attrait des sexes agissant fatalement sur des milliards d’agrégats éphémères,
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
42 Le goût du juste milieu, le sens du compromis, l’attrait de la moyenne et son revers qui est la peur de différer, le conformis
28 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
43 Le goût du juste milieu, le sens du compromis, l’attrait de la moyenne et son revers qui est la peur de différer, le conformis
29 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
44me évincé, et ses organisations démantelées par l’attrait que le « congrès de Churchill » ne manquerait pas d’exercer sur beauc
30 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
45ent à nous, déclenchant le mouvement inverse, par attrait. La considération envoûtante du but dicte ainsi les moyens de l’attei
46 et du chemin, quand je m’abandonne à l’élan, à l’attrait advienne que pourra, comme dans un saut… Dans ces moments, le But a d
31 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
47les formes, si imparfaites soient-elles, révèle l’attrait de la perfection. » Aux belles analyses de Spoerri, je voudrais ajout
32 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
48ut, mais encore d’éprouver pour lui cette sorte d’attrait qui peut tourner en haine. Personnification du mal [p. 238] que je ré
49es visions instantanées du But ultime, cause de l’Attrait universel. L’irréductible part du Diable est en fin de compte celle d
50l’entropie jusqu’à l’évanouissement final de tout attrait. Mais le Dieu que l’on prie en vérité est celui qui s’est fait conna