1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1ent, des chiens « qui vous faufilent des douceurs au bas des jambes », jusqu’à ces chats qui griffent et lèchent alternativeme
2 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
2ttant des phares sans reflet sur le macadam. Tout au bas, tout au fond de l’ombre, dans la pierre et dans les vestiges d’une c
3 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
3ttant des phares sans reflet sur le macadam. Tout au bas, tout au fond de l’ombre, dans la pierre et dans les vestiges d’une c
4 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
4ujours éclairées par le même soleil rouge sortant au bas des nuages et rasant la forêt de ses derniers rayons. C’est cette ima
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
5ujours éclairées par le même soleil rouge sortant au bas des nuages et rasant la forêt de ses derniers rayons. C’est cette ima
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
6ie, à cette sanguinaire haine de nation à nation, au bas préjugé, à ce bonheur étranger qu’on veut assurer au détriment du nôt