1 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
1t politique J’ai, pour la politique, une espèce d’aversion naturelle. L’aveu paraîtra maladroit au seuil du livre que voici. Mai
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
2s’il n’eût pas été le sien : son cœur ne prend en aversion que le bonheur qu’il est contraint d’avoir. Le lui eût-on refusé, il
3 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
3soin d’amour « délivré des contre-courants et des aversions sociales et sexuelles » : Il rêvait d’une femme absolument inaccessi
4ui avaient comporté dès le début une bonne dose d’aversion pour la société… Et Musil, dans une note pour l’un des chapitres non
5 du monde les unissait. Tous deux avaient la même aversion pour tout ce que l’homme contemporain a de fatalement typique, pour s
4 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
6soin d’amour « délivré des contre-courants et des aversions sociales et sexuelles » : Il rêvait d’une femme absolument inaccessi
7ui avaient comporté dès le début une bonne dose d’aversion pour la société… » Et Musil, dans une note pour l’un des chapitres no
8 du monde les unissait. Tous deux avaient la même aversion pour tout ce que l’homme contemporain a de fatalement typique, pour s
5 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
9ait devait professer, tel gnostique a déclaré son aversion pour l’amour et ses suites, tel éloge de la chasteté est conforme à l
6 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
10extraits : J’ai, pour la politique, une espèce d’aversion naturelle. L’aveu paraîtra maladroit au seuil du livre que voici. Mai