1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1tingué, qui se fit avec beaucoup d’intelligence l’avocat du diable, en montrant que tous les faits religieux admettent à côté
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
2lle n’avait compté jusqu’alors que d’authentiques avocats et un chapelier dont tous s’accordaient à dire qu’il ne péchait que p
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3 à mort et à l’éternité. Le Diable avait pris des avocats dont les plaidoyers, tissus des mensonges les plus beaux et des plus
4 et au Diable un anathème sanglant. Louis Aragon, avocat de l’infini, annonce l’entrée de l’éternelle anarchiste, la Poésie.  
4 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
5 ses fins, jugerait de tels cas sommairement sans avocats ni simulacres d’aucune sorte. Qui trompe-t-on ici ? Les « grands prin
5 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
6ette instance suprême qu’on n’atteint jamais, ces avocats qui parlent comme des prêtres, et qui sont de mèche avec la [p. 869]
6 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
7 professeurs, médecins, commerçants, industriels, avocats, employés, rentiers plus ou moins ruinés : il me faut bien reconnaîtr
8gaffe ?   Parents et enfants. — Déjeuner chez un avocat. Madame se plaint : « Il n’y a plus de vie de famille possible, avec
9haite bonne chance ! 25 janvier 1936 Anas. — L’avocat me questionnait sur la politique extérieure de la France. Le pacte av
7 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
10professeurs, les industriels, les financiers, les avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis de la sorte au
8 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
11ondamne à mort, sans recours, malgré l’appui d’un avocat marron, sorte de prêtre, qui prétend connaître le Juge et n’est pas m
9 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
12a vente des parfums, sur l’activité de millions d’avocats et de médecins, sur les magazines illustrés, sur tous les commerces d
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
13complicité qui, dans le Procès, lie les juges aux avocats et aux prévenus, est un trait caractéristique du rêve d’angoisse. Mai
14s se taire équivaut ici à une complicité avec les avocats marrons et les juges négligents du Procès, avec tous ceux qui se refu
15 à saisir la moindre invite du mystère. Voici les avocats marrons qui disent connaître les secrets de la Justice. Ils n’inspire
16K. s’était vu condamné par la Justice, faute d’un avocat venu d’en haut. Dans le Château, K. va se résigner à vivre, malgré to
11 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
17 cent îles. L’aînée des filles vient d’épouser un avocat socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rê
12 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
18 cent îles. L’aînée des filles vient d’épouser un avocat socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rê
13 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
19professeurs, les industriels, les financiers, les avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis de la sorte au
14 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
20dollars, prix du voyage de Reno, du séjour et des avocats. L’hygiène morale de l’Amérique ne tolère pas dans un foyer les miasm
15 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
21eur pays, les Américains recommandent : prenez un avocat, un docteur, un dentiste, un compte en banque et une police d’assuran
22e son autonomie : un job, un compte en banque, un avocat, un coiffeur, des amis « à elle ». Elle s’adaptera plus vite et mieux
16 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
23quitté peu après la Suisse pour les États-Unis, l’avocat se croit dès lors fondé à assimiler sa situation à celle de son clien
24emins opposés, le départ est le même », affirme l’avocat qui cite longuement les passages où Denis de Rongement relate son act
25are : où il est question de Denis de Rougemont L’avocat fait ensuite un parallèle entre l’attitude de son client et celle de
26ombine deux absurdités. 1. Si l’on admet avec cet avocat que j’ai vraiment agi comme son client, l’alternative est la suivante
27ussi, la plaidoirie devient un réquisitoire, et l’avocat fait une drôle de figure. Ou bien il faut acquitter Oltramare, mais a
28noncer, tout ce discours retombe à plat, et notre avocat perd la face. [p. 328] 2. Mais où est l’homme sain d’esprit qui peut
29, hors de Suisse, sur la politique. Soit. Mais un avocat qui veut s’en tenir à la seule ressemblance des mots tombe dans le ca
30. La seule question sérieuse qui se posait, notre avocat s’est bien gardé de la formuler : c’est celle du contenu des émission
31 Oltramare, on s’est borné à le punir un peu. Son avocat garde le droit de me dénoncer pour avoir combattu l’hitlérisme, et Ar
17 1947, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)
32ombine deux absurdités. 1. Si l’on admet avec cet avocat que j’ai vraiment agi comme son client, l’alternative est la suivante
33ussi, la plaidoirie devient un réquisitoire, et l’avocat fait une drôle de figure. Ou bien il faut acquitter Oltramare, mais a
34noncer, tout ce discours retombe à plat, et notre avocat perd la face. 2. Mais où est l’homme sain d’esprit qui peut admettre
35, hors de Suisse, sur la politique. Soit. Mais un avocat qui veut s’en tenir à la seule ressemblance des mots tombe dans le ca
36. La seule question sérieuse qui se posait, notre avocat s’est bien gardé de la formuler, c’est celle du contenu des émissions
37 Oltramare, on s’est borné à le punir un peu. Son avocat garde le droit de me dénoncer pour avoir combattu l’hitlérisme, et Ar
18 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
38s lesquels Pellegrino Rossi 15 , le plus brillant avocat de la Fédération, critiquait la situation créée par le Pacte de 1815.
19 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
39d’invalidité. Elles procurent à leurs membres des avocats et des médecins, des conférences instructives et des publications, de
20 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
40nt « un salaire égal à travail égal ». Seules les avocates et doctoresses l’obtiennent, mais non les employées et ouvrières. L
21 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
41it ainsi d’un jeune garçon qu’il a une vocation d’avocat, ou de poète ; c’est qu’il aime à discuter ou qu’il tient des propos
22 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
42it ainsi d’un jeune garçon qu’il a une vocation d’avocat, ou de poète ; c’est qu’il aime à discuter ou qu’il tient des propos
23 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
43édecin psychiatre, non comme prêtre, et non comme avocat, et encore moins comme juge, mais simplement parce qu’il connaît le s
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
44dre un peu de son relief à la figure étrange de l’avocat normand que l’historien français Charles Langlois caractérisait comme
45erre Du Bois exerçant à Coutances les fonctions d’avocat des causes royales. Déjà, sans doute, avant cette époque, il était en
46ison de France ; on ne peut supposer qu’un obscur avocat de province, sans rapports avec la cour, fût si bien renseigné… La pe
47éressant de noter que le pape est désigné par cet avocat de l’État national pour être le juge suprême dans les litiges des pri
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
48nt ne pas voir, en même temps, qu’en se faisant l’avocat d’une cristallisation des frontières et d’une sorte de « nationalisat
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
49e la diviniser comme J. de Maistre : il se fait l’avocat d’un équilibre difficile, précieux et toujours menacé, entre l’idéal
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
50se de celui du Marché commun que Fichte se fait l’avocat : Toute la monnaie mondiale se trouvant dans les mains des citoyens,
28 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
51édecin psychiatre, non comme prêtre, et non comme avocat, et encore moins comme juge, mais simplement parce qu’il connaît le s
29 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
52omparative, dont un Marc-Antoine Jullien se fit l’avocat voici un siècle, pourra nous y aider. Mais avant de l’appliquer aux t
30 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
53 siècles, s’oppose l’empirisme sans vergogne de l’avocat normand, Pierre Dubois. À la question concrète qu’il pose en ces term
31 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
54adversaires du colonialisme auraient donc été les avocats du suicide de l’Europe ? Mais au nom de quelles valeurs plus chères q
32 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
55’hui. Comme dans Le Contrat social, il s’y fait l’avocat d’une confédération de nos pays inspirée du « corps germanique », des
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
56s de nos jours. Et cependant, lorsque, en 1308, l’avocat normand Pierre Du Bois présente à Philippe le Bel le premier plan con
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
57’hui. Comme dans Le Contrat Social, il s’y fait l’avocat d’une confédération de nos pays inspirée du « corps germanique », des
35 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
58ionnelles, dites facultés, destinées à former des avocats, des dentistes, des ingénieurs, des financiers, des professeurs ou de
36 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
59— toute cette conduite évoquait tantôt celle de l’avocat d’office d’une cause qu’on sait mauvaise, tantôt celle de l’agent d’u
60. Ne sont-ils pas amenés à se prononcer comme des avocats plutôt que comme des juges ? M. Wald observe au surplus [p. 69] une o
37 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
61 groupes concurrents dont ils sont simplement les avocats. Je ne vois pas là deux Sages, deux hommes d’État, deux « responsable
38 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
62er illustre les étapes de cet immense procès sans avocats, qui va de l’éloge du Bon Sauvage aux imprécations contre l’Occident
39 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
63aurice Rolland, avocat général, Gérard Rosenthal, avocat, homme de Lettres, David Rousset, écrivain politique, Louis Salleron,
40 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
64z commis une grave faute ou un crime et que votre avocat peut démontrer que vous n’étiez pas libre quand vous l’avez commis, v