1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1y avait dans le Paradis je ne sais quel relent de barbarie, un assez malsain goût du sang. Tout cela s’est purifié dans le Chant
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
2i inquiétant. Le Chinois voit dans l’Europe « une barbarie attentivement ordonnée, où l’idée de la civilisation et celle de l’or
3 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
3nfantines que pour nos savants retombés en pleine barbarie spirituelle. Il plaisante. Il dit que la vie ressemble surtout à un f
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
4es bancs : « Alors, vous êtes pour un retour à la barbarie ? » Si ce réflexe indique un mépris vraiment exagéré pour la jugeotte
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
5nfantines que pour nos savants retombés en pleine barbarie spirituelle. Il plaisante. Il dit que sa vie ressemble surtout à un f
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
6et de liens sacrés : c’est une régression vers la barbarie, mais qui flatte les instincts et les passions, et satisfait le rêve
7 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
7e Diderot l’a dit : Tirer un peuple de l’état de barbarie, le soutenir dans sa splendeur, l’arrêter sur le penchant de sa chute
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
8 Cinq minutes après, cette dame s’indignera de la barbarie des bolcheviks et des nazis, opposés comme on sait à toute espèce de
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
9ration nous ferait voir au contraire que la vraie barbarie est dans la conception moderne du roman, photographie truquée de fait
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
10 encadrer dans des formes et des règles, c’est la barbarie. L’Église avait pour tâche de réprimer la brutalité et la licence du
11 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
11à l’heure où sombrent des nations sous l’uniforme barbarie — je les vois s’élever rayonnants dans la lueur éternisée d’un soir d
12 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
12école de personnalités, donc un rempart contre la barbarie, c’est le moment pour nous de préciser comment, pourquoi, dans quel e
13et de liens sacrés : c’est une régression vers la barbarie, mais qui flatte les instincts et les passions, et satisfait le rêve
13 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
14s avantages les plus considérables de la nouvelle barbarie. Je ne puis la comparer qu’à une espèce de carie de l’intelligence, q
15rocha des buts de son Progrès, jamais non plus sa barbarie ne se montra mieux armée pour les détruire. « Montez ! dit le Diable,
14 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
16ennuyeux, que peut-elle opposer aux barbares ? La barbarie débile et bébête de nos foules, la démission sans élégance de nos éli
15 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
17à l’heure où sombrent des nations sous l’uniforme barbarie — je les vois s’élever rayonnants dans la lueur éternisée d’un soir d
16 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
18nt mille tours sentimentaux insoupçonnés de notre barbarie, créent l’immobilité dont le sous-produit nommé lenteur est vénéré pa
17 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
19ela ne signifie pas qu’ils refoulent une violente barbarie ancestrale, qu’ils s’en défendent de toutes leurs forces puritaines,
18 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
20s », ou d’y dénoncer je ne sais quelle « vague de barbarie nouvelle ». Le danger n’est sans doute pas là. Car il est très possib
19 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
21ascinée et bluffée par l’arrogance d’une certaine barbarie et par ses prétentions à représenter la « fatalité historique ». Plus
20 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
22éduite au silence définitif, recouverte par une « barbarie » durable, ou remplacée par une culture plus haute. Car auparavant, s
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
23 et haïssons-nous la possibilité d’un retour à la barbarie ? Serait-ce peut-être parce que la barbarie rendrait les hommes plus
24 à la barbarie ? Serait-ce peut-être parce que la barbarie rendrait les hommes plus malheureux qu’ils ne le sont ? Hélas, non !
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
25 vécu, dans l’ignorance, dans la disette, dans la barbarie. Comptez-vous pour peu de chose qu’il y ait aujourd’hui des philosoph
26sme de cette religion destructive qui consacre la barbarie. L’Égypte, l’Asie, l’Afrique, la Grèce, tout a disparu devant ses pro
27llu du temps pour effacer toutes les traces de la barbarie, du moins les monuments du génie, les modèles du goût peu consultés,
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
28aux habitans de l’Europe, en les conduisant de la barbarie à la civilisation, par les mêmes sentiers et à peu près d’un pas égal
29 servitude des nations soumises à des rois, de la barbarie des peuplades africaines, de l’ignorance des sauvages, doit-elle peu
30tivement à tous ces résidus honteux de la vieille barbarie, à cette sanguinaire haine de nation à nation, au bas préjugé, à ce b
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
31ccédant aux ères historiques de l’âge d’or, de la barbarie, de la justice et de la monarchie. Non, Européens, que notre enfance
32aisonnable, et si l’on considère cela comme de la barbarie, comme un manque de civilisation et comme une dégradation brutale de
33alerie sont révolus ; voici venu le temps de la « barbarie philosophique », des économistes et des cyniques. « La gloire de l’Eu
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
34éclate : la civilisation est dans les peuples, la barbarie est dans les gouvernants. Cette barbarie est-elle voulue ? Non ; elle
35ples, la barbarie est dans les gouvernants. Cette barbarie est-elle voulue ? Non ; elle est simplement professionnelle. Ce que l
36ises avec les hommes. L’un combat le désert et la barbarie, l’autre la civilisation revêtue de toutes ses armes ; aussi les conq
37intermédiaire entre l’Europe progressiste et la « barbarie mongole », et dont la politique d’hégémonie mondiale ne cesserait de
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
38monde — la Chrétienté — surmonta les périls de la barbarie païenne, résistant à ses assauts tant extérieurs qu’intérieurs et à l
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
39rale, dans la stérilité intellectuelle et dans la barbarie générale. Seule l’illusion du pouvoir et la discipline de responsabil
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
40vie, la chute dans la haine contre l’esprit et la barbarie ; ou la renaissance de l’Europe dans l’esprit de la philosophie, surm
29 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
41 et haïssons-nous la possibilité d’un retour à la barbarie ? Serait-ce peut-être parce que la barbarie rendrait les hommes plus
42 à la barbarie ? Serait-ce peut-être parce que la barbarie rendrait les hommes plus malheureux qu’ils ne le sont ? Hélas, non !
30 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
43à sa mission, si elle n’élevait pas, contre cette barbarie modernisée, le cri des hommes. Conclusions Pour quelles fins réelle
31 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
44es culturels, ceux-là se font les complices d’une barbarie nouvelle. Nous ne pouvons pas reconnaître à l’État le droit d’interve
32 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
45nt mille tours sentimentaux insoupçonnés de notre barbarie, créent l’immobilité dont le sous-produit nommé lenteur est vénéré pa