1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
1le juive dans le Marais. Le père est un tailleur, biblique, austère et probe, qui n’a d’ambition que pour ses enfants. Jacob, l’
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
2 son sens le plus profond, qui est proche du sens biblique. Il ne s’agit pas de la connaissance abstraite et rationnelle dont le
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
3la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante. Ainsi tous parlent un même langage, qu’ils l’inscri
4autre récit de Ramuz. Voici Caille, le colporteur biblique, qui s’avance dès le matin à travers le pays, et offre à tous la Paro
4 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
5s, plus ou moins édifiantes ? « Dans l’expérience biblique, rien n’est moins important que le mode de l’expérience. Elle est cha
6Les prophètes n’ont pas de biographie : « L’homme biblique se lève et tombe avec sa mission ». Il y a plus. L’histoire biblique,
7 tombe avec sa mission ». Il y a plus. L’histoire biblique, loin de mettre en scène le développement d’une « tradition » spiritu
8me caractère essentiellement profane de la vérité biblique — tels sont les thèmes autour desquels s’organisent ces essais. Est-c
5 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
9enbourg (décembre 1933) n Ce titre curieusement biblique désigne le Plan quinquennal. Voici donc le roman type de l’Édificatio
6 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
10nt le contraire du commandement et de la promesse biblique : « Croyez premièrement au Royaume, et tout le reste vous sera donné
7 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
11Ramuz n’a su replacer l’homme dans la perspective biblique de la Création. Il faut lire ce chef-d’œuvre qu’est son dernier roman
8 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
12sorte de minutieuse indifférence, tous les récits bibliques relatifs à la sépulture, au tombeau vide, aux apparitions et à l’Asce
13 soit l’élimination de tout ce qui, dans le texte biblique, paraît en soi contradictoire ou invraisemblable ; mais, d’autre part
14es résultats obtenus par M. Goguel, avec le texte biblique intégral, on est frappé de voir que le récit se trouve, dans tous les
9 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
15 assez étriquée de cette Weltanschauung à la fois biblique et classique, au sens le plus vigoureux de ce terme. En la replaçant
10 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
16 temps de Jésus-Christ, — le temps de ses témoins bibliques, — le temps de l’Église (notre temps). Ce sont là les trois temps de
17 « contemporains » de la Parole ou de ses témoins bibliques ; 2° qu’ils ne peuvent avoir d’utilité que s’ils concrétisent à nos y
18ner. Le sermon le plus sec, le plus littéralement biblique, comportera toujours une part de « littérature », une tentative de re
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
19 chrétien sera grande dans la mesure où elle sera biblique ou grecque, sublime dans la mesure [p. 64] où la synthèse des deux tr
20se des deux traditions sera dominée par l’élément biblique.) Seuls les grands discours prophétiques parmi tous les chants de la
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
21la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante.) Ainsi tous parlent un même langage, qu’ils l’inscr
22urrit l’art de Ramuz. Voici Caille, le colporteur biblique, qui s’avance dès le matin à travers le pays, et offre à tous la Paro
13 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
23le. Pour Brunner, « la foi chrétienne est une foi biblique » ; la Bible est la Parole de Dieu, et nous ne pouvons rien savoir de
14 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
24érieuses objections. Et la démonstration purement biblique qu’on en trouvera dans le Traité du serf arbitre, malgré quelques dét
15 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
25stion », selon M. Lavaud, mais bien son fondement biblique, À propos de la lettre de Miatlev. — Non, je ne « prétends pas classe
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
26 des Cantiques sont extraites uniquement du poème biblique, ou ne sont pas en même temps des images retrouvées, vérifiées pour a
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
27l’on trouve discutées pêle-mêle à coups de textes bibliques et d’articles de droit canonique des [p. 270] questions de ce genre :
18 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
28admiration devant cet « homme de Dieu » fruste et biblique.) Il n’est pas jusqu’aux princes des contrées voisines qui ne délègue
19 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
29és. Je l’ai fait parler le plus possible en style biblique, conscient de me ranger ainsi dans la vraie tradition du théâtre prot
30t bien moins le sujet que le style, l’inspiration biblique, au premier chef. Ces quelques mots sont bien rapides, je le sens. Je
20 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
31uise en bonne volonté souriante). La foi, au sens biblique, s’oppose expressément à la religion en général, avec ses rites et se
21 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
32 authentique en nos pays. Aux parois, des versets bibliques, lettres d’argent et myosotis, autour de la photo jaunie du Chœur mix
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
33oisées, je distinguais vaguement quelques versets bibliques en lettres lumineuses, et sur la table, devant moi, mon casque et la
23 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
34z simples dans vos sermons, soyez plus simplement bibliques ! Ne vous fatiguez pas à faire une conférence, avec des idées personn
35our, acceptent que leur pasteur soit « simplement biblique », et ne jugent pas cela « trop simple ». Jamais, au grand jamais, un
36de la nouveauté perpétuelle d’un message purement biblique. C’est le premier point. Mais cela étant acquis, pourquoi l’Église se
37ons « liturgiques » et qui consistent en lectures bibliques ou littéraires, entrecoupées de chants et de jeux d’orgue. Eh bien, l
38mais aussi du drame chrétien dans son déroulement biblique : la Loi d’abord, qui nous condamne, puis la conscience, le péché, la
24 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
39es qui suivent, je voudrais exposer la conception biblique du Diable, non pas dans ses aspects théologiques proprement dits, mai
40Ne jugez pas », dit l’Évangile. Cette perspective biblique, rapportant tout à Dieu et à sa volonté souveraine, nous permet de pr
25 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
41e déconvenue mémorable est attribuée par le récit biblique à la colère de l’Éternel, qui « descendit pour voir la ville et la to
26 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
42 sens commun qu’ils conservent vient de souvenirs bibliques et liturgiques.) Je pourrais indiquer vingt remèdes de ce genre : mai
27 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
43érieuses objections. Et la démonstration purement biblique qu’on en trouvera dans le Traité du Serf-arbitre, malgré quelques dét
28 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
44la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante.) Ainsi tous parlent un même langage, qu’ils l’inscr
29 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
45paysan, seul authentique. Aux parois, des versets bibliques, lettres d’argent et myosotis, autour de la photo jaunie du « Chœur m
30 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
46onne, en aucun cas elle ne manquera de fondements bibliques indiscutables. (Pour ma part, je n’en vois pas de meilleur que la pre
31 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
47e « bonnes » théologies condamner l’art (judaïsme biblique, jansénisme). Mais une théologie qui détruit systématiquement la noti
32 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
48nouvelées de l’Écriture ; son amour pour le style biblique ; la confusion courante — non seulement puritaine — entretenue chez l
49 rançon d’une sobriété stricte. Ses connaissances bibliques me stupéfiaient. L’usage qu’il en faisait me semblait décevant. Là où
33 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
50ole du chrétien, sa discipline celle de la vérité biblique transcendante et révélée. L’école primaire laïque n’est plus guère in
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
51Éternel Féminin exalté bien au-dessus du Créateur biblique, Jahvé. Attaqués sans relâche dans leurs doctrines par les Pères de l
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
52nouvelées de l’Écriture ; son amour pour le style biblique ; la confusion courante — non seulement puritaine — entretenue chez l
53 rançon d’une stricte sobriété. Ses connaissances bibliques me stupéfiaient. L’usage qu’il en faisait me semblait décevant. Là où
36 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
54ultiplier, si la croyance aveugle au commandement biblique interdisait effectivement de le maîtriser, mènerait l’humanité d’une
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
55auteurs par la traduction en grec de l’allégorie (biblique) : au latin latus (large, étendu) correspond le grec eurus, dont déri
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
56ontamination entre les deux mythes, le grec et le biblique. Voyons d’abord les légendes grecques. Agénor, roi de Tyr venu de la
57tation phénicienne, tandis que selon la tradition biblique, c’est aux descendants de Japhet qu’aurait été promis le continent oc
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
58, comme on l’a vu plus haut, de donner une racine biblique à ce nom qui, autrement, rappellerait fâcheusement les coupables amou
59apet grec, tandis que Japhet était le fils du Noé biblique. La mère de Hellén, Pyrrha, serait la même que la déesse Ishtar, qui
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
60! (ainsi Zacharie 6, 12). Le prestige de l’Orient biblique, métaphysique et occultiste empêchera longtemps que l’Europe (plus ou
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
61iècles précédents avaient tout dit sur l’héritage biblique. Les pays protestants se nourrissaient de la lecture d’un Ancien Test
62nthèse de la tradition grecque et de la tradition biblique. [p. 336] Au xxe siècle, cependant, les Européens prennent conscien
63es Travaux et les Jours d’Hésiode Ainsi la source biblique rejaillit parmi nous mêlée à la source hellénique la plus ancienne et
64 la science moderne serait bien moins grecque que biblique. C’est Karl Jaspers qui l’a mis en lumière d’après Nietzsche 279  :
65ngendrée ? Elle n’existerait pas sans la religion biblique. Cette thèse a le sens suivant : Le monde étant créé par Dieu doit êt
42 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
66t de la liturgie chez les protestants, des études bibliques chez les catholiques, des préoccupations sociales chez les uns et les
43 1963, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Le Dieu immanent, qui s’annonce à leur cœur » (9-10 novembre 1963)
67cré de la piété, ni aux symboles de la mythologie biblique, encore que le sens de quelques-uns d’entre eux — comme l’Arbre de Vi
44 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
68 si étroitement mêlée aux origines helléniques et bibliques de la culture d’Europe. L’interprétation la plus éclairante de ce myt
45 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
69 si étroitement mêlée aux origines helléniques et bibliques de la culture d’Europe. L’interprétation la plus éclairante de ce myt
46 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
70t de décès, en lieu et place de l’habituel verset biblique : « Le travail fut sa vie. » C’est aussi « leur seul mode de promotio
71t ce fut un triomphe mondial. La matière en était biblique, mais très suisse en cela que la Bible est notre véritable Antiquité,
72’un veut amener l’individu à l’obéissance au Dieu biblique et transcendant du dogme, l’autre à l’appropriation personnelle de ré
47 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
73t de décès, en lieu et place de l’habituel verset biblique : « Le travail fut sa vie. » C’est aussi « leur seul mode de promotio
74’un veut amener l’individu à l’obéissance au Dieu biblique et transcendant du dogme, l’autre à l’appropriation personnelle de ré
48 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
75 si étroitement mêlée aux origines helléniques et bibliques de la culture d’Europe. Sa meilleure interprétation me paraît être ce
49 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
76 Ézéchiel. Et c’est pourquoi les grands Prophètes bibliques sont appelés les Sentinelles de Juda : car leur mission est d’avertir
50 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
77Et son expression la plus haute dans la tradition biblique très largement commune aux trois grandes religions du Livre, la juive