1 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
1mer que la seule communauté réelle et humainement bienfaisante est celle qui se fonde dans ce rapport originel [p. 83] de l’homme à
2 d’où découle la relation concrète et humainement bienfaisante que l’Évangile appelle l’amour du prochain. Ni ange ni bête, ni droit
2 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
3ustement d’offrir un « modèle » d’action juste et bienfaisante ? Et si personne ne veut plus s’occuper de la vérité, sous prétexte q
3 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
4, mais aussi aux hasards de l’éducation primaire, bienfaisante en principe il est vrai, mais tristement abstraite, étroite, appauvri
4 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
5 agir d’après elle, massacrer pour hâter sa venue bienfaisante, c’est projeter notre angoisse en avant, pour tenter d’asservir l’imp
5 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
6 agir d’après elle, massacrer pour hâter sa venue bienfaisante, c’est projeter notre angoisse en avant, pour tenter d’asservir l’imp
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
7 livres et si dure dans la pratique, des chefs si bienfaisants et des peuples si misérables, des gouvernements si modérés et des gue
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
8uation actuelle, semble aller vers une révolution bienfaisante qui ne sera pas causée par des insurrections et des guerres civiles,
9le feu, saura n’être qu’une œuvre toute simple et bienfaisante, apprenant aux hommes quel est leur véritable intérêt, quels sont leu
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
10e politique. Une conception éclairée, libérale et bienfaisante des besoins et des intérêts véritables des nations faisait régresser
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
11e développement de cette inclination innocente et bienfaisante, il se formerait bientôt en eux une sorte d’honneur communal, pour ai
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
12ise sera la vraie liberté, et toutes les réformes bienfaisantes s’accompliront sous sa direction, sous forme de développements politi
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
13e apparente décadence ne serait-elle pas la crise bienfaisante qui permettrait à l’Europe d’être véritablement l’Europe ? L’évidente
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
14t faire partie d’une telle association, peut être bienfaisant. Il fut décidé peu après qu’un Mémorandum préciserait cette proposit