1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1, qui ne connaît pas son auteur. Qui parle par sa bouche ? Il règne dans ses Hymnes une sérénité presque effrayante. Vient le
2 faire la bête dès qu’il s’agit de l’âme. Dans la bouche de certains, cela prend l’air de je ne sais quelle revanche du médioc
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3uite des parapluies la dérobèrent à mes yeux. Une bouche de métro m’attira. Les rames s’arrêtaient avec un sifflement particul
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
4e vint s’asseoir certaine nuit. Elle parla par la bouche de Lugin, sa langue dans la langue de Lugin : « Le rideau se lève sur
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
5e une saison de naguère, voilà le rictus de votre bouche, une injure de pythie. Vous dites de ce conte : c’est trop écrit. Vou
6ettre que la simplicité est simple simplement. La bouche brûlée d’alcools, vous découvrez à l’eau un goût étrange. L’eau est i
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
7ialiste de l’Occident. La logique, parlant par la bouche de Ford : « Inutile, donc à détruire. » Ford a raison, une fois de pl
6 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
8« emprunte l’aspect d’une nécessité » (et dans la bouche de ce libertaire, cela constituait un jugement !) [p. 769] Serons-no
7 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
9ents. Il découvre une sorte de rire au coin de sa bouche dans les moments de pire découragement ; et beaucoup d’autres hiatus
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
10l va parler, de grâce mettez-lui les mains sur la bouche ! Donnez-lui sa choucroute, tapez-lui dans le dos, amenez-lui le Gugu
9 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
11ns et des touffes de gamins qui regardent avec la bouche ce qui se passe à l’intérieur d’une enceinte de toiles tendues au dev
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
12, qui ne connaît pas son auteur. Qui parle par sa bouche ? Il règne dans ses Hymnes une sérénité presque effrayante. Vient le
13 faire la bête dès qu’il s’agit de l’âme. Dans la bouche de certains, cela prend l’air de je ne sais quelle revanche du médioc
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
14ns et des touffes de gamins qui regardent avec la bouche ce qui se passe à l’intérieur d’une enceinte de toiles tendues au dev
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15s, — dont le nom seul est une injure dans tant de bouches, — une injure dans le vide, d’ailleurs, [p. 183] car ceux qui l’utili
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.4. Le balcon sur l’eau
16’est l’avenir ou l’éternité qui ouvre la [p. 191] bouche pour dire quelque chose, écoute, attends… Peut-être que déjà la parol
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
17ffigie passionnément triste et dominatrice. Large bouche aux lèvres serrées, l’inférieure creusée comme d’un sanglot retenu, e
18ement contre la lumière, et les yeux, entre cette bouche et ce front, disent d’un sobre et méditant regard le mot suprême de l
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
19 J’ai entendu vingt fois ce raisonnement, dans la bouche, il est vrai, de personnes que leur ignorance du marxisme excusait en
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
20épètent, mais se chargent alors, parfois, dans la bouche des innocents, d’une humanité émouvante, — émouvante par l’erreur mêm
17 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
21cturne, devienne aussi la nôtre, et nous ferme la bouche ! » J’avais parlé longtemps, et non sans fièvre. Je m’arrêtai soudain
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
22contre la racine d’un nez pâle. Cheveux roux. Une bouche proéminente couleur de planche d’anatomie. Le torse véritablement éno
19 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
23. Bedonnants et bagués, le cigare au milieu de la bouche, ils représentent le type vulgarisé du capitaliste insolent. Goebbels
24esque touchant, à force de bonne volonté, dans la bouche d’un SA convaincu, ou de sa femme ! Serais-je contaminé par l’optimis
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
25es parlant du Christ. « Je me suis perdue dans sa bouche », dit une autre. Et une troisième : « Boire les regards de l’amour e
21 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
26 d’annoncer leur foi. « C’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut », dit saint Paul. [p. 926] IV. Romantisme
22 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
27in seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de mon Père »… Ni les espions placés autour de l’ermitage par des aut
23 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
28 devait être de s’emparer de la parole dans notre bouche, pour altérer le témoignage dans sa source. Et c’est pourquoi la Bibl
24 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
29nant pourquoi je t’ai battu ? Comme il ouvrait la bouche pour répondre, elle le frappa si fort qu’elle lui cassa les dents. Il
25 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
30té en sont une, pitoyable ou scandaleuse, dans la bouche de milliers de nigauds ou de cyniques qui s’en prévalent. Ce serait i
31! Elle ne saurait plus même mentir dans certaines bouches, elle est tombée plus bas que le mensonge, je veux dire dans l’insign
26 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
32 devait être de s’emparer de la parole dans notre bouche, pour altérer le témoignage dans sa source. Et c’est pourquoi la Bibl
27 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
33ffigie passionnément triste et dominatrice. Large bouche aux lèvres serrées, l’inférieure creusée comme d’un sanglot retenu, e
34ement contre la lumière, et les yeux, entre cette bouche et ce front, disent d’un sombre et méditant regard le mot suprême de
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
35lut. Cependant que les hommes les frappent sur la bouche. Kierkegaard fut de ces croyants dont la vocation prophétique, pareil
29 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
36 ou ses apparences raisonnables. Le témoignage de bouche, dont parle saint Paul, l’allégation des motifs derniers, voilà le se
30 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
37 181] Le visage est vision et expression : œil et bouche ; il est aussi élaboration et exécution : front et menton. Si vous vo
38aminez le rapport qui unit le front au menton, la bouche aux yeux : la personne n’a pas d’autre siège, elle est ce complexe de
39cette vision ? La lèvre inférieure de cette large bouche que la moustache ne réussit pas à nous cacher, trahit une sensualité
40le, dans le renflement de la joue au niveau de la bouche.) Quel est, en somme, le rôle de l’expression, sinon de montrer surto
31 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
41 d’annoncer leur foi. « C’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » dit saint Paul. IV Répercussions collecti
32 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
42es dignes du nom se réclament aujourd’hui par les bouches officielles. Cette idée, c’est l’unité des peuples de la planète, c’e
33 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
43omique pour les enfants ? » La vendeuse ouvrit la bouche, puis écarquilla les yeux : devant nous venait d’apparaître une jeune
34 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
44s. « Génie » n’est pas un éloge excité, dans leur bouche : cela se mesure et cela se définit par des signes certains et scient
35 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
45ne au jour américain ! Sur le grand fond sonore à bouche fermée des usines de l’autre rive, les sirènes des ferry-boats poussa
36 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
46ent la bride d’une main, et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens
37 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
47omique pour les enfants ? » La vendeuse ouvrit la bouche, puis ses yeux s’écarquillèrent largement : devant nous venait d’appa
38 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
48ini par me traiter de littérateur, ce qui dans la bouche d’un savant signifie : prétentieux imbécile. J’ai répliqué que la tec
39 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
49es dignes du nom se réclament aujourd’hui par les bouches officielles. Cette idée, c’est l’unité des peuples de la planète, c’e
40 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
50ne au jour américain ! Sur le grand fond sonore à bouche fermée des usines de l’autre rive, les sirènes des ferry-boats poussa
51ent la bride d’une main, et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens
41 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
52ne au jour américain ! Sur le grand fond sonore à bouche fermée des usines de l’autre rive, les sirènes des ferry-boats poussa
42 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
53ient la bride d’une main et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens
43 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
54omique pour les enfants ? » La vendeuse ouvrit la bouche, puis ses yeux s’écarquillèrent largement : devant nous venait d’appa
44 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
55ents. Il découvre une sorte de rire au coin de sa bouche dans les moments de pire découragement ; et beaucoup d’autres hiatus
45 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
56lair. L’Américain s’ouvre, au contraire, comme sa bouche sur des dents éclatantes, et comme s’il n’avait attendu que votre arr
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
57: quand nous voyons que les staliniens l’ont à la bouche, tremblons pour lui, car ils ont la dent dure ! Laissons-leur le mot
47 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
58 — un mot qui a fait fortune depuis dans d’autres bouches. On y faisait surtout de la doctrine. On s’attachait à définir cette
48 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
59 où le cri des hommes n’est pas étouffé dans leur bouche, ou dans les sources mêmes de leur révolte. Vous allez me dire : « Ce
49 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
60 pas une seule non plus qui ne reparaisse dans la bouche même de ceux qui affirment que nos réalités sont tellement différente
50 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Lettre aux députés européens (15 août 1950)
61 pas une seule non plus qui ne reparaisse dans la bouche même de ceux qui affirment que nos réalités sont tellement différente
51 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse (3 octobre 1950)
62 pas une seule non plus qui ne reparaisse dans la bouche même de ceux qui affirment que nos réalités sont tellement différente
52 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
63 milliers de dormeurs sans mouvement. Sur le dos, bouche ouverte, à même le sol dallé, sur le ventre ou sur le côté, recroquev
53 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
64ble hors d’un monde où Pascal peut placer dans la bouche même du Christ cette phrase célèbre : « Je pensais à toi dans mon ago
54 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
65’ordonnerai… » Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. » Il est rarement possible d’isoler dans le vif ces deux mouvements
55 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
66gnoble et insalubre l’ouvrier pouvait dire par la bouche d’un poète de l’époque : L’air de nos ateliers nous ronge les poumon
56 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
67icommuniste représente une sorte d’injure dans la bouche d’une bonne partie de l’intelligentsia occidentale, bien que les comm
68« vrai » au nom de l’Histoire, s’exprimant par la bouche du Parti. Mais dire que le despote était fou, en se fondant sur l’obs
57 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
69ut-être au paléolithique, comme la main devant la bouche si l’on [p. 72] bâille. Mais il s’agit aussi de témoignages demeurés
58 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
70 l’usine ignoble où l’ouvrier pouvait dire par la bouche d’un poète de l’époque : [p. 204] L’air de nos ateliers nous ronge
59 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
71sera, que Suzanne Labin n’ait déjà placée dans la bouche de son contradicteur, pour la réfuter aussitôt avec une éloquente rig
60 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
72 t’ordonnerai… Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. » Il est rarement possible d’isoler dans le vif ces deux mouvements
61 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
73dications, par plusieurs centaines de millions de bouches à nourrir, et demain de cerveaux à diriger. Nous pressentons dans la
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
74énisse fille d’Inachos, qu’auprès du Nil aux sept bouches, de vache cornue, il transforma de nouveau en femme ; le cours du Nil
75s mains l’écume qui lui tombait, abondante, de la bouche ; et au taureau elle donna un baiser. Lui, poussa un tendre mugisseme
76 tirer vanité de cet accoutrement et d’offrir une bouche toute docile aux rênes, tandis que l’autre trépignait, puis, soudain,
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
77montrerons ci-dessous. En effet, tout ce qui, des bouches du Danube ou du Palus-Méotide aux limites occidentales de l’Angleterr
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
78lée ? Et la Liberté répondra : J’ai appelé par la bouche de ces pèlerins, et tu ne m’as pas écoutée ; va donc en servitude, là
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
79épris, je laisse, débordée par le cœur, parler la bouche et les mots sortir comme ils veulent. Nous autres Espagnols, dit-on,
80de l’Esprit le plus subversif, qui rejette par sa bouche l’Europe tiède, humanitaire, occupée à survivre. Hitler tentera de le
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
81e Heisterbach nous livre ce proverbe dont tant de bouches reprendront les variantes jusqu’au xixe siècle : « On peut imaginer
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
82… Déjà Sophocle mettait les mots suivants dans la bouche d’Œdipe, victime suprême de la fatalité : De toutes les souffrances,
68 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
83dications, par plusieurs centaines de millions de bouches à nourrir, et demain de cerveaux à diriger. Nous pressentons dans la
69 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
84ù les ouvriers devaient travailler sans ouvrir la bouche ; d’où la nécessité de les distraire. Au Mexique : nationalisation
70 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
85ncompréhensible, et choisirait, quand il ouvre la bouche, de s’exprimer en français plutôt qu’en miaulant ou en barrissant. Je
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
86ue tu n’es ni froid ni chaud, je te vomirai de ma bouche » ; et malgré les pamphlets qui maudissaient « le monstre horrible, i
72 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
87i jamais entendu cette fameuse phrase que dans la bouche de ceux qui la raillaient, et je ne l’ai jamais lue que sous la plume
73 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
88 cigares « qu’elle plantait juste au milieu de sa bouche grande, charnue et bien peinte », même s’il s’agit seulement des robe
74 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
89View ? « Quand la fumée du tabac sent aussi de la bouche qui l’exhale, les deux odeurs s’épousent par infra-mince. » Voudriez-
75 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
90omme moyen et comme méthode de progrès ». Dans la bouche de Lénine, c’est une prophétie assez extraordinaire : est-ce qu’elle
76 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
91 — un mot qui a fait fortune depuis dans d’autres bouches. On y faisait surtout de la doctrine. On s’attachait à définir cette
77 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
9251] hors d’un monde où Pascal peut placer dans la bouche même du Christ cette phrase célèbre : « Je pensais à toi dans mon ago
93upée par les Prussiens, et la fuit, l’injure à la bouche, pour aller n’importe où ailleurs, et ce qu’il regrettera — il l’a pr
78 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
94mence quand on est mort, ni que l’âme sort par la bouche et va voleter on ne sait pas très bien où. Je me dis que l’éternité,
79 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
95lons ici la double confession qu’il met dans leur bouche (p. 40) : Tristan : Qu’el m’aime, c’est par la poison Ge ne me pus d
80 1976, Réforme, articles (1946–1980). À propos du Concorde (21 février 1976)
96es ». Qu’ai-je à faire là ? Dès que j’ouvrirai la bouche, des millions de téléspectateurs, conditionnés pendant deux heures, v
81 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
97léaire. (1973) Enfin, l’aveu complet tombe de la bouche même du directeur général d’EDF : Nous avons reçu mission (de l’État
82 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
98liste de l’Occident. » La logique, parlant par la bouche de Ford : “Inutile, donc à détruire.” Ford a raison, une fois de plus
83 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
99lée ? Et la Liberté répondra : J’ai appelé par la bouche de ces pèlerins, et tu ne m’as pas écoutée ; va donc en servitude, là