1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1reté idéologique et morale qu’il révèle. Le style brillant et elliptique qui tend à devenir notre poncif moderne, — si propre à
2 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
2s conclusions cette sécurité dont trop souvent un brillant appareil dialectique ne sait produire que l’illusion. C’est la revanc
3 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
3omme on déroule une litanie. Sous les grands cils brillants, lustrés par la lumière descendante, les prunelles laiteuses du dieu
4 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
4etira trois dés qu’il jeta sur la table. Les yeux brillants, il compta. Une indécision parut sur ses traits. Puis il reprit les d
5Ce furent d’abord des images décousues de sa vie, brillantes ou misérables, passionnées. Mais bientôt : — « Destin, s’écria-t-il,
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
6archant sans fin dans les couloirs implacablement brillants, je me pris à parler à haute voix, par bribes de phrases incohérentes
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
7e la préface des Mariés — principes dont l’énoncé brillant et définitif restera l’un des titres les plus authentiques de Cocteau
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
8e la technique du roman sont sauvées par un style brillant, plein de trouvailles spirituelles, malicieuses ou poétiques ; et ce
8 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
9prit s’est bornée jusqu’ici à une rhétorique très brillante contre un état de choses justement détesté, mais dont ils participent
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
10le histoire. On m’objectera sans doute quelques « brillantes carrières » fournies par d’ex-forts-en-thèmes, voire par d’ex-institu
11est ce qui s’appelle une belle carrière. Mais ces brillants météores ne troublent pas beaucoup ma superstition, par ailleurs fort
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
12arge galerie d’où l’on voit le Danube gris-jaune, brillant, sans rides, la petite ville juste au-dessous de soi, et la basilique
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
13; demandons-en l’explication à la Préface d’un si brillant catalogue. Parce qu’ils parlent un peu pour nous et parce qu’ils nou
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
14arge galerie d’où l’on voit le Danube gris-jaune, brillant, [p. 91] sans rides, la petite ville juste au-dessous de soi, et la B
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
15ue et de mauvaise humeur, les yeux mornes ou trop brillants ; ou lisent des feuilles communistes. Le « Bummelzug », interminablem
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
16ité. Me tromperais-je ? Ai-je mal su lire tant de brillants essais sur le monde actuel et [p. 145] futur ? Est-ce le fait d’une d
15 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
17ique la chose désavantageuse 25 , quelques pages brillantes et fortes qui rejoignent curieusement les doctrines de L’Ordre nouvea
16 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
18 l’auteur. (Begbie est un de ces « informateurs » brillants et cordiaux, un peu trop souriants, comme on en trouve dans les pays
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
19séparation des eaux et de la terre, dans un chaos brillant d’où montent des vapeurs d’aube d’été. « Un vrai temps de Pâques ! »
18 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
20mment connu. Qu’on se reporte en particulier à la brillante biographie de Stefan Zweig, et j’ajouterais : à toute l’œuvre récente
19 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
21demment symbolique. L’on est censé conclure de ce brillant tableau des vices de l’aristocratie européenne qu’une telle classe es
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
22séparation des eaux et de la terre, dans un chaos brillant d’où montent des vapeurs d’aube d’été. « Un vrai temps de Pâques ! »
21 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
23il formule admirablement dans sa préface. Morceau brillant, disert, d’une élégance trop aisée, mais non point vide, — l’une des
22 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
24ne phénoménologie de la possession — presque trop brillante par endroits —, s’engage dans un exposé synthétique des doctrines tho
23 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
25embre 1939) as Mon cher Davenson, Votre article brillant, méditerranéen sur mon Amour et l’Occident , par sa forme même d’apo
24 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
2662] Don Juan (juillet 1939) ap Lorsqu’il paraît brillant d’or et de soie, dressé sur ses ergots de grand ténor, l’on est tenté
25 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
27 une marée de joie. Je n’oublierai pas le bonheur brillant dans tous ces yeux levés, la fraternisation générale des classes et d
26 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
28 temps me fascine — « une certaine énergie calme, brillante et indomptable, telle que nous pouvons l’imaginer d’un large fleuve d
27 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
29ité. Me tromperais-je ? Ai-je mal su lire tant de brillants essais sur le monde actuel et futur ? Est-ce le fait d’une dispositio
28 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
30ne table chargée de cadeaux enveloppés de papiers brillants, verts, rouge, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? Es
31le ne le cède en rien à la photographie pour « le brillant et la précision du détail », qualités préférées de l’Américain. Déjà
29 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
32de maquiller ! La couche de vernis pittoresque et brillante que décrivaient à satiété — l’un copiant l’autre — les amateurs d’esp
30 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
33Messie de Haendel. Et les cadeaux paraissent plus brillants, à cause de ces papiers argentés et dorés, de ces vignettes, de ces r
31 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
34chargée de cadeaux enveloppés de [p. 231] papiers brillants, verts, rouges, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? E
35le ne le cède en rien à la photographie pour « le brillant et la précision du détail », qualités préférées de l’Américain. Déjà
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
36hines et de son argent. (Encore n’est-il pas trop brillant sur le second chef.) La seule idée qui soit venue à nos experts en ur
33 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
37 famille chargée de cadeaux enveloppés de papiers brillants, verts, rouges, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? E
38le ne le cède en rien à la photographie pour « le brillant et la précision du détail », qualités préférées de l’Américain. Déjà
34 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
39 [p. 77] Don Juan Lorsqu’il paraît brillant d’or et de soie, dressé sur ses ergots de grand ténor, l’on est tenté
35 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
40 une marée de joie. Je n’oublierai pas le bonheur brillant dans tous ces yeux levés, la fraternisation générale des classes et d
36 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
41de quelques gros bijoux de quatre sous, mais bien brillants, précédant un mari moins galant que stylé, toujours prêt à subir ses
37 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
42 voici une quinzaine d’années et que des ouvrages brillants et profonds comme Penser avec les mains et L’Amour et l’Occident mire
38 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
43 membres grêles, sa peau grise, ses yeux fixes et brillants, nous apparaît plus près que nous de l’animal, ou soudain plus près d
39 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
44ermes dans lesquels Pellegrino Rossi 15 , le plus brillant avocat de la Fédération, critiquait la situation créée par le Pacte d
40 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
45s. Moins libre et turbulent que le premier, moins brillant et délié de langue que le second, il tend à se conformer à cette « ho
41 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
46ce. Il publiera d’abord des ouvrages esthétiques, brillants, paradoxaux, apparemment cyniques, et tous signés de divers pseudonym
42 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
47uoi faudrait-il qu’un homme d’État fût d’abord un brillant rhéteur ? Le jugement politique et l’art du trémolo ne devraient-ils
43 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
48spéculation politique et journalistique, elle est brillante. Elle fait appel à l’empirisme toujours-un-peu-boiteux-mais-réalisate
44 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
49e Coppet gardent les traces radioactives des plus brillantes constellations d’esprits qui influencèrent notre horoscope occidental
45 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
50que chante le deuxième acte de Tristan : La nuit brillante enferme en ses bras maternels toutes les contradictions, et sur son c
46 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Luis Diez del Corral, El rapto de Europa (septembre 1959)
51rie européenne, ait nourri dans ce siècle la plus brillante école d’interprètes de notre culture : Unamuno, Ortega, Maranon, Mada
47 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
52que chante le deuxième acte de Tristan : La nuit brillante enferme en ses bras maternels toutes les contradictions, et sur son c
48 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
53ce. Il publiera d’abord des ouvrages esthétiques, brillants, paradoxaux, apparemment cyniques, et tous signés de divers pseudonym
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
54 [p. 102] Don Juan Lorsqu’il paraît brillant d’or et de soie, dressé sur ses ergots de grand ténor, l’on est tenté
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
55 vie comme il lui plaît, [p. 118] riche et oisif, brillant esprit, curieux de tout, mais en même temps de complexion plutôt mali
56vient son mythe. Don Juan devient son ombre, plus brillante que lui-même, et qu’il doit exalter et condamner sans cesse, car elle
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
57et était orné de beaucoup d’ouvrages d’orfèvrerie brillant d’un vif éclat. Il y avait, en or, Io fille d’Inachos, dans le temps
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
58journellement ce respectable séjour des sages, ce brillant asile des sciences et des arts ; à considérer nos beaux discours et n
59les sans nombre que ta splendeur avait rendues si brillantes ? Une foule de barbares a effacé jusqu’aux traces de ces arts par les
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
60 cent villes puissantes… Que sont devenus tant de brillantes créations de la main de l’homme ? Où sont-ils ces remparts de Ninive,
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
61Cicéron anglais », écrivain politique abondant et brillant orateur de la Chambre des Communes, fut à la fois le premier défenseu
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
62s évoqués par ce grand poète. [p. 214] Belle et brillante époque, que celle où l’Europe était une terre chrétienne, où une seul
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
63 ; mais au-delà est le soleil, le soleil de Dieu, brillant, éternel. Ils peuvent, pendant quelque temps, l’obscurcir, le voiler
64e constitution fédérale européenne n’est pas très brillant et n’a rien d’extraordinaire ; il est modeste et modéré ; mais étant
65] unie et de contentement alcyonien, l’éclat d’or brillant et froid qui apparaît sur toute chose achevée. 257 Si l’Europe est
57 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
66 mener sa vie comme il lui plaît, riche et oisif, brillant esprit, curieux de tout, mais en même temps de complexion plutôt mali
67vient son mythe. Don Juan devient son ombre, plus brillante que lui-même, et qu’il doit exalter et condamner sans cesse, car elle
58 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
68 faveur de l’indépendance polonaise. On le devine brillant et séduisant, snob et capable d’insolences étourdissantes, et sans do
69arer, à travers ses années nomades, studieuses et brillantes. Pour la Pologne : débuts politiques Essayons de nous représenter l
59 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
70 Quarante-huit professeurs choisis parmi les plus brillants de tout le continent (il y a 3000 candidatures par an) composent l’éc
60 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
71errait contraint de choisir entre une carrière de brillant vulgarisateur scientifique et une spécialisation qui lui vaudrait san
61 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
72errait contraint de choisir entre une carrière de brillant vulgarisateur scientifique et une spécialisation qui lui vaudrait san
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
73in, mais n’y mena point une existence monastique. Brillant et fougueux comme ses ancêtres, il enleva la fille d’un émigré polona
74s. Moins libre et turbulent que le premier, moins brillant et délié d’esprit que le second, il tend à se conformer à cette « hon
63 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
75errait contraint de choisir entre une carrière de brillant vulgarisateur scientifique et une spécialisation qui lui vaudrait san
64 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
76 argument que Valéry : Que sont devenues tant de brillantes créations de la main de l’homme ? Où sont-ils, ces remparts de Ninive
65 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
77 argument que Valéry : Que sont devenues tant de brillantes créations de la main de l’homme ? Où sont-ils, ces remparts de Ninive
66 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
78difficultés de la vie. Ils ont passé de l’état de brillants élèves à celui de professeurs érudits. En somme, ils n’ont jamais qui
67 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
79cette séance fut Paul Delouvrier, PDG de l’EDF et brillant défenseur des centrales nucléaires, dont on a vu plus haut ce que pen
80 au sein de la paix des lâches. Beaux résultats ! Brillante gestion ! Mais au fait : qui était le gérant ? La réponse est dangere
68 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
81 de la paix des lâches. [p. 15] Beaux résultats ! Brillante gestion ! Mais qui était le gérant ? L’État-nation. Ils sont 150 aujo
69 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
82cale qui fait soudain balbutier dans l’insulte de brillantes intelligences : c’est qu’on vient de léser le Sacré ! Vraie et faus
70 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
83ir. En attendant, la Terre entière copie les plus brillantes aberrations de leurs théoriciens politiques : la formule de l’État-na
84n que de borner les facultés du Pouvoir 77 . » Ce brillant raccourci me désigne le point d’intervention que je cherchais : « bor
71 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
85it qui toujours vient à nous 86 « comme l’étoile brillante du matin » : voilà ce qui a fait de [p. 134] l’Apocalypse l’archétype
72 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
86jections, des compléments. ⁂ 1. Dans un raccourci brillant, André Reszler observe qu’historiquement, c’est au mythe du Progrès i