1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1nt vague des roseaux aux feuilles sèches… Puis la brume est venue comme une envie de sommeil. Une lampe dans la maison blanch
2 Nous secouons un sortilège pénétrant comme cette brume, une vie étrangère, une paix qui n’est pas humaine, et qui nous laiss
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Billets aigres-doux (janvier 1927)
3ur le mont gris pâlissants Des bouquets de vagues brumes. Insulter ta beauté froide ? Oui, mais à qui s’adresser. Automne au s
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
4nt qui me remonta dans la rue. La fraîcheur de la brume m’apaisa. Sur la promesse que je fis que je me sentais mieux, on me l
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5on de Kierkegaard. Mais alors M. Truc parle des « brumes nordiques » ! Car la métamorphose a pour effet certain de rendre tout
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
6rond entre les collines, secrète sous un voile de brume bleue, dans une grande paix. Vue de la hauteur, sous un ciel pâle ave
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.4. Le balcon sur l’eau
7, et nous regardons à nos pieds l’eau vivante. La brume est proche. Une haute muraille derrière nous ferme le monde. Tu ne tr
8dite et reçue quelque part en nous-mêmes, dans la brume où nous sommes perdus avec ce clapotis d’une eau étrangement vivante
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
9teint presque rien. Le soleil froid à travers une brume lointaine agrandit les regards sans nourrir la vision. Pas de mouches
8 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
10teint presque rien. Le soleil froid à travers une brume lointaine agrandit les regards sans nourrir la vision. Pas de mouches
9 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
11nondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes griffues : m
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
12is de me rendre compte… Au dehors, la neige et la brume. Plus loin, la frontière, des tranchées, des hommes en train de tuer
13 train de mourir… Et puis, flottant dans d’autres brumes, dernier îlot d’un autre monde, une salle éclairée, un public dont j’
11 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
14 fait naître un grand espoir et dissipé certaines brumes de défaitisme. 2. La crainte de la concurrence a produit une émulatio
12 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
15ismes de l’Abîme comme une aube d’été évapore les brumes ! On dit que le Démon aime l’heure de minuit. Ah ! tournons-nous, le
13 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
16nondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes griffues : m
17pans de rochers sombres dans les déchirures de la brume. Mais de nouveau j’ai éprouvé la sensation de pénétrer dans une aire
14 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
18. Que sont nos petits accès de découragement, ces brumes qu’un léger vent d’avant-printemps suffit à dissiper en cinq minutes 
15 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
19ont. Nous sommes dans les passes de l’Hudson. Une brume de chaleur tropicale bleuit les rives. Je ne m’attendais pas à la nat
20roupe de tours serrées, presque diaphanes dans la brume — Manhattan, comme une prémonition qui serait vérifiée à l’instant mê
21 côté quelque chose que je distingue mal. Dans la brume épaissie, mais lumineuse, des ombres géométriques découpent l’espace
16 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
22à regarder du pont, sinon dans les hauts draps de brume qui nous serrent, le reflet de nos propres lueurs. Je me suis enfermé
23, seuls ornements des grises étendues. Paysage de brumes dorées au ras des prairies nues et des eaux populeuses, où semblent s
17 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
24rs remorqueurs se mettent à souffler fort dans la brume d’été flottant sur la rivière… Une langue de lumière orangée vient râ
18 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
25rs remorqueurs se mettent à souffler fort dans la brume d’été flottant sur la rivière... Une langue de lumière orangée vient
19 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
26rs remorqueurs se mettent à souffler fort dans la brume d’été flottant sur la rivière… Une langue de lumière orangée vient râ
20 1948, Suite neuchâteloise. I
27La parole est encore à ce qui vient. Et voici les brumes sur le lac, les murs de vignes séculaires, et ce toit qui demande aux
21 1948, Suite neuchâteloise. VI
28 du gel, n’ayant devant moi que de l’eau et de la brume ? J’habiterais ici volontiers. » Il a fallu le prix Nobel pour qu’on
22 1948, Suite neuchâteloise. VII
29une baie secrète, où les cris des oiseaux dans la brume s’occupent d’une vie bien différente… Enfin la variété des objets, de
30 des montagnes, le scintillement des eaux sous la brume légère, tout était si pur et si frais qu’il semblait que le monde ven
23 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
31une baie secrète, où les cris des oiseaux dans la brume s’occupent d’une vie bien différente… Enfin la variété des objets, de
32agnes, le scintillement [p. 193] des eaux sous la brume légère, tout était si pur et si frais qu’il semblait que le monde ven
24 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
33ois de très vieux chênes, où persiste un tapis de brume. Aux bords de ce ruisseau qui longe mon jardin, qui l’inonde aux crue
25 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
34ois de très vieux chênes, où persiste un tapis de brume. Aux bords de ce ruisseau qui longe mon jardin, qui l’inonde aux crue
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
35enveloppé comme d’un manteau de brouillards ; une brume épaisse cache en tout temps les flots, et de sombres vapeurs y voilen
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
36sants de rosée, quand le pays entier émerge de la brume, repeint durant la nuit comme un banc vert auprès du lac précieux où
37llusion d’optique scolaire. Elle se dissipe comme brume au soleil à la lumière de l’Histoire. La culture européenne n’est pas
28 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
38ient défendre leur Kultur — elle se dissipe comme brume au soleil à la lumière de l’Histoire, et très particulièrement de l’h
29 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
39ient défendre leur Kultur — elle se dissipe comme brume au soleil à la lumière de l’Histoire, et très particulièrement de l’h
30 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
40ent défendre leur Kultur —, elle se dissipe comme brume au soleil à la lumière de l’Histoire, et particulièrement de l’histoi