1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 — c’est le même désenchantement précoce, sans la brusquerie de ses aînés. Encore un qui s’est complu dans son dégoût ; mais jusqu
2 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
2 que des fondements spirituels, compensant par la brusquerie de leurs jugements et un style tough (nous dirions « dur » ou « vache
3 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
3eine un peu plus ressemblant. Tout est intact. La brusquerie des employés intacte, quand on demande un petit renseignement et qu’o
4 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
4eine un peu plus ressemblant. Tout est intact. La brusquerie des employés intacte, quand on demande un renseignement et qu’on les
5 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
5iert au prix de quelques aventures racontées avec brusquerie, sans desserrer les dents sauf pour sourire un peu, une réputation lu
6 1948, Suite neuchâteloise. VIII
6erbale, où l’on se traîne avec de [p. 92] lourdes brusqueries, pour s’enliser régulièrement avant d’avoir atteint la fin d’une phra
7 1949, Réforme, articles (1946–1980). « Êtes-vous partisan du rapprochement franco-allemand ? » (29 janvier 1949)
7à la tentation autarcique en Grande-Bretagne, aux brusqueries ou impatiences américaines, et à l’expansion russe. On parle d’obstac
8 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
8x syndics de village. Et beaucoup de lourdeur, de brusquerie, d’accents qui ont fait rire toute la France (mais par Grock et Miche
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
9x syndics de village. Et beaucoup de lourdeur, de brusquerie, d’accents qui ont fait rire toute la France (mais par Grock et Miche