1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
1ition se sont demandé non sans ironie où était le calvinisme dans tout ceci. Eussent-ils posé, à propos d’un salon d’art catholiqu
2d’art catholique, la même question, en remplaçant calvinisme par thomisme par exemple ? L’artiste catholique bénéficie certainemen
2 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
3la grandeur impérieuse et fulgurante du véritable calvinisme. Or nous n’hésitons plus à rendre responsable de cette carence de la
3 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
4il faudrait tout d’abord connaître la position du calvinisme dialectique en face de l’action humaine. Position, marquons-le tout d
5, de l’action optimiste. Ceux donc qui rendent le calvinisme responsable du capitalisme commettent une erreur pire que celle qui c
4 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
6e. Qu’il s’agisse de la Transylvanie convertie au calvinisme et qui devient l’âme de la résistance au centralisme des [p. 209] Hab
7 l’absolutisme. Or, si nous nous rappelons que le calvinisme a toujours maintenu avec rigueur la distinction entre l’Église et l’É
8e 67 . Cela ne signifie pas, bien entendu, que le calvinisme ne puisse dévier lui aussi, et soit sans défauts. Mais cela signifie
9papiste, d’où l’État totalitaire. Mais lorsque le calvinisme cesse d’être une foi vivante, il laisse derrière lui une empreinte to
10vidu aux caractères accusés. Ainsi l’on glisse du calvinisme à l’individualisme, dès que l’on perd la foi de la Réforme pour ne ga
11tivistes. Et c’est pourquoi l’on a pu dire que le calvinisme était à l’origine du capitalisme moderne, avec sa concurrence sans fr
5 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
12as ces influences, s’est limité dans son étude au calvinisme le plus strict. Par là même, il se rend plus directement accessible a
6 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
13u’une aberration janséniste. Et je ne retrouve le calvinisme véritable que dans l’Adam et Ève de Ramuz, mais Ramuz accepterait-il
7 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
14sens de tout ce mal qu’on attribue absurdement au calvinisme. (Comme si nous étions calvinistes !) Cela dit, l’imprudence de mon a
8 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
15 sur l’importance intellectuelle et littéraire du calvinisme, a donné lieu par contre à une véritable débauche de considérations t
16de ce temps, au moment où certaine renaissance du calvinisme laisse espérer, pour les années qui viennent, un essor tout nouveau d
17 de l’Église qu’est la révélation évangélique. Le calvinisme ou le luthérisme, ce sont bien moins des normes de pensée que des che
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
18gré sa sincérité, l’on ne peut que suspecter un « calvinisme » qui parle de l’Être suprême et paraît ignorer le Christ…) Tout cela
10 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
19 Lyon, se confondit sans nulle difficulté avec le calvinisme.) Nicolas de Flue et les réformés La contre-épreuve de ces diverses
11 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
20 s’agisse de la Transylvanie convertie [p. 35] au calvinisme et qui devient l’âme de la résistance au centralisme des Habsbourg, q
21 l’absolutisme. Or, si nous nous rappelons que le calvinisme a toujours maintenu avec rigueur la distinction entre l’Église et l’É
22ue 8 . Cela ne signifie pas, bien entendu, que le calvinisme ne puisse dévier lui aussi, et soit sans défauts. Mais cela signifie
23papiste, d’où l’État totalitaire. Mais lorsque le calvinisme cesse d’être une foi vivante, il laisse derrière lui une empreinte to
24vidu aux caractères accusés. Ainsi l’on glisse du calvinisme à l’individualisme, dès que l’on perd la foi de la Réforme pour ne ga
25tivistes. Et c’est pourquoi l’on a pu dire que le calvinisme était à l’origine du capitalisme moderne, avec sa concurrence sans fr
12 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
26 très raffinée, ou stricte austérité du verbe. Le calvinisme que fuyait l’Enfant prodigue fait son retour en force dans le style d
13 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
27ce d’inspiration. Le thomisme a inspiré Dante, le calvinisme Rembrandt, [p. 20] le luthérianisme Bach, le puritanisme Milton. Mais
14 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
28 peine que la mort contre les accusés suspects de calvinisme (c’était en France, au xvie siècle) avec la loi autorisant les accus
15 1965, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Que signifie pour vous la formule célèbre ‟Ecclesia reformata semper reformanda” ? » (29 octobre 1965)
29prit de Luther et de Calvin un luthéranisme et un calvinisme continuellement repris à leur origine spirituelle et rapportés à leur