1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
1es chansons ? » On a l’hallucination du décor des capitales, créatrice d’un merveilleux de chaque instant, d’une véritable « myth
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
2 [p. 693] Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927) aj Nocturnes aux caresses coupantes comme
3es aux caresses coupantes comme certaines herbes. Capitale de la douleur ak , ce sont de belles syllabes sereines, et dans cette
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Drieu la Rochelle, La Suite dans les idées (mai 1927)
4ique de la civilisation d’Occident. Les questions capitales posées ailleurs depuis longtemps par des maîtres comme Keyserling, Fe
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
5e dans les rues tant soit peu métaphysiques d’une capitale de mes songes. On exigeait d’une saison de marque de tels soupirs, d’
5 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
6ur de grand soleil sur toutes les verreries de la capitale. Les fenêtres battaient. Le soleil et « la mort » se conjuraient pour
6 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
7ple visite des cafés dans l’une et l’autre de ces capitales suffit à vous en donner la sensation : ce que vous pourrez voir duran
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
8econnaît son rêve. Huit heures aux clochers de la capitale qui s’avance dans la lumière fauve d’un soir chaud sur la plaine, ave
9 il passe ses étés. Esztergóm est la plus vieille capitale de la Hongrie. Attila, me dit-on, y régna. Aujourd’hui c’est la résid
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10 il est temps de tirer de ce livre une conclusion capitale qui, sans doute, fut l’objet déterminant de son auteur. Elle concerne
9 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
11r contrée, en donnent la visible formule, petites capitales enracinées. Il [p. 13] advint pourtant que certaines, selon l’égareme
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12son rêve. [p. 66] Huit heures aux clochers de la capitale qui s’avance dans la lumière fauve d’un soir chaud sur la plaine, ave
13 il passe ses étés. Esztergom est la plus vieille capitale de la Hongrie. Attila, me dit-on, y régna. Aujourd’hui c’est la résid
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
14le, provinciaux énervés par la vie des bars de la capitale nous apparaissent incapables de transporter dans ce décor les dilemme
12 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
15 fonder dans ce monde un Royaume de Dieu qui pour capitale, plutôt que Genève, choisirait Détroit. Il s’agirait de s’entendre ;
13 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
16iste le savoir. Entendons maintenant cette phrase capitale de Kierkegaard : « L’Éthique ne commence pas dans une ignorance qu’il
14 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
17esse du grand siècle, sous le coup de la question capitale qu’on voudrait poser sous cette forme : la vérité est-elle en déca ou
15 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
18bstituée aux cadres sclérosés du vieux régime. La capitale de l’Empire d’Occident, ses hiérarchies, sa centralisation, sa struct
19ises réformées. Point de centralisation, point de capitale, point d’unification formelle et forcée. [p. 206] Dès le début, la R
20membre de l’Église, mais il apporte une précision capitale à la définition de la personne. À tel point que je dirais volontiers
21s pays totalitaires ? Cette première question est capitale. Car la politique d’un régime est toujours étroitement dépendante de
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
22nouveau, en 1932, comportait trois revendications capitales : personnalisme, communisme antiproductiviste, régionalisme, traduisa
23qualifiant l’acte personnel — et cette nuance est capitale —, il est incontestable que l’« esprit » d’Esprit est d’inspiration s
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
24écédé. Les quatre autres atteignent enfin La Paz, capitale de la Bolivie, ville étrange, perdue à 4 000 mètres d’altitude [p. 81
18 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
25mple un Kierkegaard. Mais il y a cette différence capitale : que toutes les négations (antithèses) de Kierkegaard se fondent dan
19 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
26risée. Il est troublant de constater cette erreur capitale, et stérilisante pour l’action, chez un homme dont la pensée paraît s
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
27rêche, qui se voient préférer la possession de la capitale. De même, l’Édit est injurieux pour les [p. 30] deux fois, qu’il subo
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
28 période de leur vie où paraissaient leurs œuvres capitales. Et je doute qu’un Meyerson soit sérieusement compris et discuté par
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
29tin. On ignore à tel point en France l’importance capitale de ce fait, que l’on confond sans le moindre scrupule national et nat
23 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
30’en est ni le maître ni l’auteur : voilà la thèse capitale du livre. Ce que nous montre la Nature, c’est bien plutôt l’action d’
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
31 Goethe surtout. Il y a pourtant cette différence capitale que chez Goethe le contact n’est jamais « aussi direct que possible »
25 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
32age de Bossuet ce n’est pas seulement la question capitale de la Cène, c’est toute la question de la tradition et par là même de
26 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
33t appeler révolution. Ces questions me paraissent capitales. Et je ne vois pas comment il serait possible d’y échapper. Depuis hu
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
34une question complexe, comme toutes les questions capitales. Les gens d’ici ne gagnent presque rien. (Lui, par exemple, si je l’e
28 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
35, il serait sage de parcourir au moins les œuvres capitales du grand Réformateur. Or, il se trouve, et c’est presque incroyable,
36ée « engagée ». Elle met entre nos mains la pièce capitale du procès : l’acte d’accusation du clerc actif qu’était Luther, contr
29 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
37ne intime tentation de suicide totalitaire. Leçon capitale pour la Suisse ! [p. 419] Un État qui ne croit plus à sa valeur spir
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
38e. Là, il combat et tue un dragon qui menaçait la capitale. (C’est le motif consacré de la vierge délivrée par un jeune paladin.
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
39nt de vue de l’art littéraire, c’est une réussite capitale. Jamais les ressources d’une rhétorique plus savante n’ont été à ce p
40e de l’obstacle. Il y a pourtant cette différence capitale que Rousseau aboutit au mariage, c’est-à-dire au triomphe du monde sa
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
41bstituée aux cadres sclérosés du vieux régime. La capitale de l’Empire d’Occident, ses hiérarchies, sa centralisation, sa struct
42ises réformées. Point de centralisation, point de capitale, point d’unification formelle et forcée. Dès le début, la Réforme con
43membre de l’Église, mais il apporte une précision capitale à la définition de la personne. À tel point que je dirais volontiers
44s pays totalitaires ? Cette première question est capitale. Car la politique d’un régime est toujours étroitement dépendante de
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
45 Confédération n’a donc point de centre légal, de capitale, ni de constitution. Elle ne connaît et ne tolère nulle hégémonie dan
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
46 qu’il ne semble. Ne commettons plus l’imprudence capitale du monsieur qui s’enquiert « objectivement » des motifs d’un bandit t
35 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
47r, de misère, de sagesse, dont le visage de cette capitale plus douce et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées
36 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
48ous les membres du Congrès, dans une église de la capitale. Cela s’intitulait : « La nation prie avec son président. » Le speake
37 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
49grand cercle entourant une inscription en lettres capitales bien arrondies :      martine je suis aux champs      Paix du v
38 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
50r, de misère, de sagesse, dont le visage de cette capitale plus douce et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées
39 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
51a passion comme la mystique sont de ces attitudes capitales dont les très rares moments de pureté suffisent à déterminer l’atmosp
40 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
52 du port, ou gagnait les forêts qui avoisinent la capitale. Puis il se remettait à écrire. Vers midi, on le voyait parcourir la
41 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
53 Goethe surtout. Il y a pourtant cette différence capitale que, chez Goethe, le contact n’est jamais « aussi direct que possible
42 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
541] Un salon atomique (26 décembre 1945) m Cette capitale qui ne fait partie d’aucun des États de l’Union m’a toujours paru peu
43 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
55n industriel entreprenant. Cette nuance me paraît capitale : elle suffit à changer l’atmosphère. L’avouerai-je ? Aux premiers co
44 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
56aris, et les sirènes d’une fin d’alerte. ⁂ Paris, capitale engloutie dans l’épaisse nuit des campagnes. Mais une nuit sans clair
57grand cercle entourant une inscription en lettres capitales bien arrondies : martine je suis aux champs   Paix du village, sile
45 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
58r, de misère, de sagesse, dont le visage de cette capitale plus douce et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées
46 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
59] numéro 20.751 de la plus longue artère de cette capitale, qui s’étend sur 25 kilomètres. Victoria Ocampo, royalement, m’a prêt
60peut voir les taureaux de concours amenés dans la capitale de toutes les grandes estancias. Certains sont si lourds que leurs pa
47 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
61 a qu’à s’oublier dans l’énergie fusante de cette capitale du matin. 28 novembre 1941 Rêve de la liberté. — Au Cosmopolitan C
48 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
62ue les peuples attendent. Il recule devant l’arme capitale… Pas un seul appel officiel 14 n’a fait naître une seule grande et v
49 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
63était pourtant, d’une manière symbolique, la date capitale de la guerre. De même la victoire en Europe nous fut annoncée en deux
50 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
64salon atomique Washington, 3 novembre 1945. Cette capitale qui ne fait partie d’aucun des États de l’Union m’a toujours paru peu
51 1946, Lettres sur la bombe atomique. iii. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
65t le monde s’y préparait en 1939. Dans toutes les capitales d’Europe, on voyait les civils se promener avec leur masque à gaz en
52 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
66’a qu’à s’oublier dans l’énergie fusante de cette capitale du matin.      Ville pure. — Entre la Trente-troisième et la Soixant
53 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
67y préparait, vous rappelez-vous ? Dans toutes les capitales d’Europe, on voyait en 1939 les civils se promener avec leur boîte à
54 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
68n ses goûts. Je me borne à marquer une différence capitale : l’Américain n’insiste pas quand on ne l’aime pas — comme en Europe
55 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
69de quelques jours à Paris. Votre impression de la capitale française ? J’ai été frappé par son extraordinaire beauté, contrastan
56 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
70uvement œcuménique revêt une importance politique capitale dans notre siècle : il peut offrir le modèle même d’une union mondial
57 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
71ns de côté ces nuances de scrupule. La différence capitale entre celui que vous irez voir parce qu’on le proclame un homme en vu
58 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
72ur de grand soleil sur toutes les verreries de la capitale. Les fenêtres battaient. Le soleil et « la mort » se conjuraient pour
59 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
73n industriel entreprenant. Cette nuance me paraît capitale : elle suffit à changer l’atmosphère. L’avouerai-je ? Aux premiers co
60 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
74d’être grande. Cette question de format me paraît capitale. Pendant plusieurs années, j’ai répété à mes amis américains : « Vous
75n ses goûts. Je me borne à marquer une différence capitale : l’Américain n’insiste pas, quand on ne l’aime pas [p. 53] — comme e
61 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
76ous les membres du Congrès, dans une église de la capitale. Cela s’intitulait : « La nation prie avec son président. » Le speake
62 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
77range au nouveau conformisme. Dans telles grandes capitales de l’Europe, on voit des écrivains et des savants donner des gages d’
63 1948, Suite neuchâteloise. III
78 enchevêtrés mais jalousement distincts, dans une capitale de trois mille habitants, un pays de quarante mille bons et fidèles s
64 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
79nt européen n’osaient pas espérer que la question capitale s’imposerait tout naturellement, dans un délai aussi réduit. Ils sont
65 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
80n’êtes pas seulement les députés de quinze villes capitales, et de cent vingt provinces, et de la génération qui les peuple aujou
66 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
81n’êtes pas seulement les députés de quinze villes capitales, et de cent vingt provinces, et de la génération qui les peuple aujou
67 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
82l s’est borné à le déplacer, par un décret, de la capitale à Bombay.) L’officier n’est pas bien convaincu : il voudrait obtenir
68 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
83eux siècles, la Confédération avait su vivre sans capitale ni centre légal, et sans autre constitution écrite que les Pactes. Sa
84l’instauration d’une Fédération mondiale ayant sa capitale en Suisse. Mais une fois le premier enthousiasme calmé, les Suisses,
69 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
85mbres. Berne, cependant, ne porte pas le titre de capitale, mais seulement de « ville fédérale ». Elle est en même temps le chef
70 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
86esseurs, et de leur ascension progressive vers la capitale, si typique de la France centralisée, est inconnu en Suisse, puisque
71 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
87ovinces habituées à recevoir leur impulsion d’une capitale plus ou moins éloignée. En 1940, pendant la mobilisation de l’armée
88(Point d’ambassades, de même qu’il n’y a point de capitale proprement dite, et que les généraux sont appelés colonels : le tempé
89quittent pas le pays pour aller discuter dans les capitales des voisins les problèmes internationaux. Rien ne s’oppose, dans la C
72 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
90ue dès l’an 1204, où l’armée des Croisés pilla sa capitale et viola son sanctuaire. Chute immense, dont la cause directe fut le
73 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
91ue dès l’an 1204, où l’armée des Croisés pilla sa capitale et viola son sanctuaire. Chute immense, dont la cause directe fut le
74 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
92e des communistes, mais deviendrait avant tout la capitale d’un État désireux de se stabiliser, d’élever son niveau de vie, de r
75 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
93veut se rapprocher de l’Occident, elle déplace sa capitale vers la mer. Quand elle revient à sa politique traditionnelle, contin
76 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
94le n’est rien qu’une dictature.) Cette phrase est capitale, parce qu’elle pousse à l’absurdité la logique jacobine d’une souvera
77 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
95 le communisme russe peut encore écraser d’autres capitales de l’Europe, massacrer d’autres foules révoltées, et liquider d’autre
78 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
96e l’Afrique, l’URSS nous menaçant de détruire nos capitales par projectiles téléguidés, enfin les États-Unis eux-mêmes (pendant q
79 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
97e passe comme s’ils avaient décidé — trois choses capitales. Ils ont décidé que la matière et le corps sont des réalités ; que le
80 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
98 un centre qui doit être partout (mai 1958) an Capitale de l’Europe Voilà qui accroche. Si ce n’est de vedettes, de princesse
99dettes, de princesses, de jeunesse, parlons d’une capitale, le grand public aime ça. L’union de l’Europe, question de vie ou de
100r si l’on veut que l’Europe unie soit dotée d’une capitale, c’est justement pour des raisons « sacrées », comme on va le voir.
101 et Fichte dirent le dogme après coup, fait de la Capitale un centre universel. Ainsi Paris, centre de tout, en France : la mode
102i l’Espagne, ni même la Grande‑Bretagne n’ont une capitale comparable à Paris pour le prestige et la nocivité. La pratique des f
103il serait pour tous « à l’étranger » et l’idée de capitale centralisante aurait tôt fait de la dénaturer. On voudrait y mettre à
104lité, qu’on renonce alors à l’improvisation d’une capitale ou de quelque district fédéral synthétique ; qu’on fasse l’Europe d’a
105u’en 1800. Pourquoi veut‑on que le choix de notre capitale précède l’instauration d’un État fédéral dont l’aire et le régime son
106ussi les causes ou la « raison ». Le débat sur la Capitale paraît frivole ; il l’est sans doute au regard des faits. Cependant,
107i dit pourquoi l’Europe doit écarter l’idée d’une capitale centralisante, et pourquoi je ne sens pas l’urgence de créer un distr
81 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
108videmment valables quand il s’agit de choisir une capitale administrative ou le siège d’un futur Pouvoir fédéral européen, ne de
82 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
109bert, auquel une crise cardiaque épargne la peine capitale. Je n’entends pas voiler ni excuser le caractère scandaleux du roman,
110 intelligents, intégrés dans la vie sociale d’une capitale européenne mais irrités par son insignifiance, remplit la seconde par
83 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
111gaire a donc permis de faire connaître des œuvres capitales de la grande musique. Une chose a porté l’autre, et plutôt que de se
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
112bert, auquel une crise cardiaque épargne la peine capitale. Je n’entends pas voiler ni excuser le caractère scandaleux du roman,
113 intelligents, intégrés dans la vie sociale d’une capitale européenne mais irrités par son insignifiance, remplit la seconde par
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
114ans appel de la passion, qui est d’une importance capitale et qu’on ne peut faire « qu’à l’aveuglette ». Comment expliquer « un
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
115ier, des archétypes. L’événement majeur, la scène capitale du drame de la personne ainsi constituée se produit à l’aube de la tr
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
116 Et c’est à elle que Jésus dit alors cette phrase capitale : Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en es
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
117’histoire n’a rien à lui comparer : le nombre des Capitales, la fréquence & la célérité des expéditions, les communications p
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
118ielle, un petit État se forme au centre : dans la capitale s’agglomèrent tous les intérêts : là vont s’agiter toutes les ambitio
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
119utes les conquêtes ici ne signifient rien, car la capitale la plus intérieure de chaque empire ne se trouve pas derrière des mur
120a paix éternelle où la Jérusalem nouvelle sera la capitale de l’univers. Jusque-là demeurez calmes et courageux dans les dangers
121r glorifier son nom et sa grandeur ; même dans la capitale de l’empire turc un noble ennemi honora par un service funèbre public
122lemagne. — Paris 1850. Cependant, dans son œuvre capitale, le Cours de philosophie positive 190 Comte entend donner une solid
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
123erins 200  : Lorsque la Liberté siégera dans la capitale du monde, elle jugera les nations. Et elle dira à la première : Voilà
124 d’une aînée. […] Cette nation aura pour [p. 243] capitale Paris, et ne s’appellera point la France ; elle s’appellera l’Europe.
125ef-lieu Paris, c’est-à-dire la liberté ayant pour capitale la lumière. En un mot, les États-Unis d’Europe. C’est là le but, c’es
126 triomphes des tribuns, comme de l’absorption des capitales. Que Paris fasse, dans l’enceinte de ses murs, des révolutions : à qu
127ol allemand [p. 269] même, à cent lieues des deux capitales, Berlin et Vienne, dont les souverains sont les seuls obstacles… … Au
128ses amis, la notion d’hégémonie organisatrice est capitale : Mais pour que l’unité de l’Europe se constitue organiquement et ha
129semble » en vue d’un avenir commun. Cette analyse capitale pour toute l’évolution de l’idée européenne dont il formule la thèse
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
130 Il prend tout ce qu’il peut à Rome, il y fixe sa capitale et non point à Jérusalem. Il lui emprunte son langage. Un même homme
93 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
131ans appel de la passion, qui est d’une importance capitale et qu’on ne peut faire « qu’à l’aveuglette ». Comment expliquer « un
94 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
132ier, des archétypes. L’événement majeur, la scène capitale du drame de la personne ainsi constituée se produit à l’aube de la tr
95 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
133 le cœur de la vie artistique et littéraire de la capitale. Vuillard, Bonnard et Laprade, parmi les peintres, André Gide, Arnold
134 un pèlerinage aux monuments sacrés de l’ancienne capitale royale. Dans la vieille forteresse de Wawel, dominant la cité, ils ir
135uf et un billet pour Washington. Une fois dans la capitale, Retinger va trouver son ami Felix Frankfurter, qui occupe un poste g
136fréquenter dès les premiers jours les cafés de la capitale qu’il avait connus autrefois. Dans l’un d’eux, après avoir commandé u
137 les plans. Les contacts avaient été pris dans la capitale et en province avec les responsables politiques et les chefs militair
96 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
138éé le décor sale et sans âme des faubourgs de nos capitales, elle a créé le prolétariat, elle a soumis toute une classe d’hommes
97 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
139ité douce d’une aînée. […] Cette nation aura pour capitale Paris, et ne s’appellera point la France ; elle s’appellera l’Europe.
98 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
140t avec cela que l’Europe a fait non seulement ses capitales industrielles, mais ses cathédrales ! (lisez-le pour y croire : p. 23
99 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
141d’hui, on doit se renseigner dans une douzaine de capitales, auprès de services officiels qui ne sont pas toujours en contact ave
100 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
142 décrets simplistes et rigides promulgués par une capitale, mais par des propriétés analogues à celles qui distinguent les corps
143eul homme, veulent que son centre ne soit pas une capitale, mais bien un District fédéral. La Fédération européenne n’étant pa
144els ou déjà désignés à devenir les citoyens d’une capitale de l’Europe. « Il était temps que ces petits Suisses nous offrent aut
145rie du Ranz des vaches… Mais après tout, si notre capitale n’est pas retenue, au bout du compte, plutôt que d’en choisir une aut