1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1l’esprit au point qu’il n’éprouve plus même cette carence ; seulement, peu à peu, il découvre qu’il s’ennuie profondément ; fat
2 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
2 prétextes.      7. Nous souffrons d’une terrible carence d’héroïsme intellectuel. Ces messieurs — et qui pensent — ont la chan
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
3ts de la terre : une église, une prison. » Triste carence d’un jugement qui se prétend humain ! Pensez-y M. Nizan : quelle que
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
4t de la grandeur, les Alpes. Nous souffrons d’une carence inquiétante de l’héroïsme. Dans la lutte pour la vie que nous impose
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
5ous n’hésitons plus à rendre responsable de cette carence de la poésie et du rayonnement spirituel notre fameux moralisme, [p. 
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
6refuserait de dénoncer les principes ou plutôt la carence de principes directeurs dignes de ce nom ? Serait-ce que la mauvaise
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
7 travail, de la question des salaires, etc. Cette carence subite dans le domaine économique vient à l’appui de la thèse marxist
8 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
8es va leur dicter une attitude politique, et leur carence doctrinale les empêchera de remarquer que cette attitude politique es
9licité [p. 138] des ligues antifascistes. Mais la carence doctrinale dont leurs manifestes font preuve favorise de toute éviden
9 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
10use de notre psychose de sécurité. Tant que cette carence fondamentale ne sera pas dénoncée, reconnue et combattue, on perdra s
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
11 la défense : trente morts attestent cette double carence 61 . Maximes d’une tactique personnaliste 1. Il faut déduire les mo
11 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
12alistes Le drame de la France politique, c’est la carence du socialisme véritable. L’esprit parlementaire a détourné la traditi
12 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
13 ses lois. La révolte matérialiste trouve dans la carence du spiritualisme une espèce provisoire de justification. Il y a dans
13 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
14use de notre psychose de sécurité. Tant que cette carence fondamentale ne sera pas dénoncée, reconnue et combattue, on perdra s
14 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
15s excitations de juillet, c’est qu’en dépit de la carence et des pataquès doctrinaux qui caractérisent les chefs, il existe à g
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
16. C’est cette angoisse avant tout qui explique la carence des gouvernants, la timidité de leurs réformes, l’incohérence de leur
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
17 cette pitié corrosive qui s’attaque aux secrètes carences. Mais où se cache le secret d’une époque ? Apparemment là où personne
18ciplines récitatives, ne traduit pas une certaine carence de style et de pouvoir formateur ? Est-ce que toute leur histoire — j
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
19res qui la défient sont prêts à enregistrer cette carence historique. Tout dépend aujourd’hui de l’attitude de quelques pays — 
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
20. C’est cette angoisse avant tout qui explique la carence des gouvernants, la timidité de leurs réformes, l’incohérence de leur
19 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
21périence du centralisme. Mais il faut voir que la carence française, la fossilisation des formes étatistes, constitue pratiquem
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
22ensée « pure » ou pensée « asservie » à l’action, carence ou simonie, M. Benda ou Barrès. La jeunesse personnaliste, déclara no
21 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
23n problème qui se pose actuellement du fait de la carence des tentatives de solutions qu’on a voulu historiquement lui donner.
24orientation politique (au bon sens du mot). Cette carence le subordonne finalement à la politique de l’État. Tout au contraire,
22 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
25on hitlérienne ont été l’expression directe d’une carence du sens civique, loi générale qui se vérifie dans tout pays totalitai
26 d’un peuple que le besoin de porter remède à ses carences profondes, et de les compenser. Hitler est en train d’opérer un dress
23 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
27nous à y croire. » Ruine des croyances communes, carence du christianisme, appel irrationnel à de nouvelles raisons de vivre,
24 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
28périence du centralisme. Mais il faut voir que la carence française, la fossilisation des formes étatistes, constituent pratiqu
25 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
29evons attribuer tout le mal, mais aussi bien à la carence des chrétiens. Ceci dit, il nous faut agir. Or agir, ce n’est pas haï
26 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
30oin de s’effrayer et de [p. 29] se scandaliser de carences aussi flagrantes, notre raison moderne s’excuse en précisant « qu’il
31irrésistible de l’inconscient. Enregistrons cette carence rationaliste et plaçons-nous maintenant dans la vision essentiellemen
27 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
32que nous les adorions : leur révolte serait notre carence. Le rationalisme régnant a pu produire des avions en masse et par ce
28 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
33es autres pour consolider l’autarcie russe… Cette carence générale des chefs, des doctrines et des partis est un appel à une au
34c que la foi s’est affaiblie dans ces pays, cette carence ne s’y est pas traduite par l’éclosion d’une anti-religion totalitair
29 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
35rer cette puissance dont notre désunion, dont nos carences, ont frustré leurs secrets espoirs. Pour eux, au moins autant que pou
30 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
36démocraties occidentales n’auront pas mesuré leur carence fondamentale à cet égard, elles ne comprendront pas la vraie nature d
31 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
37s, et que c’est précisément pour remédier à cette carence que nous avons fondé à Genève, le Centre européen de la culture, inst
32 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
38lturel comme le Centre n’est pas de suppléer à la carence d’une véritable propagande européenne. Tout au plus peut-il en étudie
33 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
39u adult education) qui essayent de subvenir à ses carences. Il était nécessaire de rappeler succinctement ces données générales
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
40ons ? Bien sûr. Mais c’est ici que Rome révèle sa carence essentielle. Elle impose avec trop de rigueur des rites et des symbol
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
41ropéennes un commun dénominateur expliquant cette carence relative de leur curiosité. On aura plus vite fait de scruter les rai
36 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
42se publique et leçons qui s’y rapportent ; 2° Une carence de l’éducation civique : là où elle existe, elle se borne à décrire l
37 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
43ccidentales n’auront pas mesuré la nature de leur carence fondamentale, et l’intensité aveuglante de la tentation totalitaire q
38 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
44e européen, reconnaissons qu’il y a eu, aussi, la carence totale de réalisations de notre union politique. Or, la cause de cett
45s de notre union politique. Or, la cause de cette carence est en interaction précise avec les causes de la crise mondiale, dont
46la croissance illimitée. La crise mondiale, et la carence politique [p. 22] des Européens s’originent l’une et l’autre dans nos
47ologiques et s’illustrant — négativement — par la carence de nos États devant le problème de l’énergie et de sa nécessaire dive
48e », voire toutes ces belles choses à la fois. La carence de toute invention fondamentale, en politologie, s’explique par la co
39 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
49be de vingt à sept millions. À la faveur de cette carence forcée de la fonction universelle qui était la raison d’être de l’Emp
40 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
50l’esprit au point qu’il n’éprouve plus même cette carence ; seulement, peu à peu, il découvre qu’il s’ennuie profondément ; fat
51ctement prévu. Critères pour demain déduits des carences d’hier Essayons après coup d’imaginer sinon une méthode véritable, du
41 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
52’Autorité européenne. Plus évidente encore est la carence de nos pouvoirs nationaux devant les phénomènes de pollution qui sévi
53uverains, trop contents de pouvoir expliquer leur carence par celle du voisin. La pollution ne connaît pas de frontières, et no
42 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
54 calculs de profit local ou « autorisées » par la carence de lois nationales réglant la protection de l’environnement. Une fois
43 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
55nôtres depuis bien avant sa naissance, montre une carence, non moins pathétique, de scrupules intellectuels ! Sa rage d’assimil