1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
1e, et ces peuples de somnambules s’éveilleront du cauchemar où les plongent toutes vos drogues : presse, ciné, faux-luxe, suffrag
2 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
2e des fous ». Mais non, on ne le secouera pas, ce cauchemar, ce monde moderne, [p. 124] ce monde de fous qui n’ont plus que leur
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
3a lune. Le contrôleur a dû jouer un rôle dans mes cauchemars. L’aube m’éveille dans les faubourgs de Budapest, cheveux en désordre
4yage on la regarde mieux. — La vie… (une sorte de cauchemar de la pensée, qui ne peut plus s’arrêter de penser). Se peut-il qu’on
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5a lune. Le contrôleur a dû jouer un rôle dans mes cauchemars. L’aube m’éveille dans les faubourgs de Budapest, cheveux en désordre
6yage on la regarde mieux. — La vie… (une sorte de cauchemar de la [p. 111] pensée, qui ne peut plus s’arrêter de penser). Se peut
5 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
7il, droit au loisir, on sait en 1933 à quel morne cauchemar aux sursauts de mitraille conduisent ces deux revendications confusém
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
8ent » de nos ombres ? Je vois naître dans un lent cauchemar la Bête de l’Apocalypse, le dieu glacé État qu’ils édifient pour le G
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
9il, droit au loisir, on sait en 1933 à quel morne cauchemar aux sursauts de mitraille conduisent ces deux revendications confusém
8 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
10es replis de la vie quotidienne fouillés comme un cauchemar par le brusque soleil, et l’homme au centre, campé dans sa stature ré
9 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
11ersonne d’ailleurs n’a pu y parvenir. À la fin du cauchemar, on le tue dans des conditions trop déprimantes pour qu’il puisse son
10 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
12rochaine d’une prise de pouvoir légal, qui est le cauchemar de sa vie. Après avoir « milité » pendant quarante ans, ce prophète e
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
13’elles prennent sur les esprits, et la réalité de cauchemar qu’elles affectent, — dont les affecte notre démission. Et c’est ains
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
14e dos au soleil toujours absent de l’imagerie des cauchemars. Pour bien comprendre le métro, il faut être pauvre, éreinté et enfié
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
15’elles prennent sur les esprits, et la réalité de cauchemar qu’elles affectent, — dont les affecte notre démission. Et c’est ains
14 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
16t-il hypnotisé son peuple, maintenant en proie au cauchemar de la force ? Ou bien serait-ce aujourd’hui seulement que la vérité d
15 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
17aire du moindre d’entre nous un prévenu. C’est le cauchemar du xxᵉ siècle. Le triomphe de l’État sur l’homme. D’ailleurs on peut
16 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
18 commune mesure : d’où l’impression d’entrave, de cauchemar. Impossible de savoir qui a gagné, quand une des règles principales d
17 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
19eurs péchés, mais comme une sorte d’apparition de cauchemar, qui porte malheur et qui leur veut du mal. Elles ne se doutent pas q
18 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
20éel. Puisqu’on en meurt de plus en plus. C’est un cauchemar mais sans réveil possible. C’est le cauchemar de la réalité. La guerr
21 un cauchemar mais sans réveil possible. C’est le cauchemar de la réalité. La guerre existe autour de nous, elle est fausse, impo
22ai décrit l’œuvre de Satan, et cela finit dans un cauchemar qui ressemble à s’y méprendre à notre époque. Mais si vous ne croyez
23a cruauté. Mais si l’époque est sans issue, si le cauchemar est vrai cette fois, s’il n’est plus de réveil possible, pourquoi le
19 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
24 même où il plongeait [p. 191] son peuple dans le cauchemar de l’hypnose collective. Procédé constant du Démon ! Le tonnerre des
25ècle apparaîtra dans l’avenir comme une espèce de cauchemar verbal, de cacophonie délirante. On y parlait plus qu’on n’avait jama
20 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
26 nous cette vision ressemble à s’y méprendre à un cauchemar. Mais alors [p. 106] que tant de poètes s’efforçaient, à la même époq
27 pour avouer qu’on ne peut pas se réveiller de ce cauchemar universel, il faut avoir, ne fût-ce qu’une fois, dans l’éclair d’un p
28 souvenir global, cette inoubliable atmosphère de cauchemar poursuivi dans la veille, une sorte de schéma dogmatique transparaît.
21 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
29ollectif, mais à l’usage des philistins, voilà le cauchemar qu’aura rêvé le IIIe Reich somnambulique. Maladie religieuse bien plu
22 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
30s il arrive aussi que certains rêves, et certains cauchemars, soient vécus ; j’ai connu cela, dans une grande gare de cette Europe
23 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
31’est sérieux, cette fois-ci ça y est !… Vivant un cauchemar qui est vrai, nous allons en désordre au réveil. La mort, le désespoi
24 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
32e monde s’ouvre et s’éclaire comme au sortir d’un cauchemar. Mais c’est aussi comme un premier réveil désorienté dans une chambre
25 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
33. Mais criez donc ! Que quelqu’un crie ! C’est un cauchemar ! Il manque seulement cette chose très vague, la liberté. Et cette fo
26 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
34ne n’a pu le rêver. C’est cela, et c’est aussi le cauchemar des visas. Si cette folie furieuse et inutile ne régnait pas sur le m
35bien un de ces tours que nous jouent les [p. 245] cauchemars, de rapetisser méchamment tous les êtres, d’effacer les visages, et d
27 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
36 les géantes qu’on voudrait lui faire rencontrer… Cauchemar typique : il [p. 123] se promène dans une grande ville déserte… Phobi
28 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
37? La société entière se transformera-t-elle en un cauchemar de statistiques, de directives, de formulaires, de fiches, de doubles
29 1948, Suite neuchâteloise. VIII
38squée par Marx.   De cette enfance il me reste un cauchemar, l’école primaire, dont j’ai parlé ailleurs ; l’idée que mon village
30 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
39enir 130 centres européens de la culture (un vrai cauchemar) ; ou décerner 3000 grands prix de littérature, d’art et de science ;
31 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
40enir 130 Centres européens de la culture (un vrai cauchemar) ; ou décerner 3 000 grands prix de littérature, d’art et de science 
32 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
41seul coup la balance ? Voulait-il suggérer que le cauchemar du « tête-à-tête avec l’Allemagne » s’évanouirait devant les joies d’
33 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
42llions rétablissant d’un seul coup la balance. Le cauchemar du « tête-à-tête avec l’Allemagne » s’évanouit dès que l’on songe aux
34 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
43s l’Histoire le rêve du dix-neuvième siècle et le cauchemar du vingtième siècle. L’Occident n’y croit plus. Il la revend d’occasi
35 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
44, insondablement faux, perd son sens et tourne au cauchemar, par la coïncidence absurde de deux « sens » qui se détruisent en se
36 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
45ccord, c’est un beau rêve. En attendant, voici le cauchemar. Déjà les maréchaux s’installent et tirent leurs plans ; la Russie fa
37 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
46s expériences, nonobstant leurs aberrations. Le cauchemar d’Œcumenopolis L’historien Arnold Toynbee et l’architecte C. Doxiadis
47ie, si elle se réalisait, nous plongerait dans le cauchemar sans fin d’une consommation forcenée et d’une pollution démentielle.
38 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
48res. Mais le rêve de Puissance totale n’est qu’un cauchemar. Une Nation ne peut le rêver, le mimer et l’agir que dans l’hypnose,
39 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
49Bruxelles. La lenteur, évoquant celle de certains cauchemars, et la systématique insuffisance de ces « réalisations » expliquent l
50 péril imminent et la conscience de vivre un long cauchemar où tout est faux, impossible et réel ; le refus de croire que l’état
40 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
51quelque chose comme le miracle du réveil après le cauchemar où l’on hurlait seul, sans écho, devant l’indicible injustice de l’éc
41 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
52 péril imminent et la conscience de vivre un long cauchemar où tout est faux, impossible et réel ; le refus de croire que l’état
53quelque chose comme le miracle du réveil après le cauchemar où l’on hurlait seul, sans écho, devant l’indicible injustice de l’éc
42 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
54ste, ou un communiste le bourgeois, l’un étant le cauchemar de l’autre, c’est-à-dire une projection de la part honteuse de lui-mê