1 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
1me 42 se ramène à cette exigence d’un État fort, centralisé, dispensateur de tous les biens, méritant donc tous les sacrifices. S
2 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
2: « l’État, c’est moi » ; la France synchronisée, centralisée, déjà presque totalitaire, et vidée de ses meilleures forces créatric
3éral. Un régime est totalitaire lorsqu’il prétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spiritue
3 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
4il s’agit d’établir à tout prix un cadre national centralisé, géométrique, conçu dans l’abstraction et imposé par la violence. Pou
4 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
5mpose pour des raisons pratiques — dans les États centralisés — et il ne reste plus qu’un seul moyen de la contrôler « démocratique
6st aujourd’hui de constituer une nation unitaire, centralisée, une solide base mystique et étatique pour les conquêtes futures, mil
7e où le fédéralisme suisse subsiste, et où l’État centralisé n’a que des pouvoirs limités et ne « fait » pas l’opinion publique.)
5 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
8ouverner à un État de plus en plus rigoureusement centralisé. Seul le rythme de l’étatisme n’a pas été partout le même. Dans les d
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
9terprété. Hitler n’a vu d’abord dans la structure centralisée que la condition indispensable d’une discipline de guerre. Il n’a pas
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10 seulement du fait d’une organisation ferroviaire centralisée, mais encore sentimentalement. Le confort relatif des grandes lignes
8 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
11 seulement du fait d’une organisation ferroviaire centralisée, mais encore sentimentalement. Le confort relatif des grandes lignes
9 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
12 elle se transformerait en contrainte uniforme et centralisée. Il n’y aurait plus qu’à renverser les hommes qui prétendraient la re
13ntre communes autonomes et organes administratifs centralisés. Or, l’existence concomitante du Conseil suprême et de l’État est la
10 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
14st aujourd’hui de constituer une nation unitaire, centralisée, une solide base mystique et étatique pour les conquêtes futures, mil
15e où le fédéralisme suisse subsiste, et où l’État centralisé n’a que des pouvoirs limités, ne « fait » pas l’opinion publique.)
11 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
16terprété. Hitler n’a vu d’abord dans la structure centralisée que la condition indispensable d’une discipline de guerre. Il n’a pas
12 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
17tactique, des mots d’ordre tactiques, un appareil centralisé — la négation parfaite de nos doctrines. 6. On croit si peu à la mort
13 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
18: « l’État, c’est moi » ; la France synchronisée, centralisée, déjà presque totalitaire, et vidée de ses meilleures forces créatric
19éral. Un régime est totalitaire lorsqu’il prétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spiritue
20libre vivant des deux termes. Ceux qui disent : « Centralisons tout » et ceux qui disent : « chacun pour soi », prouvent ainsi les u
14 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
21ôté, dénonçait la manie d’organiser [p. 75] et de centraliser en écrivant : « L’État est le plus froid parmi les monstres froids. »
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
22 démocratique. Il veut tout unifier, réglementer, centraliser, décolorer. Il veut tout faire rentrer dans le rang. Il persécute à p
16 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
23tion fédéraliste en économie est alors celle-ci : centraliser tout ce qui est de l’ordre du travail « indifférencié » ou parcellair
17 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
24de son côté, dénonçait la manie d’organiser et de centraliser en écrivant : « L’État est le plus froid parmi les monstres froids. »
18 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
25ire. Un régime est totalitaire lorsqu’il prétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spiritue
19 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
26e plutôt qu’unitarien. Il sera fédéral plutôt que centralisé (dans les domaines culturels, religieux et sociaux). Il placera les d
20 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
27dividus que l’État fait son ciment. Mais cet État centralisé, cette unité rigide et trop contrôlée écrase bientôt toutes les initi
28ns une grande ville moderne ou dans un vaste État centralisé. D’autre part, on n’est pas non plus [p. 632] tyrannisé par une loi r
21 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
29 un État de pareilles dimensions, s’il vient à se centraliser ? Or la guerre accélère ce processus. À chaque mesure décrétée par Ro
22 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les écrivains romands et Paris (10 septembre 1949)
30çaise. Or, il se trouve que la France est un pays centralisé, dans sa vie littéraire aussi. Pourquoi s’insurger, nous seuls, contr
23 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
31e trois vices majeurs : il est trop vaste, il est centralisé, et il laisse aux gouvernements l’initiative autant que le contrôle.
32me on dit à l’Unesco) et non point mondiaux.   2. Centralisé. La réalité de la culture ne se trouve ni dans l’individu isolé, ni d
24 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
33mposait, d’autant plus que par réaction au statut centralisé dont on venait de les délivrer, les cantons multipliaient les mesures
34ntre les membres de l’alliance, ou d’une tyrannie centralisée destinée à masquer cette division. [p. 54] C’est peut-être en fin de
25 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
35’être jamais devenus des États bureaucratiques et centralisés, mais d’être restés jusqu’à nos jours des États populaires, fondés su
36rente-deux ans. Dans tout autre pays de structure centralisée, cette inamovibilité pratique de l’exécutif eût conduit fatalement et
26 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
37ressive vers la capitale, si typique de la France centralisée, est inconnu en Suisse, puisque aucune des sept universités ne saurai
27 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
38res que celles qu’on peut rencontrer dans un pays centralisé. Le moindre morceau de la Suisse qu’un de nos voisins voudrait s’anne
39incial » au regard de l’Allemagne, beaucoup moins centralisée que la France en ce domaine. Dès le xviiie siècle, elle a tenu sa pa
28 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
40e trois vices majeurs : il est trop vaste, il est centralisé, et il laisse aux gouvernements l’initiative autant que le contrôle.
41omme on dit à l’Unesco) et non point mondiaux. 2. Centralisé. La réalité de la culture ne se trouve ni dans l’individu isolé, ni d
29 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
42pas unitaire, ne sera pas un Super-État unifié et centralisé, car son génie s’appelle diversité. Elle ne sera pas non plus une Sai
30 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
43tes européens se proposent de créer un vaste État centralisé. Et combien savent que la Constitution suisse de 1848, pourtant exemp
31 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
44se voit donc contraint de renforcer la police, de centraliser tous les éléments du pouvoir, et de transformer la justice en instrum
45 Hegel. Ensuite, parce que la collusion de l’État centralisé et de la nation missionnaire produit comme résultante fatale l’impéri
32 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
46yers de rayonnement culturel et commercial. L’une centralise, l’autre fédère. L’une est conservatrice et l’autre progressiste. En
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
47 par suite son personnage et sa morale. Il épure, centralise et tyrannise. Il combat les goûts personnels, qui seraient source de
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
48se voit donc contraint de renforcer la police, de centraliser tous les éléments du pouvoir, et de transformer la justice en instrum
49 Hegel. Ensuite, parce que la collusion de l’État centralisé et de la nation missionnaire produit comme résultante fatale l’impéri
35 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
50 tenir à l’unisson. En un mot fédérer, au lieu de centraliser dans la monotonie abstraite, ou au contraire de s’enfermer dans son a
36 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
51s ; le suffrage universel, les parlements, l’État centralisé, la bureaucratie et les partis ; l’instruction publique obligatoire e
37 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
52se « discipline civique » aux partis d’une Nation centralisée, qui n’y voient guère qu’un pis-aller en temps de crise, tandis qu’on
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
53 et leur remplacement par une République mondiale centralisée : Un corps ne se fait pas la guerre à lui-même, et le genre humain v
54’Europe, le délire d’unité universelle nivelée et centralisée, devait conduire la Révolution, par une nécessité concrète, à la néga
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
55à une attaque contre l’idée jacobine de la nation centralisée. Par là même, Benjamin Constant se fait le précurseur des fédéraliste
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
56cession de nouveaux États. Dans les gouvernements centralisés, au contraire, les attributs du pouvoir suprême se multiplient, s’éte
57ne convient pas à la formation d’un État unitaire centralisé, ni même, d’une façon générale, à celle d’une simple nation « fermée 
41 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
58, de cas en cas, ce qui marcherait mieux en étant centralisé et ce qui marcherait mieux en restant libre et dispersé, voire anarch
42 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
59s locales, régionales, idéologiques. Tout système centralisé ou institution qui aurait pour effet de déprimer les autonomies local
43 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
60, elle conduirait plutôt à une Europe uniforme et centralisée dont nul ne veut. À l’inverse, l’Europe des patries ne tendrait qu’à
44 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
61 culturellement uniformisée et administrativement centralisée. « Une foi, une loi, un roi. » « Ein Volk, ein Reich, ein Führer. » D
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
62’être jamais devenus des États bureaucratiques et centralisés, mais d’être restés jusqu’à nos jours des États populaires, fondés su
63rente-deux ans. Dans tout autre pays de structure centralisée, cette inamovibilité pratique de l’exécutif eût conduit fatalement et
64res que celles qu’on peut rencontrer dans un pays centralisé. Le moindre morceau de la Suisse qu’un de nos voisins voudrait s’anne
46 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
65ficie du fait que l’allemand n’est pas une langue centralisée et réglée par décrets de l’État, comme en France 95  : chaque provinc
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
66 culturellement uniformisée et administrativement centralisée. « Une foi, une loi, un roi. » Ein Volk, ein Reich, ein Führer. Des p
48 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
67nt les fédéralistes modernes. Alors que la nation centralisée souffre au xxe siècle du double désavantage d’être à la fois trop pe
68l’on peut observer dans un pays aussi unitaire et centralisé que la France une tendance très marquée vers la création de « métropo
49 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
69usieurs États-nations européens, et non des moins centralisés. La Belgique est menacée d’éclatement par les oppositions ou incompat
70rs de la France, qui est le pays du monde le plus centralisé, mais que ses propres « Plans », décidés à Paris, vouent à l’inexorab
71plus faire les Églises, Dieu merci. L’État-nation centralisé et unifié s’arroge ainsi tous les pouvoirs des grands empires traditi
72ncore dans les milieux dirigeants du pays le plus centralisé du continent et le plus allergique, semblait-il, au fédéralisme à bas
73tion d’une communauté régionale par l’État-nation centralisé conduit à cette forme de vide économique et culturel qui a résulté pa
74alculer suffisait pour établir le bilan d’un État centralisé, tandis que seuls les ordinateurs pourront permettre de tenir compte
50 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
75e siècle, par une centaine de nations nouvelles. Centralisé, atomisé et trituré par les dynamismes contraires du xxe siècle, l’É
76physique. Et en même temps presque tous nos États centralisés — dans la mesure même où ils sont centralisés — se révèlent trop gran
77ats centralisés — dans la mesure même où ils sont centralisés — se révèlent trop grands pour animer la vie économique culturelle et
51 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
78acité, au xxe siècle, exigent des ensembles plus centralisés ou intégrés. » [p. 32] « L’État-nation demeurera longtemps encore le
79urait apparaître que sous la forme d’un mini-État centralisé, et d’une mini-nation [p. 35] régie par des bureaux concentrés dans u
52 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
80 ses Catalans. La France enfin, type même du pays centralisé, connaît le plus fort mouvement de sens contraire en Europe. La régio
53 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
81e siècle, par une centaine de nations nouvelles. Centralisé, atomisé et trituré par les dynamismes contraires du xxe siècle, l’É
54 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
82l que Napoléon en a posé le modèle, intégralement centralisé en vue de la guerre. C’est ce modèle que tous les peuples de l’Europe
83éer un Super-État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et faire de nos États autan
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
84plus faire les Églises, Dieu merci. L’État-nation centralisé et unifié s’arroge ainsi tous les pouvoirs des grands empires traditi
85ais en même temps, les États-nations unitaires et centralisés — et dans la mesure même où ils sont centralisés — sont tous trop gra
86 centralisés — et dans la mesure même où ils sont centralisés — sont tous trop grands : trop grands pour assurer le développement d
87ncore dans les milieux dirigeants du pays le plus centralisé du continent et le plus allergique, semblait-il, au fédéralisme à bas
88tion d’une communauté régionale par l’État-nation centralisé conduit à cette forme de [p. 176] vide économique et culturel qui a r
89acité, au xxe siècle, exigent des ensembles plus centralisés ou intégrés. » « L’État-nation demeurera longtemps encore le principa
90urait apparaître que sous la forme d’un mini-État centralisé et d’une mini-Nation régie par des bureaux concentrés dans une métrop
91alculer suffisait pour établir le bilan d’un État centralisé, tandis que seuls les ordinateurs pourront permettre de tenir compte
56 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
92 qu’ils nous proposent. Deux grands États-nations centralisés ne pourraient pas se fédérer, même s’ils le désiraient très ardemment
93ticipation civique imaginable dans un État-nation centralisé (marxiste, capitaliste ou qualunquiste, peu importe) de dix, trente o
57 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
94e siècle, par une centaine de Nations nouvelles. Centralisé, atomisé et trituré par les dynamismes contraires du xxe siècle, l’É
95hysique. Et en même temps, presque tous nos États centralisés — dans la mesure même où ils sont centralisés — se révèlent trop gran
96ats centralisés — dans la mesure même où ils sont centralisés — se révèlent trop grands pour animer la vie économique, culturelle e
58 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
97l que Napoléon en a posé le modèle, intégralement centralisé en vue de la guerre. C’est ce modèle que tous les peuples de l’Europe
98éer un super État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et faire de nos États autan
59 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
99l que Napoléon en a posé le modèle, intégralement centralisé en vue de la guerre. C’est ce modèle que tous les peuples de l’Europe
100éer un super État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et faire de nos États autan
60 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
101l que Napoléon en a posé le modèle, intégralement centralisé en vue de la guerre. C’est ce modèle que tous les peuples de l’Europe
102éer un super-État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et faire de nos États autan
61 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
103at national. Napoléon crée le modèle de la Nation centralisée en vue de sa mobilisation rapide par l’appareil de l’État. Il s’agit
62 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
104 justifier » ses exigences accrues. L’État-nation centralisé par l’administration et les transports en vue de la mobilisation la p
105bien des cadres de la vie civique : États-nations centralisés, vivant de la guerre et de la répression, ou foyers de rayonnement ré
63 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
106tres eux-mêmes trop crédules, que l’État national centralisé et absolument souverain est l’aboutissement nécessaire, inévitable et
107tant plus riche et plus intense qu’elle est moins centralisée et que ses foyers sont plus nombreux. Au Moyen Âge, ces foyers de cré
64 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
108ent s’adresser surtout à un système scolaire très centralisé, comme le système français. Conviennent-elles vraiment à la Confédéra
65 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
109tant plus riche et plus intense qu’elle est moins centralisée et que ses foyers sont plus nombreux. Au Moyen Âge, ces foyers de cré
66 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
110s prévus : dictature, guerres, nationalisme. État centralisé, divinisé, régnant sur des sujets au lieu d’être « au service » des c
67 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
111écouvrir le vice le plus profond de l’État-nation centralisé : il a tué les communautés locales, seules capables de se défendre co
112alitaire, dans le système actuel de l’État-nation centralisé, déstructuré ; donc à la perte de nos libertés. En revanche, le pouvo
113du xxe siècle, succédant normalement à la Nation centralisée. Et il invitait les régions frontalières à s’ouvrir aux régions des p
114qu’il faudra dépasser la formule de l’État-nation centralisé à souveraineté illimitée, telle que Napoléon l’avait conçue pour la g
115), selon les principes et tabous de l’État-nation centralisé à souveraineté illimitée. Contre cette écrasante coalition d’intérêts
68 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
116tive, militaire et fiscale d’un appareil étatique centralisé sur un groupe de peuples unifiés par la force, dotés d’une mystique b
117ntinent, etc. D’autre part, l’État-nation de type centralisé, imposant les mêmes limites territoriales à des réalités aussi hétéro
69 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
118ons dans le cadre de l’État-nation (plus ou moins centralisé) se compliquent ici du fait de la frontière, qui divise arbitrairemen
119n stato-nationale, dont le plus grand est l’unité centralisée, né de la guerre et préparant à la guerre, uniquement et absolument,
70 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
120igent, en effet, des [p. 85] moyens toujours plus centralisés et des investissements que l’État central seul peut obtenir. Des obje
71 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
121itement son expansion à celle de l’administration centralisée et de l’armée, contrôlant et mobilisant la nation tout entière en tou
122its moi dans un Nous triomphant ? De même, l’État centralisé, bureaucratique, technocratique, celui que Nietzsche, inoubliablement
72 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
123ce monopole pour accroître sans freins le pouvoir centralisé, et dévaster les champs d’intervention civique. Notre troisième critè
124t-à-dire plus de moyens de Pouvoir nécessairement centralisé. Il nous faut une prospective au service de l’homme, non de l’État. Q
73 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
125ontrôle de ceux qui les exécuteront. À la gestion centralisée et nécessairement ruineuse (voir toute la presse de ce jour), dont l’
126Nation, sauf si l’on confond celle-ci avec l’État centralisé, non sans l’avoir d’abord, et à cet effet, déclarée « une et indivisi
127at seul représente en droit. Dans cette structure centralisée, on ne peut plus changer que Smith en Jones et Dupont en Durand, l’un
74 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
128Elle présente l’État-nation de modèle napoléonien centralisé, uniformisé et territorialement borné, comme le dernier mot de l’Hist
129e ; espace géométrisé à exploiter ; États-nations centralisés ; centrales nucléaires ; guerre atomique. Une seule différence import
75 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
130us avions sous les yeux en 1931-1932 était l’État centralisé français, le modèle de tous les États-nations. Nous entendions par Ét
131sous-sol ! Notre critique s’adressait à ces États centralisés, mais j’avais, je pense, derrière la tête, l’idée de leur opposer l’É
76 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
132ui prendrait ses modèles, plutôt que « du pouvoir centralisé de la France absolutiste », de « l’expérience anarchiste des Hurons »
77 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
133dée de Progrès matériel, l’idéal de l’État-nation centralisé et de sa « souveraineté absolue », et enfin et surtout l’équation : «
134. Et tous ont adopté le modèle européen de l’État centralisé à souveraineté illimitée. Du fait que tous veulent à tout prix copier
78 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
135 détruisant périodiquement les symboles de l’État centralisé : cars de police ou tours de retransmission du discours de la capital
79 1979, Cadmos, articles (1978–1986). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (printemps 1979)
136 est l’instrument par excellence de l’État-nation centralisé. Pour l’École primaire, l’esprit de l’enfant est une tabula rasa ou m
80 1979, Réforme, articles (1946–1980). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (19 mai 1979)
137 est l’instrument par excellence de l’État-nation centralisé. Pour l’école primaire, l’esprit de l’enfant est une tabula rasa ou m
81 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
138ée du Moyen Âge, Byzance est restée une monarchie centralisée où les doctrines politiques de l’empire et le culte de l’empereur exe
82 1984, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Philosophie et énergie nucléaire : une mise au point (28 juin 1984)
139 préconisent en réalité « une société policière … centralisée, exploitée de façon quasi militaire » avec « intervention de la Confé
140e ou sur le solaire, nous aurons soit une société centralisée, exploitée de façon quasi militaire, soit une fédération de petites c
83 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
141pas faits pour vivre dans de grands États-nations centralisés, sous la direction de l’État et de ses fonctionnaires. Nous sommes fa