1 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
1cela seul qu’ils sont naturels : la nature est un champ de luttes, de tendances vers la destruction et vers la construction ;
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
2és vers la ville.      Fleurs de lumières sur les champs sombres du ciel de l’est, et une façade parfaite répond encore au cou
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3 [p. 97] Dés ou la clef des champs (1927) k « On sent l’absurdité d’un semblable système. » Musset.
4 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). « Belles-Lettres, c’est la clé des champs… » (janvier 1929)
4 [p. 78] « Belles-Lettres, c’est la clé des champs… » (janvier 1929) r 1. Belles-Lettres, c’est la clef des champs. 2.
5er 1929) r 1. Belles-Lettres, c’est la clef des champs. 2. L’essence de Belles-Lettres, c’est de l’alcool à brûler les cerve
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
6pas). Au hasard, j’ai suivi des sentiers dans les champs de maïs, épiant la venue d’une joie inconnue. Joie d’être n’importe o
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
7s rangs dans la critique européenne, l’ampleur du champ qui lui est naturellement nécessaire suffirait à l’indiquer. Mais ce
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
8pas). Au hasard, j’ai suivi des sentiers dans les champs de maïs, épiant la venue d’une joie inconnue. Joie d’être n’importe o
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
9e, de jeunes filles qui jouent du violon dans les champs de myrtille et d’impératrices qui prient dans des chapelles envahies
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
10unit le maître et les subordonnés. Le travail aux champs se fait par équipes très nombreuses, à grand renfort de chevaux de tr
10 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
11 à l’homme, mais confiante dans la grâce, cède le champ aux idées de Rousseau, optimistes quant à l’homme et pratiquement ath
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12ssent d’une [p. 493] telle rupture. Elles sont le champ même 15 où Rimbaud se livre à l’expérience spirituelle, où il se liv
12 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
13pour le chrétien, sera toujours de vouloir sur le champ le plus juste. Car ce qui manifeste la foi, c’est le choix et non pas
13 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
14te de ce que nous venons d’avancer : parce que le champ d’absorption est loin d’être couvert en Russie, parce qu’on peut mett
14 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
15hrétien, sera toujours de vouloir sur le [p. 109] champ le plus juste. Car ce qui manifeste la foi, c’est le choix et non pas
15 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
16te de ce que nous venons d’avancer : parce que le champ d’absorption est loin d’être couvert en Russie, parce qu’on peut mett
16 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
17e guirlande en mettant bout à bout des fleurs des champs et des fleurs de rhétorique ? » Ce Jésus « reconstitué » par les hist
17 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
18t abstrait, et par là même, ne laisse-t-il pas le champ libre à la tyrannie, c’est-à-dire à la mécanique étatiste et dictator
18 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
19ociété équilibrée. Où est l’esprit ? Quel est son champ d’action ? Doit-il avoir un lieu particulier ? De la réponse à ces qu
19 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
20ercher les chevaux qui se cachent tout au bout du champ de pommes de terre, là-bas près de la barrière sud. Finalement, nous
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
21 des dernières déclarations de Rosenberg ouvre le champ aux possibilités les plus inattendues 52 . Le composé hitlérien d’irr
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
22plus soutenir les hommes, cette ruine a laissé le champ libre à [p. 138] des religions toutes nouvelles : communisme, nationa
22 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
23e à quelque action ou réaction future, dévaste le champ des possibles, appauvrit nos images et débilite nos prises sur le con
24ussi, un être « abstrait », ne laisse-t-il pas le champ libre à la mécanique étatiste qui tient lieu d’ordre dès que l’homme
25 ordres qu’on lui oppose. Restreignant ensuite le champ de mes observations à ce qui nous concerne pratiquement, j’ai cherché
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
26plus soutenir les hommes, cette ruine a laissé le champ libre à des religions toutes nouvelles, communisme, national-socialis
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
27 villages blancs et bleus aux maisons basses, des champs pauvres, des landes où le soleil qui reparaît fait briller des pyrami
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
28s se dépeuplent, les traditions se perdent et les champs tombent en friche. La Révolution seule a ranimé l’ardeur des habitant
29lle encore recouvertes de sable. Peu d’hommes aux champs, petits hommes noirs courbés. Et le village vu des dunes tantôt resse
30me cela comme tout le monde ; de leur travail aux champs ou à la côte, et je les écoute avec toute l’attention d’un apprenti ;
31ercer leur profession quand les instruments ou le champ d’action nécessaires leur font défaut. Mais l’intellectuel n’a besoin
32r du village : l’homme qui travaille ces bouts de champ grands comme ma chambre doit passer une partie de la journée à marche
33pas marché. La tradition de l’île veut que chaque champ soit partagé à la mort du propriétaire en autant de parcelles qu’il y
34’héritiers. Ceci pour éviter que l’un hérite d’un champ un peu meilleur que les autres. Égalité contre solidarité. Le résulta
35emment de leur position quand ils travaillent aux champs. Et cette position provient de la forme de leurs outils. Ils n’utilis
36 leur corps et augmenterait le rendement de leurs champs. Intrigué dès les premiers jours par l’allure et les façons de travai
37 de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ en costume de moujik, il y a eu un profond silence au lieu des [p. 93
38Venise. Une odeur forte de varech séché vient des champs et des vignes sablonneuses. 14-16 mai 1934 Idée d’une littérature
39u passent le vent, une hirondelle, les bruits des champs. 10 juin 1934 Depuis que nous parcourons cette pointe de l’île à bi
40out les cultivateurs, au travail sur leurs petits champs, nous crient quand nous passons : — Alors, on se promène ? [p. 123
41lan. — S’installer dans la pauvreté comme dans un champ d’activité nouveau, avec l’ardeur et les curiosités naïves du débutan
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
42sin, il faut attendre sa fille qui va rentrer des champs, où elle travaille jusqu’à la nuit tombée. Nous sommes dans une cuisi
43cienne. Une même patine de crépuscule roussit les champs, les arbres, les maisons. Dans ces maisons, il y a donc des communist
44onduit tout au plus à élargir à toute la terre le champ des querelles de famille. La seule fraternité réelle, la seule créatr
45ant de régions abandonnées, de villages vides, de champs en friche et de propriétaires ruinés ; et surtout cet ennui dans la j
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
46Zone : mélange de pylônes et d’arbres maigres, de champs pelés et de grands murs de briques interrompus ; tranchée de la ceint
28 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
47r du village : l’homme qui travaille ces bouts de champ, grands comme ma chambre, doit passer une partie de la journée à marc
48pas marché. La tradition de l’île veut que chaque champ soit partagé à la mort du propriétaire en autant de parcelles qu’il y
49’héritiers. Ceci pour éviter que l’un hérite d’un champ un peu meilleur que les autres. Égalité contre solidarité. Le résulta
50emment de leur position quand ils travaillent aux champs. Et cette position provient de la forme de leurs outils. Ils n’utilis
51 leur corps et augmenterait le rendement de leurs champs. Intrigué dès les premiers jours par l’allure et les façons de travai
52 de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ, en costume de moujik, il y a eu un profond silence au lieu des rires
29 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
53 il ne peut que leur rendre la pareille. Alors le champ devient libre pour une « littérature » commerciale qui, elle, ne sera
30 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
54s se dépeuplent, les traditions se perdent et les champs tombent en friche. La Révolution seule a ranimé l’ardeur des habitant
55me cela comme tout le monde ; de leur travail aux champs ou à la côte, et je les écoute avec toute l’attention d’un apprenti ;
56agunes. Une odeur forte de varech séché vient des champs et des vignes sablonneuses.   21 mai Pendant les jours de grande maré
57Bilan. S’installer dans la pauvreté comme dans un champ d’activité nouveau, avec l’ardeur et les curiosités [p. 87] naïves du
31 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
58 moissons sont abîmées, l’herbe folle envahit ses champs, le bétail, faute de soins, dépérit. À son retour, il se voit obligé
32 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
59sons pas de côté. Nous voulons lui créer un autre champ que celui de la guerre moderne. Nous nions que la guerre soit jamais
33 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
60e. C’est [p. 412] sur ce terrain-là — non sur des champs de bataille hypothétiques — que nous devons organiser nos résistances
34 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
61 ou sacral. Il exigea d’entrer en armes et sur le champ dans les territoires sudètes. Une cession purement diplomatique n’eût
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
62⁂ Le romantisme en France n’aura guère débordé le champ de la psychologie individuelle. Il y gagne une lucidité qui le condui
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
63; mais la grandeur de l’homme est de limiter leur champ, de les canaliser et de les utiliser, on dirait même de les subordonn
64 passion transportée dans la politique Chassée du champ de la guerre chevaleresque, lorsque ce champ cesse d’être clos comme
65e du champ de la guerre chevaleresque, lorsque ce champ cesse d’être clos comme doit l’être un terrain de jeu, et qu’il n’est
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
66» rien, mais manifeste une attraction visible, un champ de force mesurable. 8. Dante hérétique Tout à fait indépendamment d
38 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
67ez : [p. 132] quelque part dans le pays, dans les champs anonymes, sous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes m
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
68core dans les forêts, dans les ravins et dans les champs neigeux ; et derrière l’armée, un peuple entier qui guette, et qui tr
40 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
69es lâchetés individuelles additionnées, créant un champ illimité aux dictatures collectivistes. Nietzsche ricane que le monde
41 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
70lles s’élevaient à peine d’un étage au-dessus des champs de roses et des blés aux bords du plateau de la Brie. Je montais vers
71es bien arrondies :      martine je suis aux champs      Paix du village, silence des rues vides, ouvertes sur le ciel e
72nt là, contre le mur. Il reprend le chemin de son champ. En passant au carrefour, il s’est dit : Peut-être est-elle à Mandres
73 le goudron de la route sentait plus fort que les champs de roses, et des nuages noirs traînaient sur les vergers. J’ai su, pl
42 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
74erpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : — Dieu a-t-il rée
75nous savons qu’il ne peut rien créer, pas même le champ de son action. Il ne peut donc que tordre et déformer ce qui existe e
43 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
76est pas de transformer le territoire du voisin en champ de carnage et de bombardement, mais c’est d’appeler ce champ de mort
77rnage et de bombardement, mais c’est d’appeler ce champ de mort « espace vital ». Ce n’est pas de violer les Traités, mais c’
44 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
78 en nous, que le Mal aussi est en nous, et que le champ de leur bataille n’est pas ailleurs que dans nos cœurs. Cette éducati
79 active du Démon. Et donc enfin de lui laisser le champ libre pour nous duper. Nous avons cru que le mal était relatif à l’or
45 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
80erpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réell
46 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
81 active du Démon. Et donc enfin de lui laisser le champ libre pour nous duper. Nous avons cru que le mal était relatif dans l
47 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
82 en nous, que le Mal aussi est en nous, et que le champ de leur bataille n’est pas ailleurs que dans nos cœurs. Cette éducati
48 1944, Les Personnes du drame. Introduction
83ement nous ne voyons que l’œuvre, c’est-à-dire le champ clos de la lutte. Nous ne serions assurés de voir la personne intégra
49 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
84tions naissent d’une telle rupture. Elles sont le champ même 13 où Rimbaud se livre à l’expérience spirituelle, où il se liv
50 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
85mé, mais moi, je n’arrive même pas à défricher le champ d’un gros ouvrage projeté. Toute œuvre humaine, tout acte humain, et
51 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
86e. Entendez : quelque part dans le pays, dans les champs anonymes, sous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes m
87’il ne se passera rien, avant longtemps, dans ces champs et forêts où nous marchons sans suivre les chemins. (À ce petit signe
88us découvrez un lac entouré de cultures, de beaux champs gras, des laboureurs et des bateaux, toute une nature à la mesure de
89lles s’élevaient à peine d’un étage au-dessus des champs de roses et des blés, aux bords du plateau de la Brie. Nous montions
90s capitales bien arrondies : martine je suis aux champs   Paix du village, silence des rues vides, ouvertes sur le ciel et s
91nt là, contre le mur. Il reprend le chemin de son champ. En passant au carrefour il s’est dit : Peut-être est-elle à Mandres,
92 le goudron de la route sentait plus fort que les champs de roses, et des nuages noirs traînaient sur les vergers. [p. 58] M
52 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
93orcent d’arrêter avant qu’elles n’étouffent leurs champs. J’ai vu renaître les paniques dévastatrices du ve siècle de notre è
53 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
94 pour lesquels ce coup de gong du destin ouvre le champ d’une course nouvelle, rend une espèce de liberté qu’ils ne pouvaient
54 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
95erd en feignant de la défendre encore. Prenons du champ. Et d’abord un grand bain d’air pur, après un an et demi dans ces bur
55 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
96dans une Constellation qui vient de décoller d’un champ neigeux de Terre-Neuve, sous l’œil indifférent d’un seul chien du mêm
56 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
97portations en masse, ont presque tué, laissant le champ libre à l’État et à ses réglementations, souvent utiles, mais qui ne
57 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
98: un état de l’âme ou de l’esprit rétrécissant le champ des facultés vers un objet unique et dans une seule pensée — l’identi
58 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
99e, comme je le souhaite, trouve immédiatement son champ d’action. Je n’en vois qu’un mais il est immense et à sa portée : l’E
59 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
100nit comme une position polémique à l’intérieur du champ que l’on observe. Mais si maintenant nous regardons l’Europe dans le
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
101de culture mondiales, comme l’UNESCO, couvrent un champ trop vaste, tandis que les instituts nationaux se limitent à un domai
61 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
102 que je viens de rappeler, d’un bout à l’autre du champ des clichés. [p. 148] ⁂ La réunion de cent un députés, régulièrement
62 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
103rathon, Salamine, la défense du limes romain, les champs Catalauniques, les croisades, Nicopolis, Lépante… Noms prestigieux !
104es universités et les bibliothèques, mais dans le champ libre des passions ; la philosophie dépérit dans une société qui ne r
63 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
105nséquences dans tous ces ordres. Elle créerait un champ libre aux problèmes personnels, aux risques permanents de la personne
106lation. Des millions de singes sacrés pillent les champs rendus à la culture par les tracteurs. La production, d’une désastreu
64 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
107sons, ces fabriques, ces allées de peupliers, ces champs gagnés sur les marais, voilà l’œuvre du Patriarche au Pays de Gex, et
108, il plantait. « Quand je n’aurais défriché qu’un champ et quand je n’aurais fait réussir que vingt arbres, c’est toujours un
65 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
109entes divisions administratives et douanières. Le champ d’action optimum d’une œuvre de coopération culturelle correspond con
110opération culturelle correspond concrètement au « champ d’étude historique intelligible » tel que l’a délimité Toynbee : une
111l et sensible des foyers de base. Fédérer dans le champ d’une région, d’une unité de civilisation, les activités de création
66 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
112n fait leur existence distincte, elle agrandit le champ de leur rayonnement économique et culturel. Cet équilibre, proprement
67 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
113entes divisions administratives et douanières. Le champ d’action optimum d’une œuvre de coopération culturelle correspond con
114opération culturelle correspond concrètement au « champ d’étude historique intelligible » tel que l’a délimité Toynbee : une
68 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
115s elle a prédéterminé, circonscrit et valorisé le champ même des recherches à venir. [p. 7] Comment nier la réalité de la ma
116ulable. « Une figure passagère à l’intérieur d’un champ ondulatoire, mais dont la forme et la complexité structurelle sont si
69 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
117pareil. Décidée à élargir rapidement désormais le champ de ses activités, l’Association a pris une série de décisions pratiqu
70 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
118oignant de notre souci constant d’animer, dans le champ si vaste et presque vierge de l’éducation post-scolaire, un courant d
71 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
119on possible du désir et de la volonté. Faute d’un champ d’action au moins potentiel, dont il se trouve coupé par l’Océan dése
72 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
120 elle a pré-déterminé, circonscrit et valorisé le champ même des recherches à venir. Comment nier la réalité de la matière et
121ulable. « Une figure passagère à l’intérieur d’un champ ondulatoire, mais dont la forme et la complexité structurelle sont si
122st un « nœud d’énergie » qui se produit dans un « champ » au sein duquel agissent on ne sait quels archétypes formateurs… Le
73 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
123 les contradictions qui le sous-tendent, ouvre un champ vierge à des conflits nouveaux, appelant eux-mêmes de nouveaux actes
74 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
124sons, ces fabriques, ces allées de peupliers, ces champs gagnés sur les marais, voilà l’œuvre du Patriarche au Pays de Gex, et
125, il plantait. « Quand je n’aurais défriché qu’un champ et quand je n’aurais fait réussir que vingt arbres, c’est toujours [p
75 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
126t des tensions caractéristiques et délimitant des champs de recherche très largement ouverts sur l’inconnu. Et, certes, ceux q
127d’art et de gouvernement transportent au loin des champs de force qui vont agir anarchiquement, détruisant les bases mêmes d’é
128texte de ces valeurs ou pour mieux dire : dans le champ magnétique qu’elles définissent et qu’elles propagent, leurs vertus c
76 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
129ue six pays, alors que le CEC tient à garder pour champ d’action la Grande Europe, celle qui doit un jour regrouper tous nos
77 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
130s ou des promesses humaines, et de leur offrir un champ d’action européen. D’une part donc, s’adresser d’abord aux compétenc
131’adresser aux jeunes. Il s’agit de leur ouvrir un champ d’action où le désir d’assumer des tâches de responsables trouve des
78 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
132s de toute formation normale restent en dehors du champ délimité ci-dessus. Ce n’est qu’au niveau des recherches supérieures
79 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
133d’une interprétation générale de l’Europe comme « champ d’étude intelligible », selon la formule célèbre de Toynbee. Texte cl
80 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
134r davantage que la Nature seule n’eût produit. Un champ de blé, une maison, un poème, une statue, un outil, une équation, rés
135eur mérite. Voilà définie notre Europe : c’est un champ de forces culturelles, sans frontières à l’extérieur, mais tout encom
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
136de perspective d’où le regard puisse embrasser un champ mieux unifié du phénomène humain : corps-âme-esprit. On va donc trouv
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
137présenter la vie spirituelle la plus élevée. » Le champ nouveau, dont de telles phrases révèlent le réseau de tensions, déter
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
138as en concepts instantanés, entrant ainsi dans le champ de la conscience sous une sorte de déguisement qui les voile en même
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
139 transcende la recherche moderne d’une formule du champ unitaire. Elle implique l’équation plus générale encore qui embrasser
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.1. Proto-histoire d’un continent sans nom
140rquée par le rite généralisé de l’incinération (« Champs d’urnes »). Puis la Grèce et l’Italie des Étrusques, quelques siècles
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
141 l’ombre des intrigues pré-nationales, et sera le champ de l’ambition « romaine » des Empereurs « de nation germanique » ; ta
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
142 parce que les jugements de Dieu sont cachés. Les champs ne sont pas moins fertiles aujourd’hui qu’autrefois, les troupeaux ne
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
143s de prendre part à cette grande aventure dans le champ du Seigneur, afin que la religion respurgée soit portée dans ce pays,
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
144, ni impôts de trois schellings par livre sur son champ et sur son pré, et d’un schelling par fenêtre. Vous pourriez bien avo
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
145éthode l’annonce de la thèse de Toynbee sur les « champs d’étude intelligibles ». Dans la Préface à son Histoire de Charles-Qu
146d’épier tous ses mouvements et d’en donner sur le champ avis à leurs maîtres. L’espérance de quelques avantages éloignés, ou
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
147 jardin. L’Orient et l’Occident s’embrasseront au champ de la Fédération. [p. 165] Et il ajoute, dans le même sens, le 26 a
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
148 », que Bentham aborde la question européenne. Le champ de son ambition est le monde, annonce-t-il. Mais les mesures qu’il pr
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
149sible que la force vivifiante en l’homme n’ait un champ d’action que dans une petite partie du monde et que des foules innomb
150 de l’opinion, peuvent même être interdits sur le champ. Le besoin de ces marchandises importées de l’étranger diminue égalem
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
151reprenant des œuvres de paix et célébrant sur des champs de bataille fumants, sous un déluge de chaudes larmes, de grandes aga
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
152et non pas les nations, ni le monde, comme seul « champ d’étude intelligible de l’Histoire »). [p. 248] Toutefois, Cattaneo
153nce. Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ou
154uples civilisés, l’histoire n’inclut pas dans son champ ceux dont la culture n’est pas embranchée sur celle de l’Europe, par
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
155a vie dans les camps, les expéditions, et sur les champs de bataille, la paix régnera : ainsi l’Europe a trouvé sa figure dans
156t auparavant lorsqu’elle avait envahi le [p. 354] champ de la science. Cet épisode se termina grâce à une compréhension plus
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
157compris ceux qui dépassent de loin les limites du champ culturel proprement dit. J’y crois, parce que seule la culture europé
98 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
158érer. » Il dit : merde ! et se voit arrêté sur le champ. De la prison de Pontarlier, il écrit au comte Zamoyski, qui a de gra
159arde ce qui va se passer. » Boothby répéta sur le champ l’histoire à Retinger, qui en fut ravi. Comme il le fut une autre foi
99 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
160es voies ferrées et des canaux, des forêts et des champs quadrillés — partout les traces de l’homme et du travail humain, et n
100 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
161 virus du nationalisme et non pas à lui ouvrir un champ d’action plus vaste, aux dimensions du continent transformé en super-
162nce. Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ou